Plus d'actions...

RÉSEAU de DOCUMENTATION

des ECOLOGISTES

texte de Sophie Chauveau (http://www.lesauvage.org/)

Mais pourquoi font-ils tant d’enfants ?

Le plus souvent sans réfléchir.

Par automatisme pour faire comme leurs parents.

Par conformisme, tout le monde en fait, non ?

Parce que « c'est une loi de nature ».

Par négligence. Ils ne l’ont pas fait exprès. N’ont pas fait attention.

Pour avoir quelqu’un de plus faible à dominer et sur qui se passer les nerfs.

Par peur du vide, pour avoir un but dans la vie : gagner de quoi nourrir ses mômes.

Pour avoir quelqu’un à aimer. Et surtout qui les aime.

Pour les alloc’, la sécu et la retraite. Dans la majeure partie du monde, seules les générations suivantes assurent les vieux jours de ceux qui ne peuvent plus travailler.

Ou parce que vraiment ils n’aiment pas les chiens.

Y pensent-ils seulement avant de se retrouver devant le fait accompli ?

Personne ne peut ignorer que 18 000 enfants meurent CHAQUE JOUR de faim; sans parler de ceux qui meurent de soif, de maladie, de maltraitance, de guerres accompagnées ou non de génocides ou autres petites tueries …

Il est impensable que la peur de les voir mourir n’arrête jamais les futurs parents.

On ne donne pas la vie impunément. Ça dure longtemps un enfant. En moyenne le temps d’une vie. Enfin normalement. Et ça demande bien davantage que des soins, une attention unique, des projets extravagants, des rêves inouïs, un luxe de temps, d’amour…

L’Occident qui prétend attacher tant de prix à l’enfant devrait se doter d’outils d’apprentissage à la parentalité afin d’éviter que se commettent toutes les horreurs que la presse débite chaque jour, ou dont témoigne le sadisme ordinaire des scènes de rues… Partout dans l’espace public, l’on entend des parents mal parler à leurs enfants sous prétexte que ce sont les leurs, et qu’ils sont trop petits pour les planter là, leur crier dessus, les insulter, les humilier voire les frapper. De la banalité du dressage.

Argument suprême de cet autre couple qui hante nos cités, la mendiante tenant dans ses bras un bébé ou un enfant très petit, morveux et haillonneux, de préférence au sein, le plus souvent endormi, dans les bras de sa pseudo-mère, tout aussi sale et misérable, avec pour légende muette « Pour nourrir mes enfants, s’il vous plaît». Au lieu d’avoir honte de les tenir en de si misérables postures, elles les exhibent ! Ce leur est un sujet d’orgueil, un argument pour exiger l’aumône.

Ce cri du cœur enfermé dans nos poitrines meurtries par ce spectacle, « quand on ne peut pas les nourrir, on n’en fait pas » personne n’ose le pousser.

D’autant que nourrir n’a jamais suffit. Mieux vaudrait commencer par ne pas les exposer dans les rues ou les métros à tous les vents du mépris et de la misère.

À la façon qu’ont certains, même pas à la rue, de brandir leur bébé, on dirait que ça n’est pas de leur faute, que ça leur est tombé du ciel.

Se retrouver enceinte n’a rien d’inéluctable. Je parle pour l’Occident, en espérant que l’Orient l’imite au plus vite. Mais partout dans le monde, et même en Orient, aucun homme n’est obligé de pratiquer le coït, encore moins le coït non protégé, non interrompu. Qui ne préférerait l’abstinence à voir mourir son enfant ?

En prime, aujourd'hui, personne ne peut ignorer les nombreux moyens contraceptifs, et si tous ont échoué, les moyens abortifs.

Depuis la nuit des temps, des femmes moins informées, moins instruites que celles de notre époque, ont su toutes seules éviter d’avoir des enfants non voulus. Et vous, vous ne sauriez pas !

Etaient-elles moins soumises aux hommes que vous le seriez aujourd'hui ? Étaient-ils moins violeurs ? Moins terrorisants ? Que diantre, ne vous êtes-vous pas libérées ?

La pulsion érotique n’impose pas la maternité, au contraire. L’éros est aux antipodes de la reproduction. Le plaisir n’est pas synonyme de surpopulation, il préfère le silence et les chemins de traverse.

L’enfant ne donne pas de droit. Et ne saurait être un argument pour ne rien faire de sa vie.

Au XXIe siècle, il ne devrait plus être loisible de donner la vie sans l’avoir mûrement réfléchi. Se reproduire n’est pas un droit de l’homme ni de la femme. En tout cas il faudrait le compter loin, très loin, derrière les droits de l’enfant. S’opposent trop souvent le droit de mal faire des enfants, voire d’en abuser, de ne pas les protéger contre qui les instrumentalise…, aux vrais Droits des enfants[1].

