de 2000 à 2006

RÉSEAU de DOCUMENTATION

des ECOLOGISTES

1/4) sagesse des anciens

Ni l’Amérindien, ni l’Africain, ni l’Océanien, ni l’Européen autrefois n’étaient de simples individus. On se condamne à ne rien comprendre à la conscience de ces peuples anciens si l’on ne reconnaît pas qu’ils se connaissent d’abord en tant que membres d’une communauté familiale, d’un groupe social, de l’univers vivant, du cosmos. Le « primitif » se considère comme partie prenante de l’ensemble total auquel il participe. Dans une conscience première, même la religion n’a aucune base possible puisqu’il n’existe aucune rupture entre l’esprit du monde et l’esprit individuel. Chacun peut expérimenter l’unification avec la totalité vivante et adopter une conduite conforme aux mouvements universels. Qui s’en étonnera ? Une telle conscience appartient à tout homme venant au monde. La vie se montre d’abord sous la forme d’une mère, d’une famille, d’une tribu. Ce n’est que plus tard qu’apparaît chez l’enfant la conscience de son individualité. Seule une socialisation particulière peut faire croire qu’une vie collective est la somme de vies individuelles associées dans une espèce de « contrat social ».

L’amérindien des grandes plaines tue des animaux sauvages pour s’en nourrir, mais il ne peut massacrer le libre bétail, encore moins le supprimer en tant qu’espèce, pour faire place à des champs de maïs ou des voies ferrées. Les techniques émergent avec une nouvelle vision du monde où la conscience de l’unité du vivant est perdue. Désormais dans le monde dit civilisé, il y a des végétaux « utiles » et des animaux « nuisibles ». L’accélération monstrueuse du développement technique actuel est un simple effet de cette guerre tragique menée contre la Biosphère, c’est-à-dire contre nous-mêmes !

2/4) sagesse et extermination

Il s’en faut de beaucoup que les peuples amérindiens aient été éblouis par les techniques de leurs envahisseurs : « Ma flèche ne tuerait-elle pas ? Qu’ai-je besoin de vos pistolets ? déclarait un chef pawnee lors d’une des premières rencontres de son peuple avec les européens. Quant à cette science et à l’enseignement qui sert à la transmettre, ils eurent tôt fait de s’en défier aussi. Dès le XVIIIe siècle, l’Assemblée des six nations indiennes refusai d’envoyer leurs enfants dans les écoles des envahisseurs : « Plusieurs de nos jeunes gens ont été jadis élevés dans vos collèges. Ils furent instruits de toutes vos sciences mais, quand ils nous revinrent, ils n’étaient absolument bons à rien. » D’autres particularités, plus inquiétantes encore, semblaient caractériser les nouveaux venus. Leur avidité insatiable a d’abord étonné les peuples qui ignoraient l’usage de la monnaie. En outre leur propension au mensonge, leurs tromperies et leurs trahisons répétées témoignaient de leur extraordinaire indignité. De même leur cruauté gratuite, les Blancs tuent parfois « simplement pour le plaisir de tuer ». Les peuples amérindiens furent tout aussi étonnés d’observer l’acharnement au travail de leurs envahisseurs, leur fébrilité industrieuse d’insectes. Telles apparurent dont les dispositions de ce peuple étrange : Une ingéniosité technique tout à fait remarquable mis pour le moins inutile, et souvent nuisible ; une folie bien particulière associant délire d’enrichissement et d’accumulation, cruauté sadique et propension habituelle au mensonge ; enfin une organisation sociale extravagante fondée sur le travail, scandaleusement inégalitaire, et si foncièrement ennemie de la liberté que chacun y  était serviteur d’un maître, lui-même esclave. (La folle histoire du monde de Michel BOUNAN).

Tous ces anciens peuples ont été vaincu et, dans leur grande majorité, exterminés. Les armes et les techniques modernes ont eu raison de ces civilisations. Le monde était devenu une immense colonie européenne, la simplicité volontaire avait été rayée de la surface du globe, la Biosphère commençait véritablement à souffrir.

