biosphere

Bali, suite sans fin

L’actualité n’a pas d’importance en soi, l’important c’est ce qu’on fait de l’actualité, si on la juge ou non digne d’intérêt. L’effet de serre, c’est définif, a plus d’importance que toutes les paroles papales depuis l’institutionnalisation de l’Eglise catholique. Mais la société civile, sans le secours de dieu, reste à la peine. La conférence de Bali sur le changement climatique s’est achevé le 15 décembre 2007 sur le constat qu’il fallait se revoir à Copenhague en 2009 ! L’objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990 (protocole de Kyoto) n’a pas été atteint par les pays industrialisés, et on parle pourtant sans sourciller d’un objectif de réduction de 40 % entre 1990 et 2020.

 L’optimisme est au beau fixe, on envisageait même à Bali d’associer les pays émergents à la réduction des émissions, mais on continue de jouer la pièce « Le premier qui commence à perdu ». Les USA, comme chacun sait, ne veulent pas rentrer dans le jeu, du coup les pays en développement ont refusé qu’on invoque l’échéance de 2050 en ce qui les  concerne. Le seul élément constructif à terme, c’est que Washington, six ans après avoir tenté de  couler le protocole de Kyoto, reconnaît que la lutte contre le changement climatique doit s’organiser dans le cadre des Nations unies.…Il est vrai que pour les humains, c’est la première fois qu’ils sont amenés à prendre une décision pour le long terme qui rassemble l’ensemble des pays de la planète.Donc rien en presse, je vais encore pouvoir me chauffer au gaz les quelques années qu’il me reste à vivre : responsable, mais pas coupable !

La Biosphère, elle, n’est pas contente et commence à me le faire savoir…

Lemonde lu par biosphere

Dans Lemonde du 16.01.2008, Sarko : « Dieu n’asservit pas l’homme, mais le libère ; Dieu est le rempart contre la folie des hommes ». A quand la messe obligatoire dont les Français ont tant besoin ?  

Sarko ajoute «  Il y a dans toutes les cultures quelque chose d’universel ». Mais alors, comment encore une fois ne pas penser à Benoît 26 qui refaisait la colonisation à sa façon (discours lors de la conférence du conseil épiscopal latino-américaines du 13 mai dernier) : « Sans le savoir, les Indiens des cultures précolombiennes cherchaient le Christ dans leurs riches traditions religieuses. Le Christ était le sauveur auquel ils aspiraient silencieusement. Avec l’eau du baptême, l’Esprit saint est venu féconder leurs cultures, les purifiant et développant les nombreuses semences que le Verbe incarné avait mises en eux ». Je savais déjà que Benoît 16 racontait n’importe quoi, pour Sarko je commençais à m’en douter. Maintenant c’est sûr, Sarko, Benoît 16, même combat ! 

Dieu n’est pas universel, la religion n’est pas universelle, tout cela n’est qu’invention humaine. Seule la Biosphère et son équilibre à préserver peut nous servir de référent universel.

un pape « vert »

L’actualité n’a pas d’importance en soi, l’important c’est ce qu’on fait de l’actualité, si on la juge ou non digne d’intérêt. Le pape a-t-il un intérêt ?  Selon un titre du journal Lemonde du 27.12.2007, le pape Benoît 16 dénonce l’exploitation de la planète dans son message de Noël. Le sous-titre en rajoute, « paix et écologie dans le message de Noël du pape ». En fait, juste une petite phrase du pape (http://www.radiovaticana.org/fr1/Articolo.asp?c=176038) peut appuyer cette assertion : « Dans le monde, le nombre des migrants, des réfugiés, des déplacés, va toujours croissant, à cause aussi des catastrophes naturelles, qui sont souvent la conséquence de préoccupants désastres écologiques. » Pas de quoi changer la face du monde et dénoncer les innombrables dommages environnementaux. Benoît 16 est dans la droite ligne du pape précédent dont le recueil de textes environnementalistes, « Les gémissements de la création », montre que la parole écologique du pape est toujours réduite à sa plus simple expression. Il est vrai que la religion catholique, comme d’ailleurs bien d’autres religions, ne voit dans la planète qu’un domaine que les humains peuvent dominer et exploiter. Ce n’est pas ainsi que nous pourrons sauver la planète, comme l’exprime des tas de livres écolos qui se passent complètement des discours de la papauté. Benoît 16 n’est donc pas un pape « vert », contrairement à ce que laisse supposer l’article du Monde.

 

Benoît 16 est plutôt un pape sur le déclin, encore imprégné d’une théologie d’un autre âge, pape dont rien ne laisse supposer une capacité d’ouverture aux problèmes contemporains, à commencer par ceux de la Biosphère. D’ailleurs pour lui, nul besoin d’électricité et de fuel : « Laissons la lumière de ce jour (de Noël) se répandre partout : qu’elle entre dans nos cœurs, qu’elle éclaire et réchauffe nos maisons. »

NB : Tous les articles pour la Biosphère sont archivés et classés sur Internet,

http://biosphere.ouvaton.org/page.php?doc=2007/affichactu2

http://biosphere.ouvaton.org/page.php?fichier=2008/affichactu3

 

Lemonde, lu par biosphere

Dans sa lettre d’Asie (Lemonde du 15.01.2008), Sylvie met sur un piédestal Ford pour avoir été le premier à avoir la vision d’une voiture populaire, la Fort T. Pourtant on sait déjà que le fordisme va vers un échec retentissant. Après nous avoir fait miroiter la production de masse (le travail à la chaîne, la chaîne de l’esclavage de l’OS) et appliquer la consommation de masse (élévation du salaire pour que l’OS puisse supporter ses chaînes), le fordisme a abouti à l’épuisement des ressources pétrolières et au dérèglement climatique. Bonjour la vision de l’avenir !

