épuisement des ressources

fin du fordisme (suite)

le point de vue de Richard Heinberg qui me semble compléter ma chronique précédente sur la fin du fordisme :

« L’enjeu, c’est que nous risquons d’être confrontés dans les toutes prochaines années à des prix très élevés des carburants et à la raréfaction des ressources fossiles – y compris du charbon, dont les réserves ont été largement surestimées. Dès que l’économie va repartir, la demande va augmenter et se heurter aux limites des ressources fossiles, ce qui pourrait projeter l’économie dans une spirale de récession encore plus vertigineuse. A la mi-2008, nous avons vu le prix du pétrole atteindre les 147 dollars le baril. Les gens ont cessé d’acheter des voitures, ils se sont mis à moins conduire, et l’industrie aérienne a beaucoup souffert. Dans notre système économique, tout le monde table sur une croissance continue. Or la croissance implique la hausse de la consommation d’énergie. Du coup, lorsque les prix de l’énergie ont augmenté de manière si dramatique, cela a eu pour effet que les investissements drainés par des actions en bourse jusque là en hausse se sont soudain effondrés comme un château de cartes.

« Nous devrions rationner les carburants. Les citoyens devraient se voir attribuer une quantité déterminée de pétrole, qui réduirait d’année en année. Certes le mot « rationnement » est tabou et rappelle la deuxième guerre mondiale. Mais je pense que nous entrons dans une période de crise d’une échelle comparable à celle de la deuxième guerre mondiale. Donc nous devons songer à nous rationner afin de conserver l’énergie pour des besoins de base. Pour le moment, le rationnement se fait par les prix. Si les prix quintuplent aux Etats-Unis, seuls les riches pourront continuer à conduire des automobiles. Or, ce n’est pas la manière la plus juste d’allouer des ressources en voie de raréfaction. »

http://www.actu-environnement.com/ae/news/retour_croissance_economie_7181.php4 

empreinte écolo

Mathis Wackernagel, co-inventeur de l’empreinte écologique, veut croire à la fin prochaine du PIB (LeMonde du 15 avril) : « Cet indicateur, c’est terrible, est le seul qui permette d’appréhender la dégradation écologique ». Précisons grâce au livre récent L’empreinte écologique d’Aurélien Boutaud et Natacha Gondran :

Le parallèle avec le produit intérieur brut apparaît assez pédagogique. Le PIB ne mesure qu’une partie seulement de l’activité qui s’opère au sein de l’éconosphère, celle qui fait l’objet d’un échange monétaire. De son côté l’empreinte écologique limite son propre champ d’étude à cette partie régénérative et biologique de l’écosystème, cette partie du capital naturel essentiel à la vie (life-supporting natural capital).Lorsque nous nous déplaçons, lorsque nous mangeons, lorsque nous travaillons ou lors de nos loisirs, nous mobilisons une quantité de matières premières et/ou d’énergie issue de la biosphère, ou ayant un impact sur elle. Quand l’empreinte écologique de l’humanité est supérieure à la biocapacité totale de notre planète, alors la situation est insoutenable. On parle alors de dépassement écologique. L’empreinte écologique mondiale a dépassé pour la première fois la biocapacité mondiale en 1987. Depuis cette date, les activités humaines sollicitent chaque année plus de services issus de la biosphère que celle-ci est capable d’en régénérer. Requiescant in pace

Terminons sans humour : En 2003, seul Cuba parvenait à concilier un haut niveau de développement humain (IDH supérieur à 0,800) et une empreinte écologique inférieure à la biocapacité moyenne mondiale par habitant (1,8 hag).

condamné à mort

Le niveau des océans augmenterait d’un mètre d’ici à la fin du XXIe siècle. Pourtant nous allons manquer d’eau (douce). C’est ce qu’affirme le troisième rapport mondial des Nations unies sur les ressources en eau. Pour la première fois le ton est alarmant : une crise planétaire des ressources en eau menace. Si rien n’est fait, le développement humain et économique ainsi que la stabilité politique de nombreuses régions du monde seront en péril (LeMonde du 12 mars). Déjà Barcelone, Casablanca, Los Angeles, Mexico, Pékin, Téhéran ou Tel-Aviv dépendent de transferts d’eau à longue distance.

Mais ne vous inquiétez pas, ce rapport va être oublié aussitôt que publié. Il est bien plus important de savoir que les médecins brésiliens qui ont avorté une fillette de 9 ans violée par son beau-père ont été excommunié avec l’aval du bras droit du pape.

