communiqué FNE : Un sondage publié hier par les acteurs de la filière bioéthanol affirme que 78% des Français seraient prêts, « pour lutter contre le réchauffement climatique » à utiliser des « biocarburants ». Mais savent-ils que ces carburants d’origine végétale n’ont rien de bio ? Pire, qu’ils contribuent à la déforestation – et donc à l’effet de serre ? FNE fait le point.

Les agrocarburants ne sont pas verts

FNE rappelle que malgré le préfixe bio abusivement utilisé, les agrocarburants n’ont rien de vert. La culture industrielle du blé ou de la betterave s’accompagne d’une intensification agrochimique polluante et désastreuse en termes de rendement énergétique.

Lionel Vilain, conseiller technique agricole de FNE, explique : « D’un bout à l’autre du cycle de production, la transformation des engrais et pesticides en blé ou en betterave, puis en amidon ou en sucre, puis enfin en éthanol, présente une efficacité énergétique dérisoire : au final, il faut dépenser 1 litre de pétrole pour en récupérer 1,2 sous forme d’éthanol ! »

… et conduisent à la déforestation !

L’Union européenne s’est fixée comme objectif d’atteindre 10% d’agrocarburants dans les transports d’ici à 2020. Les surfaces agricoles européennes étant limitées, l’atteinte de cet objectif nécessitera des importations et la mise en culture d’une surface équivalente à deux fois la Belgique selon une récente étude de l’IEEP (voir notre communiqué du lundi 8 novembre 2010).

Des études de plus en plus nombreuses montrent que lorsque les agrocarburants sont issus d’anciennes forêts tropicales (éthanol de canne à sucre, huile de palme…), leur contribution à la lutte contre l’effet de serre devient négative. En effet, les émissions de gaz à effet de serre consécutives à ces mises en cultures sont très supérieures au faible gain issu de la combustion des agrocarburants dans nos moteurs.

Pour Jean-Claude Bévillard, responsable des questions agricoles à FNE : « Seuls les agrocarburants auto-produits et auto-consommés sur la ferme présentent un véritable gain énergétique. »

Télécharger ce communiqué en format PDF.