 

Tata suit la même combine qui rapporte du fric, mais il pense aujourd’hui au marché émergent des pauvres de toute la planète. Ce n’est donc pas dans quarante ans qu’il n’y a plus de pétrole, c’est demain. Le réchauffement climatique ne va pas bondir de moins de 2 °C, mais de bien plus.

 Bonjour les imitateurs des mauvaises idées sur le marché pervers de l’innovation. Tata fait plus fort que Ford, c’est-à-dire bien pire.

Pierre Rahbi dans le TGV

L’actualité n’a pas d’importance en soi, l’important c’est ce qu’on fait de l’actualité, si on la juge ou non digne d’intérêt. Par exemple le monde peut-il (sur)vivre sans sacré ? La réponse de Pierre Rabhi est claire. « L’homme a perdu toute humilité. A l’origine, il y avait une perception sacrée de la réalité, que l’on retrouve dans l’animisme : tout ce qui existe, tout ce qui est dans la réalité est porteur de l’âme du créateur. Du fait de l’omniprésence de cet esprit immanent aux choses, l’être humain se sentait intégré à la réalité. C’était l’écologisme fondamental des tout débuts. Au moment de l’émergence des grandes civilisations, l’humanité a commencé à connaître une forme de profanation, à abuser des ressources naturelles. Dans notre civilisation vaniteuse, l’être humain croit pouvoir prétendre qu’il peut maîtriser son destin, seul avec l’aide de la déesse raison, de la science et de la technique. Il faudrait au contraire considérer la spiritualité comme le fondement même. L’univers tout entier est esprit, c’est-à-dire ce sentiment profond qui nous permet de ressentir l’arbre comme étant vivant, de sentir la vie en tout. Dès lors qu’on atteint cette dimension sacrée, on perçoit la vie comme étant respectable. Et on ne peut que la respecter. Quand on enfouit de l’humus dans la terre, il la redynamise de façon à de qu’elle puisse continuer à être féconde. C’est prodigieux. Les mots humanité, humidité et humilité sont étymologiquement  dérivés du mot humus. Je pense que nous manquons, aujourd’hui, terriblement d’humanité et d’humilité. »

 

Le plus extraordinaire, c’est que ces fortes paroles sont imprimées dans TGV magazine de décembre-janvier 2008 sous le titre Le monde peut-il (sur)vivre sans sacré ? Il y a aussi dans ce numéro un long article sur ces inconscientes grenouilles (les humains) qui ne savent pas comprendre l’urgence climatique. Mais le magazine des Trains à Grande Vitesse cultive tout, sauf l’humilité ! Pub pour l’alpha Roméo de 150 ch, pub pour les portables, beaucoup de pubs pour les sports d’hiver. Dire que les TGV suppriment toutes les petites lignes transversales de chemin de fer et fragmentent la Biosphère…

 

NB : Tous les articles pour la Biosphère sont archivés et classés sur Internet,

http://biosphere.ouvaton.org/page.php?doc=2007/affichactu2

http://biosphere.ouvaton.org/page.php?fichier=2008/affichactu3

 

padak, le Dakar

L’actualité n’a pas d’importance en soi, l’important c’est ce qu’on fait de l’actualité, si on la juge ou non digne d’intérêt. Ainsi, c’est la joie dans la Biosphère, le rallye Lisbonne-Dakar 2008 a été annulé le 4 janvier ; personne ne pouvait décemment être d’accord avec le Dakar. Officiellement cette compétition devenait dangereuse puisque condamnée par Al Qaida comme rassemblant un ramassis de « croisés, d’apostats et de mécréants ». On est presque proche de la vérité quant aux participants. En fait il s’agit uniquement d’un événement spectacle qui n’existait que parce le début du mois de janvier est en général assez vide d’informations ; il faut donc meubler ce vide existentiel par l’essence de compétiteurs motorisés. En conséquence cette organisation mercantile, organisée depuis 1978 par l’ASO (Amaury Sport Organisation), gaspillait l’énergie fossile, agressait la flore et la faune, occasionnait nombre d’accidents et devenait la vitrine de l’idiotie occidentale. Ce jeu de grands enfants représentait une approche peu respectueuse des biotopes traversés et agressés par cette furie mécanique. Il n’est que justice que l’ASO perde dans l’histoire 50 millions d’euros de chiffre d’affaires et que les fervents de l’épreuve sur poste de télé soient obligés de se reconvertir vers des spectacles moins coûteux pour l’environnement.

 

S’il faut se réjouir de cette annulation, il faut déplorer que celle-ci ne résulte pas d’une prise de conscience des hommes, mais de la peur de quelques terroristes. Ce choc de l’arrogance mécanisée des uns et de l’obscurantisme religieux des autres prouve que l’animal humain a bien peu de raisons de s’imaginer supérieur aux autres formes de vies.