De toute façon, nous savons déjà que nous allons avoir des problèmes d’approvisionnement en énergie, en hydrocarbures, en ressources halieutiques, en denrées alimentaires, en matières premières, etc. La seule réponse politique jusqu’à présent, c’est d’avoir donné beaucoup d’argent pour continuer à vivre à crédit au détriment de la Biosphère. Cela me fait irrésistiblement penser au condamné à mort à qui on donne une pelle pour creuser sa propre tombe…

surexploitation prouvée

Il est français mais inconnu en France. Daniel Pauly est le premier à alerter la communauté internationale sur la surexploitation des ressources halieutiques (LeMonde du 4 mars).. S’appuyant principalement sur les statistiques de la FAO, il prouve en 2001 que les stocks de poissons diminuent depuis la fin des années 1980 parce que la Chine avait minimisé ses prises. Il démontre dans un autre article que les humains pêchent des poissons de plus en plus bas dans la chaîne alimentaire des océans, nous finirons par manger du zooplancton ! Le dernier rapport de la FAO (2 mars 2009) confirme son point de vue. Mais la solution proposée par Pauly déçoit : « Mangez ce que vous voulez et utilisez votre bulletin de vote ». Car pour qui voter ?

            Les politiques ont toujours été les amis des pêcheurs, pas celui des poissons. Et voilà un des résultats : les marins du golfe de Gascogne sont devenus des orphelins de l’anchois, pêche fermée depuis 2005 alors qu’on pouvait autrefois 10 tonnes d’anchois en cinq minutes (LeMonde du 5 mars). De façon inexplicable pour l’Ifremer, le stock ne se reconstitue pas. Les autres exemples d’effondrement sont multiples, le cabillaud au Canada, l’anchois au Pérou, la sardine en Californie. Il faut dire que la pêche industrielle a remplacé la pêche artisanale avec le soutien des politiques. Dans l’UE, le challenge pour chaque ministre était d’arracher les plus gros quotas pour « ses » pêcheurs.  Pendant des décennies, les subventions européennes ont encouragé le développement des flottes, maintenant c’est la casse des navires qui est subventionnée. Personne n’avait compris jusqu’à présent que l’ami des poissons et l’ami des pêcheurs naviguent sur le même bateau. Alors, pour qui voter ?

Tu dessines un poisson sur ton bulletin de vote et tu écris « à mort la surexploitation de la Biosphère », pour une fois il y aura un vote qui signifiera quelque chose…

permis d’exploiter

Le libéralisme économique repose sur le libre choix, c’est donc un principe vraiment superbe. Mais quand un code de bonne conduite en matière de pêche « responsable » repose sur l’engagement volontaire des pays, la surexploitation des ressources halieutique continue. Aucun pays ne décroche un score supérieur à 7/10, l’Espagne ou l’Italie seraient recalés par un examinateur car ils n’atteignent pas la moyenne (LeMonde du 12 février). La moitié des stocks mondiaux est aujourd’hui exploitée au maximum de ses  capacités, et 25 % sont surexploités.

Que ce soit en Europe, au Canada ou ailleurs, chaque patron-pêcheur est aujourd’hui individuellement conscient que sa catégorie professionnelle va collectivement à la catastrophe. Mais chaque pêcheur sait également qu’en situation de raréfaction croissante, le poisson qu’il ne prend pas immédiatement sera pris par un autre. Il est donc condamné à pêcher tout ce qu’il peut dans un minimum de temps tout en sachant pertinemment que cela aggrave le processus de catastrophe collective. Alors le code de bonne  conduite comme celui qui a été instauré en 1995 par 170 pays ne suffit plus, la liberté de pêcher étant par la force des choses irresponsable. Alors les Etats côtiers devront instaurer des quotas de pêche, puis subventionner une partie de leurs pêcheurs pour les empêcher de pêcher, enfin interdire un jour ou l’autre complètement la pêche à la morue, aux anchois, au thon rouge… Cela a d’ailleurs commencé.

Il y a bien longtemps que les humains auraient du comprendre que l’ami des pêcheurs et l’ami des poissons fréquentent le même océan et que l’essentiel n’est jamais la dynamique de la croissance, mais la gestion collective de la stabilité. Mais le libéralisme économique a fait le choix de l’irresponsabilité généralisée, croyant que la Biosphère restera toujours une bonne mère, à son service exclusif et durable.

la sixième étape

La société thermo-industrielle est devenue LA référence universelle. Il faudrait obligatoirement franchir les cinq étapes de la croissance économique (livre de Rostow, 1960), c’est-à-dire dépasser l’état de société traditionnelle, faire son décollage économique pour aboutir à l’ère de la consommation de masse. Le titre du Monde du 1er janvier (page 4) est caractéristique de cette ligne de pensée : « La Chine en passe de combler son retard ». Retard sur quoi, sur qui ? Bien sûr, c’est évident, par rapport aux pays déjà industrialisés ! Plus précisément dans l’article, on note que la Chine multiplie ses dépenses en recherche & développement, passant de 6,2 à 11,8 % des dépenses mondiales en R&D. La Chine compte déjà le plus grand nombre d’étudiants, 23,4 millions, contre 17,3 millions aux USA. La Chine compte 1,1 millions de  chercheurs, presque autant que dans l’UE. La Chine remonte les filières, passant de l’atelier du monde en matière de produits textiles aux entreprises les plus innovantes : Hua Wei est numéro 2 mondial des télécommunications, devant Alcatel. La Chine commence à dépasser les performances occidentales, la Chine aborde la dernière étape, celle de la consommation mondiale de produits chinois.

