En 2011, ça va être le bordel en France. Comme les Saoudiens en ont marre de fournir leur pétrole à bas prix, ils ont décidé mi-janvier d’en garder le plus possible pour leurs générations futures. L’or noir va donc tripler, passant de 100 dollars le baril à 300 dollars en fin d’année. Ca s’agite dans les chaumières, les inégalités exacerbées par la pénurie d’énergie sont dénoncées. Un revenu maximal admissible, bonus et revenus du capital compris, est fixé à trois fois le Salaire minimum par un vote unanime de la droite sarkozienne et du Front de gauche. L’Etat décide d’abandonner la plupart de ses prérogatives au bénéfices des entités territoriales ; même les députés se sont rendus compte que la résilience au choc pétrolier ne pouvait s’effecteur que par l’autonomie alimentaire et énergétique locale. Sarkozy fait un discours du 14 juillet révolutionnaire, à 180 degré : Délocalisation, Démondialisation, Désurbanisation, Décroissance heureuse. Bien sûr notre cher Président, devenu le plus ardent des écolos, décide fin 2011 de sortir du nucléaire, le plus rapidement possible. D’ailleurs Anne Lauvergeon ne jurait plus que par le solaire et l’éolien.

En 2011, le nombre de chômeurs explose, mais les solidarités de proximité jaillissent comme évidences, de toute part. Les couples décident de faire moins d’enfants, ils ne veulent plus procréer des bouches inutiles. Les habitants des villes se demandent ce qu’ils vont manger. Les jardins ouvriers se multiplient au milieu des HLM et sur les balcons. Le compost d’appartement est obligatoire. Quelques autoroutes commencent à être démantelées pour redevenir de vertes prairies. Il y a de moins en moins d’employés et de cadres, les artisans, les petits commerçants, les paysans se multiplient dans tous les domaines. On casse un peu partout les grosses machines qui ont productivé le chômage, le luddisme est de retour, ainsi que le ludique, la joie de vivre plus sobrement, plus simplement. Chacun a compris qu’aller moins vite, moins loin et moins souvent pouvait procurer le bonheur. Les voitures rouillent, les rotules se dérouillent : marcher dans la forêt devient le nec plus ultra de l’ecstasy. Certains arrivent même à parler aux oiseaux et aux rochers, comme Saint François d’Assise ou Aldo Leopold. La France est devenu le pays que le monde entier veut imiter…

Nous te souhaitons une année prochaine où l’œuf sera pondu dans le poulailler familial, le lait produit dans une économie domestique, le miel récolté dans le respect de la nature. Une année 2011 où la chaleur de ta communauté t’apportera déjà le paradis sur Terre. Et si tu veux devenir un des correspondants de ce réseau de documentation :

http://biosphere.ouvaton.org/index.php?option=com_dfcontact&Itemid=60