Communiqué de Robin des Bois sur la Commission Baleinière Internationale à Agadir : malgré des stratégies convergentes et des alliances, les pays chasseurs les plus déterminés n’ont pas réussi à déboucler le moratoire sur la chasse commerciale en vigueur depuis 1986. Les baleines chassées en Antarctique ou en Arctique par le Japon, l’Islande, la Norvège suscitent de plus en plus d’émotions, de scandales, de critiques et de déficit d’image et financier.

Derrière l’activisme baleinier du Japon et de ses alliés se profilent d’autres intérêts et profits considérables. Les sous-produits des baleines et des cachalots sont utilisables par les secteurs de la parfumerie, de la cosmétique, de l’hygiène corporelle, des compléments et additifs alimentaires, des engrais et par la chimie fine. La recherche sur les applications innovantes des produits baleiniers est un objectif majeur de la chasse scientifique conduite par le Japon. A noter qu’un programme de coopération fait partie du processus de négociation et prévoit de faciliter les partenariats, le développement d’entreprises et la coopération technologique.

Le 18 juin, l’Union Européenne a adopté à l’unanimité, à l’exception du Danemark une position très réservée vis-à-vis du projet. Pour l’Australie et Monaco, il est en l’état inacceptable. Tout désespoir n’est pas encore permis.

http://www.robindesbois.org/communiques/animal/2010/CBI_reprise_chasse_a_la_baleine.html