biosphere

Frédéric Lemaître lu par biosphere

L’éditorialiste Frédéric Lemaître, dans son analyse du déclin français (LeMonde du 27.02.2008) ne sort pas des sentiers battus.

1) « C’est parce qu’ils innovent peu que les exportateurs français subissent la hausse de l’euro ». Il n’est pas difficile de concevoir que l’innovation court après son ombre à une époque où la mondialisation des techniques est un fait établi. C’est la Chine qui sera d’abord l’initiateur de l’innovation, ou alors la Chine utilisera le rapport de force à son avantage comme elle a su le faire avec l’assemblage chez elle de certains Airbus ou l’achat de la licence de fabrication du nucléaire. Ce n’est pas l’innovation qui sauvera le marché français, c’est la relocalisation des activités de base, y compris dans l’industrie du jouet (en bois).

2) « Notre pays est trop peu présent dans les deux secteurs stratégiques pour l’avenir, les biotechnologies et les technologies de l’information. » Nous savons pourtant pertinemment que les OGM ne nourriront pas le monde. Les techniques d’avenir sont totalement autres,  décrites plus loin dans le décryptage p.17 : « Partout on voit baisser les rendements agricoles (…) Ce spécialiste en microbiologie développe une méthode au moment où sa discipline s’étiole ». Ce sont les microbes, champignons et vers de terre qui peuvent nourrir le monde, pas une agriculture innovante qui épuise les sols. Pour les technologies de l’information, ce n’est plus la 25e génération de mobile qui importe, mais le contenu de l’information qu’il faut revaloriser : apprenons à nous parler en face à face physique, pas à échanger des spams artificiels.

 3) « Le problème n’est pas que Mittal ferme son usine, mais que la Lorraine se montre incapable d’attirer des industries innovantes pour prendre le relais. » Encore une fois, Frédéric met en avant l’innovation, il n’a que ce mot comme vocabulaire de base. Pourtant les régions vont devoir fonctionner comme des bassins d’emploi, pas en attirant les investisseurs extérieurs, mais en réhabilitant les produits locaux et les échanges de proximité. Quand le baril sera à 300 dollars, vous verrez que nous irons au plus pressé sans nous soucier de techniques sophistiquées.

Alain Constant lu par biosphere

Lettre ouverte à Alain Constant

Ton trop grand titre « Le bonus-malus contesté » (LeMonde du 26 février 2008) est à mon avis très maladroit. Il tend à faire croire à une remise en cause globale de cet outil environnemental  alors qu’il ne s’agit que du cas spécifique des boîtes de vitesse automatique. Une demi-page rien que pour cela !

La véritable insuffisance du bonus-malus, c’est le fait qu’il ait été mis en place si tard alors que le ministre de l’écologie Serge Lepeltier avait déjà à l’époque essayé de l’introduire :

Le MONDE23/06/2004

S.Lepeltier a annoncé la mise en place du système bonus-malus écologique à partir du 1er janvier 2005 ; inquiet de ce que le plan climat apparaisse trop étriqué, il veut forcer la main du gouvernement.

Enfin un ministre de l’écologie qui commence à bousculer ses collègues de droite. Environ 640 000 véhicules, émettant moins de 140 grammes de CO2 bénéficieront du bonus alors que 350 000, émettant plus de 180 gr. subiront le malus, un million de véhicules étant jugé « neutres ».
Le MONDE26/06/2004

Le plan-climat dans l’expectative : Raffarin contredit son ministre de l’écologie sur le bonus-malus à l’achat de voitures neuves : la décision n’est pas encore prise, c’est à l’étude. S.Lepeltier  a su convaincre le gouvernement, mais pas les parlementaires.

Il n’y a plus de mesures symbolique marquant l’opinion, les députés de l’UMP sont trop ulcérés d’avoir découvert les mesures de SL à la télévision. Ces députés-là ne se rendent pas compte qu’en agissant ainsi, ils autorisent l’augmentation de l’effet de serre. Tout le monde veut décider, il n’y a plus personne qui décide.

L’utilisation de cet historique aurait sans doute suffi à faire une demi-page sur le bonus-malus ayant plus de sens.

Sylvie Kauffmann lu par biosphere

Lettre ouverte à Sylvie Kauffmann

Dans ton post-scriptum (LeMonde du 26 février 2008) tu essayes de te dédouaner des critiques environnementalistes contre la Tata Nano en parlant de la voiture à moteur à air comprimé. Mais ni toi ni le constructeur Tata ne transforment la Nano en voiture propre en parlant d’autre chose. De toute façon, l’air comprimé ne vend que du vent.

Dans « Comment on va sauver la terre ! » (Science & Vie junior), on envisage déjà des idées pour se passer de pétrole, la voiture à air comprimé par exemple. Près de Nice, on peaufinait la MiniCat, une toute petite bagnole qui roule à l’air comprimé. Il suffit d’un grand réservoir contenant de l’air à une pression de 300 bars (300 fois la pression atmosphérique) qui, en sortant de la bonbonne, va se détendre avec violence et actionner les pistons. Selon son concepteur, l’automobile peut parcourir 150 kilomètres à 50 km/h de moyenne. Mais dès que vous l’utilisez dans des conditions normales de fonctionnement en faisant marcher essuie-glaces ou phares, l’autonomie est divisée par quatre. Un tel « optimisme » ne peut découler que d’une cuite collective parmi les concepteurs de ce numéro spécial d’avril 2006. L’édito indique quand même qu’une remise en cause de nos comportements n’était pas exclue.

