Brésil, Hongrie, France, l’ED au pouvoir

L’expérience de Bolsonaro au Brésil montre que la victoire de l’extrême droite n’est jamais anodine. Une fois aux responsabilités, l’extrême droite ne se modère pas. Au pouvoir de 2019 à 2023, le capitaine a entraîné le Brésil dans quatre années tragiques et ubuesques, entre désastre du Covid-19, saccage de l’Amazonie, explosion des armes à feu, vulgarité, machisme et homophobie exacerbée, ostracisme international… Il a nommé des fidèles au sommet de la justice, de l’armée, de la police, de la diplomatie. Année après année, il a jeté dans la rue des centaines de milliers de partisans déchaînés, convaincus par ces thèses victimaires et conspirationnistes. Tout cela aboutit au traumatisme du 8 janvier 2023 avec le saccage des institutions de Brasilia par des foules fanatisées.

En quelques années en Hongrie, avec Viktor Orban, le système d’équilibre des pouvoirs a disparu. Après la défaite électorale de 2002, Orban a commencé à utiliser des récits populistes nationalistes. En 2010, sa supermajorité parlementaire a permis à Orban de placer ses amis fidèles dans chaque institution de l’Etat. Ils ont été parachutés pour des mandats de neuf à douze ans à la Cour constitutionnelle, à l’autorité nationale des médias, à l’autorité de la concurrence, à la Cour des comptes et au bureau du procureur. M. Orban a renforcé le contrôle des médias, nommant des rédacteurs en chef fidèles au parti. Les prêts généreux accordés par les banques d’Etat ont aidé les amis du parti à acquérir d’importants médias privés, tels que des journaux régionaux, des radios d’information, les plus grands portails en ligne et des chaînes de télévision privées.Les rivaux politiques d’Orban ont été efficacement discrédités par des campagnes de diffamation et diverses théories du complot. Le système d’équilibre des pouvoirs qui devait protéger l’intégrité du système démocratique a disparu.

Jordan Bardella en France, un anti-écolo au pouvoir ce serait inquiétant. Le programme actuel du Rassemblement national (RN) a pour slogan : « Pour l’écologie de la joie de vivre des Français en France ». Mais en quoi l’écologie participe-t-elle au bonheur d’être français ? Le RN avance l’idée d’une « écologie positive », en l’opposant à une « écologie punitive », c’est-à-dire contraignante, et notamment au Green Deal, « imposé » par l’Union européenne. Mais cette « écologie positive » n’est jamais définie précisément. Cela se résume aux déclarations récentes de Marine Le Pen en faveur du « produire local, manger local » et à prôner une économie « durable » peu définie. Mais en quoi le localisme est-il écologique ? Pourquoi le RN chercherait-il à développer un discours écologique sachant qu’une majorité de ses électeurs considère les écolos avec mépris ? Depuis 2009, les eurodéputés RN (dont Jordan Bardella, élu en 2019) ont voté contre chacune des réformes climatiques proposées. De même, ils ont voté pour la réautorisation des insecticides néonicotinoïdes, suspectés de tuer les abeilles. Continuant dans cette logique, en 2021, Marine Le Pen proposait un moratoire sur l’éolien et le solaire photovoltaïque, et de démanteler les éoliennes déjà en place. A quoi ressemblerait un possible ministère de l’écologie sous un gouvernement RN ? Il s’agirait d’une politique de maintien des « beaux paysages », avec le démantèlement des parcs d’éoliennes, d’un soutien à une agriculture intensive et industrielle, avec des moratoires sur la toxicité des produits phytosanitaires et des engrais utilisés, d’une politique de développement du parc nucléaire.

On verra demain soir 7 juillet , après le vote du deuxième tour des législatives, la place que donne les Français à l’idéologie de l’extrême droite. Bravo la dissolution, les nouveaux députés seront là pour cinq ans… sauf nouvelle dissolution seulement possible après juillet 2025 !