 

NB : Tous les articles pour la Biosphère sont archivés et classés sur Internet, http://biosphere.ouvaton.org/page.php?doc=2007/affichactu2

 

Gandhi ne voudrait pas de la Tata Nano

Dans l’article sur la voiture la moins chère du monde, le journaliste se permet d’écrire que « la conception de la Tata Nano est fidèle aux principes du mahatma Gandhi ».Jamais je n’aurais pensé qu’une récupération puisse aller aussi loin. Gandhi n’est pas connu par des considérations générales du type « obstination » et  « irrévérence vis-à-vis des standards qui dominent l’industrie ».  Il ne faudrait jamais oublier qu’il voulait concrètement que nous revenions au plus simple, le rouet contre la machine textile et les industriels, le sel fabriqué par le pays contre le sel que nous fournit le commerce.            

 Rappel : Gandhi, qui avait rejeté le tabac dès son adolescence, avait décidé à 28 ans de vivre de la façon la plus économique possible. Il décida d’abord de boycotter son coiffeur et son blanchisseur, il s’occupait aussi directement de ses enfants, à sa façon. Gandhi avait mis les jouets d’un enfant sur une étagère. A celui-ci qui le lui demandait, il expliqua : «  Tu sais que c’est un jouet importé de l’étranger. Si je te le donne, tu sais aussi que nous ne pourrons pas jouer ensemble. »   Il se nourrissait de manière frugale et finit par se vêtir d’un simple pagne. Il avait demandé aux Indiens d’adopter le kadhi, ce coton tissé main qui permettait de rejeter les étoffes importées d’Angleterre. En filant et tissant la fibre naturelle récoltée sur le sol indien, l’Inde pouvait se mettre sur les chemins de l’indépendance, acquise en 1947.  Aujourd’hui les Hindous devraient suivre l’enseignement de Gandhi et résister aux tentations. Mais l’Inde se rêve au contraire de paillettes et de néons, elle s’éloigne de plus en plus de l’ascétisme que prêchait le père de la nation. Le kadhi n’est plus vraiment à la mode et les designers indiens ne rêvent que de conquérir les marchés occidentaux de la haute couture. Maintenant les industriels s’intéressent à la voiture à 1700 euros pour accélérer les émissions de gaz à effet de serre. Gandhi est aux antipodes de tout cela. 

Gandhi aujourd’hui aurait certainement  prédit : « En vérité, en vérité je vous le dis, le renoncement à la voiture sera un jour la loi pour tous. »

 

dernier virage

           L’actualité n’a pas d’importance en soi, l’important c’est ce qu’on fait de l’actualité, si on la juge ou non digne d’intérêt. Je commence cette semaine par l’événement qui me semble le plus significatif du tournant historique que nous allons vivre. Il s’agit d’un documentaire qui vient d’être présenté aux parlementaires français, La 11e heure, la dernière heure. Ce film parle de notre belle Terre écrasée par une chaussure, la notre, celle de notre civilisation thermo-industrielle : glaciers en capilotade, tsunamis féroces, fétus de paille humaine emportés par les eaux…Des tas de scientifiques établissent entre les images le diagnostic d’une planète malade de l’homme. Un généticien explique  combien notre « gros cerveau » nous a joué le mauvais tour de nous faire croire que nous sommes géniaux, hors la nature, pouvant faire ce que nous voulions, c’est-à-dire n’importe quoi. La crise actuelle est donc une crise de civilisation, pas une catastrophe survenue par accident. L’avidité des humains agit en profondeur sur la nature, l’humanité se développe comme un cancer qui peu à peu ronge la planète, épuise ses ressources, la pollue souvent de façon irréversible.

 

           Le célébrissime acteur Leonardo DiCaprio soutient ce documentaire (Lemonde2, 5 janvier 2008) ; l’année 2008 commence bien quand lutter contre le réchauffement climatique obtient un tel soutien. Leonardo n’en pouvait plus d’entendre des spécialistes de l’environnement se faire rabrouer pendant une émission de télévision, coincés sur leurs sièges, sans pouvoir s’expliquer.  Leonardo fait partie du mouvement écologique qui va changer le monde, il pense que ce sera comparable au combat pour les droits civiques aux Etats-Unis. Si ce film nous permet d’abandonner  notre sentiment de toute puissance et de comprendre que la seule solution est de réintégrer le plus rapidement l’humanité dans la Biosphère, alors il y a peut-être un espoir pour les décennies qui viennent.

           Nous votons aux élections, ce qui ne sert pas à grand chose, nous votons aussi chaque fois que nous prenons notre voiture ou l’avion, ce qui augmente l’effet de serre, nous sommes dans l’anthropocène et nous allons le regretter. Donc bonne année 2008, c’est-à-dire simplicité volontaire et sobriété énergétique pour tous. 

NB : Tous les articles pour la Biosphère sont archivés et classés sur Internet, http://biosphere.ouvaton.org/page.php?doc=2007/affichactu2

 

écrivez-moi

Je viens de recevoir cet intéressant article qui pose le problème de notre inefficace bavardage… Si tu as des infos écolos, je peux les publier sur ce blog…  

écrivez-moi.  

Chronique – Article publié le : 19/12/2007   À quoi bon Bali ?