 Jusqu’à présent la théorie du parcours obligé a merveilleusement servi les intérêts des grandes puissances dans un monde de libre-échange et d’accumulation du capital privé. Pourtant la concurrence internationale et la mondialisation de la production ont complètement déséquilibré les marchés locaux et les souverainetés nationales. Et les Chinois ne savent pas encore malgré leurs « Carrefours » flamboyants qu’ils ont atteint l’ère de la consommation de masse. Surtout, dans un monde déjà occupé par la classe globale (les personnes qui ont le privilège de rouler en voitures personnelle), les nouveaux arrivants trouvent de moins en moins de place, si ce n’est dans les bidonvilles de Chine ou d’ailleurs. Les OS des pays riches voient leur travail délocalisé ailleurs, les OS chinois sont dévalorisés par des pays à des stades « moins avancés ». Plus personne n’est à l’abri du chômage ou de la  déqualification. Nous sommes arrivés à la sixième étape, car à la maturité d’un système productif succède nécessairement le stade de la saturation des marchés et de la décomposition sociale. Tous les cycles biologiques connaissent l’expansion, la maturité et la mort ;  les cycles économiques ne font pas exception, on le sait depuis les analyses de Schumpeter. Il n’y a pas un axe du temps dirigé vers un progrès infini, il y a les limites de la planète.

Il est temps de s’interroger sur la fin de la course à la croissance économique dans ce maelström insensé de compétition acharnée. Après la consommation de masse, ce sera la société du recyclage et de la sobriété heureuse. Après la société de la démesure, ce sera la société de la stabilisation. Après l’augmentation du niveau de vie et l’obsession du pouvoir d’achat, ce sera un nouveau mode de vie plus convivial et plus serein. Après l’innovation technologique de pointe, ce sera les techniques douces, douce à l’usage de l’homme, douce envers la nature. Ce sera cela, ou ce sera l’affrontement économique et militarisé provoqué par un complexe productiviste qui ne considère que le présent et les avantages des nantis.

violences lycéennes

Les titres du Monde du 12 décembre sont éloquents : « Après cinq jours d’émeutes, genèse d’une révolte de la jeunesse grecque », « La violence des lycéens inquiète le gouvernement français ». La jeunesse occidentale se retrouve  déclassée même quand elle est diplômée. Elle trouve des emplois parfois, de plus en plus précaires, souvent. Il n’ y a plus d’espoir en des lendemains qui chantent, no future disent aussi leurs tee-shirts. On ne va plus en cours, mais à quoi servent les cours ?

Face au cumul de leurs difficultés, il est même étonnant que les jeunes ne se révoltent pas davantage. Et quand ils se révoltent, cela devient de plus en plus fréquemment des scènes de violence car il n’y a plus de possiblité de dialogue, il n’y a plus de slogans, il n’y a plus de revendications assumées. Ce sont des mouvements le plus souvent spontanés par l’intermédiaire des portables, des manifestations inorganisées parce qu’il suffit d’imiter l’autre lycée bloqué vu à la télé. Un seul jeune tué par la police ici ou là, et c’est déjà l’embrasement. Aucune organisation ne peut encadrer les lycéens parce que les lycéens sont dépolitisés. Ils sont dépolitisés parce ce sont les enfants de la société de consommation et de la société du spectacle, complètement vidés de leur substance par le système marchand. Ils sont enfermés dans leurs inexistantes certitudes car les adultes n’ont plus d’autorité. Les enfants désirés par des parents aimants se sont transformés en enfants livrés à eux-mêmes et à l’instant présent.

Si j’étais jeune, je me rendrais compte que les générations actuelles ont profité des années de croissance économique pour s’endetter tant et plus et faire payer les générations futures. Si j’étais jeune, je me rendrais compte que les merveilleuses ressources d’hydrocarbures ont été complètement brûlées en moins de 200 ans et qu’il faudra dorénavant marcher à pied et avoir froid. Si j’étais jeune, je me rendrais compte que le capitalisme avait promis l’abondance pour tous et qu’il est en train d’instaurer la pénurie généralisée. Si j’étais jeune, mes parents ne seraient pas d’un grand secours, coincés par le système tel qu’il est. Les partis ne seraient pas d’un grand secours, infestés par leurs querelles intestines et leurs mots d’ordre insensés : travailler plus pour gagner plus ? Les mythes révolutionnaires ne seraient pas d’un grand secours puisqu’ils se sont tous effondrés depuis la chute du mur de Berlin.