8 réflexions sur “Brésil, Hongrie, France, l’ED au pouvoir”

  1. Celles et ceux qui votent RN considèrent les deux autres catégories comme des parasites, car ils en ont marre de les tenir à bout de bras pour les faire vivre ! Celles et ceux qui votent RN sont ceux qui travaillent dans les métiers de production, et ils en marre d’être de moins en moins de travailleurs pour faire vivre de plus en plus de personnes qui ne travaillent pas, et en ont marre que la France perde ses industries !

    1. Misère misère !

      N’importe quoi ! Et tous ces vieux retraités qui votent RN, ils travaillent dans la production peut-être ? Et les flics, et les militaires, ils produisent quoi ?
      Quand je pense que des intellos dans ton genre ont le droit de voter…

      1. C’est toi qui ne sait pas compter ! Tu ne vas pas faire croire qu’il y a 9,4 millions de policiers en France puisque ce chiffre correspond au nombre d’électeurs du RN !

  2. Esprit critique

    Deux autres exemples, en Europe :
    – L’écologie sous un régime d’extrême droite : en Italie, la Première ministre Giorgia Meloni a «tiré le frein à main» sur la transition ( vert.eco 28/06/2024 )
    – Aux Pays-Bas, l’extrême droite climatosceptique veut détruire l’environnement
    ( nova.fr 3 juillet 2024 )

    L’intérêt de l’extrême droite pour l’écologie est bien connu.
    Ce n’est que par pur opportunisme que ces partis, partout en Europe et dans le monde, se sont emparés de l’écologie.
    – Enquête sur l’écofascisme : comment l’extrême droite veut récupérer l’écologie
    ( Reporterre 1er février 2022 )
    Qu’ils soient dits textuellement ou seulement sous-entendus… notons que ces propos retranscrits ici par Reporterre ne nous sont pas étrangers sur ce blog.
    D’où ma sempiternelle question : Vu que l’argumentation logique, rationnelle, intelligente, ne sert à rien avec ces misérables… comment faut-il faire pour les neutraliser ?

    1. Delenda est sinistra

      L’ écologie n’est ni de droite ni de gauche , elle ressortit du bon sens consistant à collaborer intelligemment avec elle car elle détient la clé de notre survie .
      Curieux de savoir si un gouvernement de gauche extrême (pléonasme) ferait mieux qu’ un gouvernement ordinaire : la réponse est non bien entendu .
      La gauche est dictatoriale , stérile (cfr commentaire de BGA),irréfléchie et n’ a qu’ un objectif la destruction de toute civilisation comme l’ islam d’ ailleurs ; en cela ils se ressemblent .
      A chaque fois que la gauche , s’est associée à cette doctrine d’ arriérés , ells s’ est fait dessouder 😁😁😁 (gauchistes, à vos grues)

      1. Delenda est sinistra

        Prenons le cas de la Wallonie où sévit une certaine Céline Tellier, diplômée en sciences popol et sociales, en charge de l’ environnement , la seule mesure intelligente qu’ elle ait prise étatit le remembrement des haies , à part cela , c’et bernique et elle appartient au groupe ecolo , groupe pasteque par excellence , ravagé aux dernières élections 😂😂

  3. Arrivé à l’improviste à Moscou, vendredi 5 juillet, pour des entretiens avec le président Vladimir Poutine au sujet de la guerre en Ukraine, le premier ministre hongrois, Viktor Orban, était confiant. Entre dictateurs, on croit se comprendre. Celui qui occupe pour six mois la présidence tournante de l’Union européenne (UE) se sentait pousser des ailes. Mais Poutine a expliqué à Orban le b.a-ba du compromis à sens unique : « La paix est envisageable seulement si l’Ukraine retire ses troupes… d’Ukraine. »
    NB : Le Conseil européen est représenté en politique étrangère uniquement par le président du Conseil européen, Charles Michel… Orban ne roule que pour lui. Un dictateur sait mieux que personne ce qui est bon pour le peuple.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *