Plus d'actions...

RÉSEAU de DOCUMENTATION

des ECOLOGISTES

LA QUESTION DE L'AUTONOMIE DE LA TECHNIQUE
premières assises de Technologos
vendredi 6 - samedi 7 septembre 2013
Université Paris 1 17, rue de la Sorbonne Paris 5ème arr.
____________________________________________________

  • PROGRAMME :
    http://technologos.fr/documents/Programme-assises.pdf

  • LETTRE D'INFORMATION
    http://technologos.fr/documents/lettres_d_information/lettre_d_information_04_septembre_2013.pdf

  • CONTACT
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Il y a soixante ans, dans son livre La Technique où l'enjeu du siècle, Ellul écrivait ces lignes : "Il est vain de déblatérer contre le capitalisme, ce n'est pas lui qui crée ce monde mais la machine". Quelques années plus tard, il précisait : "le capitalisme est une réalité déjà historiquement  dépassée. Il peut bien durer un siècle encore, cela n'a pas d'intérêt historique : ce qui caractérise aujourd'hui notre société, ce n'est plus ni le capital ni le capitalisme mais le phénomène de la croissance technicienne". Aujourd'hui, avec le phénomène de l'algotrading, lui-même résultant des "progrès" de l'intelligence artificielle, on confie le soin aux ordinateurs de prendre l'initiative d'effectuer des milliers d'opérations boursières en quelques microsecondes. On leur demande de prendre des décisions à la place des humains, au motif qu'ils sont plus efficaces qu'eux.

Ainsi se vérifient deux prédicats d'Ellul : 1) la technique est devenue un phénomène autonome : son développement échappe à l'homme (quand bien même celui-ci s'évertue à proclamer qu'il le contrôle; cf Fukushima) car il est vécu comme une nécessité impérieuse; 2°) il en est ainsi parce que la technique correspond au fait que la préoccupation majeure de l'époque est "la recherche de l'efficacité maximale" en toutes choses".
Aujourd'hui, alors que - de façon patente - les faits valident cette analyse, la majorité des intellectuels et des militants déplore le fait que la politique est gouvernée par l'économie et l'économie par la finance. Mais ils ne font là que le déplorer. Aux médias, on dit à quel point on est "atterré" ou "indigné" et on en appelle aux "alternatives" comme autrefois, on attendait Godot. L'impuissance à contrer le système vient du fait qu'on ne pousse pas le constat jusqu'à on terme : la finance est gouvernée par la technique.

Pourquoi cette réticence à pousser le raisonnement jusqu'au bout ? Parce que cela obligerait à une humilité à laquelle on se refuse : on se contraindrait à admettre que les maux de la planète ne peuvent s'évaluer à l'aune du manichéisme, une poignée d'odieux oligarques traçant à eux seuls le destin de toute la planète contre une majorité innocente. Ah, si c'était si simple !
Certes, il existe bel et bien une domination de beaucoup par quelques uns. Mais d'où vient-elle ? Pas seulement du fait que le libéralisme n'est que la liberté du renard libre dans un poulailler libre, propagandé de manière à ce qu'il accepte sa domination. Cela est vrai mais absolument pas nouveau, Marx l'a parfaitement bien analysé.  Ce qui l'est, c'est la nature même de la propagande : c'est parce que "l'homme moderne" est intimement convaincu qu'il peut être heureux grâce aux bagnoles, aux écrans plats et aux smartphones qu'aujourd'hui Apple, Samsung, IBM, Google et Facebook façonnent  le capitalisme et le maintiennent en vie malgré les multiples crises et scandales qui font sa vitrine. Sans ces sociétés, le capitalisme ne serait rien ou presque rien. On a raison de condamner la soif de profit mais on a tort de ne pas y voir une déclinaison de "la recherche de l'efficacité maximale" en toutes choses". On a raison de dénoncer la domination, mais on a tort de ne pas y voir la résultante d'une aliénation généralisée.
"On n'arrête pas le progrès" pour la raison que nous sommes devenus incapables de penser celui-ci, à force de succomber à son adoration, à force de "sacraliser la technique", pour reprendre la formule d'Ellul. La quête frénétique du "confort moderne" se paie au prix fort de l'amnésie, ou plutôt du refoulement. Il existe pourtant un village d'irréductibles technologues qui résistent au redoutable envahisseur qu'est cette idéologie technicienne à l'oeuvre au plus profond de nos consciences. Les membres de l'association Technologos tiendront prochainement leurs assises à Paris. Leurs portes sont ouvertes à tous.
Joël Decarsin

Le point de vue des écologistes

Action en cours

2018.09.20 Lire pour la nature et les animaux

Le colloque des JNE sur la condition animale diffusé sur la radio " Parole d'Animaux " gt;> lire
Quels droits donner aux animaux ? par Nathalie Tordjman >> lire [ ... ]

Lire la suite...
2018.09.18 Sauvons nos forêts

Les garde-forestiers de l’Office national des forêts (ONF) organisent à partir du 17 septembre grande marche à travers la Francepour dénoncer l’industrialisa [ ... ]

Lire la suite...
2018.09.16 Amis du vélo en ville

Du samedi 22 septembre 15 h jusqu'au dimanche 23 même heure, notre association "Vélocité de l'angoumois" organise son animation annuelle de 24h de Vélocité pour la s [ ... ]

Lire la suite...
2018.09.12 Marcher, écrire, contre le nucléaire

Retour sur la Grande Marche "nucléaire en questions" Du 27 juillet au 27 août, de nombreux marcheur.se.s, militant.e.s, spécialistes et conférencier.e.s se sont donn [ ... ]

Lire la suite...
2018.09.11 Assumer le risque de la désobéissance

Martine, 57 ans, sera jugée le 18 septembre 2018 au TGI de Caen pour avoir libéré des canards qui servaient d'appâts à des chasseurs. Etant sans revenu, Martine ne p [ ... ]

Lire la suite...
2018.09.10 climat, action banques

Pour la journée de mobilisation internationale sur le climat, plus de 600 activistes équipés d’éponges et serpillères ont nettoyé et décrassé Société Généra [ ... ]

Lire la suite...
Autres Actions