La conférence de Bali a de nouveau échoué en se maintenant dans le paradigme de réduction des émissions de gaz à effet de serre par la limitation de la demande. Or, pour réduire les émissions de GES, mieux vaudrait que le carbone reste sous terre… A Bali, la 13ème conférence de l’ONU sur les changements climatiques est venue confirmer l’inconséquence des décideurs et des parties prenantes. Il est sidérant de constater que les acteurs politiques et les représentants du monde associatif présents à Bali ont la même vision réductrice de l’état d’urgence engendré par les gaz à effets de serre. Cette lecture minimaliste se traduit dans les propositions du dispositif technique à mettre en œuvre : elles sont de manière criante en deçà des mesures nécessaires. Les objectifs fixés avant Bali étaient déjà insuffisants: pas plus de deux degrés de hausse des températures d’ici à la fin du siècle, diviser par deux les émissions mondiales de gaz à effet de serre, le pic doit culminer d’ici à 2020. Ces propositions se fondent sur un diagnostic erroné et il suffit de tenir compte de ce que disent les scientifiques pour constater qu’il faut mettre la barre plus haut.
Dans le dernier rapport du GIEC de novembre 2007, il est préconisé que les pays industrialisés divisent par 20 leurs émissions de gaz à effet de serre. Or, cela fait plus de cinq ans que les stratèges du climat préconisent une simple réduction par quatre pour ces pays-là. Comment expliquer ce négationnisme de l’urgence ? Déni, aveuglement, lâcheté ? Aux sommets de La Haye en 1998, à Marrakech en 2001, à Johannesburg en 2002, les mêmes mots sont ressassés : « nous sommes sur les bons rails ». La langue de bois environnementale existe : elle s’exerce à merveille dans ces grandes rencontres de la diplomatie verte où les hauts dirigeants du monde entier simulent collectivement la prise de conscience des risques climatiques. Une fois encore, les participants se sont empressés de se vanter auprès des médias du « pas décisif », de la « grande avancée », ou encore d’un hypothétique « processus volontariste » que constitue la feuille de route adoptée à la conférence onusienne de Bali. Mais les émissions continuent à augmenter, les ravages des dérèglements climatiques créent de nouveaux éco-réfugiés ou éco-sinistrés, la fonte des glaces ne cesse pas.

Face au manque d’efficience de ces grands sommets, une question sous-jacente apparaît : ce genre de conférence va-t-il nous sauver ? Combien de fois encore devrons-nous contempler le spectacle de ce grand cirque consensuel dont ne résulte jamais de mesures courageuses ? En l’occurrence, la feuille de route proposée à l’issue des négociations ne propose aucune référence chiffrée de réduction des gaz à effet de serre. Les Européens et certains pays du G77 – y compris la Chine – souhaitaient pourtant des références quantifiées. Nous ne disposons actuellement que d’un calendrier fixant les échéances de nouvelles négociations supposées donner forme au successeur du Protocole de Kyoto qui fête cette année ses dix ans d’existence. Les objectifs – déjà minimes – qu’il préconisait, pour 2008-2012 ne seront pas atteints.

Au fond, c’est toute la logique du dispositif de ce protocole qui serait à revoir. Une meilleure façon de concevoir un plan climat serait de s’intéresser aux extracteurs d’énergies fossiles -les pays de l’OPEP en somme-, et aux sources de l’offre énergétique, plutôt qu’aux émetteurs et à la demande. Kyoto avait cette ambition folle de contenir les émissions de milliards de personnes, de tous les conducteurs individuels d’automobiles, de toutes les industries mondiales. Dans les pays producteurs, le pétrole est généralement nationalisé, cela reviendrait à ne devoir négocier qu’avec les gouvernements. Nous réduirions ainsi le nombre d’interlocuteurs à convaincre de plusieurs milliards à une douzaine. En cela, le protocole de déplétion proposé par le regroupement national d’experts « Association for the Study of Peak Oil » (ASPO), visant à réduire progressivement les importations de pétrole permet une économie véritablement durable. Le Protocole offre également aux nations les moyens de réduire coopérativement leur dépendance au pétrole. Le détail de ce texte peut être trouvé sur le site qui lui est consacré : www.oildepletionprotocol.org. Pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, mieux vaut en effet que le carbone reste sous terre. La conférence de Bali a échoué en ce sens : elle n’a pas su questionner la grille de lecture déjà en place. En se maintenant dans le même paradigme de réduction des émissions de gaz à effets de serre par la limitation de la demande, elle est passée à côté du paradigme décisif de la décroissance de l’extraction des ressources fossiles.

Prenons l’exemple d’une personne en partance pour un long voyage, en plein dilemme, seule face à sa conscience d’éco citoyen. Cet individu doit partir en Amérique Latine : prend-t-il ou ne prend-t-il pas l’avion ? Du côté de la demande, il y a deux manières de croire que l’on est vertueux : on peut ne pas prendre l’avion, mais il décollera certainement quand même. On peut aussi s’acheter une indulgence : compenser son émission excessive de gaz à effet de serre en payant quelques arbres, en contribuant à la reforestation de pays dévastés. Ce genre de « compensation carbone » est un luxe que seuls les très riches peuvent se permettre et n’a pas d’impact immédiat, ni réellement efficace sur l’absorption de CO2.

