Chacun devrait se poser quelques questions sur sa propre fécondité à l’occasion du "passage aux 7 milliards", qui aura officiellement lieu le 31 octobre prochain. L’humanité et son environnement se porteraient-ils mieux si la priorité avait été donnée dans les années 70 à la stabilisation de la population ?  N’avons-nous pas perdu ½ siècle ?

Il existe une projection (basse) de l’ONU qui, tablant sur une baisse de la natalité de ½  point supplémentaire, nous conduirait à être 8,1 milliard en 2050 et 6,2 milliards en 2100 : ne devrait-on pas promouvoir cette possibilité, ce d’autant plus qu’il est possible d’y arriver de la façon la plus démocratique et consensuelle qui soit ? En tous cas, c’est l’option qu’a choisi de soutenir l’association Démographie Responsable et nous avons d’ailleurs lancé une pétition sur ce thème.

La rapidité de la croissance de l’effectif de l’humanité (tableau 1) a effectivement de quoi interpeller, alors même que le franchissement du prochain cap (celui du 8ème milliard) devrait avoir lieu dans 14 ans. Par ailleurs, les projections de population de l’ONU (tableau 2) sont assez inquiétantes, du fait qu’elles ont été revues à la hausse : il semble à peu près sûr aujourd’hui que "nous" serons plus de 10 milliards à la fin du siècle.

Cordialement,

Denis Garnier (Président de Démographie Responsable)

(1) Deux siècles d’explosion démographique

Année Population  Délai

1804         1 milliard

1927         2 milliards       133 ans

1960         3 milliards         33 ans

1974         4 milliards         14 ans

1987         5 milliards         13 ans

1999   6 milliards         12 ans

2011  7 milliards         12 ans

(2) Projections de population (en milliards)

2050    2100

Basse   8,1     6,2

Moyenne   9,3   10,1

Haute 10,6   15,8