 Le problème, c’est que l’excès d’optimisme empêche justement de modifier notre mode de vie puisque demain on aura trouvé une solution technique aux problèmes d’aujourd’hui : il suffirait d’une petite mise au point de toutes les inventions extraordinaires qui seraient étouffées par les grands monopoles. La Biosphère préfère le lock-down immédiat, cette forme de lutte liée à l’action directe non-violente qui consiste à faire le sacrifice (temporaire de préférence) de son corps en l’arrimant à un objet. Ainsi s’attacher à des rails pour empêcher un convoi nucléaire de passer. Mais on peut aussi s’attacher à un 4×4 au péage d’une autoroute. Ce serait l’expression du mécontentement de ceux qui ne se contentent pas de rêver que demain on roulera gratis !

créationnisme débile

Pour la santé de la Biosphère, l’hypertrophie du cerveau humain se révèle plus un handicap qu’un avantage. Il faut de la transcendance, il faut croire en quelque chose, le sens du sacré est important, mais c’est notre terre qui est sacré, c’est notre planète que nous devons célébrer, pas le culte de tous ces hommes qui se croient à l’image de Dieu.

Si Dieu s’invite aux élections présidentielles américaines, si la science et la religion cessent d’être des domaines séparés, il n’est pas étonnant que la guerre sainte de Bush ait fait un tabac et que la montée de l’irrationalisme fasse oublier la Biosphère. Un sondage, publié en janvier 2008, indiquait que 29 % des Américains pensent que la vie a été créée sous sa forme actuelle. Il n’y aurait donc pas d’évolution, nous serions seulement en présence du dessein de Dieu, créateur tout puissant de tout ce qui existe. Il n’est pas étonnant que Mike Huckabee, ce pasteur républicain et baptiste arrivé en tête dans la course à l’investiture pour la présidentielle au caucus de l’Iowa puisse affirmer sereinement qu’il ne croyait pas à la théorie de l’évolution.

Pourtant, pour n’importe quel scientifique digne de ce nom, l’étude de l’évolution est un des domaines de recherche des plus actifs, des plus robustes et des plus utiles. De source sûre, on peut en déduire que l’homme n’est qu’une espèce parmi d’autres, apparue bien après l’extinction des dinosaures. Homo sapiens n’a sans doute pas plus de 200 000 ans, la Biosphère près de 3,5 milliards d’années. Les humains n’ont donc aucun privilège à revendiquer, si ce n’est le droit du plus fort à dégrader notre planète. Malheur à nous.

non aux agrocarburants

La faiblesse des outils d’évaluation environnementale, sociale et économique ont conduit les politiques à prendre des décisions mal informées en matière de « bio »-carburants. Telle était la conclusion d’un séminaire  organisé par le ministère français de l’écologie fin janvier 2008. La Biosphère n’est pas protégée, l’avenir est détérioré. Entre la pénurie de pétrole et le réchauffement climatique, le meilleur moyen d’agir est de diminuer notre consommation d’énergie, pas de développer des substituts au pétrole.

Dès if (provenance_elt !=-1) {OAS_AD(‘x40’)} else {OAS_AD(‘Middle’)} if ( undefined !== MIA.Pub.OAS.events ) { MIA.Pub.OAS.events[« pubOAS_middle »] = « pubOAS_middle »; } 2003, les principaux pays occidentaux avaient engagé des plans ambitieux de développement des agrocarburants. Depuis lors les études se sont succédées ; elles ont démenti pour la plupart l’intérêt environnemental de ces carburants, elles sont souvent contradictoires. Ainsi, le bilan énergétique des filières présente des écarts gigantesques selon les modalités d’analyse : dans la chaîne de production des agrocarburants, on peut aller d’un gain de onze unités d’énergie produites pour une consommée à une perte de seize unités. En Europe, on voudrait remettre en culture des jachères ; or les mesures de protection de plantes ou d’oiseaux ont beaucoup bénéficié des jachères. Quant aux agrocarburants produits dans les pays tropicaux, s’ils présentent des rendements énergétiques bien meilleurs (notamment la canne à sucre), leur développement se produit en partie par la déforestation. La concurrence avec les cultures alimentaires peut aussi être nuisible aux plus pauvres, en poussant les prix alimentaires à la hausse. Certains agrocarburants conduisent même à une augmentation des émissions de polluants atmosphériques, comme le protoxyde d’azote. Comme le colza absorbe assez mal l’engrais azoté, son développement en culture énergétique risque de provoquer une augmentation des pollutions de l’eau. Quant à la prévention du changement climatique, les agrocarburants semblent d’un intérêt limité.

