Plus d'actions...

RÉSEAU de DOCUMENTATION

des ECOLOGISTES

par Pièces et main d’œuvre le 14 octobre 2012

Le 7 juin 2012, Nature a publié une synthèse signée d’une vingtaine de chercheurs internationaux (spécialistes en paléontologie, biologie, géosciences, géographie, biochimie, géologie, biodiversité, entre autres, mais aussi « écoinformatique et écologie computationnelle »), intitulée « Approching a state shift in Earth’s biosphere » (à lire ici), nous alertant d’un proche basculement de la biosphère, irréversible et brutal.

Ayant croisé de nombreuses sources, les auteurs concluent : la conjugaison de la crise climatique, de la perte accélérée de la biodiversité, de la transformation rapide des flux d’énergie et de la dégradation générale des écosystèmes pourrait conduire à un seuil irréversible, provoquant un bouleversement comparable à celui qui a fait passer la Terre de l’ère glaciaire à l’actuelle ère inter-glaciaire, il y a 12 000 ans. Cette fois, le basculement se produirait d’un coup, sans que nul ne puisse prédire son issue – quoique les auteurs ne se montrent guère optimistes pour l’espèce humaine. Les ressources biologiques subiraient des changements rapides et imprévisibles en quelques générations.

Deux raisons à cette agonie : la croissance démographique et de la consommation des ressources per capita. L’étude nous apprend que 43 % de la surface de la planète est déjà exploitée par l’homme (agriculture et urbanisation). Si on atteint les 50 %, on ne pourra ni empêcher, ni retarder un effondrement planétaire, estiment les auteurs. À niveau de consommation des ressources naturelles constant, nous atteindrons ce seuil avec 8,2 milliards de Terriens. Soit, selon les estimations des démographes, en 2025. Dans treize ans. « Mes collègues qui étudient les changements liés au climat dans l’histoire de la Terre sont plus qu’inquiets. En fait, certains sont terrifiés », confie Arne Mooers, l’un des co-auteurs, professeur de biodiversité à la Simon Fraser University (Canada). (1)

L’étude publiée par Nature n’est pas terrifiante seulement pour sa revue des progrès de la catastrophe. On y sent poindre aussi la tyrannie éco-technicienne, la planification écologique et l’Enfer Vert (2), quand les scientifiques en appellent au remplacement de l’énergie fossile par d’autres sources énergétiques, à l’amélioration de l’efficacité agricole, à un meilleur management des « réservoirs de biodiversité et des services de l’écosystème ». La langue trahit les techniciens du Vivant et les gestionnaires du désastre. Deux cents ans de progrès technologique et d’industrialisation ayant abouti à la fois à l’imminence d’une catastrophe et au pilotage informatique de la société-machine, il est bien naturel de voir s’épanouir des disciplines telles que l’écoinformatique, « synthèse des sciences de l’environnement et des sciences de l’information qui définit les entités et processus des systèmes naturels dans un langage que les humains et les ordinateurs peuvent traiter. » (3)

Aussi peut-on lire sous la plume d’un promoteur de l’intelligence artificielle, à propos de l’effondrement annoncé par Nature : « Nous sommes pour notre part confirmés dans notre propre hypothèse selon laquelle l’évolution en cours est déterminée globalement par des compétitions entre systèmes anthropotechniques échappant au volontarisme des "systèmes cognitifs" limités que nous sommes. »(4)

La technologie nous a conduits au désastre ? Il nous faut plus de technologie. Décrétons le cyber-état d’urgence planétaire.

Confions notre sort aux « systèmes cognitifs » illimités d’IBM, par exemple. Rien pour choquer la CGT, le Front de gauche, le parti industriel et ses souteneurs médiatiques, tant qu’un tel projet crée des emplois. « Pas de futur sans industrie », pouvait-on lire sur une banderole à Lyon, le 9 octobre 2012 dans la manifestation de la CGT « pour l’emploi et l’industrie ». Et le syndicat de rabâcher sur son site et dans les interviews de ses représentants : « un emploi dans l’industrie génère 3 à 5 emplois dans les services et la sous-traitance qui permettent, par la consommation des salariés, d’alimenter l’économie, donc le développement industriel et l’emploi ».

Alimenter l’économie, donc le développement industriel et l’emploi, c’est se ruer vers le seuil irréversible des 50 % de la planète artificialisés. C’est, par exemple, dévaster les Alpes pour frayer la voie ferrée à grande vitesse Lyon-Turin et transporter plus de marchandises plus vite et plus loin. Quelques centaines d’emplois contre quelques pas de plus vers le seuil d’effondrement de la biosphère, le combat est trop inégal. Écoutons Daniel Mermet sur France Inter, en écho aux manifestants cégétistes : « Finalement c’est les histoires qui nous hantent et qui hantent ce pays en général depuis des décennies, c’est-à-dire l’emploi, c’est-à-dire les licenciements, c’est-à-dire cette hantise, cette peur, cette terreur, cette grande peur de cette époque déjà depuis longtemps ». (5) D’accord. Recréons les Ateliers nationaux, comme en 1848, et employons les chômeurs à creuser des trous, et à les reboucher – par exemple sur le chantier du Lyon-Turin.

Entre les fous de la croissance et de l’emploi, et les aspirants à la tyrannie écolo-technicienne, quelle place est la nôtre ? Depuis des décennies, le courant luddite, anti-industriel et anti-technologie, expose la double menace de la fuite en avant techno-industrielle : la destruction de la nature est indissociable de la destruction de la liberté et de la dignité humaines. La catastrophe annoncée et les solutions avancées vérifient ces analyses, révélant les liens étroits entre saccage de la planète et société de contrainte. Puisqu’il n’y aura plus d’eau potable, d’air respirable, de sols fertiles pour tous, seule une gestion rationnelle, optimisée, automatisée et encadrée des ressources résiduelles permettra de prolonger notre survie. C’est parce que nous défendons la nature et la Terre (et non les « services rendus par l’écosystème »), et une humanité digne et émancipée que nous combattons l’industrie, la croissance, et leur moteur, les technologies.

Dans le rituel militant, nous sommes censés finir ce texte par des mots d’ordre positifs ou du moins offensifs. Nous nous en tiendrons à ces trois-là :

- Partage de la pénurie.

- Grève du gaspillage.
- Grève des ventres.

NOTES
(1) http://www.sfu.ca/pamr/media-releas...

(2) Cf L’Enfer Vert, par TomJo (éditions Badaboum, 2011) et ici
(3) The Ecoinformatics Collaboratory at the Ground Institute for Ecological Economics, University of Vermont, cité par Wikipédia.
(4) J.P Baquiast, http://blogs.mediapart.fr/blog/jean...
(5) Là-bas si j’y suis, 12/10/12

(Pour télécharger ce texte, cliquer sur l’icône ci-dessous.)

Lire aussi :
De la popullulation, Simples citoyens, 8 novembre 2004 (ici)
À la recherche du nouvel ennemi. 2001-2025 : rudiments d’histoire contemporaine, Pièces et main d’œuvre (éditions l’Echappée, 2009)
L’industrie de la contrainte, Pièces et main d’œuvre (éditions l’Echappée, 2011)

http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=389

 

 

 

Le point de vue des écologistes

  • La nouvelle Miss France, Maëva Coucke
    Miss Nord-Pas-de-Calais, Maëva Coucke, 23 ans, a été élue Miss France. Contrairement à ce qui a pu être revendiqué, le concours des miss est tout sauf un pendant du féminisme. A moins que le féminisme ne se réduise à la promotion d’un modèle de beauté hyper-standardisé et ouvertement commercialisé ? Au-delà du fait que nous doutions …

    La nouvelle Miss France, Maëva Coucke Lire la suite »

  • COP25, heureusement qu’il y a Greta
    Greta Thunberg à la COP25 : « Le vrai danger est quand les politiques et les dirigeants d’entreprises font croire que des actions réelles se passent quand, en réalité, rien n’est fait … Les promesses n’incluent pas l’aviation, le secteur maritime et les biens importés ou exportés alors qu’ils incluent la possibilité pour les pays de compenser leurs émissions ailleurs… Ce n’est …

    COP25, heureusement qu’il y a Greta Lire la suite »

  • COP25, article 6 et sac de nœuds
    Le temps presse, les minables engagements étatiques pour réduire les émissions de GES mettent la planète sur une trajectoire de + 3,2 °C en 2100. Or depuis une semaine, les négociateurs des 196 pays réunis à Madrid tentent de résoudre leurs multiples désaccords sur l’« article 6 » qui, sous des aspects très techniques, un jargon impénétrable et des subtilités …

    COP25, article 6 et sac de nœuds Lire la suite »

  • « Casseurs de pub » vingt ans après
    1999 : Automobile, la solution finale ! La civilisation automobile nous conduit tout droit à l’holocauste écologique. Épuisement des ressources naturelles, fossiles, minières… Pollution atmosphérique… Bétonnage massif. Plus sûrement que toutes les dictatures, automobile extermine la vie sur Terre, sasn différence de sexe, de race, d’espèces, animale ou végétale. Le régiment des hommes nouveaux, dans leur armure …

