spiritualités

Eglise sectaire

Benoît 16 a toujours vécu dans un milieu ecclésiastique. Il a très peu voyagé, il est resté enfermé au Vatican où il est préservé des critiques. Il défend l’idée du petit troupeau, comme les intégristes. L’église risque donc de devenir une secte. C’est le point de vue d’Hans Küng, auquel le Vatican a retiré le droit d’enseigner la théologie car il prônait aussi bien la fin du célibat des prêtres que l’ouverture sur la contraception (LeMonde du 25 février). Hans Küng a compris les mouvements de contestation de 1968, Joseph Ratzinger s’était au contraire figé dans son dogme. Hans Küng rêve d’un rapprochement entre les religions susceptible de créer une éthique universelle applicable autant aux rapports sociaux qu’à l’environnement. Il rêve.

            Jamais une religion révélée ne pourra permettre l’unité de l’espérance humaine. Il faut au contraire bâtir une nouvelle éthique enracinée dans nos conditions objectives d’existence, la Biosphère. Voici quelques pistes de réflexion possible :

 – L’homme sait que pour que les hommes vivent, il faut que la terre soit honorée. Comme une mère !

– Tant que l’humain et la nature ne seront pas placés au cœur de nos préoccupations, l’évolution positive de l’histoire est impossible.

– Les religions devraient être au front de l’écologie. Toutes proclament que notre planète est l’œuvre du créateur, mais aucune ne s’offusque de la voir polluée et détruite. Il y a là une sacrée contradiction.

– Il pourrait y avoir une magnifique plate-forme entre les religions qui pourraient s’entendre autour de ce dénominateur commun : protéger la terre, l’eau, la planète, la vie ; honorer « l’œuvre divine ».

respect de la vie humaine

Quelques milliers de personnes ont défilé à Paris le 25 janvier pour demander l’alignement des législations européennes sur le « respect de la vie humaine ». En clair, ils veulent interdire l’avortement et l’euthanasie. A l’heure où leur pape décide la réintégration des évêques intégristes, on voit bien la correspondance qui existe entre rétrogrades. Approfondissons cette idée de « respect de la vie humaine » avec plus de clairvoyance.

Oui, il faut être contre l’armée qui utilise des armes pour détruire la vie humaine. Oui, il faut être contre la bombe atomique, la plus destructrice en vie humaine. Oui il faut être contre les inégalités qui détruisent des vies humaines par l’appauvrissement. Mais il faut aussi être pour la régulation des naissances car une population trop nombreuse entraîne guerres et famines. Il faut être aussi pour le droit de mourir dans la dignité car à quoi sert une vie inutile à soi-même.

Dans le catéchisme pour adultes des évêques de France, on ne trouve que des présupposés, «  Puisque l’homme est créé à l’image de Dieu, la vie revêt un caractère sacré. » ou des contradictions « La vie terrestre n’est pas un absolu, comme en témoignent les martyrs. » Quant aux Evangiles,  ils ne disent rien sur l’avortement et l’euthanasie. Les intégristes qui ont défilé dans les rues de Paris ne connaissent rien à la vraie foi, celle qui respecte la vie des humains et des non-humains, celle qui sait que pour permettre une vie durable, il faut parfois tuer à bon escient, celle qui sait que pour avoir une vie digne, il faut parfois choisir d’abréger sa propre vie. 

Contradictions

Contradiction, contradiction, tout n’est que contradiction. Chaque numéro du Monde apporte son lot de désillusions, ainsi celui du 6 janvier. Pour se développer, le Groenland va installer une usine géante de production d’aluminium en 2015, mais cela se fera au détriment du climat. La pilule est un moyen de libérer la condition féminine, mais le Vatican dénonce ses effets dévastateurs sur l’environnement. En fait nos contradictions découlent nos croyances actuelles.

L’usine d’aluminium va augmenter de 75 % les rejets groenlandais de gaz à effet de serre. Le Groenland va produire de l’aluminium pour le monde entier puisque sa population de 56 000 habitants n’a pas besoin des 360 000 tonnes produites annuellement par la future usine. Alors pourquoi exporter de l’alu ? Parce que l’industrie de la pêche, qui représente 90 % des exportations, est vulnérable à cause du réchauffement climatique, réchauffement lui-même provoqué par l’émission de gaz à effet de serre. On tourne donc en rond, le diable se mort la queue.