 En fait, le développement des agrocarburants a été largement motivé par la volonté de soutenir les céréaliers, mis en difficulté des deux côtés de l’Atlantique par la baisse des subventions. (source LeMonde, 2.02.2008)

pétrole, monde de brut(es)

La Biosphère ne peut que craindre la marchandisation de la planète. Aussi LeMonde argent (25-26.02.2008) a toutes raisons de mettre en exergue cette citation d’Oscar Wilde : « Aujourd’hui, les gens connaissent le prix de tout et la valeur de rien ». Alors pourquoi consacrer un supplément de 8 pages uniquement sur des valeurs monétaires ?  Parce que LeMonde a aussi besoin d’argent, tout simplement. Encore faut-il  comprendre à bon  escient les événements.

Prenons l’article « pétrole, monde de brut ». J’attendais une critique d’une société basée sur le tout pétrole qui va rencontrer prochainement, après le pic pétrolier prévu incessamment sous peu, un monde de brutes. Je ne rencontre que célébration du brut comme valeur refuge. Comme quoi l’argent fait bien perdre le sens des vraies valeurs. Le journaliste fait d’abord porter la responsabilité d’un baril à 100 dollars sur les méchants spéculateurs. Heureusement en fin d’article je retrouve quand même quelques fondamentaux, épuisement des ressources fossiles, fin de l’extraction d’un pétrole facile. Et la conclusion de JM Bezat devrait faire transpirer tous les politiques : Washington a peu de chances de faire pressions sur l’OPEP pour qu’elle booste sa production (et que le prix du baril retombe).

L’ère de la facilité se termine. Comme dit Colin Campbell dans LaRevueDurable (février-mars-avril 2008) : «  Ce que fournit aujourd’hui au monde l’énergie du pétrole, c’est l’équivalent de 22 milliards d’esclaves travaillant nuit et jour. La société vit grâce au pétrole depuis plus d’un siècle et doit maintenant  réaliser qu’elle devra se débrouiller sans énergie alternative aussi pratique à utiliser et facile à extraire. Bien sûr, on peut toujours remonter à cheval.[rires] »

 NB : Colin Campbell est fondateur de l’Aspo, association pour l’étude du pic pétrolier.

l’or n’est pas une monnaie-refuge

L’once d’or côte 958,40 dollars (LeMonde du 23 février), soit 30 814 dollars le kilo. La belle affaire ! Les épargnants trouvent que la Caisse d’épargne ne leur rapporte pas assez, donc ils chassent la proie pour l’ombre. Car que vaut réellement le kilo d’or ? Du côté de la demande, certes les bijoux ne progressent que faiblement, mais l’or devient en cette période d’instabilité le recours, ce qui permet de se  rassurer face à la dégringolade des valeurs mobilières. La chute du dollar accentue la confiance dans une valeur-refuge, l’or qui pendant tant d’années a servi de référent monétaire, à 35 dollars l’once. Du côté de l’offre, la production d’or a reculé à 2500 tonnes en 2007, il est de plus en plus coûteux à extraire. On le cherche jusqu’à 3 3000 mètres de profondeur et à une température de 50°C dans les mines de Chine. La demande est supérieure à l’offre, alors la hausse de prix va procurer l’équilibre dans cette économie de marché si efficace. Le prix augmente, la demande baisse, l’offre augmente, vive l’équilibre automatique.

 Mais pour la Biosphère, cette hausse de prix d’une matière première est au contraire le signe d’un déséquilibre durable. L’or, le pétrole, le fer, l’uranium, la bauxite, toutes les richesses naturelles sont maintenant exploitées dans leurs profondeurs les plus cachées, l’extraction minière atteint ses limites ultimes comme d’ailleurs les performances de nos sportifs de haut niveau. Rien ne peut croître indéfiniment sur une planète finie. La demande est artificielle, l’or ne redeviendra jamais une valeur monétaire dans une société qui sait fixer des supports extraordinaires pour l’échange marchand, depuis la monnaie électronique jusqu’aux SEL (systèmes d’échange local). Et les bijoux en or, franchement, on s’en fout complètement. L’offre approchera donc prochainement de zéro, la demande de zéro. L’équilibre absolu ? Non, le signe que la société devra changer profondément les mythes et ses valeurs sur lesquelles elle repose actuellement quand l’échange marchand s’effondrera et qu’il n’y aura plus de repères aussi clinquants que l’or.

relocalisation

Pour pouvoir autodéterminer nos besoins, il est indispensable de recouvrir la maîtrise des moyens de travail et des choix de production. Or cette maîtrise est impossible dans une économie industrialisée : les moyens de production exigent une spécialisation, une subdivision et une hiérarchisation des tâches ; ils ne sont pas des techniques neutres, mais des moyens de domination du capital sur le travail. La généralisation progressive du travail salarié comme moyen exclusif de satisfaire nos besoins et d’être intégré socialement signifie que nous sommes forcés à des tâches dont nous ne contrôlons ni l’organisation ni le but. Bien sûr, nous recevons en échange un dédommagement monétaire qui nous donne accès à une montagne de consommations marchandes, mais nos capacités d’action autonome sont progressivement détruites. Si on rajoute que les conditions de logement, l’environnement urbain et la longueur des déplacements sont autant d’obstacles à l’épanouissement des facultés individuelles et des relations sociales, on comprend que le travailleur réduit à une marchandise ne rêve que de marchandises. (in revue Entropia n° 2, printemps 2007)

 Comme les rapports de domination sont inhérents au mode de production industriel, comme la structuration capitalistique subsiste même quand l’industrie est collectivisée, l’utopie qui lie décroissance et retour aux économies villageoises, communautaires et/ou familiales, largement autarciques et essentiellement agricoles et artisanales, reste une bonne idée. Contre la délocalisation, faire vivre la relocalisation ? Cela suppose que les produits correspondant aux besoins les plus communs soient redéfinis de façon à pouvoir être fabriqués avec des outils et des compétences à la portée de tout le monde.