Si j’étais jeune, je serais dans la rue sans savoir pourquoi. Moi, à la fin de ma vie, je commence juste à percevoir qu’il faudrait tout changer, condamner le capitalisme et son développement-croissance, vivre dans la simplicité et retrouver le goût du voisinage,  éviter les cours scolaires pour pratiquer l’artisanat, retourner à la terre tant qu’il y a encore des terres arables. Mais moi, pour ce que j’en dis…

cultivons notre jardin

Nous avons vécu depuis des décennies dans le monde entier un exode rural massif, mais les flux commencent à s’inverser.  Ainsi dans les 14 pays africains qui sont sur la bonne voie pou réduire le problème de la faim, le secteur agricole a connu une croissance constante ; au Ghana, les gens sont deux fois plus nombreux à revenir à l’agriculture qu’à la quitter (LeMonde du 10 décembre). Mon quotidien préféré explique que les ménages ne disposant pas de terres sont les plus vulnérables à la famine, les citadins achetant des aliments issus du commerce mondial sont les plus exposées et, selon le rapport annuel de la FAO, 693 millions de personnes souffrent de la faim en 2008. Les pays riches ne sont pas à l’abri de cette évolution qui touche d’abord les pays les plus pauvres.

           Dans son livre prémonitoire, Pétrole : la fête est finie !, Richard Heinberg montre que les combustibles fossiles sont essentiels à la productivité agricole actuelle. Sans cet apport d’énergie non renouvelable, notre planète ne pourrait nourrir qu’environ 2 milliards de personnes. Il constate aussi que durant la période de croissance énergétique, la plupart des groupes traditionnels ont été atomisés, et les familles arrachées aux fermes et villages basés sur la subsistance rurale, puis aspirés dans la compétition anonyme des cités industrielles : « La sécurité, pendant la transition énergétique à venir, impliquera de trouver les moyens afin d’inverser cette tendance ». Il faudra donc « contrôler la chute ». Richard recommande par exemple de cultiver autant que possible les aliments destinés à sa propre consommation et de faire son compost.           

Je m’étonne que les politiques et les médias n’attachent aucun importance à l’imminence du pic pétrolier, le moment où les quantités disponibles de pétrole commenceront à baisser. Dans les contributions générales du Parti socialiste (juillet 2008), seule celle des fabiusiens envisage  le pic : « De nouveaux consommateurs ont un besoin massif de pétrole alors même qu’apparaît le plafond de production selon l’Agence internationale de l’énergie ». Pourtant il ne s’agissait pas d’envisager la raréfaction géologique, seulement l’intérêt des pays producteurs « qui n’ont pas à pomper davantage avec un bail de pétrole qui pourrait atteindre 200 dollars ». Nos visionnaires politiques restent dans le court terme, alors qu’il faudrait structurer notre société pour le long terme en donnant à chaque ménage la possiblité de cultiver son propre jardin.

homo demens

Chaque fois que j’ouvre mon quotidien préféré, je peux m’attendre à apprendre un autre acte terroriste, une nouvelle bataille inter-étatique ou un désastre écologique. Le Monde du 28 novembre ne faillit pas à la règle : des groupes islamistes font plus de cent morts à Bombay, le régime chinois veut imposer un rapport de force avec la France, les glaciers fondent plus vite que jamais.

Est-ce le travail du diable ? Faut-il s’en prendre aux multinationales avides ? Une grande conspiration est-elle en marche ? Une analyse du lien entre l’homme et les ressources énergétiques suggère une explication plus prosaïque. L’agitation croissante qui se manifeste autour de nous est principalement la conséquence inexorable d’un mode de vie prédateur. La brutale augmentation de la population mondiale et de la consommation des ressources planétaires, caractéristique des sociétés industrialisées, accroît le chaos social. L’échelle des problèmes que nous devons affronter maintenant est unique dans l’histoire humaine et nous ne pouvons nous en prendre qu’à nous-mêmes. Face à l’abondance énergétique, les humains ne se distinguent pas malgré leur cerveau surdimensionné des autres organismes : leur population s’accroît et prolifère, il y a dépassement des capacités de l’environnement, puis chute brutale.

Les humains (se) détruisent, ils peuvent aussi changer. Avec la déplétion pétrolière, il est raisonnable d’espérer un monde futur dans lequel les collectivités seront plus réduites et égalitaires et au sein desquelles les individus vivront une harmonie avec leurs semblables et avec la Biosphère. Il est raisonnable d’espérer qu’homo demens pourra justifier un jour de son qualificatif d’homo sapiens. Est-il raisonnable d’espérer ?

effet multiplicateur

Le célèbre économiste Keynes, père de la croissance continue des Trente Glorieuses à cause de sa volonté de relance économique par les bas taux d’intérêt et le déficit budgétaire (théorie générale, écrite en 1936), voyait dans le mécanisme multiplicateur une explication de la diffusion de la croissance. En effet un investissement supplémentaire, par exemple une nouvelle entreprise dans une ville, permet la création de revenus qui sont dépensés dans les différentes boutiques de la ville, ce qui permet la création d’une nouvelle vague de revenus qui sont à leur tour dépensés dans d’autres magasins et ainsi de suite. Malheureusement cet effet multiplicateur fonctionne à la hausse comme à la baisse. Si une ville perd une entreprise, les sous-traitants peuvent fermer leur porte, puis le boulanger et le boucher réduire leur personnel, puis… Les revenus baissent, donc les consommations baissent, il y a un effet en chaîne qui détruit les emplois.