Une mesure réellement effective en revanche, serait envisageable du côté de l’offre. En réussissant à convaincre un pays producteur comme l’Arabie Saoudite de modérer sa vente. Si elle consentait à ne plus produire que 9 millions de barils par jour, au lieu des 10 habituels, cela constituerait une réduction équivalente d’émissions de gaz à effet de serre. L’offre de pétrole diminuerait, par conséquent, les prix augmenteraient ce qui garantirait un revenu en pétrodollars à peu près équivalent pour l’Arabie Saoudite. Cette mesure alternative aurait prise sur le réel, sur le moléculaire, et c’est ce qui a cruellement manqué à Bali.

Yves COCHET

Mathématicien, ancien Ministre de l’Environnement, Député de la 11e circonscription de Paris.

Source : http://www.actu-environnement.com/ae/news/chronique_yves_cochet_conference_bali_4137.php4

spes salvi, on est mal parti

Après sa première encyclique consacrée à la charité, Benoît 16 a publié fin novembre 2007 une seconde sur le thème de l’espérance (Spes salvi) : « Le progrès offre de nouvelles possibilités pour le bien, mais des possibilités abyssales pour le mal », écrit Benoît 16, pour qui, sans éthique, l’idéologie du progrès indéfini reste une menace pour le monde. « On demande trop à la science, dit l’encyclique. La science peut contribuer à l’humanisation du monde. Elle peut détruire l’homme et le monde si elle n’est pas orientée par des forces qui se trouvent hors d’elles. » (source : Le Monde du 1er décembre 2007)

 Le problème,  c’est que Benoît fait confiance en un Dieu incarné (Jésus-Christ) proche des hommes, qui ne peut donc être qu’une projection du fantasme des hommes qui se prennent pour dieu. Il suffit de remplacer « Dieu » par « Biosphère (nature) », et le discours de Benoît 16 se comprend de façon concrète ! Il faut complètement extérioriser la source de l’espérance, et reconsidérer la Biosphère comme notre Mère et notre Père, ce qui est autre et nous a mis au monde, ce qui est en réalité puisque nous ne sommes effectivement qu’une forme de vie qui dépend des autres formes de vie.

 Un monde sans respect de la nature est un monde sans espérance pour les générations futures. La justice de la Biosphère est supérieure à celle de l’homme, le réchauffement climatique ou la stérilisation des sols sanctionnera les dérives folles de l’activisme humain.

 

Pour une autre approche de l’écologie : http://biosphere.ouvaton.org/


animisme ou débilité ?

Contrairement aux religions du livre où un clergé demande aux fidèles de réaffirmer constamment leur foi, la croyance n’est pas un dogme dans l’animisme, c’est une expérience vécue. Pour les animistes, les entités naturelles non humaines (animaux, plantes ou objets) possèdent une âme et des intentions semblables à  celles de l’homme. On ne se pose pas la question de savoir si l’on croit ou non dans les esprits de la nature, c’est une expérience que l’on fait et que l’on interprète chacun à sa manière. Chez les Achuars par exemple, les individus entretiennent des rapports très étroits, de personne à personne, avec des animaux ou des plantes avec lesquels ils conversent en rêve et auxquels ils adressent des incantations. Tout cela les touche au fond de leur propre esprit. L’animisme suppose la multiplicité des manières d’habiter le monde, mais attribue à tous les êtres le même genre d’intentionnalité, ce qui permet d’établir de véritables dialogues avec des êtres de la nature.  Il n’y a plus de différence entre l’entité humaine et l’entité non humaine, il y a un rapport d’égalité. 

           Dans le monde actuel, il y a anthropisation forcenée, c’est-à-dire transformation exacerbée par l’action de l’homme des écosystèmes terrestres et aquatiques, et plus généralement des conditions environnementales. C’est une des facettes de l’anthropocentrisme, cette attitude folle qui consiste à faire des humains le centre de l’univers et, de ce fait, des propriétaires de la biosphère : la classe globale se comporte à sa guise sans se soucier de l’environnement (usus, fructus et abusus) alors qu’elle partage la planète avec toutes les autres espèces vivantes. Cette attitude n’est pas durable. L’anthropocentrisme doit être remplacé par un biocentrisme (ou écologie profonde), une attitude écologique qui limitera l’anthropisation. Un retour à l’animisme serait-il nécessaire ?

Lemonde lu par Biosphere

Dans notre journal du 10.01.32008, une pub tout en bleu nous indique que rouler avec le diester, c’est lutter contre le réchauffement climatique. On nous assène par exemple que cet agrocarburant restitue 3,7 fois plus d’énergie qu’il n’en consomme pour sa production. On s’appuie implicitement sur l’Ademe (agence nationale de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), mais cet organisme est depuis 1994 noyauté par l’Agrice (groupement pour développer des nouveaux marchés pour l’énergie et la chimie). Comment faire confiance à des lobbies ?

Selon le professeur Pimentel, les chiffres donnés par l’Ademe sur l’écobilan des agrocarburants mentent par omission. Il faut en effet tenir compte de la fin des jachères qui pose le problème de la biodiversité végétale et animale. Il faut  constater que le productivisme agricole entraîne partout l’appauvrissement des sols arables. Il faut aussi noter que les surfaces cultivées par tête d’habitant diminuent fortement étant donné l’expansion démographique humaine.