Merci Ivan Illich…

le culte du clinquant

Lire LeMonde  (22.02.2008) nous offre souvent des parallèles saisissants. Ainsi, page une, l’affirmation d’un votant pour les élections pakistanaises : « Nous voulons du pain, une maison et des vêtements. » Et puis ce cahier spécial, même jour, Planète mode femme :  un encart de vingt pages sur les vêtements que jamais les Pakistanaises ne porteront.

 

Cela a la couleur de la pub, le clinquant de la pub, mais on ne sais pas si c’est de la pub. La rédactrice en chef Anne-Line Roccati admet que ce genre de trench et bracelets reste réservé aux plus riches, même si LeMonde assure à ces femmes aguicheuses d’être visibles par tous. De toute façon, contrairement à ce que cette journaliste conclut, la mode des grandes maisons de couture ne répond pas à un besoin nouveau, elle ne fait que répondre aux folies des créateurs de rêves artificiels. Cela nous mène au désastre.

 

Comme l’écrivait un autre journaliste de notre quotidien de référence dans son livre, Comment les riches détruisent la planète : « Qui aujourd’hui, consomme le plus de produits matériels ? Les hyper riches ? Pas seulement. L’oligarchie ? Oui, cela commence à faire nombre mais ne suffit pas encore. Il y a aussi la classe moyenne mondiale, disons 500 millions de gens (il y a de fortes chances que vous en fassiez partie) qui réduiraient utilement leur consommation matérielle, leurs dépenses d’énergie, leurs déplacements automobiles et aériens. Mais nous limiterions notre gaspillage, nous chercherions à changer notre mode de vie, tandis que les gros, là-haut, continueraient à se goberger dans leurs 4×4 climatisés et leurs villas avec piscine ? Non. La seule façon que vous et moi acceptions de consommer moins de matière et d’énergie, c’est que la consommation matérielle, donc le revenu, de l’oligarchie soit sévèrement réduite. En soi pour des raisons d’équité, et plus encore, en suivant la leçon de Veblen, pour changer les standards culturels de la consommation ostentatoire. Puisque la classe de loisir établit le modèle de consommation de la société, si son niveau est abaissé, le niveau général de consommation diminuera. Nous consommerons moins, la planète ira mieux, et nous serons moins frustrés par le manque de ce que nous n’avons pas. »

 

LeMonde, en faisant tant de publicité pour la frime du luxe, aide à détruire la planète.

l’artisanat vaincra

L’industrie disparaîtra, l’artisanat revivra dans une Biosphère apaisée.

 

Il faut savoir qu’on peut tout faire, mais qu’on ne doit pas tout faire. La véritable liberté est de s’auto-limiter, ce en quoi excelle l’artisanat, alors que l’industrie est une activité qui se veut sans limites. Le boulanger, le tailleur et l’ébéniste transforment des matières qui sont devenues plus ou moins artificielles, mais qui à l’origine  sont naturelles : céréales et eau, drap et peaux, bois. Ces métiers existaient traditionnellement en s’appuyant sur les énergies renouvelables, le soleil, l’eau et le vent.  L’industrie instaure un monde machinal fondé sur l’absence de volonté d’ouvriers soumis aux cadences infernales et sur l’illusion de ressources naturelles illimitées. Aucun objet artisanal n’est absolument identique à un autre, c’est la marque d’une impossibilité positive de reproduction à l’identique. La reproduction clonée des objets industriels nous inquiète parce qu’elle nous renvoie à l’indifférenciation que nous redoutons pour nous-mêmes par rapport à nos semblables. Le mode de production artisanal est la caractéristique des sociétés paysannes et rurales. La société industrielle n’a pas fait disparaître complètement l’artisan, mais elle dévalorise l’intelligence manuelle et relègue ces métiers au plus bas de la hiérarchie des prestiges. Un tel système, reposant sur une énergie volée et sur une organisation démentielle, n’a pas d’avenir.

 

NB : Tous les articles pour la Biosphère sont archivés et classés sur Internet,

http://biosphere.ouvaton.org/index.php?option=com_content&view=section&layout=blog&id=15&Itemid=94

 

l’arnaque du pétrole à bas prix

Le Billet de Robert Solé (LeMonde du 21.02.2008) se veut humoristique, il est simplement désespérant. Sous le titre « Arnaque symbolique », on comprend à demi-mot que le baril à 100 dollars ne serait qu’une arnaque puisqu’on ne voit plus de barils et que ce prix n’est que symbole abstrait !

Au lieu de jouer sur les mots, il aurait été préférable que  Robert nous rappelle que le baril à 100 dollars est loin de ce qu’il faudrait pour lutter contre le choc climatique et le pic pétrolier. Rappelons aussi  à Robert que le baril de pétrole contient 158,98 litres et qu’il était transporté au XIXe siècle dans des tonneaux de cette capacité. Mais Robert a raison sur un point, il n’y a personne à la barre du vaisseau Terre.

