Plus d'actions...

RÉSEAU de DOCUMENTATION

des ECOLOGISTES

Document d'information de la Vía Campesina du 30 Novembre 2010

1/2) Les multinationales de l'industrie alimentaire et les négociations sur le climat

Un nouvel ordre économique mondial émerge et l'agriculture, particulièrement la biomasse, en est l’interface. Les décideurs et les responsables des grandes entreprises qualifient ce nouvel ordre de “bioéconomie”, ils prétendent que l'humanité peut passer d'une économie mondiale fondée sur les combustibles fossiles à une économie fondée sur la biomasse à partir de cultures agricoles, de forêts et d'algues. Présentées comme “propres”, “vertes”, “renouvelables” et “durables”, les fausses solutions proposées par les gouvernements et les multinationales en réponse aux crises climatique, énergétique et alimentaire, sont le moteur de l'expansion de la bioéconomie. Cependant, ces prétentions cachent le fait que la bioéconomie facilite l'expansion de l'agriculture industrielle, ainsi qu'une intégration verticale et une consolidation du marché pour les grandes multinationales (TNC).

La Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement climatique (CCNUCC) devient rapidement une plate-forme où la bioéconomie se trouve légitimée, réglementée et développée. Les grandes entreprises de céréales, de biotechnologie et de sylviculture bénéficient de l'accroissement du nombre, de la portée et du pourcentage de méthodologies agricoles approuvées par la CCNUCC dans les domaines de la compensation des émissions de carbone, de la séquestration du carbone et de l'adaptation au changement climatique. Et pourtant, au lieu de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de stabiliser le climat, ces fausses solutions à la crise climatique fournissent aux multinationales de nouveaux moyens pour étendre et consolider leur contrôle sur les semences, la terre, l'eau et les forêts menaçant ainsi les paysans, les peuples autochtones, les pêcheurs et les travailleurs ruraux.

Les fausses solutions à la crise climatique reposent sur des mythes, en particulier celui de la biomasse renouvelable et sans limite. Même les ressources qualifiées de renouvelables, par exemple les cultures agricoles pour les agrocarburants, dépendent de ressources limitées: une zone géographique de terre, les éléments nutritifs du sol, l'eau douce…

Le mécanisme REDD Réduction d'Emissions dues à la Déforestation et de la Dégradation des forêts, qui a été décrit comme “l'accaparement des terres en puissance le plus important de tous les temps”, place les forêts (et les terres agricoles, si l'on considère REDD+) directement au cœur du marché du carbone pour le bénéfice des multinationales polluantes, en leur donnant la possibilité d'acheter une réduction d'émissions de gaz à effet de serre tout en soi-disant préserver les forêts. Cependant, selon le Réseau indigène environnemental, REDD est plein “d'incitations perverses” qui poussent à convertir des forêts naturelles en monoculture de plantations d'arbres, ce qui, de fait, accentue la déforestation.

Sous le prétexte de « boisement ou reboisement”, des plantations industrielles d’arbres pour la production d’agrocarburants à partir de la cellulose et la production de bioplastiques prospèrent comme s’il s’agissait de « forêts » séquestrant le carbone. Or, ces plantations ne sont pas des forêts. Les forêts naturelles séquestrent beaucoup plus de dioxyde de carbone que les plantations d’arbres et elles entrainent de la biodiversité, et non des déserts verts comme dans le cas des plantations d’eucalyptus. Les entreprises forestières et papetières telles que Stora Enso, Weyerhauser, Votarantim et Kimberly Clark ont accès aux crédits carbone puisqu’elles satisfont le critère des méthodologies de “boisement et reboisement” ; leurs plantations vont donc s’étendre et menacer les territoires des communautés autochtones et traditionnelles, sans compter qu’elles menacent la forêt naturelle, la biodiversité et les ressources en eau.

Les propositions actuelles de la REDD vont aider l’industrie des agrocarburants en subventionnant la conversion de forêts primaires en plantations industrielles de palmiers à huile, d’autres arbres ou arbustes (y compris le Jatropha) sous le prétexte que ce sont des « forêts ».

Bien qu'elle ne soit pas encore approuvée, une autre méthodologie pour la séquestration du carbone est en cours: il s'agit de l'agriculture chimique sans labour (aussi appelée de “conservation” et “agriculture durable” par les multinationales). Elle part du principe que les émissions agricoles peuvent être réduites si la terre n'est pas labourée, ce qui équivaut à la capture du carbone. Monsanto s'est fait l'avocat de cette technique depuis 1998 afin de la faire approuver en tant que méthodologie MDP, elle est déjà reconnue par le Chicago Climate Exchange. Monsanto prétend que son produit Roundup Ready OGM aide à contrer les changements climatiques, les cultures pouvant se faire sans labourer, les mauvaises herbes étant généreusement aspergées de larges doses de l'herbicide Round up (glyphosate). Si les agriculteurs qui vont utiliser Roundup-Ready pour leurs cultures, peuvent avoir accès à des crédits compensatoires selon la technique de culture simplifiée ou sans labour, les ventes des semences Monsanto augmenteront ainsi que les ventes de produits chimiques, car les gouvernements vont encourager les grands exploitants agricoles à utiliser des semences Roundup Ready pour bénéficier de crédits carbone. En 2009, Monsanto a gagné le prix Angry Mermaid pour ses efforts de lobbying afin de faire approuver par la CCNUCC les plantations de soja cultivées selon une agriculture chimique, sans labour avec des produits Roundup Ready.

Si l'agriculture chimique sans labour est approuvée, les monocultures industrielles avec leurs semences OGM et leurs produits chimiques toxiques augmenteront, ce qui déplacera encore plus les populations rurales en concentrant la propriété des terres entre les mains des multinationales, en empoisonnant l'eau et les êtres humains avec leurs produits chimiques.

2/2) De Cochabamba à Cancun : Les paysans rejettent les fausses solutions et exigent de réelles solutions pour sauver le climat.

En réponse aux négociations sur le climat ayant échoué lors de la CCNUCC à Copenhague en décembre 2009, le Gouvernement de Bolivie a accueilli en avril 2010 La Conférence mondiale des Peuples sur le Changement climatique et les Droits de la Mère Terre qui s’est tenue dans la ville andine de Cochabamba. Trente mille personnes ont assisté à cette conférence et ont présenté de véritables solutions au changement climatique et qui sont:

Réductions des émissions à la source. Non au système cap-and-trade, non aux crédits compensatoires. Les pays et les multinationales doivent être tenus pour responsables de leurs émissions.

Agriculture paysanne durable. Les politiques menées pour une agriculture durable à petite échelle peut, non seulement, réduire les émissions d’une agriculture industrielle mais peut, de fait, contribuer à la séquestration du carbone dans le sol et préserver les forêts naturelles et la biodiversité.

Réduire les émissions de plus de 50% d’ici à 2017.

Droits de la Mère Terre. L’humanité a besoin de se réaligner avec la nature et avec la planète en respectant à nouveau et en ayant des liens étroits avec notre Mère Terre.

Le respect complet des droits humains et des droits des peuples autochtones ainsi que ceux des migrants climatiques. Le respect des peuples autochtones et de leurs territoires peut contribuer à la protection des forêts naturelles. Cela est fondamental pour stabiliser le climat.

Formation d’un Tribunal de Justice international pour le Climat.

Non aux nouveaux marchés du carbone.

6% du PIB des pays développés afin de financer les actions à mener dans les pays en développement pour faire face au changement climatique.

Levée des barrières à la propriété intellectuelle qui facilite le transfert de technologie.

Non à la « marchandisation » des forêts.

(Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

 

Le point de vue des écologistes

  • La nouvelle Miss France, Maëva Coucke
    Miss Nord-Pas-de-Calais, Maëva Coucke, 23 ans, a été élue Miss France. Contrairement à ce qui a pu être revendiqué, le concours des miss est tout sauf un pendant du féminisme. A moins que le féminisme ne se réduise à la promotion d’un modèle de beauté hyper-standardisé et ouvertement commercialisé ? Au-delà du fait que nous doutions …

    La nouvelle Miss France, Maëva Coucke Lire la suite »

  • COP25, heureusement qu’il y a Greta
    Greta Thunberg à la COP25 : « Le vrai danger est quand les politiques et les dirigeants d’entreprises font croire que des actions réelles se passent quand, en réalité, rien n’est fait … Les promesses n’incluent pas l’aviation, le secteur maritime et les biens importés ou exportés alors qu’ils incluent la possibilité pour les pays de compenser leurs émissions ailleurs… Ce n’est …

    COP25, heureusement qu’il y a Greta Lire la suite »

  • COP25, article 6 et sac de nœuds
    Le temps presse, les minables engagements étatiques pour réduire les émissions de GES mettent la planète sur une trajectoire de + 3,2 °C en 2100. Or depuis une semaine, les négociateurs des 196 pays réunis à Madrid tentent de résoudre leurs multiples désaccords sur l’« article 6 » qui, sous des aspects très techniques, un jargon impénétrable et des subtilités …

    COP25, article 6 et sac de nœuds Lire la suite »

  • « Casseurs de pub » vingt ans après
    1999 : Automobile, la solution finale ! La civilisation automobile nous conduit tout droit à l’holocauste écologique. Épuisement des ressources naturelles, fossiles, minières… Pollution atmosphérique… Bétonnage massif. Plus sûrement que toutes les dictatures, automobile extermine la vie sur Terre, sasn différence de sexe, de race, d’espèces, animale ou végétale. Le régiment des hommes nouveaux, dans leur armure …