 Cette pub fait croire aux automobilistes qu’ils vont pouvoir encore longtemps multiplier les distances parcourues avec des véhicules propres. Il faut donc en conclure que cette pub constitue une agression contre la Biosphère. Il n’y a pas de bio-carburants, il n’y a pas d’agrocarburants, il n’y a que des nécro-carburants. L’augmentation du prix des aliments, la diminution accélérée des réserves alimentaires, les famines à venir, tout cela est programmé sous le slogan-propagande « lutte contre le réchauffement climatique » !

Malheureusement ceux qui ont de l’argent pour se payer des pub dans Lemonde sont les mêmes que ceux qui détruisent notre planète… 

NB : tu trouveras sur google beaucoup de références sur le professeur Pimentel, aucune sur le coefficient de 3,7  « selon la méthode des allocations massiques entre produits » citée par cette pub.

tous contre l’effet de serre

Si la Cour suprême de la première puissance du monde  commence à défendre les intérêts de la Biosphère, tout devient possible ! Dommage cependant que tous les criminels envers l’environnement ne soient pas encore jugés séance tenante.

 

Saisie pour la première fois d’une question touchant à la politique de l’environnement, la Cour suprême des Etats-Unis a infligé le 2 avril 2007 un revers aux folies de George Bush. Par 5 voix contre 4, les sages ont donné tort à l’Agence de la protection de l’environnement (EPA), qui s’estimait non tenue de réglementer les émissions de gaz à effet de serre (GES). Les constructeurs automobiles, qui s’étaient bien sûr rangés du côté de l’agence, ont réitéré leur préférence pour « une approche nationale, fédérale et incluant toute l’économie ». Le Massachusetts, qui avait porté plainte avec l’appui de 11 autres Etats, soutenait que ces gaz sont des polluants que le gouvernement se doit de combattre en vertu de la loi sur la propreté de l’air de 1972.

Sans se prononcer sur le lien entre GES et changement climatique, la Cour a jugé que l’EPA avait bien autorité pour réguler les émissions provoquées par le transport automobile et que, si elle ne souhaitait pas le faire, elle devait présenter des arguments scientifiques et non arguer de ce que le problème des émissions ne peut être réglé que dans un contexte international. Les défenseurs de l’environnement se sont donc réjouis d’une décision « majeure » qui permettra aux Etats ayant pris des mesures contraignantes de faire pression sur le gouvernement. Il ne faut rien attendre de la part de M. Bush, qui réaffirme constamment que fixer des plafonds de GES n’avait pas de sens si la Chine ou l’Inde ne pratiquaient pas la même politique : ce n’est pas moi, c’est lui ! Mais qui a commencé ?

L’idiot imite le fou

Mao disait à son époque qu’il fallait savoir marcher sur ses deux jambes, l’agriculture et l’industrie. La Biosphère sait que cela ne suffit pas, les paysans doivent rester à la terre, les villes doivent se vider de leurs habitants, le mode de vie occidental n’est pas généralisable A force de vouloir imiter le dragon américain, les pays asiatiques connaîtront la chute en même temps que le capitalisme mondial.

 

Ainsi va la folie humaine. Les députés chinois ont voté en mars 2007 une loi permettant la propriété privée, ce qui va instaurer un capitalisme encore plus prédateur sur les ressources. De son côté, l’Inde continue d’appliquer une loi britannique de 1894 qui stipule que « toute terre agricole peut être réquisition en vue du développement de l’industrie ». Il faut en effet instaurer le plus de SEZ possibles, ces zones économiques spéciales qui installeront des complexes pétrochimiques et produiront des voitures  à la chaîne. La Chine et l’Inde font la course à la croissance économique. Deux cents SEZ ont été constituées en Inde en 2006, d’autres en Chine. Dans ce contexte, il a fallu la mort de 14 personnes près de Calcutta lors d’affrontements entre manifestations et forces de police pour que le projet industriel prévoyant le rachat de plus de 4000 hectares de terres fertiles soit gelé. Pourtant la terre est une ressource rare qui fournit des emplois à 60 % de la population. Les paysans indiens se révoltent contre un gouvernement qui veut accomplir l’objectif de 9,2 % de croissance du PIB avec une industrialisation systématique du pays, les paysans chinois se révoltent aussi.

Lemonde lu par biosphere

L’Editorial du Monde (8.01.2008) estime que « La croissance est la mère de toutes les réformes ». La Biosphère constate qu’elle serait plutôt la source de tous les vices, détérioration climatique, désertification des sols, épuisement des ressources, perte de biodiversité, inégalités acceptées… et j’en passe.

Les rédacteurs du Monde devraient s’intéresser aux nouvelles problématiques du bac SES (sciences économiques et sociales) qui posent la question des relations de plus en plus difficiles entre croissance et environnement. Un éditorial du Monde ne peut être un acte de foi en la croissance, souvent ce sont les crises qui sont les plus aptes à mettre en place de véritables réformes « de civilisation »…

Mao, au secours !

Mao, au secours ! Les Chinois sont devenus fous et sabordent la Biosphère.

