Acteur, au sens le plus large, qui ne peut prendre la parole lors d’une négociation, ou qui n’est pas invité à la table des négociations. Exemple : milieu naturel, être vivants non humains, générations futures. Cf. L.Sébastyien et F.Paran, Une négociation un peu plus écologique + une conservation un peu plus humaine = une gouvernance environnementale mesurée ? (communication au 71e congrès de l’Acfas, mai 2003)

Les générations futures ou les non-humains ne pouvant s’exprimer par eux-mêmes, c’est aux hommes en position de décision délibérative de se faire leur avocat. Cf. Georgescu-Roegen Nicholas [La décroissance (entropie, écologie, économie), 1979] : Il faut remarquer que la génération actuelle peut se permettre d’utiliser autant de ressources non reproductibles uniquement parce que les générations à venir sont exclues du marché actuel pour la simple raison qu’elles ne peuvent y être présentes ; sinon le prix s’élèverait déjà à l’infini. Il y a une dictature du présent sur l’avenir. Le seul moyen de protéger les générations à venir, c’est de vous rééduquer de façon à ressentir quelque sympathie pour les êtres humains futurs de la même façon que vous êtes intéressés au bien-être de vos contemporains.