    « Casseurs de pub » vingt ans après Lire la suite »

  • Courrier, vouloir la pub, pas la subir
    Chaque année en France, ce sont environ 18 milliards de publicités non sollicitées, soit 800 000 tonnes de papier, qui arrivent dans nos boites aux lettres. Chaque foyer français reçoit en moyenne 30 kg de prospectus. Fabrication, distribution, ramassage, traitement des déchets, recyclage, abandon en pleine nature… leur impact carbone peut être estimé à environ …

    Courrier, vouloir la pub, pas la subir Lire la suite »

  • Les chasseurs dans le viseur
    La colère anti-chasseurs monte, normal quand on voit le discours des viandards*. Willy Schraen, président de la Fédération nationale des chasseurs : « Ce n’est pas la chasse, c’est la ruralité dans son ensemble qu’attaquent ces activistes minoritaires, comme les végans. Ils ne supportent pas que d’autres vivent différemment. Les chasses traditionnelles existaient avant l’arme à feu. …

    Les chasseurs dans le viseur Lire la suite »

  • Écologie, l’invention du Sauvage en 1973
    Le Sauvage, publié par le groupe du Nouvel Observateur de 1973 à 1981, fut pendant neuf ans le magazine écologique le plus diffusé en France avec une diffusion mensuelle avoisinant en moyenne les 45 000 exemplaires, dont près de 20 000 abonnés. Tout avait commencé avec un numéro spécial du Nouvel Observateur publié en juin 1972 et …

    Écologie, l’invention du Sauvage en 1973 Lire la suite »

  • La bibliothèque idéale de l’écologie
    Comment penser l’écologie aujourd’hui ? Quels sont les intellectuels qui comptent dans les différentes sphères de réflexion de l’environnement, du climat et de la biodiversité? L’équipe de « Soft Power » sur France Culture propose sa petite bibliothèque idéale de l’écologie. On présente 100 éco-intellectuels, et seulement une personne qui s’intéresse à la démographie, Françoise d’Eaubonne. Nous …

    La bibliothèque idéale de l’écologie Lire la suite »

  • Grève du 5 décembre et limites planétaires
    Les manifestations de masse vont plutôt à la protection des avantages acquis, nous ne serons jamais plusieurs millions dans les rues pour exiger la sobriété partagée. La volonté de combattre le 5 décembre la énième réforme des retraites en était un exemple parmi d’autres. Les limites planétaires, on s’en fout quand on est cheminot ou …

    Grève du 5 décembre et limites planétaires Lire la suite »

  • COP25, un unanimisme de façade
    Pedro Sanchez, chef socialiste du gouvernement espagnol : « le négationnisme climatique n’est plus le fait que d’une poignée de fanatiques ». Carolina Schmidt, ministre de l’environnement du Chili qui préside la COP25 : « Les crises sociale et environnementale du XXIe siècle sont les deux faces d’une même pièce, on ne peut pas s’attaquer à l’une sans faire face à …

    COP25, un unanimisme de façade Lire la suite »

Action en cours

2019.12.09 guide de lecture avec JNE

..• Le livre des animaux magiques - eur Daugey et Chiara Dattola - Éditions du Ricochet >> ire
..• Zoologie illustrée, collection Van BerkheyCarmen Soria [ ... ]

Lire la suite...
2019.12.05 Décembre au jardin

Décembre au jardin/strong> Coupez votre bois de chauffage, taillez les arbres à pépins, protégez les plantes sensibles… vivante lance les podcasts « Champs d [ ... ]

Lire la suite...
2019.12.02 agir Zero déchets

La France produit 37 millions de tonnes de déchets ménagers par an. ir d'autres chiffres BIENTÔT LES ÉLECTIONS MUNICIPALES Pour agir sans être candidat.e, Zero  [ ... ]

Lire la suite...
2019.11.28 Réfléchir à sa propre fin de vie

Grâce à sonichier des directives anticipées– informatisé et sécurisé – grâce à son service te et à ses bénévoles, grâce à sa connaissance des [ ... ]

Lire la suite...
2019.11.25 Actions de désobéissance

plusieurs événements désobéissants auront lieu ces prochaines semaines en région parisienne.
ng>1) Du 28 au 29 novembre, à Paris, Lille, Lyon: Actions contre l'expansio [ ... ]

Lire la suite...
2019.11.20 S'entraîner à désobéir

Plusieurs événements désobéissants auront lieu ces prochaines semaines en région parisienne.
Du 20 au 22 novembre, à Paris: Action de désobéissance civile contr [ ... ]

Lire la suite...
Autres Actions