Le Vatican croit au diable et ne veut pas de contraception chimique. Mais il ne veut pas non plus qu’on enveloppe sa queue. Nos papes considèrent l’encyclique Humane Vitae, qui interdit depuis quarante ans aux catholiques l’usage de la pilule et du préservatif, comme prophétique. Selon l’Osservatore Romano, la pollution environnementale serait due aux « tonnes d’hormone » relâchées « dans la nature » à travers les urines des femmes qui la prennent. Les scientifiques considèrent cette position cléricale comme inepte car « une fois métabolisées, les hormones contenues dans les contraceptifs oraux n’ont plus aucun des effets caractéristiques des hormones féminines ». De toute façon le Vatican ne croit pas à la surpopulation humaine, il ne considère pas que la capacité de charge de la planète est déjà dépassée, il ne considère que ce qui est péché pour les détraqués du sexe qui dirigent l’Eglise actuelle.

 Sous prétexte de croyances en l’importance de nos croyances, qu’elles soient religieuses ou croissancistes, nous détruisons allègrement les possibilités de vie des générations futures. Alléluia !

choc des civilisations

Le politologue Samuel Huntington vient de mourir (LeMonde du 30 décembre). Dans Le choc des civilisations (1996), Huntington envisageait un monde où se développeraient des rivalités et des conflits d’ordre culturel, on peut même dire cultuel : pour Samuel Huntington, les civilisations se définissent par rapport à leur religion de référence, le christianisme, l’islam, le bouddhisme, etc. Du point de vue d’Huntington, le système international, autrefois fondé sur la polarité des puissants blocs soviétique, américain et du tiers monde, est en transition vers un nouveau système composé de huit civilisations principales : occidentale, japonaise, confucéenne, hindoue, islamique, slavo-orthodoxe, latino-américaine, et — « peut-être », dit le théoricien — africaine. En fait, il confond groupe d’appartenance et civilisation, en assurant par exemple que tous les musulmans appartiennent à un vaste groupe ethnique dont les valeurs primordiales les conduit à persécuter inévitablement les hérétiques, à voiler les femmes et à établir des régimes théocratiques.

            Si on compulse le même numéro de mon quotidien préféré, on s’aperçoit très vite de la multiplicité des constructions idéologiques d’une origine récente, de synthèses mouvantes devant des évènements changeants. Dans le conflit israélo-palestinien, à Gaza il y a le Hamas ou mouvement de la résistance islamique. Mais du coté du Liban, il y a le parti de Dieu, le Hezbollah. Entre les deux en Cisjordanie il y a aussi le Fatah ou mouvement de libération de la Palestine. En Egypte les Frères musulmans poursuivent leur propre voie. En Somalie, un groupe sunnite pro-gouvernemental s’oppose par les armes au mouvement extrémiste musulman Al Chabaab. Le monde occidental n’a plus de bases religieuses stables, chaque individu vaque au gré de ses désirs. Le monde musulman n’a plus de bases religieuses stables, chaque groupe militant poursuit son propre combat.

 Je rappelle mon intime conviction. Nous tous habitants de cette planète, nous avons absolument besoin d’un nouveau sermon sur la Montagne qui édicte de nouvelles règles pour tenter de vivre en bonne entente avec la Terre ; car nos dieux, c’est  le lever du soleil qui apporte l’énergie de la vie aux plantes, l’eau qui ruisselle et étanche la soif de toutes les espèces, l’équilibre des écosystèmes… Alors la bible et le coran nous paraîtront désuets, inadaptés, mensongers.  Alors le conflit israélo-palestinien nous apparaîtra pour ce qu’il est, le témoignage de l’impasse historique où nous a mené un passé ethnicisé. Une seule philosophie préfigure un tel dépassement du choc des cultures, celle de l’écologie profonde. Reste la question actuelle, laïque et non religieuse : si j’ai des blindés à ma porte qui veulent forcer l’entrée, qu’est-ce que je fais ?

quelle religion pour le XXIe siècle ?

Une religion lie et rassemble autour de valeurs fondamentales. Nous ne pouvons donc vivre en harmonie sociale sans référence à une religion qui apporte une cohérence au monde et le maintien de cet ordre. Mais la mondialisation libérale a fait éclater toutes les valeurs communautaires, y compris les religions qui se détachent maintenant de leurs territoires et de leur culture d’origine. Les religions qui recrutent prennent de nouvelles formes, le salafisme issu de l’islam, ou l’évangélisme, composé de variantes des christianismes. Les fondamentalismes, partisans d’un retour aux origines et d’une lecture littérale des textes sacrés, sont virulents. Ils dénoncent les faux dieux, l’argent, le matérialisme, l’individualisme. Ils sont contre l’avortement ou les mécréants parce que « c’est la loi de Dieu » (LeMonde du 21-22 décembre, Les religions à l’épreuve de la mondialisation).