On ne peut pas à la fois essuyer une larme devant le moindre enfant mort, blessé ou abandonné, comme ces bébés d’Haïti que l’Europe entière après le dernier cataclysme se précipite pour adopter, ou ceux réifiés, torturés, assassinés par des Dutroux et autres pédophiles meurtriers qui défient la raison, et dans le même mouvement, si mal les élever à coup de correction, de roustes, branlées, dérouillées…, histoire de leur apprendre la vie ! Le tout assorti de phrases plus sadiques les unes que les autres, « non mais qu’est-ce que tu crois ? t’es pas là pour t’amuser ? C'est pas la vie, ça ! », et sans fléchir ni réfléchir plus avant, les enfermer des l’aurore de la crèche à l’école, en passant par l’armée, l’usine, le bureau, pour finir au mouroir…

Pour arriver à ces vies-là, c'était pas la peine.

Donner la vie ?

Quelle vie ?

Nos sociétés d’abondance, de liberté, de consommations excessives et de plaisir érigé en loi, démontrent à l’envi que le bonheur n’est pas inclus dans l’emballage. La preuve, il leur en faut toujours plus et ça ne marche pas. Ça transforme juste la planète en égout.

Alors que franchement, n’était ce goût pour la joie, le plaisir, le partage de minutes heureuses, l’odeur des freesias, la beauté du chat qui passe, la naissance du printemps et quelques singuliers émois, il n’y aurait plus personne à embrasser.

Le plus petit commun dénominateur de l’espèce n'est-il pas encore ce goût immodéré pour le bonheur ? Celui-là, qu’on s’entête à le sauvegarder et à le transmettre, je comprends. C'est d’ailleurs pour lui, pour le simple bonheur de jouir de la beauté, que je m’insurge contre cette affolante, affolée démographie.

J’ai souvent une pensée souriante et même envieuse pour les enfants qui n’ont pas vu le jour et ne connaîtront donc pas les misères qui affligent, torturent, assassinent…, les vivants. Qui n’ont pas eu la chance d’avoir été avortés, empêchés, ou n’ont pas su s’escamoter d’eux-mêmes à des âges non-viables.

C'est au nom du bonheur que je réclame un moratoire sur les bébés.

C'est par amour pour les enfants désirés et heureux que je voudrais qu’on arrête d’en produire à la chaîne, sans conscience ni contrôle.

Arrêtez de vous reproduire, toutes, tous.

Arrêtez deux ans.

Cinq ans ce serait mieux.

Arrêtez de faire naître des enfants sans y avoir réfléchi.

Deux ans, cinq ans de réflexion, et les trois quarts des problèmes d’environnements, de ressources, d’écologie, d’économie… seraient sinon réglés, du moins notablement diminués. Atténués.

Alors… Non je ne vais pas énumérer ce que chacun pourrait faire durant ces années sans bébé. Chacun ses rêves, et les vôtres sitôt que vous vous serez libérés du prétendu diktat de la Nature, seront aussi riches que nombreux.

Ôtez les bébés de vos perspectives immédiates, et reprenez vos rêves là où les a plombés le conformisme, là où les a fait dévier le mimétisme du courant dominant…

Ceux qui naîtront ensuite seront plus heureux. Et vous aussi.

Je n’irai pas jusqu’à dire le monde sera sauvé, mais je pense qu’il sera plus beau, plus léger et se portera mieux.

Sophocle ne disait-il pas déjà en son temps où nous étions légèrement moins nombreux « Ne pas être né est peut-être un grand bienfait ».

 

 


[1] on peut le trouver dans la Convention internationale des droits de l'enfant, qui n’a que 54 articles, faciles à mémoriser

Le point de vue des écologistes

  • La nouvelle Miss France, Maëva Coucke
    Miss Nord-Pas-de-Calais, Maëva Coucke, 23 ans, a été élue Miss France. Contrairement à ce qui a pu être revendiqué, le concours des miss est tout sauf un pendant du féminisme. A moins que le féminisme ne se réduise à la promotion d’un modèle de beauté hyper-standardisé et ouvertement commercialisé ? Au-delà du fait que nous doutions …

    La nouvelle Miss France, Maëva Coucke Lire la suite »

  • COP25, heureusement qu’il y a Greta
    Greta Thunberg à la COP25 : « Le vrai danger est quand les politiques et les dirigeants d’entreprises font croire que des actions réelles se passent quand, en réalité, rien n’est fait … Les promesses n’incluent pas l’aviation, le secteur maritime et les biens importés ou exportés alors qu’ils incluent la possibilité pour les pays de compenser leurs émissions ailleurs… Ce n’est …

    COP25, heureusement qu’il y a Greta Lire la suite »

  • COP25, article 6 et sac de nœuds
    Le temps presse, les minables engagements étatiques pour réduire les émissions de GES mettent la planète sur une trajectoire de + 3,2 °C en 2100. Or depuis une semaine, les négociateurs des 196 pays réunis à Madrid tentent de résoudre leurs multiples désaccords sur l’« article 6 » qui, sous des aspects très techniques, un jargon impénétrable et des subtilités …

    COP25, article 6 et sac de nœuds Lire la suite »