 Si la Biosphère avait le pouvoir de l’Opep, elle se débrouillerait pour fixer concrètement le baril à 300 dollars pour fin 2008. Ce n’est pas difficile, il suffit que l’Arabie Saoudite ferme un tout petit peu un robinet qui reste trop grand ouvert. Alors ce triplement de prix obligerait la classe globale (celle qui croit qu’elle peut posséder une automobile personnelle) à modifier son mode de vie gaspilleur et agressif envers la planète. Alors les générations futures pourront inscrire 2008 comme année de la grande rupture avec l’arnaque du pétrole à bas prix.

plus d’arbres , moins de bûcherons !

La population humaine augmente actuellement de 1,2 % en moyenne, soit un doublement en moins de 60 ans. Si 30 % des terres sont encore couvertes par des forêts, cette surface diminue au rythme moyen de 0,3 % par an. Quand les capacités de nos écosystèmes vont-ils devenir insuffisants, sachant qu’il faudrait planter beaucoup d’arbres pour servir de puits de carbone ? Faites le calcul !

 

L’explication, c’est que ceux qui plantent les arbres ne sont pas les mêmes que ceux qui usent et abusent de leur tronçonneuse. C’est cela le problème de la spécialisation des tâches, plus personne ne maîtrise les cycles vitaux. En Ethiopie, le couvert forestier est passé de 40 % du territoire dans les années 1950 à moins de 3 %. Dans le cadre de la campagne de l’ONU « Plantons pour la planète », l’Ethiopie a fait un effort exceptionnel en tant que gouvernement avec 700 millions de plants, loin devant le Mexique (217 millions). Mais planter 700 millions d’arbres sur un territoire grand comme cinq fois la France représente une cacahuète, rien du tout, alors que bien d’autres pays continuent leur déforestation massive. En Indonésie, la forêt primaire a été réduite de 13 % entre 2000 et 2005, au Mexique elle a aussi diminué de 6 %. D’ailleurs rien ne garantit la pérennité des arbres plantés en Ethiopie ou ailleurs. Alors on envisage de donner une prime si au bout de deux ans l’arbre est toujours debout. Qui va payer la prime, qui va contrôler, à quoi correspond un arbre de deux ans seulement ?

Tant qu’il y aura une extension des zones agricoles au détriment des forêts, tant que la population humaine grimpera plus vite que la capacité des forêts à assurer le bois d’œuvre, le bois de chauffe et le maintien de la biodiversité, la situation restera compromise, on pourrait même dire catastrophique.

 

NB : Tous les articles pour la Biosphère sont archivés et classés sur Internet,

http://biosphere.ouvaton.org/index.php?option=com_content&view=section&layout=blog&id=15&Itemid=94

 

responsabilité scientifique

Si on veut préserver les systèmes vivants, tout ce qu’il est possible de faire ne peut être réalisé. Or, c’est bien ce principe essentiel que les grandes sociétés de biotechnologie se proposent de violer.
L’échange de gènes entre individus se produit pour les êtres sexués lors de la fécondation ; il parait très difficile, pour un homme, de faire un bébé avec un poisson. En effet les échanges sont considérablement restreints dans leurs possibilités par des mécanismes actifs qui empêchent que tout et n’importe quoi ne se produise. Pourquoi de telles restrictions qui conditionnent l’émergence des espèces, si ce n’est pour respecter un principe essentiel qui permet l’organisation. On voit bien, dès lors, qu’une différence fondamentale existe entre l’échange des gènes qui se produit naturellement, processus restreint et historique permettant une évolution structurée du système, et la création d’OGM ou n’importe quel gène ou groupes de gènes est introduit dans n’importe quel génome, à n’importe quelle place, niant ainsi, par principe, la pertinence de l’historicité et de l’évolution ! Il est bien clair que de telles pratiques, si elles devenaient fréquentes et diverses, violeraient ce principe essentiel de restriction et engendreraient nécessairement une désorganisation du système vivant dans son ensemble. De là, certes, un autre système vivant émergerait sans doute, mais il est loin d’être sûr que l’espèce humaine serait encore du voyage.
Quelle que soit la conception philosophique qu’on puisse avoir de la réalité, le sens n’existe pas tel quel dans la nature. C’est bien là, en tant que source créatrice d’un sens, que le scientifique, même le moins technicien qui soit, participe à la forme de la société et de son devenir et, ipso facto, endosse nécessairement la responsabilité bien plus profonde que simplement morale ou juridique, de sa propre intentionnalité créatrice.
extraits de Frédéric Jacquemart, dossier de l’Ecologiste n° 5 (automne 2001), Sciences et techniques, les raisons de la contestation.