C’est pourquoi la demande de l’industrie automobile aux Etats-Unis semble justifiée. Ils demandent 25 milliards de dollars à l’Etat américain car « il s’agit d’éviter à l’économie américaine une catastrophe dévastatrice » (Richard Wagoner de General Motors). L’automobile au sens large emploi treize millions de personnes, soit un emploi sur dix. Avec l’effet multiplicateur, tu devines déjà la catastrophe si on ne produit plus de 4×4. Mais l’essentiel pour la Biosphère n’est pas là. Examinons le discours d’Alan Mullary (Ford) : « Notre industrie automobile a-t-elle un avenir ? Est-ce qu’un prêt garanti par le gouvernement fédéral pour passer cette période difficile vaut mieux que l’inaction ? Je crois que la réponse à ces deux questions est oui » (LeMonde du 20 novembre).

En fait la réponse d’un politique digne de ce nom devrait être : « NON, l’automobile individuelle n’a pas d’avenir durable. Nous sommes en train d’atteindre le pic pétrolier, les réserves en pétrole vont fournir de moins en moins de carburant. Il n’y a pas de substitut possible pour mettre de l’énergie dans les moteurs à explosion. L’industrie automobile doit se reconvertir, la période du profit facile est terminée, l’Etat ne peut pas socialiser les pertes. Débrouillez-vous, c’est la seule loi du marché qui vaille ».

LeMonde, croissanciste

En première page un titre : « L’Elysée confronté au risque de croissance zéro » (LeMonde du 4 novembre). Pourquoi donc la croissance zéro serait-elle un risque ? Le rapport du Club de Rome estimait en 1972 qu’il fallait tendre à la croissance zéro pour ne pas dépasser les limites de la planète. Depuis cette époque, on  n’a pas voulu freiner l’activité économique et nous sommes à peu près à 30 % au-dessus des possibilités de la planète, c’est-à-dire que nous puisons dans le  capital naturel, nous brûlons nos meubles de famille.

            LeMonde estime aussi qu’une croissance économique comprise entre 0,1 et 0,2 % en 2009 dans l’UE est « un chiffre mauvais ». Pourquoi la stabilisation de l’activité économique ne serait-elle pas le moyen de repenser notre manière de produire et partager les richesses au lieu de se lamenter sur une variation du PIB qui n’est que leurre statistique puisqu’on ajoute ce qui devrait être retranché (par exemple, plus on lutte contre la pollution entraînée par la croissance du PIB, plus le PIB augmente).           

Mon quotidien préféré continue le bourrage de crâne : « Ces sombres prévisions… ». LeMonde est donc croissanciste alors que ce n’est pas le tsunami financier qui menace l’économie, mais les krachs écologiques. Si le baril de pétrole était aujourd’hui à 300 dollars comme il devrait être, les croissancistes auraient beaucoup moins de choses à affirmer, comme d’ailleurs en témoigne aujourd’hui le silence assourdissant de tous les commentateurs du Monde et d’ailleurs qui célébraient la nécessaire flexibilité des marchés financiers. Notre planète œuvre continûment pour rappeler aux humains que nous dépendons du capital naturel, bien plus que du capital financier. Mais les croissancistes ne le savent pas encore. Le Monde devrait faire beaucoup plus attention à ses jugements de valeur sur le niveau de croissance.

au bord du gouffre

Qui a dit : « Le monde est au bord du gouffre par la faute d’un système irresponsable ». Oh surprise, c’est le premier des ministres français, François Fillon (LeMonde du 5-6 septembre) ! La droite libérale devient aujourd’hui socialiste, il faudrait « recadrer un système devenu incontrôlable et sans éthique » et « instaurer de nouvelles régulations entre l’Etat et le marché ». La droite n’a aucune éthique, elle laisse s’accumuler les profits aux mains des riches pour ensuite socialiser les pertes. Laissons-là ces contorsions idéologiques des politiques pour se pencher plus étroitement sur l’idéologie des chefs d’entreprises.

