Plus d'actions...

RÉSEAU de DOCUMENTATION

des ECOLOGISTES

à lire, Vert paradoxe. Le piège des solutions éco-énergétiques (David Owen)

Face au réchauffement climatique, à la pénurie d’énergies et de matières premières, industriels et gouvernements font croire à la solution magique de l’écoefficience. Selon ces adeptes du développement durable et du statu quo, on pourra continuer à produire et à consommer comme avant,  en ayant simplement recours à des techniques qui dilapident un peu moins de ressources. David Owen tord le cou à cette croyance confortable. Non, la technique ne résoudra pas les problèmes engendrés par la technique. A cause d’un petit détail déjà décrit par Stanley Jevons au XIXe siècle : l’effet rebond. Une voiture a beau être plus « efficiente » qu’avant et consommer moins, l’économie ainsi dégagée permet de rouler plus et d’augmenter le nombre d’automobiles en circulation. Les lampes nécessitent moins d’énergie ? On en met partout. Les frigidaires et autres congélateurs sont plus performants ? Mais les appareils électroménagers se multiplient dans les maisons. Les TGV rendent les déplacements moins coûteux, plus rapides, mais cela favorise la bougeotte. Le gain de productivité que représente l’efficacité énergétique est réinvesti dans un surcroît de production et de consommation.

Vert paradoxe montre donc que ce n’est pas en consommant différemment que les problèmes environnementaux seront résolus, mais en ne consommant pas ; que ce n’est pas en achetant une voiture hybride que tout ira mieux, mais en supprimant cet « ennemi numéro un de la planète » de nos rues. Plutôt que de s’en remettre aux mains des ingénieurs et d’attendre un miracle scientifique, le journaliste du new Yorker appelle à s’engager collectivement dans la voie de la frugalité, l’abandon de la croissance, le ralentissement, et à faire « casquer » les riches (dont fait partie, à l’échelle planétaire, un simple automobiliste français). En taxant l’énergie, les émissions de carbone, en supprimant l’espace dévolu à la bagnole, en arrêtant de financer à fonds perdus des projets d’innovation audacieux. Certes, c’est moins porteur électoralement que de faire croire que tout continuera comme avant. Mais « aucune transition à grande échelle des combustibles fossiles aux sources d’énergie renouvelables ne sera possible sans réduction radicale de la consommation d’énergie dans les pays les mieux nantis ».

Ce livre écrit dans un langage simple et direct souffre toutefois d’une analyse quelque peu superficielle, réduite aux comportements des consommateurs. Et dans sa quête de rationalisation verte, l’auteur en vient à proposer une organisation assez cauchemardesque, ou la densité de Manhattan est érigée en modèle à suivre : les hommes devraient s’entasser dans des mégalopoles, nourris par une agriculture industrielle à forts rendements, pour limiter leur empreinte !

(Ecosociété 2013, 210 pages, 19 euros)

(Résumé extrait du mensuel La Décroissance, novembre 2013 p.14)

Le point de vue des écologistes

Action en cours

2018.09.20 Lire pour la nature et les animaux

Le colloque des JNE sur la condition animale diffusé sur la radio " Parole d'Animaux " gt;> lire
Quels droits donner aux animaux ? par Nathalie Tordjman >> lire [ ... ]

Lire la suite...
2018.09.18 Sauvons nos forêts

Les garde-forestiers de l’Office national des forêts (ONF) organisent à partir du 17 septembre grande marche à travers la Francepour dénoncer l’industrialisa [ ... ]

Lire la suite...
2018.09.16 Amis du vélo en ville

Du samedi 22 septembre 15 h jusqu'au dimanche 23 même heure, notre association "Vélocité de l'angoumois" organise son animation annuelle de 24h de Vélocité pour la s [ ... ]

Lire la suite...
2018.09.12 Marcher, écrire, contre le nucléaire

Retour sur la Grande Marche "nucléaire en questions" Du 27 juillet au 27 août, de nombreux marcheur.se.s, militant.e.s, spécialistes et conférencier.e.s se sont donn [ ... ]

Lire la suite...
2018.09.11 Assumer le risque de la désobéissance

Martine, 57 ans, sera jugée le 18 septembre 2018 au TGI de Caen pour avoir libéré des canards qui servaient d'appâts à des chasseurs. Etant sans revenu, Martine ne p [ ... ]

Lire la suite...
2018.09.10 climat, action banques

Pour la journée de mobilisation internationale sur le climat, plus de 600 activistes équipés d’éponges et serpillères ont nettoyé et décrassé Société Généra [ ... ]

Lire la suite...
Autres Actions