18/12, Journée internationale des migrants

La Journée internationale des migrants le 18 décembre 2020 est l’occasion de dissiper les préjugés et de sensibiliser l’opinion à leurs contributions dans les domaines économique, culturel et social, au profit tant de leur pays d’origine que de leur pays de destination. Mêlés à des éléments d’imprévisibilité, d’urgence et de complexité, les défis et les difficultés des migrations internationales exigent une coopération renforcée et une action collective entre les pays et les régions. En 2019, le nombre de migrants dans le monde était d’environ 272 millions de personnes, soit 51 millions de plus qu’en 2010.

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM), est une agence intergouvernementale basée à Genève en Suisse qui se situait en dehors du système des Nations unies jusqu’à la signature de l’accord faisant de l’OIM une organisation liée aux Nations unies le 19 septembre 2016. A cette date, les Nations Unies ont adopté la Déclaration de New York pour les réfugiés et les migrants, au titre de laquelle les Etats membres se sont engagés à élaborer un pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières et à la réduction des migrations forcées et irrégulières. L’un des principaux défis qui se poseront au pacte mondial sera de concilier les intérêts des pays d’origine et de destination en matière de politique et de gouvernance des migrations. Notons que le Pacte mondial n’est encore qu’une vision élaborée par l’OIM.

Voici un résumé du communiqué de presse d’EELV : « Les principes fondateurs de notre République. Liberté, Égalité et Fraternité·Sororité doivent être les boussoles d’une gestion de crise qui ne laisse personne de côté.Dans le contexte sanitaire actuel, maintenir sciemment les étrangers et étrangères “sans-papiers” dans la précarité administrative est indigne de notre pays.Les écologistes renouvellent leur demande formulée lors du premier confinement de fermer les centres de rétention administrative. Il est inacceptable qu’en France, une personne, quelle que soit sa nationalité et son statut administratif, n’ait accès à un hébergement qui garantisse sa dignité. Du pacte européen sur l’asile et la migration, à l’entrave à la distribution de repas à Calais, en passant par les annonces présidentielles sur l’immigration illégale, force est de constater que ce gouvernement s’enfonce toujours plus dans une approche autoritaire et unilatérale de la politique migratoire. »

Partagez ...

5 réflexions sur “18/12, Journée internationale des migrants”

  1. le 8 juillet 2017 lors du G20 à Hambourg, Emmanuel MACRON a déclaré :
    « ça fait des décennies qu’on vous promet des plans Marshall pour l’Afrique et qu’on les a d’ailleurs décidés et faits, donc si c’était aussi simple, vous l’auriez constaté. Le plan Marshall, c’était un plan de reconstruction matérielle dans des pays qui avaient leurs équilibres, leurs frontières, leur stabilité. Le défi de l’Afrique est différent, il est beaucoup plus profond, aujourd’hui, le défi de l’Afrique, il est civilisationnel aujourd’hui, quels sont les problèmes ? Les États faillis ou les transitions démocratiques complexes, la transition démographique qui est l’un des défis essentiel de l’Afrique » et de poursuivre : « Dans un pays qui compte encore sept à huit enfants par femme, vous pouvez décider d’y dépenser des milliards d’euros, vous ne stabiliserez rien »…

  2. Rappelons que le 18 décembre est aussi la journée internationale du pull de Noël. Je suis d’ailleurs en train de m’en tricoter un très beau, je galère un peu pour le renne mais le diable y serait si je n’avais pas terminé pour Noël.
    En plus aujourd’hui c’est la journée internationale de la langue arable, mais là pour l’instant je ne sais dire que inch’ Allah. Je ne crois pas que serais au top dans 2 jours pour aller dire à mes amis combien je les aime (20 décembre : journée internationale de la solidarité humaine).
    En attendant dans 3 jours j’espère faire fort. N’oubliez pas que le 21 décembre est la journée internationale de l’orgasme. N’importe quoi !
    Ceci dit je salue quand même EELV et FO pour leur marque d’humanisme. Eh ouai, on ne se refait pas ! Misère misère.

  3. « que ce gouvernement s’enfonce toujours plus dans une approche autoritaire et unilatérale de la politique migratoire. » »

    Une fois de plus , EELV confirme son statut d e parti immigrantophile zélé et mondialiste en cheville avec le gros patronat (idiots utiles) désireux de se créer un réservoir de consommateurs zombifiés issus du 1/3 monde migrateur ,appelés « sans papier » par les journalopes , ces autres complices répugnants des mondialistes !
    Les deux 1ères lettres de ce parti traître et pseudo écologiste signifient Europe Escroquerie
    Comment peut – on encore accorder le moindre crédit à ces misérables ?

    1. Eh ben, qu’est ce que ça serait si la Journée internationale des migrants n’était pas l’occasion de dissiper les préjugés.
      Dissiper les préjugés ? C’est à dire réfléchir, se faire violence, s’asseoir sur ses opinions à la con ? Mais ça ne va pas non, ils veulent rire oukoi ?
      Ah c’qu’on est bien quand on est dans son bain ! On fait des grosses bulles, on joue au sous-marin, on chante sous la mousse pour les voisins, tralala.
      Là encore on voit bien les limites de ces journées internationales. Même à l’ONU ils devraient savoir qu’il sera toujours impossible de transformer un âne en cheval de course. Misère misère !

  4. à l’occasion de la Journée Internationale des migrants du 18 décembre, la Confédération FO rappelle son engagement pour la défense des droits entre tous les travailleurs, notamment l’égalité de rémunération et les conditions de travail. Elle rappelle qu’on ne migre que très rarement volontairement mais contraints du fait de l’insécurité économique, sociale et démocratique dans son pays d’origine. Émigrer est le plus souvent un arrachement faute d’alternative pour une vie digne et décente. FO soutient avec la Confédération Européenne des Syndicats (CES) une réponse globale et concertée sur les questions de migration. L’absence de gestion européenne cohérente et solidaire contraint trop souvent aux situations irrégulières, et favorise le dumping social et les réactions xénophobes. A cet égard, le projet de pacte européen sur la migration et l’asile proposé par la Commission Européenne est très en deçà des enjeux.

Les commentaires sont fermés.