 Le président du directoire de Porsche estime ingénument qu’il y aura « toujours une large palette de modèles de voitures », et il est sûr qu’il « existe suffisamment d’argent et toujours assez de clients pour acheter des jolies choses. Le luxe est partout, cela a toujours été comme cela et le sera toujours ». Admirons cette litanie de « toujours », cet acte de foi répété dans la pérennité d’un système irresponsable au bord du gouffre. Selon W.Wiedeking il faudrait donc toujours rester aussi con qu’avant, toujours accepter sans broncher l’étalage des inégalités et des voitures de luxe, ne jamais sortir du tout-automobile pour enfourcher son vélo.

Pourtant un autre monde est toujours possible, il suffit de ne plus donner la parole dans un quotidien de référence à quelqu’un qui, sous couvert d’un interview, fait de la publicité pour un système libéral irresponsable. Les constructeurs automobiles européennes réclament même 40 milliards d’aide à la Commission européenne…pour être assistés, comme les firmes américaines ! Et ni W.Wiedeking, ni Le Monde n’ont un seul mot pour l’épuisement prochain des réserves pétrolières et la perturbation climatique en train de s’emballer : ce sera dans un autre numéro, faut pas gêner le Mondial de l’automobile.

Keynes a tort (en 2008)

Il paraît que c’est la revanche de Keynes (LeMonde du 2 septembre). D’après l’article, « Les keynésiens disent simplement que les gens gagneraient plus d’argent s’il y avait plus de régulation. » Mais pour d’autres, « Le keynésianisme n’est pas la solution à la crise, c’est son origine. Ce sont les recettes de 1929, toujours appliquées aujourd’hui, qui ont entraîné la crise. » Qui a raison ? Le journaliste tranche en faveur des keynésiens. Erreur !

             En fait la méthode keynésienne est faite pour enrayer un chômage de masse à un moment donné. Keynes a écrit après la grande crise de 1929 pour promouvoir une politique de relance économique soutenue par l’Etat. Le système de marché n’était pas capable à son avis de résoudre une telle crise financière et ses impacts sur l’activité réelle. Mais il s’agissait pour lui d’une politique conjoncturelle, de court terme. Les Trente Glorieuses en ont fait une politique structurelle de soutien continu de la demande par l’expansion monétaire, le crédit et les  dépenses étatiques. Cette politique a échoué dans la période 1974-1980 car la stagflation, à la fois stagnation de l’activité économique (et donc chômage) et inflation s’est installée : le premier choc pétrolier a été plus fort que le volontarisme  gouvernemental. La relance effectuée par les socialistes française en 1981 a échoué à cause de la contrainte extérieure : plus de distribution de pouvoir d’achat entraîne plus d’importations, donc creusement du déficit commercial dans une économie ouverte. Aujourd’hui l’inflation menace, le chômage reste structurel et les économies sont encore plus ouvertes sur l’extérieur. Les politiques keynésiennes sont définitivement inapplicables.

Il faut ajouter à cela que les matières premières non renouvelables, de plus en plus rare, forment un goulet d’étranglement pour l’activité économique. Il faut ajouter à cela que même les ressources renouvelables comme l’eau et les poissons se raréfient. Il faut ajouter à cela que la population humaine explose et que le modèle de consommation occidental voudrait se généraliser. Il faut ajouter à cela que la gestion de nos déchets devient de plus en plus problématique, gaz à effet de serre, déchets nucléaires et même déchets ménagers. La croissance économique est dernière nous, il va falloir apprendre à gérer la pénurie, situation que Keynes ne pouvait envisager à son époque.

 LeMonde est-il encore aveugle, lui qui consacre pourtant ce jour un article documenté sur la difficulté probable de financement du démantèlement des installations atomiques.

Congrès d’orientation ?

Six motions pour le prochain Congrès du PS et mon quotidien favori (LeMonde du 25 septembre) ne développe longuement que les quatre motions emplies de saumons, ces dirigeants versatiles habitués à sauter d’un courant du PS à l’autre. Ce n’est pas gentil pour les vrais saumons, ce n’est pas gentil pour les deux motions qui présentent vraiment une orientation politique précise. La motion « Utopia », comme son nom l’indique, fait référence aux socialistes utopiques qui n’ont jamais changé quoi que ce soit à la face du monde ; cependant, quand on voit ce que les socialistes marxistes ont fait de notre planète, la tentative est bien entendu louable. 

L’autre motion, « pour un socialisme écologique », est véritablement nouvelle, elle rompt avec la pratique du PS de laisser sous-traiter les questions environnementales par les Verts depuis que ceux-ci ont rompu avec le discours « ni droite, ni gauche ». Elle rejoint la tentative récente du Monde de traiter plus longuement les questions qui entourent la sauvegarde de notre milieu naturel sous une rubrique Planète. Par exemple, nous apprenons ce jour que l’humanité a épuisé depuis le 23 septembre dernier le produit global de la Terre et dès aujourd’hui, nous vivons déjà aux dessus de nos moyens. Pour continuer à vivre, nous entamons le capital naturel : en plus de la surexploitation des travailleurs, il y a dorénavant une surexploitation des écosystèmes.