 

En inscrivant la question du développement durable au cœur du Xe plan (2006-2010), Pékin initie une dynamique qui reste plus économique qu’écologique. Il s’agit en effet principalement d’un marché « vert » qui profite aux industriels « de l’environnement ». Symbolique d’ailleurs cette autre priorité du plan de voir décoller rapidement le marché de la voiture électrique ! Il n’est pas question de régulation de l’urbanisation, de gouvernance des besoins, de maintien de l’activité rurale…

 

Pourtant le pays souffre déjà d’une grave pénurie d’eau, avec une quantité moyenne par personne égale au quart de la moyenne mondiale. La Chine, premier consommateur de charbon (38,6 % du total mondial) assure 68 % de ses besoins énergétiques avec une ressource émettrice de CO2 et de dioxyde de soufre. La Chine a même devancé en 2007 les USA en termes d’émissions de gaz à effet de serre. Les premières lois de l’environnement datent d’il y a vingt ans à peine, une époque où l’économie était encore planifiée de façon impérative. Aujourd’hui que la Chine est en transition vers le capitalisme, c’est la corruption qui l’emporte au niveau local et le Sepa (Agence chinoise de l’environnement) ne peut pas faire grand chose. On se contente de lancer des « tempêtes », campagne de dénonciation nominative de quelques pollutions trop visibles.

 

NB : Tous les articles pour la Biosphère sont archivés et classés sur Internet, http://biosphere.ouvaton.org/page.php?doc=2007/affichactu2

 

signes de folie

La Biosphère n’a pas besoin de naissances non désirées, elle étouffe déjà sous le nombre d’humains… Pourtant il aura fallu une année de débat parlementaire pour que la loi Neuwirth sur la « prophylaxie anticonceptionnelle » soit adoptée et promulguée le 28 décembre 1967. Pour illustrer l’état des mentalités de l’époque, quelques signes de folie :

Le député Jacques Hébert : « Détruire la vie avant la fécondation, après la fécondation, avant la nidation, après la nidation, revient au même sur le plan de l’éthique. Nous avons le devoir de ne pas autoriser la diffusion de produits dont les conséquences lointaines sont encore mal connues. » Le fondement éthique n’a pas de fond fondamental, par contre les conséquences sanitaires de tout produit doit être soigneusement testées, ce qui avait  été fait depuis des années dans les pays anglo-saxons. (La pilule est mise en vente sur le marché américain en 1960).

Le député Claude Peyret : « L’assurance contre la grossesse est une solution de facilité qui voudrait remplacer la maîtrise de soi, quand celle-ci doit être le but de toute éducation ». Malgré la diffusion de la contraception, plus de 200 0000 interruptions volontaires de grossesse sont enregistrées encore aujourd’hui en France. La maîtrise de soi n’est pas l’apanage de la jeunesse…

Le député Jean Couymaros : « Les enfants ne sont pas toujours engendrés par la réflexion et par la raison, mais dans un élan d’amour irrésistible, comme l’exigent la nature et l’instinct de continuité de l’espèce humaine. » Encore un retardé intellectuel qui croit comme Sarkozy que les humains sont programmés génétiquement !

            En définitive la loi n’entrera en vigueur qu’en 1969, les décrets d’application étant longtemps restés bloqués sous la pression, notamment, de l’Eglise catholique. Quel monde laisserons-nous à nos enfants ? 

NB : Tous les articles pour la Biosphère sont archivés et classés sur Internet, http://biosphere.ouvaton.org/

civilisation Sarko

Sarko parle de civilisation. Mais de quoi s’agit-il?

 

 L’édifice de la civilisation occidentale a atteint un stupéfiant degré de complexité. Mais plus il devient complexe, plus nous avons l’impression de nous éloigner de nos racines originelles. Plus nous nous engageons dans un monde conçu par nous-mêmes, plus nous abandonnons notre ancrage dans la nature. Sommes-nous si uniques et si puissants que nous puissions nous tenir pour séparés de notre terre ? Beaucoup d’entre nous agissent, et pensent, comme si la réponse était OUI. Il n’est en effet que trop facile d’envisager la planète comme une collection de « ressources » dont la valeur intrinsèque ne dépasse pas leur utilité momentanée.

 

Nous avons alors industrialisé le processus de transformation de l’oxygène en gaz carbonique grâce à des inventions telles que la machine à vapeur ou le moteur à explosion sans prendre en considération les limites d’absorption du CO2 par notre planète. Nous avons industrialisé la production d’informations (presse à imprimer ou ordinateur) en oubliant de tenir compte de notre capacité limitée à assimiler les connaissances nouvelles. Nous sommes convaincus que nous n’avons pas à souffrir du froid ou de la chaleur. Nous voulons guérir nos malades, voler dans les airs, illuminer les nuits. Et pendant que nous croyons que nos besoins et nos caprices sont satisfaits, en réalité nous sommes en train de passer le Jardin d’Eden au rouleau compresseur. En fin de compte, la crise de l’environnement illustre la confiance aveugle en notre capacité de relever n’importe quel défi : on rassemble à son sujet des tonnes d’informations, on les divise en éléments simples à étudier et on croit trouver finalement une solution technique. Fadaise ! Il y a tant d’informations nouvelles produites chaque jour que leur avalanche a étouffé le lent mécanisme de maturation qui change la connaissance en sagesse. De plus l’idée selon laquelle de nouvelles technologies peuvent résoudre tous nos problèmes constitue l’élément central d’un mode de pensée défaillant.