illusions technologiques

Trop tard ? G.Bush a eu une révélation pour son peuple, celle d’être « les gérants responsables de la Terre que le Tout-Puissant nous a confiée ». Dans son allocution du 28 septembre 2007, G.Bush affirmait donc la nécessité de « produire moins d’émissions de gaz à effet de serre ». Attention, certainement pas en réduisant la consommation d’énergie : « Dans ce nouveau siècle, le besoin d’énergie ne fera que croître ». Car Bush croit au miracle : « En développant de nouvelles technologies à basses émissions, nous pouvons satisfaire la demande croissante d’énergie et, en même temps, réduire la pollution atmosphérique et les émissions de gaz à effet de serre. »
M. Bush cite une série de techniques présentant deux caractéristiques : elles ne sont pas opérationnelles et leur succès n’est pas garanti. La première citée par M. Bush est la « technologie avancée du charbon propre » qui vise à enfouir en sous-sol le gaz carbonique produit par la combustion du charbon. Mais, d’une part, son efficacité reste à prouver, et d’autre part, en cas de succès, les premières centrales thermiques adaptées ne viendraient sur le marché qu’après 2020, si bien que toutes les centrales construites d’ici à cette date rejetteront leurs gaz dans l’atmosphère. Deuxième solution proposée : « La puissance nucléaire sûre ». George Bush se réfère à ce que les spécialistes appellent la quatrième génération des réacteurs nucléaires, présentant un risque minime d’accident, une faible production de déchets radioactifs et une conception empêchant de leur trouver une application militaire. Mais cette quatrième génération n’aboutirait, d’après les prévisions les plus optimistes, que vers 2040.
Les autres technologies citées – agrocarburants de deuxième génération, véhicules à hydrogène – souffrent du même défaut majeur : elles ne présentent pas, dans leur état de développement actuel, des performances suffisantes pour répondre aux problèmes d’aujourd’hui et des années à venir. On ne peut exclure totalement qu’elles y parviennent, mais pas avant 2040. Le problème de l’échéance est pourtant fondamental. Pourquoi ? Parce que le même rapport du GIEC évoqué par M. Bush conclut que ce n’est pas en 2040 ou en 2050 qu’il faudrait commencer à réduire nos émissions, mais dès maintenant.
Les climatologues redoutent que, si la concentration de gaz à effet de serre continue à augmenter, le réchauffement dépasse 2 degrés, seuil au-delà duquel un dérèglement incontrôlable du système climatique est envisageable. Dans une Biosphère en folie, les humains se rendront compte (trop tard ?) que leurs technologies n’étaient pas à l’égal du « dieu tout-puissant ».

sciences citoyennes

Dans l’hypothèse où la barbarie ne l’emporterait pas, notre monde devra survivre à la réduction de sa consommation en développant la frugalité, mais aussi des relations de coopération et de solidarité qui, seules, peuvent rendre la décroissance supportable. Dans ce paysage où nous vivrons bientôt, la recherche scientifique ne pourra pas poursuivre sa fonction actuelle, qui est essentiellement de rendre possible la consommation de nouveaux produits ou services pour le bénéfice principal de puissances financières. Cela ne veut pas dire que la recherche deviendrait interdite ou seulement superflue. Imaginer cette issue serait admettre que l’humanité dispose d’ores et déjà de toutes les technologies nécessaires à sa survie (…)

Mais ce qui paraît certain, c’est que le rôle et les orientations de la recherche, comme la gestion des innovations, devront de plus en plus être soumis aux attentes véritables de la société. Ouvrir la recherche pour mettre la science en démocratie, ces vœux qui justifient les combats de la fondation sciences citoyennes devraient devenir des évidences collectives et imposer une nouvelle gouvernance de la recherche scientifique, pour le refus des gaspillages, pour la veille vigilante sur un monde fragilisé. Pour élaborer ces règles de vie commune, on devra d’abord s’accorder sur le mode d’emploi de la démocratie : faut-il faire confiance aux spécialistes, ou glaner les avis bruts de la population, les deux solutions le plus souvent pratiquées pour décider du « progrès » ?

Mon opinion est qu’il faut, et qu’il faudra toujours, organiser des procédures combinant l’acquisition de savoirs avec la valorisation du « bon sens », c’est ce que peuvent et pourront faire, par exemple, les conférences de citoyens. Jean Rostand indiquait déjà que son inquiétude ne découlait pas de l’irruption de quelques savants fous, mais de la tranquille assurance de tous les autres pour fabriquer un avenir jamais évalué. Il restera plus aisé de surveiller en amont l’élaboration des possibles dans les laboratoires que de lâcher la police sur des contre-venants.

Entropia (revue d’étude théorique et politique de la décroissance) n°3, automne 2007 : Décroissance & technique