 Alors, si mon quotidien favori est sincère avec son nouvel engagement écolo, il devrait consacrer de longues lignes au pôle écologique du PS. Mais quand je vois ce jour dans le Monde une pleine page de pub pour McDonald’s qui « goutte à goutte, économise l’eau », le doute m’assaille…

lunettes théoriques

lunette théoriques :  Dieu et les resssources non renouvelables.

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva dit n’importe quoi. Après la découverte d’un champ pétrolifère à quelque 250 km au large de son pays, il s’exclame : « C’est un signe de dieu, un passeport pour l’avenir » (LeMonde du 13.09.2008).

 

            Notons d’abord que Dieu ne nous dit rien que ce qu’on veut bien entendre. S’il existe, il ne s’intéresse nullement aux péripéties humaines. Je préfère de loin la parole de Thomas More qui, en 1516, écrivait dans son utopie: « L’or et l’argent n’ont aucune vertu, aucun usage, aucune propriété dont la privation soit un inconvénient véritable. C’est la folie humaine qui a mis tant de prix à leur rareté. La nature, cette excellente mère, les a enfouis à de grandes profondeurs, comme des productions inutiles et vaines, tandis qu’elle expose à découvert l’air, l’eau, la terre et tout ce qu’il y a de bon et de réellement utile. » L’or, l’argent, mais aussi tout ce qui est enfoui, le charbon, le pétrole, le gaz, l’uranium, fera le malheur de nos générations futures. Précisons d’ailleurs que le nouveau gisement de Tupi est situé à une profondeur allant de 5 000 à 7 000 mètres !

 

            Un passeport pour l’avenir ? Je préfère de loin la parole de Yves Cochet : « Chaque jour qui passe nous rapproche d’un choc imminent que nous ignorons : la fin du pétrole bon marché. Depuis plus de trente ans, les écologistes n’ont cessé de proposer la diminution des consommations d’énergie fossiles et la mise en œuvre de politiques de sobriété énergétique et de promotion des énergies renouvelables, l’abandon de l’agriculture productiviste au profit de l’agrobiologie, le désengagement de notre dépendance à l’égard des entreprises transnationales et la réhabilitation des circuits économiques courts. En vain. Il est déjà trop tard pour espérer transmettre à nos enfants un monde en meilleure santé que celui que nous connaissons aujourd’hui. Plus nous attendrons, plus leurs souffrances seront grandes et dévastatrices » (in Pétrole apocalypse, 2005).

 

Lula da Silva ne suit pas la voie de dieu, il personnifie notre bêtise analytique actuelle.

moratoire sur les sous-sols

« Persuadés qu’un traité réservant l’Antarctique aux seules activités pacifiques servira les principes de la Charte des Nations unies », treize Etats ratifient le traité de l’Antarctique le 1er décembre 1959. Ce traité fixe les bases de la non exploitation de ce continent sauf à des fins scientifiques. En 1991, le protocole de Madrid réaffirme cette protection pour une période de 50 ans en s’engageant à assurer la protection globale de l’environnement en A et des écosystèmes associés. L’ Antarctique devient une réserve naturelle consacrée à la paix et à la science. Toute activité minière y est interdite.

 

Mais à l’heure actuelle, la course aux ressources naturelles s’accélère. L’arctique recèle sans doute 22 % des ressources énergétiques non découvertes mais techniquement exploitables de la planète(LeMonde du 21.08.2008). Alors les disputes commencent. Les Russes revendiquent près de 45 % du territoire, Danois, américains, Canadiens et Norvégiens ne sont pas en reste. Notre Terre a donc besoin d’un Traité de l’Arctique sur le même modèle que celui de l’ Antarctique, reprenant en particulier  l’article IV.2 : « Aucun acte ou activité intervenant pendant la durée du présent Traité ne constituera une base permettant de faire valoir, de soutenir ou de contester une revendication de souveraineté territoriale dans l’Antarctique, ni ne créera des droits de souveraineté dans cette région ».

 Nous n’avons que trop oublié les préceptes de Thomas More en 1516 : « La nature, cette excellente mère, a enfouis des ressources naturelles à de grandes profondeurs, comme des productions inutiles et vaines, tandis qu’elle expose à découvert l’air, l’eau, la terre et tout ce qu’il y a de bon et de réellement utile. La nature invite tous les hommes à s’entraider mutuellement et à partager en commun le joyeux festin de la vie. La nature a donné la même forme à tous ; elle les réchauffe tous de la même chaleur, elle les embrasse tous du même amour ; ce qu’elle réprouve, c’est qu’on augmente son bien-être en aggravant le malheur d’autrui. »

fuite de carbone

LeMonde du 1er juillet 2008 nous présente à plusieurs reprises l’omniprésence des ressources fossiles dans l’actualité. Le pétrole de la discorde en Irak en page 4, l’avis de convocation des actionnaires de Gaz de France en page 5,  le besoin d’approvisionnement en hydrocarbure des pays de l’Europe centrale en page 8, le gisement de Kashagan qui ne produira pas avant 2013 en page 13, le X6 de BMW  en page 25…

 

De son côté l’Union européenne en page 17 va se pencher sur le gros dossier environnement : « La présidence française va devoir se démener pour arracher un compromis sur le paquet climat/énergie », « Les nations les plus industrialisés réclament des solutions pour limiter le phénomène de fuite de carbone ou délocalisation des activités les plus consommatrices en énergie vers des pays où les contraintes environnementales sont moins fortes… ».

