H

RÉSEAU de DOCUMENTATION

des ECOLOGISTES

Une mémoire orientée n’est pas seulement la spécialité des systèmes autocratiques qui prétendent soumettre les faits à leur propre conception. Les historiens sont pour la plupart des nationaux, défenseurs acharnés d’un fragment de terre unique. L’histoire enseignée à l’école offre peu d’ouverture sur le monde, peu d’ouverture sur la science, peu d’ouverture sur ce qui n’est pas humain : dans les écoles élémentaires françaises, deux explorateurs et deux savants seulement, mais par contre deux ministres, six militaires et dix monarques ; seulement deux non-Français dans cette liste, Christophe Colomb et Jules César. Pourtant l’ histoire humaine n’est pas celles des ethnies particulières, même pas celle des hominidés, elle est aussi ce qui récuse toute forme d’ethnocentrisme pour se centrer sur les relations de l’humanité et de la Biosphère. Ce qui importe, ce sont les histoires des déséquilibres que les pratiques agro-industrielles ont entraîné dans le passé comme dans le présent et les perspectives d’avenir souhaitable pour les générations suivantes comme pour les non-humains. Les écoliers ne doivent plus apprendre le temps des Capétiens qui défendent leur royaume contre ses voisins (histoire inversée chez les autres pays concernés), mais le niveau de respect des forêts et des autres espèces qu’on pouvait avoir à l’époque. L’histoire formate l’esprit humain, l’idéologie du territoire national doit laisser place au sens du biotope.

Tu dois cultiver la compréhension de tes semblables les homo sapiens,

Mais surtout retrouver tes racines dans la Nature.