 

Se placer dans une perspective écologique implique d’adopter une vision non spécialisée de la planète, d’essayer de comprendre comment ces différentes composantes interagissent les unes avec les autres selon des modalités qui tendent à l’équilibre et perdurent à travers les années. Cette perspective ne peut envisager la Terre comme un objet séparé de la civilisation humaine : nous appartenons, nous aussi, à  cet ensemble. Mais cet ensemble ne fonctionne pas selon les lois simples des rapports de cause à effet auxquels nous sommes accoutumés. On ne peut plus adapter la Biosphère à notre convenance selon des rites spécialisés, on doit dorénavant chercher à s’adapter à ses rythmes globaux.

NB : Tous les articles pour la Biosphère sont archivés et classés sur Internet, http://biosphere.ouvaton.org/page.php?doc=2007/affichactu2

 

paraître, ou non

L’article ci-dessous n’est pas passé dans le courrier des lecteurs du Monde. Si c’est écolo, si tu  as eu la même déconvenue, envoie-moi ton article pour parution sur ce blog… envoyé au courrier des lecteurs du journal Lemonde :Selon Le Monde (numéro du 16 novembre 2007), « les grands groupes d’électricité prônent tous le retour du nucléaire ». C’est le titre exact de l’article, écrit en très gros et très épais ! Mais lors de ce XXe Congrès mondial de l’énergie, nulle trace d’une ONG environnementaliste ou même l’existence d’experts indépendants. Or les dirigeants des multinationales du secteur ne peuvent que promouvoir ce pour quoi ils sont payés. Plus dramatique, les politiques suivent le diktat des entreprises lorsque le président Romano Prodi veut intensifier la recherche dans le nucléaire ! Comme les opposants ont été mis à la porte, tout ce beau monde peut estimer sans l’ombre d’une contestation que l’énergie nucléaire est indispensable. Alors voici quelques questions que j’aimerais poser à mon quotidien préféré : Les lecteurs ont du mal à savoir qui dit vrai et qui dit faux. Ne faut-il pas que le Monde leur donne tous les moyens de juger en toute connaissance de cause ? En conséquence, un journal qui se veut objectif ne devrait-il pas laisser une place à un article critique qui puisse compenser ce qui s’apparente à de la propagande pro-nucléaire ? Tout au moins un journaliste qui fait un commentaire d’un Congrès ne devrait-il pas donner plus de place au mouvement écologiste à l’intérieur de son article ?   Réponse de Nadine Avelange, chargée du Courrier des lecteurs :Cher lecteur, J’ai bien reçu votre courrier et vous remercie de nous avoir fait part de vos remarques. Compte tenu du nombre important de lettres reçues, entre 300 et 500 par semaine selon l’actualité, je ne peux vous assurer de publier votre point de vue. Je vous prie de croire à mes sentiments les meilleurs.

Conclusion : à ce jour, toujours aucune autre nouvelle…

intégriste, qui ?

            De plus en plus de gens sérieux traitent les écolos d’ayatollahs verts. Dans Lemonde du 13.12.2007, le professeur Michel Godet qui officie au CNAM va encore plus loin en utilisant l’expression « Khmers verts pour qui la disparition de l’homme blanc occidental serait une bonne nouvelle pour la nature : place aux loups, eux au moins ne polluent pas ! ».  Un écolo qui veut préserver une espèce en voie de disparition ne peut certainement pas être assimilé à des Khmers qui ont anéanti une bonne partie  de la population de leur pays. On observe malheureusement de plus en plus fréquemment ce recours à un type d’amalgame polémique qu’on peut baptiser reducio ad hitlerum. Que Hitler, Khomeyni ou Pol Pot ait partagé une opinion ne suffit certes pas à réfuter cette opinion ! Michel Godet est docteur en statistique et en économie, il ne montre aucune compétence quant au nécessaire respect de la biodiversité, aucun respect pour ceux qui ne sont pas d’accord avec lui, aucune ouverture d’esprit. C’est un universitaire français.         

 

Dans le même article, il assène d’autres énormités du style « Si on appliquait le principe de précaution, on ne ferait pas d’enfants ! ». Il est vrai que Michel Godet est aussi membre du haut conseil de la population auprès du Président de la République. Pas étonnant alors qu’il se lance dans des diatribes sur un développement  durable qui s’accompagne nécessairement d’enfants et de berceaux pour éviter le « suicide démographique ». Est-ce cela les scientifiques qui nous conseillent ? 

 

Cumulard, Michel Godet est aussi membre de l’Académie des technologies, cette jeunette créée en l’an 2000 dans le but « d’éclairer la Société sur le meilleur usage des technologies ». Quand je vois le niveau de raisonnement de Michel Godet, sa croyance à la pléthore de pétrole cher, sa confiance aveugle en Claude Allègre qui, à lui tout seul, raisonne mieux que tous les experts du GIEC, je sais déjà que les lumières pour éclairer notre avenir sont bien éteintes.

 

            Notre futur est aux mains des nouveaux intégristes de la croissance pour qui tout principe de précaution est un frein à l’innovation et à la concurrence internationale. Il faut faire comme moi, dénoncer directement le non-sens auprès du journal incriminé ou agir publiquement si possible. 

NB : Tous les articles pour la Biosphère sont archivés et classés sur Internet, http://biosphere.ouvaton.org/page.php?doc=2007/affichactu2