 En conclusion le verrou énergétique va continuer à provoquer des émeutes de la faim dans les pays les plus pauvres et des émeutes de ceux qui ont besoin de pétrole pour travailler dans les pays riches. Alors, écolo-fascisme ou prise de conscience que nous allons devoir faire beaucoup d’efforts pour partager tous ensemble la pénurie ?

futurs certains

 

Il faudrait aider les tout-petits à structurer leur rapport au futur (rubrique « Futurs » du Monde, 23.06.2008). Il suffirait pour synchroniser le temps des grands et le temps des petits de les rassurer par quelques mots, préciser qui le gardera ce soir, dire « on se retrouvera demain… » Mais après-demain ?

 

Le deuxième article, « Il est urgent de sauver les sols », est bien moins optimiste. Daniel Nahon a écrit L’épuisement de la terre, l’enjeu du XXIe siècle, il nous dit : « Les sols n’en peuvent plus. Nous sommes au bord de l’abîme et, si cela continue, il y aura des famines. La création d’un sol vivant est un processus qui passe par la décomposition de la roche mère, sa fertilisation par le long travail des bactéries et des plantes. La dégradation des sols vivants par  l’homme est un processus accéléré, productivisme agricole, urbanisation des terres arables, déforestation, près d’un quart des terres utilisables dans le monde  sont déjà dégradées ». En conséquence, Daniel pense qu’il faudrait « un véritable effort de guerre » pour affronter la désertification des sols. Nous savons par ailleurs qu’Yves Cochet réclame lui-aussi « un véritable effort de guerre » pour affronter le choc pétrolier qui ne peut que s’accentuer. D’autres experts parlent de lutte désespérée à mener contre le réchauffement climatique, contre l’extinction des espèces, contre la disparition des ressources halieutiques, contre la marchandisation de l’homme…

 Oui, l’avenir de nos enfants et bien compris, surtout si on se contente, comme dans le cas de l’épuisement des sols, de promouvoir en France un observatoire qui réalisera un inventaire des sols tous les dix ans. Il faudrait agir violemment, on se contente de constater. Alea jacta est, mais nous restons immobile.

ami des pêcheurs ou ami des poissons ?

Bruxelles est restée inflexible sur la fermeture de la pêche au thon rouge, Paris, Rome et Madrid récusent cette décision (LeMonde du 19.06.2008). Qui a raison ?

 

            Que ce soit en Europe, au Canada ou ailleurs, chaque pêcheur est aujourd’hui individuellement conscient que sa catégorie professionnelle va collectivement à la catastrophe. Mais chaque pêcheur sait également qu’en situation de rareté générale, le poisson qu’il ne prend pas immédiatement sera pris par un autre. Il est donc condamné à pêcher tout ce qu’il peut dans un minimum de temps tout en sachant pertinemment que cela aggrave le processus de catastrophe collective. Alors les Etats côtiers veulent étendre encore plus loin vers le large leur juridiction, mais cela ne suffit pas et ils doivent instaurer des quotas de pêche, puis subventionner une partie de leurs pêcheurs pour les empêcher de pêcher, enfin interdire un jour ou l’autre complètement la pêche à la morue et aux anchois… Il n’y a pas d’avenir pour un tel état de fait : la prise mondiale de poissons sauvages a déjà baissé de 17 % entre 1995 et 2002 et, malgré les programmes successifs, la flotte européenne est restée en surcapacité. Les captures le thon rouge atteignent 53 000 tonnes par an ; le quota de prise autorisé est fixé à seulement 32 000 tonnes et les scientifiques estiment qu’il ne faudrait pas en prélever plus de 25 00 tonnes pour préserver la capacité de reproduction de l’espèce. Même si l’opacité des chiffres de capture (sans doute sous-évaluée) persiste, l’Ifremer (institut français pour l’exploitation de la mer) estime que l’espèce est fortement surexploitée et gravement menacée. Bruxelles a donc raison contre Paris, Rome et Madrid.

 Il y a bien longtemps que les humains auraient du comprendre que les amis des pêcheurs et les amis des poissons fréquentent le même océan et que l’essentiel n’est jamais la dynamique de la pêche, mais la gestion collective d’un écosystème.