Alain Constant lu par biosphere

Lettre ouverte à Alain Constant

Ton trop grand titre « Le bonus-malus contesté » (LeMonde du 26 février 2008) est à mon avis très maladroit. Il tend à faire croire à une remise en cause globale de cet outil environnemental  alors qu’il ne s’agit que du cas spécifique des boîtes de vitesse automatique. Une demi-page rien que pour cela !

La véritable insuffisance du bonus-malus, c’est le fait qu’il ait été mis en place si tard alors que le ministre de l’écologie Serge Lepeltier avait déjà à l’époque essayé de l’introduire :

Le MONDE23/06/2004

S.Lepeltier a annoncé la mise en place du système bonus-malus écologique à partir du 1er janvier 2005 ; inquiet de ce que le plan climat apparaisse trop étriqué, il veut forcer la main du gouvernement.

Enfin un ministre de l’écologie qui commence à bousculer ses collègues de droite. Environ 640 000 véhicules, émettant moins de 140 grammes de CO2 bénéficieront du bonus alors que 350 000, émettant plus de 180 gr. subiront le malus, un million de véhicules étant jugé « neutres ».
Le MONDE26/06/2004

Le plan-climat dans l’expectative : Raffarin contredit son ministre de l’écologie sur le bonus-malus à l’achat de voitures neuves : la décision n’est pas encore prise, c’est à l’étude. S.Lepeltier  a su convaincre le gouvernement, mais pas les parlementaires.

Il n’y a plus de mesures symbolique marquant l’opinion, les députés de l’UMP sont trop ulcérés d’avoir découvert les mesures de SL à la télévision. Ces députés-là ne se rendent pas compte qu’en agissant ainsi, ils autorisent l’augmentation de l’effet de serre. Tout le monde veut décider, il n’y a plus personne qui décide.

L’utilisation de cet historique aurait sans doute suffi à faire une demi-page sur le bonus-malus ayant plus de sens.

Partagez ...