Un nucléaire sans avenir, Macron l’assume

Il y a encore peu, la nomination de Barbara Pompili à la tête du ministère de la transition écologique semblait impensable. La députée de la Somme n’a en effet jamais caché ses convictions antinucléaires, et elle les répétait dimanche 12 juillet : « J’ai des positions, elles sont connues et elles ne changent pas. » C’est pourtant le choix qu’a fait Emmanuel Macron en la nommant numéro deux du gouvernement, provoquant désarroi et colère dans le secteur nucléaire. Mais cette nomination arrive au moment même où le débat autour du nucléaire a perdu de son intensité. Sous l’impulsion de figures comme Greta Thunberg, le mouvement international a ciblé les énergies fossiles, comme le charbon, le pétrole et le gaz, responsables du dérèglement climatique. L’Elysée est de toute façon mis en difficulté par les errements de la filière, batailles entre EDF et Areva, affaires de fraudes, dette abyssale d’EDF et surtout dérives du chantier de l’EPR de Flamanville. Démarré en 2007, le réacteur de troisième génération aurait dû voir le jour en 2012 et coûter 3,3 milliards d’euros. Il ne devrait pas être connecté au réseau avant 2023 et son coût de construction sera d’au moins 12,4 milliards d’euros – la Cour des comptes estime même qu’il pourrait dépasser 19,1 milliards d’euros au démarrage. A l’Elysée, le discours est désormais calé : « On ne peut pas prendre de décision, l’EPR est un boulet qui ralentit tout. » On souligne explicitement que « le sujet ne pourra pas être porté dans la campagne présidentielle ». Il est donc urgent d’attendre. La décision de lancer en France de nouveaux chantiers EPR est reporté après la présidentielle de 2022. Une tendance qui se reflète au niveau mondial : depuis l’accident de Fukushima, au Japon, en mars 2011, l’atome a perdu de son attrait dans la plupart des pays occidentaux, et les nouveaux projets se sont faits rares.

Si on inclut dans le prix du kWh le coût du démantèlement des réacteurs et celui de la gestion et de la surveillance des déchets sur les 10 000 prochaines années, la même durée que l’essor de l’agriculture d’où découle notre civilisation thermo-industrielle, on ne peut que douter de l’énergie nucléaire. Il n’est que temps d’arrêter les conneries et des verrues radioactives pour des millions d’années dans le paysage. Le béton sera dissous par l’érosion, les cœurs intransportable seront radioactives et mortel pendant des centaines de milliers d’années voire au-delà… Vous imaginer le coût pour assurer la protection sur cette durée. Proche de l’infini. Donc on arrête pour nos descendants qui nous maudiront de toute façon avec les 58 réacteurs aujourd’hui irrécupérables.

Pour en savoir plus, lire nos synthèses sur ce blog biosphere :

BIOSPHERE-INFO, tout savoir sur le nucléaire

BIOSPHERE-INFO, le débat sur les déchets nucléaires

Partagez ...

15 réflexions sur “Un nucléaire sans avenir, Macron l’assume”

  1. Bonjour

    A quand un article sur le coût des énergies renouvelables ? 520 milliards en Allemagne, 120 à ce jour en France. 24 pour les projets éoliens offshore…. Et tout ça, pour aucun bénéfice sur le Co2.

    Nos enfants nous maudiront d’avoir en toute conscience laisser s’emballer le climat, alors que nous avions des énergies pilotables et sans presque de Co2 à notre disposition. Et de les avoir laissé démunis quand l’Europe n’aura plus accès au pétrole et au gaz du fait des depletions, et sans plus d’airbus à échanger avec la Chine contre des panneaux solaires

  2. Pour avoir une idée de l’état de l’industrie nucléaire, je recommande la lecture de «la chronique antinucléaire de Stéphane Lhomme», chaque mois dans le journal La Décroissance. Bien sûr, l’esprit critique exige de ne pas rester sur un seul son de cloche. Ce qui veut pas dire que Stéphane Lhomme soit une cloche 😉
    Il y a effectivement des écolos pronucléaire, et même des décroissants. En fait, je n’en connais qu’un, c’est JM. Jancovici. Ce qu’il raconte est également très intéressant, pour lui le nucléaire doit être un «amortisseur» pour la décroissance. Pour lui, les déchets ne représentent pas un problème … on fait un trou bien profond, on les y balance, et puis on les oublie ! Mais il n’empêche que Janco n’est pas un spécialiste de l’atome, il est spécialiste de l’énergie avant tout.