Résumé de l’article de Jacques Testard, Fabrique du vivant et décroissance p.130

pensée amérindienne

Il s’en faut de beaucoup que les peuples amérindiens aient été éblouis par les techniques de leurs envahisseurs : « Ma flèche ne tuerait-elle pas ? Qu’ai-je besoin de vos pistolets ? », déclarait un chef pawnee lors d’une des premières rencontres de son peuple avec les Européens. Quant à cette science et à l’enseignement qui sert à la transmettre, ils eurent tôt fait de s’en défier aussi. Dès le XVIIIe siècle, l’Assemblée des six nations indiennes refusait d’envoyer leurs enfants dans les écoles des envahisseurs : « Plusieurs de nos jeunes gens ont été jadis élevés dans vos collèges. Ils furent instruits de toutes vos sciences mais, quand ils nous revinrent, ils n’étaient absolument bons à rien. » D’autres particularités, plus inquiétantes encore, semblaient caractériser les nouveaux venus. Leur avidité insatiable a d’abord étonné les peuples qui ignoraient l’usage de la monnaie. En outre leur propension au mensonge, leurs tromperies et leurs trahisons répétées témoignaient de leur extraordinaire indignité. De même leur cruauté gratuite, les Blancs tuent parfois « simplement pour le plaisir de tuer ». Les peuples amérindiens furent tout aussi étonnés d’observer l’acharnement au travail de leurs envahisseurs, leur fébrilité industrieuse d’insectes. Telles apparurent dont les dispositions de ce peuple étrange : Une ingéniosité technique tout à fait remarquable, mais pour le moins inutile, et souvent nuisible ; une folie bien particulière associant délire d’enrichissement et d’accumulation, cruauté sadique et propension habituelle au mensonge ; enfin une organisation sociale extravagante fondée sur le travail, scandaleusement inégalitaire, et si foncièrement ennemie de la liberté que chacun y était serviteur d’un maître, lui-même esclave. (La folle histoire du monde de Michel BOUNAN).

Tous ces anciens peuples ont été vaincus et, dans leur grande majorité, exterminés. Les armes et les techniques modernes ont eu raison de ces civilisations. Le monde est devenu une immense colonie européenne, la simplicité volontaire a été rayée de la surface du globe, la Biosphère commence à souffrir intensément.

ACV Coca Cola !

 L’analyse du cycle de vie ou ACV est une notion apparue aux Etats-Unis en 1969. Il ne s’agissait pas d’une découverte de théoriciens de l’écologie, mais d’une problématique stratégique initiée par l’entreprise Coca-cola : faut-il mettre la boisson dans une bouteille de verre ou lui préférer le plastique ? On avait pour la première fois comparé non seulement les coûts de fabrication respectifs, mais aussi l’énergie utilisée, la disponibilité des matières premières et la possibilité de recyclage après usage. La comptabilité environnementale s’est alors développée, elle permet désormais de comparer, pour chaque produit fabriqué, les gaz à effet de serre qu’il génère tout au long de sa vie, la pollution de l’air et de l’eau, le décompte des ressources naturelles utilisées, l’impact sur la biodiversité, le coût du traitement ou de la mise en décharge du déchet qu’il devient. Mais l’ACV ne mesure ni la toxicité pour l’homme, ni l’impact sur les paysages, ni le bruit et les odeurs émises, ni surtout l’utilité réelle du produit.

Coca-Cola avait donc découvert en 1969 que les contenants en plastique sont plus respectueux de la Biosphère une fois pris en compte l’essence utilisée pour rapatrier jusqu’aux lignes d’embouteillage le verre consigné. Depuis, les bouteilles plastiques ont conquis le monde entier et le pétrole qui sert à les fabriquer s’épuise. Alors la solution est simple, ajoutez toujours au calcul de l’ACV la démesure de nos besoins actuels, buvez de l’eau et non du coca cola, et vous économiserez la Biosphère.

de la Boétie

Les textes anciens et inoubliables sont rares. Le texte d’Etienne de La Boétie (éditons arléa, 2007), publié pour la première fois en 1576 est un joyau rare. Extraits :

 

« Comment il peut se faire que tant d’hommes, tant de bourgs, tant de villes, tant de nations endurent quelquefois un tyran seul, qui n’a de puissance que celle qu’ils lui donnent, qui n’a de pouvoir de leur nuire sinon tant qu’ils ont vouloir de l’endurer, qui ne saurait leur faire mal aucun sinon lorsqu’ils aiment mieux le souffrir que le contredire (…) Plus ils pillent, plus ils exigent, plus ils ruinent et détruisent, plus on leur donne, plus on les sert, de tant plus ils se fortifient  et deviennent toujours plus forts. Si on ne leur donne rien, si on ne leur obéit point, ils demeurent nus et défaits, et ne sont rien, sinon que, comme la racine n’ayant plus d’aliment, la branche devient sèche et morte (…) Celui qui vous maîtrise tant n’a que deux yeux, n’a que deux mains, n’a qu’un corps, sinon qu’il a plus que vous tous : c’est l’avantage que vous lui faites pour vous détruire. D’où a-t-il pris tant d’yeux dont il vous épie si vous ne lui donniez ? Combien a-t-il tant de mains pour vous frapper s’il ne les prend de vous ? Les pieds dont il foule vos cités, d’où les a-t-il s’ils ne sont les vôtres ? (…) »

 

Même le régime démocratique a pour La Boétie ses insuffisances : « Il y a trois sortes de tyrans. Les uns ont le royaume par élection du peuple ; les autres par la force des armes ; les autres par succession de leur famille. Pour dire la vérité, je vois bien qu’il y a entre eux quelques différences, mais de choix, je n’y en vois point, la façon de régner est toujours quasi-semblable. Celui à qui le peuple a donné l’Etat devrait être, ce me semble, plus supportable, et le serait n’était que, dès lors qu’il se voit élevé au-dessus des autres, il délibère de n’en bouger point (…) La nature de l’homme est bien d’être libre et de le vouloir être, mais sa nature est telle que naturellement, il tient le pli que l’éducation lui donne. Disons qu’à l’homme toutes choses lui sont comme naturelles, à quoi il se nourrit et s’accoutume. Ainsi la première raison de la servitude volontaire, c’est la coutume ; on ne regrette jamais ce que l’on n’a jamais eu. »

 

Les textes nouveaux sont oubliables à 99,9 % et plus. Relisons les textes anciens inoubliables, ceux qui propagent un humanisme ouvert et nous offrent des armes pour défendre la Biosphère contre ceux qui l’agressent.