  • « Casseurs de pub » vingt ans après
    1999 : Automobile, la solution finale ! La civilisation automobile nous conduit tout droit à l’holocauste écologique. Épuisement des ressources naturelles, fossiles, minières… Pollution atmosphérique… Bétonnage massif. Plus sûrement que toutes les dictatures, automobile extermine la vie sur Terre, sasn différence de sexe, de race, d’espèces, animale ou végétale. Le régiment des hommes nouveaux, dans leur armure …

    « Casseurs de pub » vingt ans après Lire la suite »

  • Courrier, vouloir la pub, pas la subir
    Chaque année en France, ce sont environ 18 milliards de publicités non sollicitées, soit 800 000 tonnes de papier, qui arrivent dans nos boites aux lettres. Chaque foyer français reçoit en moyenne 30 kg de prospectus. Fabrication, distribution, ramassage, traitement des déchets, recyclage, abandon en pleine nature… leur impact carbone peut être estimé à environ …

    Courrier, vouloir la pub, pas la subir Lire la suite »

  • Les chasseurs dans le viseur
    La colère anti-chasseurs monte, normal quand on voit le discours des viandards*. Willy Schraen, président de la Fédération nationale des chasseurs : « Ce n’est pas la chasse, c’est la ruralité dans son ensemble qu’attaquent ces activistes minoritaires, comme les végans. Ils ne supportent pas que d’autres vivent différemment. Les chasses traditionnelles existaient avant l’arme à feu. …

    Les chasseurs dans le viseur Lire la suite »

  • Écologie, l’invention du Sauvage en 1973
    Le Sauvage, publié par le groupe du Nouvel Observateur de 1973 à 1981, fut pendant neuf ans le magazine écologique le plus diffusé en France avec une diffusion mensuelle avoisinant en moyenne les 45 000 exemplaires, dont près de 20 000 abonnés. Tout avait commencé avec un numéro spécial du Nouvel Observateur publié en juin 1972 et …

    Écologie, l’invention du Sauvage en 1973 Lire la suite »

  • La bibliothèque idéale de l’écologie
    Comment penser l’écologie aujourd’hui ? Quels sont les intellectuels qui comptent dans les différentes sphères de réflexion de l’environnement, du climat et de la biodiversité? L’équipe de « Soft Power » sur France Culture propose sa petite bibliothèque idéale de l’écologie. On présente 100 éco-intellectuels, et seulement une personne qui s’intéresse à la démographie, Françoise d’Eaubonne. Nous …

    La bibliothèque idéale de l’écologie Lire la suite »

  • Grève du 5 décembre et limites planétaires
    Les manifestations de masse vont plutôt à la protection des avantages acquis, nous ne serons jamais plusieurs millions dans les rues pour exiger la sobriété partagée. La volonté de combattre le 5 décembre la énième réforme des retraites en était un exemple parmi d’autres. Les limites planétaires, on s’en fout quand on est cheminot ou …

    Grève du 5 décembre et limites planétaires Lire la suite »

  • COP25, un unanimisme de façade
    Pedro Sanchez, chef socialiste du gouvernement espagnol : « le négationnisme climatique n’est plus le fait que d’une poignée de fanatiques ». Carolina Schmidt, ministre de l’environnement du Chili qui préside la COP25 : « Les crises sociale et environnementale du XXIe siècle sont les deux faces d’une même pièce, on ne peut pas s’attaquer à l’une sans faire face à …

    COP25, un unanimisme de façade Lire la suite »

Action en cours

2019.12.09 guide de lecture avec JNE

..• Le livre des animaux magiques - eur Daugey et Chiara Dattola - Éditions du Ricochet >> ire
..• Zoologie illustrée, collection Van BerkheyCarmen Soria [ ... ]

Lire la suite...
2019.12.05 Décembre au jardin

Décembre au jardin/strong> Coupez votre bois de chauffage, taillez les arbres à pépins, protégez les plantes sensibles… vivante lance les podcasts « Champs d [ ... ]

Lire la suite...
2019.12.02 agir Zero déchets

La France produit 37 millions de tonnes de déchets ménagers par an. ir d'autres chiffres BIENTÔT LES ÉLECTIONS MUNICIPALES Pour agir sans être candidat.e, Zero  [ ... ]

Lire la suite...
2019.11.28 Réfléchir à sa propre fin de vie

Grâce à sonichier des directives anticipées– informatisé et sécurisé – grâce à son service te et à ses bénévoles, grâce à sa connaissance des [ ... ]

Lire la suite...
2019.11.25 Actions de désobéissance

plusieurs événements désobéissants auront lieu ces prochaines semaines en région parisienne.
ng>1) Du 28 au 29 novembre, à Paris, Lille, Lyon: Actions contre l'expansio [ ... ]

Lire la suite...
2019.11.20 S'entraîner à désobéir

Plusieurs événements désobéissants auront lieu ces prochaines semaines en région parisienne.
Du 20 au 22 novembre, à Paris: Action de désobéissance civile contr [ ... ]

Lire la suite...
Autres Actions