    1. En attendant… je pense que nous ne devrions surtout pas en rajouter. Et profiter du calme avant la Tempête pour démanteler et traiter au mieux toute cette merde. Regardez la carte des sites nucléaires (en France et au niveau mondial), et puis imaginez tout ça à l’abandon, en ruines. Et ensuite dites-moi où, à quel endroit dans ce pays, sur cette planète… «nous», les heureux ou malheureux survivants… pourrions aller nous planquer. Pour vivre heureux, ça va de soi. Autrement dit, enfin débarrassés de tout ce qui nous dérange.

      1. Nous dérange ? C’est qui nous ? Dis plutôt que tu veux te débarrasser de ce qui TE dérange ! Vois tu, contrairement à toi, Marcel et Moi on ne cache pas ce qui dérange à titre individuel, tout du moins on assume le fait d’annoncer ce qui dérange en notre nom, à titre individuel, il n’y a pas de posture hypocrite à se cacher derrière un  »nous » lorsqu’on poste un commentaire !

        Ceci étant dit, crois tu vraiment qu’un monde sans énergie fossile, sans nucléaire, sans Ogm, sans panneau solaire, sans éolienne et sans engrais, soit possible pour que l’on puisse vivre à 10 milliards d’habitants en toute harmonie et sans conflit, juste parce que Michel nous révèle que ça serait possible ? T’es bien trop naïf ou insensé, voir les deux ! Un monde sans électricité, sans engrais/ogm, bref sans énergie, on a déjà connu ce que c’était, l’esclavagisme

        1. Donc non, un monde sans nucléaire, sans éolienne, et sans tout le reste du monde moderne, c’est le retour à l’esclavagisme. Parce que tu crois que tous les socialo-communistes de l’UmPs au parlement et même les différentes instances du pays, vont vouloir retourner à la campagne pour mener une vie sobre sans luxe et partir travailler dans les champs ? Comme dirait mémé Jacqueline lorsqu’elle n’a pas envie de se prendre la tête pour dire le fond de sa pensée qu’elle résume en deux mots « Mon Q ! » Tous ces gens de l’UmPs ne voudront jamais changer leur train de vie à gagner des fortunes sans rien foutre, sans énergies fossiles et technologies, ils voudront continuer leur train de vie à se faire servir, et pour cela ils rétabliront l’esclavage pour y parvenir ! Alors non, ça ne sera ni l’harmonie ni la paix vers le monde où Michel veut nous conduire, et comme Marc Jancovici, je pense que le nucléaire est un amortisseur (temporaire) de la décroissance.

        2. Au lieu de chercher la petite bébête dans ce que j’écris, TU ferais mieux de mettre de l’ordre dans tes idées. Mon dieu quelle pagaille ! Misère misère !

          1. Mais oui bien sur ! S’il y a bien quelqu’un sur ce site qui doit mettre de l’ordre dans les idées ici, c’est bien toi !

            Quand un individu comme tpi nous réponds que pour résoudre =
            les problèmes économique de la France; il faut du migrant
            faire de l’écologie en France, importer du migrant
            baisser la délinquance et criminalité en France, importer du migrant
            répondre que pour nourir 10 milliards d’habitants, c’est possible et en plus sans électricité, sans engrais et sans Ogm

            tout ça c’est bien toi !

          2. Réponse à BGA80 23 JUILLET 10:07
            – «Quand un individu comme tpi nous réponds que pour résoudre = les problèmes économique de la France; il faut du migrant [… et patati et patata et vive le grand n’importe quoi !] »
            C’est quand même grave tout ce que tu balances là ! Déjà, je te mets au défi de trouver un seul de mes commentaires où je dis de telles conneries. Mais bon, je sais bien que ce n’est pas de ta faute si tu comprends tout de travers. Autrement dit que tu n’es pas responsable de ta remarquable bêtise, du moins pas totalement responsable. Pour moi, qui suis gentil… tu restes donc un pauvre innocent.