  

NB : Tous les articles pour la Biosphère sont archivés et classés sur Internet,

http://biosphere.ouvaton.org/page.php?doc=2007/affichactu2

http://biosphere.ouvaton.org/page.php?fichier=2008/affichactu3

 

 

LeMonde lu par biosphere

Le président d’Airbus se fend d’un article à débats (LeMonde du 14.02.2008), le ciel comme seule limite. Il commence par un contre-sens historique : « Depuis qu’il est sapiens, l’homme cherche à se déplacer plus loin, plus vite. »

Tout au contraire l’être humain est enraciné dans un territoire. Depuis le départ de notre berceau africain seule une minorité de personnes se déplaçait : les soldats, les marchands, les aventuriers et les brigands. La masse de la population était peu mobile et le vagabondage proscrit ; on naissait, vivait et mourait dans le même village. Ce sont les exigences de la révolution industrielle, au XIXe siècle, qui tendent à élargir la mobilité au niveau national. Maintenant notre planète tout entière est occupée et des quotas limitent de façon de plus en plus importantes nos possibilités d’expatriation. On n’accepte aujourd’hui le déplacement libre par avion que pour les touristes des pays riches et les choses qui rapportent de l’argent.

Cette soi-disant « quête ancestrale » de mobilité est actualisée en fin d’article : « La fierté d’Airbus est de contribuer à satisfaire l’exigence de mobilité et de croissance exprimée par la société. »

Pourtant la société n’exprime rien d’autres que les souhaits de ceux qui font de la publicité pour les Airbus et toutes les activités du même type. Le consommateur n’est pas un roi, c’est le plus souvent juste un senior-retraité manipulé pour le faire aller le plus loin possible, le plus vite si possible. Le pétrole à bas prix a été une aubaine pour faire voler les plus lourds que l’air, l’explosion du prix du pétrole va faire exploser l’aviation commerciale en plein vol.

 Thomas Enders défend son beefsteak et l’expansion de l’aérien. Il se trouve parmi les 29 millions de personnes qui travaillent pour l’aviation commerciale. Que de chômeurs en perspective quand le prix du kérosène sera taxé et fixé comme il se doit pour défendre les dernières ressources d’une Biosphère surexploitée par la mobilité moderne.

humanisme et anthropocentrisme

L’écologie profonde est un renversement copernicien. Dans nos civilisations occidentales saturées de sentences bibliques  (« Remplissez la terre et l’assujettissez  » ordonne la Bible dans la Genèse), le changement de perspectives se heurte à des verrous rouillés au fil des siècles. Pourtant les recherches et découvertes scientifiques  montrent l’unité du monde vivant. Alors, dans un premier temps, ne retenons de l’écologie profonde, que l’exercice de décentrement. Nous plaçons l’homme au centre, voyons ce que cela donnerait de ne pas l’y mettre, de le remplacer par le phénomène de la vie. Supposons-nous gestionnaire de forêt. Pour bien des sylviculteurs, une forêt n’est une usine à bois. Voici que nous croisons, rencontre toujours émouvante, un chevreuil. Et voici que nous nous demandons : après tout, à qui appartient cette forêt ? A l’homme seul ou aussi au chevreuil, à la fourmi, au perce-neige ? N’y a-t-il pas des titres de propriété à partager ? Ce sentiment ou cette réaction induirait un type d’aménagement  auquel nous ne pensions pas, une plus forte sensibilité à la préservation de la faune et de la flore, une démarche pour ce qui deviendrait un véritable humanisme. En somme, prenons l’écologie profonde pour ce qu’elle est une méthode pédagogique qui vaut le détour.

En effet, devons-nous absolument choisir : l’homme OU la nature ?  Sommes nous condamnés à humanisme = anthropocentrisme ?  L’homme ET la nature est-ce vraiment la catastrophe ? Un humanisme  incluant le respect des formes de vie non pour leur utilité immédiate mais parce qu’elles existent et que nous sommes tous, humains et non humains, dans la même galère de l’Evolution,  est-il impossible par essence ? 

Relisons Claude Levi-Strauss pour qui notre  humanisme est « dévergondé » : « …Que règne, enfin, l’idée que les hommes, les animaux et les plantes disposent d’un capital commun de vie, de sorte que tout abus commis aux dépens d’une espèce se traduit nécessairement, dans la philosophie indigène, par une diminution de l’espérance de vie des hommes eux-mêmes, ce sont là autant de témoignages peut-être naïfs, mais combien efficaces d’un humanisme sagement conçu qui ne commence pas par soi-même mais fait à l’homme une place raisonnable dans la nature au lieu qu’il s’en institue le maître et la saccage sans même avoir égard aux besoins et aux intérêts les plus évidents de ceux qui viendront après lui. » (« Le regard éloigné » Plon, 1983)