Le Réseau Action Climat - France (avec le Climate Action Network International) édite chaque jour le bulletin d’information ECO sur l’avancée des négociations sur le climat, à l’attention des délégués et négociateurs francophones, mais aussi des journalistes, élus, décideurs et de tout citoyen souhaitant s’informer.
Découvrez l'édition #4 du Jeudi 14 novembre en suivant ce lien : http://www.rac-f.org/IMG/pdf/ECO4-COP19.pdf
> Pour recevoir chaque jour le bulletin ECO en version électronique,
envoyez simplement un email vide à l’adresse :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Un article parmi d’autres : Energies fossiles, je vous fais mes adieux

Hier, au sein du dialogue d’experts sur les objectifs 2013-2015, le GIEC a communi­qué un message clé. Plafonner ou réduire la croissance de ses émissions n’est pas suffi­sant. Afin d’éviter un réchauffement clima­tique de 2°C ou plus : les émissions nettes doivent être réduites à zéro.

Afin d’épouser la trajectoire définie par le GIEC qui nous amènerait sous les 2°C, les émissions des énergies fossiles doivent atteindre un pic avant 2020 et être réduites à 0 d’ici à 2070 (IPCC WG TS.19). Cette réduction devrait même s’effectuer plus tôt, si nous ne voulons pas uniquement nous fier à un niveau négatif des émissions après 2070, ou si le pic et cette réduction prennent du retard, ou si nous prenons en compte d’autres « facteurs surprises » et rétroactions non inclus dans les modèles proposés.

Mardi, l’Agence Internationale de l’Energie a publié ses dernières « Perspectives mon­diales énergétiques ». Elle à nouveau répété que, pour atteindre l’objectif des 2°C (avec une probabilité de 50%), 2/3 des réserves mondiales de combustibles fossiles devaient être maintenues en sous-sol. De plus, les ¾ des réserves mondiales existantes inexploi­tées jusqu’ici, devront le rester – ne laissant aucune place à la production du pétrole en Arctique.

ECO se demande quand les pays accepteront enfin cette réalité : nous devons, ensemble, tout simplement, nous débarrasser des éner­gies fossiles et la majorité du pétrole, char­bon et du gaz doit rester dans le sol.