Plus d'actions...

RÉSEAU de DOCUMENTATION

des ECOLOGISTES

L’écogéographie des forêts galeries à Anjouan aux Comores.

La population anjouanaise est passée de 118 792 en 1976 à 243 732 en 2003[1]. En l’espace de 26 ans, elle a triplé dans une superficie de 424 km2 avec une densité de 575 hab/km2 supérieure à la moyenne nationale, 234 hab/km2 en 2003. Par ricochet, les vallées accessibles, comme les autres entités de l’espace – plaines, plateaux, collines – sont dépourvues de leur végétation primaire au profit des cultures vivrières et de rente ainsi que des habitations. Les cours d’eau s’assèchent suite à la destruction des forêts. L’alimentation en eau dans le centre ville de Mutsamudu et ses environs connaît des interruptions quotidiennes. La pauvreté, bien que le rapport du PNUD de 2006 montre qu’elle a reculé entre 1995 et 2003, la pression sur les ressources forestières se poursuit pour répondre aux croissante de la population. La régression incontestable de la couverture forestière en est la preuve.

Anjouan traverse une phase de saturation de l’espace qui se répercute sur la durée de la jachère, donc sur le rendement agricole. L’augmentation de la production se récompense par l’élimination de la couverture forestière. Cette tendance reflète la théorie de Malthus selon laquelle la population augmente selon une progression géométrique et la production agricole n'augmente que selon une progression arithmétique. Cette théorie nous paraît meilleure que celle de BOSERUP, un populationniste. Sa vision favorable à la croissance démographique n’est pas du tout adaptée aux circonstances anjouanaises où la population détient le record en migration inter-îles. Ce phénomène s’expliquerait par la diminution des ressources naturelles en rapport avec la croissance de la population. Cependant, le spectre de la famine évoquée par Malthus est loin d’affecter Anjouan.

Bref, la théorie de Malthus reflète l’idée de la niche écologique en diminution lorsque la population augmente. La terre, une fois atteint ses capacités, même dans les pays les plus développés technologiquement, il sera impossible de renverser la situation.

Extrait du rapport de stage de NOURDDINE Mirhani (2010)  Université d’Angers (France) et de Toliara (Madagascar).

[1] Données démographiques extraites de BATTISTINI & VERIN, 1984 et du PNUD, 2006

 


[1] Données démographiques extraites de BATTISTINI & VERIN, 1984 et du PNUD, 2006

Le point de vue des écologistes

Action en cours

2019.03.21 Pour sortir du nucléaire

SIGNEZ LA PÉTITION : LE NUCLÉAIRE N'EST PAS NOTRE AVENIR, ARRÊTONS-LE ! En janvier, le Gouvernement a publié le dossier qui servira de base à la Programmation pluri [ ... ]

Lire la suite...
2019.03.20 Agir contre la publicité

Les rendez-vous de R.A.P. et de la lutte antipublicitaire : 21 mars [Strasbourg] : Soirée de travail sur l'enquête publique du RLPi de l'Eurométropole + Chairmapp [ ... ]

Lire la suite...
2019.03.20 Semaine contre la publicité

Semaine internationale d’actions contre la publicitéusqu'au lundi 25 mars 2019 Partout dans le monde, des citoyens et des artistes agissent pour se réapproprier l [ ... ]

Lire la suite...
2019.03.19 Mars, binez, semez, plantez…

Faites germer les pommes de terre, plantez la ciboulette, binez les bisannuelles, laissez pousser les couvre-sols… trong>Mars au jardin Malgré la terrible mouche mineuse, [ ... ]

Lire la suite...
2019.03.14 Lire l'écologie avec JNE

Sauvons les oiseaux ! Les 10 actions pour (ré)agir - anièle Boone (JNE) >> ire
Mon cahier Green Power - Adelinne Gadenne (JNE) et Françoise Couic-Mar [ ... ]

Lire la suite...
2019.03.13 Marchons pour le climat

le 16 mars, marchons ensemble, pour dire « ça suffit ! » et demander un changement de politique immédiat. Plus de 70 évènements sont déjà prévus  [ ... ]

Lire la suite...
Autres Actions