    « Casseurs de pub » vingt ans après Lire la suite »

  • Courrier, vouloir la pub, pas la subir
    Chaque année en France, ce sont environ 18 milliards de publicités non sollicitées, soit 800 000 tonnes de papier, qui arrivent dans nos boites aux lettres. Chaque foyer français reçoit en moyenne 30 kg de prospectus. Fabrication, distribution, ramassage, traitement des déchets, recyclage, abandon en pleine nature… leur impact carbone peut être estimé à environ …

    Courrier, vouloir la pub, pas la subir Lire la suite »

  • Les chasseurs dans le viseur
    La colère anti-chasseurs monte, normal quand on voit le discours des viandards*. Willy Schraen, président de la Fédération nationale des chasseurs : « Ce n’est pas la chasse, c’est la ruralité dans son ensemble qu’attaquent ces activistes minoritaires, comme les végans. Ils ne supportent pas que d’autres vivent différemment. Les chasses traditionnelles existaient avant l’arme à feu. …

    Les chasseurs dans le viseur Lire la suite »

  • Écologie, l’invention du Sauvage en 1973
    Le Sauvage, publié par le groupe du Nouvel Observateur de 1973 à 1981, fut pendant neuf ans le magazine écologique le plus diffusé en France avec une diffusion mensuelle avoisinant en moyenne les 45 000 exemplaires, dont près de 20 000 abonnés. Tout avait commencé avec un numéro spécial du Nouvel Observateur publié en juin 1972 et …

    Écologie, l’invention du Sauvage en 1973 Lire la suite »

  • La bibliothèque idéale de l’écologie
    Comment penser l’écologie aujourd’hui ? Quels sont les intellectuels qui comptent dans les différentes sphères de réflexion de l’environnement, du climat et de la biodiversité? L’équipe de « Soft Power » sur France Culture propose sa petite bibliothèque idéale de l’écologie. On présente 100 éco-intellectuels, et seulement une personne qui s’intéresse à la démographie, Françoise d’Eaubonne. Nous …

    La bibliothèque idéale de l’écologie Lire la suite »

  • Grève du 5 décembre et limites planétaires
    Les manifestations de masse vont plutôt à la protection des avantages acquis, nous ne serons jamais plusieurs millions dans les rues pour exiger la sobriété partagée. La volonté de combattre le 5 décembre la énième réforme des retraites en était un exemple parmi d’autres. Les limites planétaires, on s’en fout quand on est cheminot ou …

    Grève du 5 décembre et limites planétaires Lire la suite »

  • COP25, un unanimisme de façade
    Pedro Sanchez, chef socialiste du gouvernement espagnol : « le négationnisme climatique n’est plus le fait que d’une poignée de fanatiques ». Carolina Schmidt, ministre de l’environnement du Chili qui préside la COP25 : « Les crises sociale et environnementale du XXIe siècle sont les deux faces d’une même pièce, on ne peut pas s’attaquer à l’une sans faire face à …

    COP25, un unanimisme de façade Lire la suite »

Action en cours

2019.12.09 guide de lecture avec JNE

..• Le livre des animaux magiques - eur Daugey et Chiara Dattola - Éditions du Ricochet >> ire
..• Zoologie illustrée, collection Van BerkheyCarmen Soria [ ... ]

Lire la suite...
2019.12.05 Décembre au jardin

Décembre au jardin/strong> Coupez votre bois de chauffage, taillez les arbres à pépins, protégez les plantes sensibles… vivante lance les podcasts « Champs d [ ... ]

Lire la suite...
2019.12.02 agir Zero déchets

La France produit 37 millions de tonnes de déchets ménagers par an. ir d'autres chiffres BIENTÔT LES ÉLECTIONS MUNICIPALES Pour agir sans être candidat.e, Zero  [ ... ]

Lire la suite...
2019.11.28 Réfléchir à sa propre fin de vie

Grâce à sonichier des directives anticipées– informatisé et sécurisé – grâce à son service te et à ses bénévoles, grâce à sa connaissance des [ ... ]

Lire la suite...
2019.11.25 Actions de désobéissance

plusieurs événements désobéissants auront lieu ces prochaines semaines en région parisienne.
ng>1) Du 28 au 29 novembre, à Paris, Lille, Lyon: Actions contre l'expansio [ ... ]

Lire la suite...
2019.11.20 S'entraîner à désobéir

Plusieurs événements désobéissants auront lieu ces prochaines semaines en région parisienne.
Du 20 au 22 novembre, à Paris: Action de désobéissance civile contr [ ... ]

Lire la suite...
Autres Actions