Arctique et Antarctique, eldorado ou sanctuaire ?

A l’heure des terribles jumeaux hydrocarbures, pic pétrolier et réchauffement climatique, nous avons deux possibilités, la fuite en avant ou la sagesse. LE MONDE octroie sans aucun recul une demi-page à la fuite en avant : Rosneft va exploiter l’eldorado arctique avec  ExxonMobil*. Il est vrai que l’Actique recèle sans doute 22 % des ressources énergétiques non découvertes mais techniquement exploitables de la planète (LE MONDE  du 21 août 2008). Mais nous avons une autre possibilité, celle de transformer l’Arctique en sanctuaire comme l’a été l’Antarctique : « Persuadés qu’un traité réservant l’Antarctique aux seules activités pacifiques servira les principes de la Charte des Nations unies », treize Etats ratifient le traité de l’Antarctique le 1er décembre 1959. Cependant une question échappait au traité, l’exploitation des ressources minérales. En 1991, le protocole de Madrid « relatif à la protection l’environnement » interdit toutes les activités liées à une possible exploitation des ressources.

La disparition de la banquise arctique aiguise les appétits. Les pays riverains veulent exercer l’abusus des propriétaires, la Chine considère que l’Arctique appartient à tous au nom du droit international de la mer, Michel Rocard appelle à protéger l’Arctique comme on l’a fait pour l’Antarctique**. La sanctuarisation est la voie de la sagesse.

* LE MONDE du 1er septembre 2011, la major publique russe cherchait un nouvel allié pour accéder aux réserves de la mer de Kara.

** postface de Michel Rocard à Voyage dans l’anthropocène de Lorius et Carpentier (Actes sud)

Partagez ...

4 réflexions sur “Arctique et Antarctique, eldorado ou sanctuaire ?”

  1. Guerre du climat
    L’Arctique couvre 30 millions de kilomètres carrés et abrite 4 millions de personnes. Huit pays développés se partagent cette mer glacée. Un cinquième des réserves de pétrole et de gaz se trouve dan la région arctique.
    Plutôt que de voir la fonte de la calotte polaire comme une incitation pour agir contre le réchauffement climatique, les nations arctiques préfèrent envisager l’exploitation des ressources. Ce qui mène au conflit !
    Le chef de la marine russe affirme que « on ne peut exclure qu’il y ait dans l’avenir une redistribution du pouvoir avec une intervention armée ».
    (L’Ecologiste n° 34, juin-août 2011)

  2. Guerre du climat
    L’Arctique couvre 30 millions de kilomètres carrés et abrite 4 millions de personnes. Huit pays développés se partagent cette mer glacée. Un cinquième des réserves de pétrole et de gaz se trouve dan la région arctique.
    Plutôt que de voir la fonte de la calotte polaire comme une incitation pour agir contre le réchauffement climatique, les nations arctiques préfèrent envisager l’exploitation des ressources. Ce qui mène au conflit !
    Le chef de la marine russe affirme que « on ne peut exclure qu’il y ait dans l’avenir une redistribution du pouvoir avec une intervention armée ».
    (L’Ecologiste n° 34, juin-août 2011)

  3. Je ne savais pas ou le placer donc je le fais ici, sans aucun rapport avec le sujet:
    Merci « biosphere » pour ces analyses quotidiennes et si pertinentes de ton journal préféré. Tu ferais un excellent éditorialiste en équipe avec Hervé Kempf. S’il te plaît continue le plus longtemps possible.
    Un connaisseur.

  4. Je ne savais pas ou le placer donc je le fais ici, sans aucun rapport avec le sujet:
    Merci « biosphere » pour ces analyses quotidiennes et si pertinentes de ton journal préféré. Tu ferais un excellent éditorialiste en équipe avec Hervé Kempf. S’il te plaît continue le plus longtemps possible.
    Un connaisseur.

Les commentaires sont fermés.