  3. – « Le nucléaire […] est la source parfaite d’ énergie pour des masses innombrables »

    Là non plus (comme avec les OGM) pas besoin d’évoquer le problème du nombre.
    Quant on tient plus que tout à son petit confort de petit-bourgeois occidental, on trouvera toujours des arguments (avec des tas d’études et d’«études» à l’appui), pour défendre le nucléaire, les OGM, les éoliennes, l’Avion, la Bagnole (électrique ou diesel on s’en fout), et finalement tout et n’importe quoi. Pour ça, nous vivons une époque «formidable» !

    Le nucléaire n’existe et ne fonctionne (faut voir comment) que parce que nous avons (encore) du pétrole. Sans pétrole, comment pourrions-nous extraire, traiter, acheminer etc. l’uranium et toutes les matières indispensables ? Et construire les centrales (béton, acier etc.) et je ne parle même pas de ces trous de 500m de profondeur pour stocker seulement une partie de toute cette merde.

    1. Les quantités de pétrole nécessaires pour monter une centrale nucléaire sont ridicules, voir conférences de Jancovici… Et par ailleurs, combien de pétrole nécessaire pour les éoliennes ? Sans compter les tonnes nécessaires en béton juste pour 1 seule éolienne ? Alors n’imaginons surtout pas le délire des quantités de pétrole et de béton nécessaire pour des milliers d’éoliennes.

      1. De plus , que dire du béton utilisé pour bétonner des terres entières destinées à construire des logements pour des masses d’ immigrés / migrants dont l’ hyperprésence en France est très sujette à caution ?
        Combien de terres salopées par les Roms , ces hypercrasseux à fort taux de reproduction et à la nuisance démontrée ?

      2. C’est vrai, le béton d’une centrale nucléaire ne pèse pas lourd comparé à celui de X socles d’éoliennes produisant la même quantité d’électricité. Mais il n’y a pas que le béton. De toute façon, il en est de même pour les ENR, sans pétrole nous restons incapables de les construire (extraire les matières, les transporter, les transformer etc.) Ou alors, à la pelle et à la pioche, avec la traction animale et la marine à voile, le marteau et l’enclume… Mais alors, ça m’étonnerait qu’on puisse conserver notre petit confort de petits-bourgeois occidentaux.

    2. « Là non plus (comme avec les OGM) pas besoin d’évoquer le problème du nombre. »

      Ha bon ? Même en consommant raisonnablement, les millions de particuliers et les entreprises utilisant de l’ électricité auraient besoin d’ une quantité gigantesque d’ électricité que seule le nucléaire est à même de produire rapidement sans trop polluer !
      Une fois de plus , vous niez le rôle du nombre excessif de population dans ce pays dont des millions de parasites inutiles venus de pays du 1/3 monde !

      1. En fait ça dépend de ce que vous entendez par «raisonnablement», et puis aussi par «trop polluer». Consommer l’équivalent de 2,5 planètes, comme le fait le «bon» Français Moyen, pour moi ce n’est pas raisonnable. Générer des déchets hautement toxiques pour des milliers d’années, non plus. Là encore il s’agit de juste mesure. Mais ça, je vois bien que ce n’est pas votre truc.
        Quant à ce problème qui vous obsède… que d’ailleurs je ne nie pas du tout, et sur lequel j’ai longuement commenté… je dis tout simplement que c’est VOTRE problème (pas que le votre hélas). Un grave problème !

  4. Le nucléaire , malgré tous les déchets radioactifs de très longue durée qu’ il engendre ainsi que les problèmes ardus de démantèlement des réacteurs, est la source parfaite d’ énergie pour des masses innombrables : il s’ épuisera moins vite que le charbon , le pétrole ou le gaz
    Bien du plaisir pour produire de l’ électricité pour des dizaines de millions d’ habitants en France sans le nucléaire .
    A l’ avance , je m’ esbaudis car ce macron , est une ordure (cfr les gilets jaunes) doublée d’ un crétin d’ une rare incompétence et un démagogue hors pair .
    La qualité de nos présiflans va décroissante au fil des quinquennats .

Les commentaires sont fermés.