3/4) un public hystérique

De même que les innovations techniques du XXe siècle ont eu pour moteur la nécessité de neutraliser les résistances au développement industriel, l’organisation socio-politique a été mise en place pour neutraliser le conflit social. L’impossible liberté réclamée par la classe laborieuse a été obtenue de façon illusoire. La négation du vivant et les exigences humaines ont donné son aspect original de « société du spectacle ». Les revendications ont été satisfaites au moyen d’images et de leurres que la nouvelle organisation technicienne pouvait créer en abondance. Ce mode d’organisation a fourni à ses emmurés des images de liberté et de vie. Le « spectacle » n’est rien d’autre que l’ensemble des  compensations mensongères offertes à ceux qui ne sont plus rien (p.73).

Cette façon de n’être au monde que par la médiation d’images a donné lieu à d’extravagantes manifestations collectives. L’extraordinaire importance des rassemblements sportifs d’un bout à l’autre du monde, l’intérêt que leur accordent les médias, les violences auxquelles elles donnent lieu de la part du public, relèvent bien de l’hystérie moderne. Les spectateurs d’une exhibition sportive vivent, par procuration, un affrontement dans lequel ils s’engagent personnellement, ils s’identifient à tel joueur, à telle équipe, et par cette identification, ils connaissent d’intenses émotions. Ces manifestations ont bien pour fonction de canaliser des impulsions interdites, de contrefaire une vie absente. Il en est de même des divertissements musicaux actuels, qui se déroulent en outre dans les mêmes lieux que les compétitions sportives (p.110) .

L’écologisme radical, contrairement aux simulacres qui lui sont opposés, proclame que toutes les nuisances actuelles résultent d’un système socio-économique mondial dont la production industrielle est à la fois le moteur et le résultat. C’est pourquoi ses porte-parole préconisent désormais une décroissance massive. Dans les conditions présentes, cette utopie rencontre un succès mitigé auprès d’un public fondamentalement hystérique, c’est-à-dire privé de son être propre et avide des multiples compensations que lui offre le marché moderne, compensations qu’il ne peut obtenir qu’en continuant à faire tourner les rouages du monde économique actuel (p.114)

4/4) socionévrose

De même que la socionévrose phobique des civilisations agricoles sédentaires avait participé à la conservation du système militaro-ecclésiastique, la socionévrose obsessionnelle a été le plus ferme soutien du capitalisme pendant plusieurs siècles. Elle a donné à chacun le goût de l’ordre, de l’économie, de la contrainte et de l’autocensure. Elle a favorisé l’épargne, la discipline individuelle et le respect de la propriété, toutes vertus qui ont contribué à l’organisation capitaliste et à la soumission ouvrière.

L’époque moderne, qui a commencé il y a un peu plus d’un siècle, a donné lieu à une socionévrose un peu particulière, celle de l’hystérie. Aujourd’hui le sujet vivant n’est plus combattu en soi comme un abcès honteux, il est entièrement occulté, nié, ignoré. Dans la société industrielle marchande, le producteur de biens est séparé de son produit dans le moment même de son activité créatrice. Le produit fini ne lui appartient pas, c’est le résultat de la division technique et de la division sociale du travail poussée à l’extrême. Le travailleur est donc nié en tant que sujet par le système de production, et en se soumettant à un tel système, c’est une négation de soi-même qui constitue le fondement de l’hystérie.

L’histoire de l’humanité n’est donc pas seulement celle de son développement technique, ni même celle de ses institutions et de ses révolutions. Elle est aussi et surtout l’histoire de ses folies collectives, de ses différentes névroses qui ont marqué sa rupture de plus en plus importante avec la Nature. Qui achèterait des aliments là où chacun pourrait cueillir, ramasser et chasser à sa guise ? Qui s’emploierait dans des activités rébarbatives en échange de biens qu’il posséderait en abondance ?