Mais la mondialisation poursuit son chemin et diffuse ses marchandises standardisées même dans les endroits les plus reculés. S’arrêter dans le désert, c’est souvent boire du coca cola. La Nature est oubliée, profanée, recouverte par les villes et le goudron. Aujourd’hui l’homme est toujours, plus que jamais, l’ennemi de l’homme, non seulement parce qu’il continue à se livrer au massacre de ses semblables, mais aussi parce qu’il scie la branche sur laquelle il est assis : l’environnement naturel. Dès 1936, Bernard Charbonneau rédigeait un manifeste de 53 pages Le sentiment de la nature, force révolutionnaire. Il affirmait l’urgence de mettre la question de la nature et de sa protection au cœur de la politique. Il concluait à la nécessité d’inventer un rapport non industriel à la terre, indispensable pour assurer la reproduction des ressources naturelles, le maintien des sociétés locales et l’épanouissement des individus. Les religions classiques ne nous sont d’aucun secours : « En définitive, quand nous adorons Dieu, là-haut dans les cieux, nous faisons le malheur des humains. »

James Lovelock dans La revanche de Gaïa constate que les religions du livre ne nous ont pas donnés de règles et de conseils pour vivre en harmonie avec Gaïa (la Terre). En vérité la foi en dieu (ou la confiance dans notre technique) passe à côté d’une réalité : notre dépendance. Maintenant que nous sommes plus de six milliards d’individus affamés ou avides, aspirant au style de vie des pays développés, c’est-à-dire à la vie urbaine, nous empiétons de plus en plus sur le domaine de la Terre vivante. Si nous ne prenons pas soin de la Terre, elle nous rendra indésirables. Les croyants feraient bien de porter un regard neuf sur notre demeure terrestre et y voir un lieu saint, partie intégrante de la Création, mais que nous avons désacralisé. James Lovelock ajoute que nous pourrions, si nous le voulions, faire de Gaïa une croyance instinctive, en familiarisant nos enfants avec la nature, en leur expliquant son fonctionnement et en leur montrant qu’ils font partie d’elle.

Les évangélistes et les salafistes ont absolument besoin d’un nouveau sermon sur la Montagne qui édicte de nouvelles règles pour tenter de vivre en bonne entente avec la Terre. Les futurs croyants assimileront la Biosphère à la Création divine, et sa profanation sera condamnée. Certains parlent déjà sérieusement de crimes contre l’environnement. La bible et le coran nous paraîtront désuets, inadaptés, mensongers ; nous préférerons lire dans le livre de la Nature. Car nos dieux, c’est  le lever du soleil qui apporte l’énergie de la vie aux plantes, l’eau qui ruisselle et étanche la soif de toutes les espèces, l’équilibre des écosystèmes…

ADMD versus Axel Kahn

Dans son dernier livre, Axel Kahn critique sévèrement l’ADMD (association pour le droit de mourir dans la dignité) pour l’usage qui est fait du concept de dignité : «  Cela signifie-t-il qu’il existe des gens qui meurent dans l’indignité ? Quels sont-ils ? Les grands vieillards ? Les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ? Sont-ce là des citoyens indignes ? » Il est tellement ulcéré qu’il propose de compléter ainsi la Déclaration universelle des droits de 1789 : «  Tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en dignité et en droits. » (LeMonde du 26 novembre)

Le problème, c’est qu’Axel Kahn ne peut pas définir le concept de dignité parce que c’est indéfinissable. Il n’y a aucun caractère sacré de la vie humaine, il n’y a aucune définition avérée de la dignité de la personne humaine et de son caractère intouchable ; le droit de tuer est une constante de l’humanité que ce soit par l’intermédiaire de la peine de mort ou des guerres, des avortements légaux ou illégaux, sans parler des infanticides pratiqués en toute normalité dans certaines sociétés premières. Ni Axel Kahn, ni la religion ne peuvent dicter leur loi à une société démocratique qui définit de façon relative les normes qui la guident. En France, le programme présidentiel 2007 du parti socialiste était même explicite : « Nous saisirons le Parlement d’un projet de loi Vincent Humbert sur l’assistance médicalisée pour mourir dans la dignité. » La Biosphère te donne la vie, la croissance, la maturité, le déclin et te retire de toute façon le droit de continuer à vivre. A toi de répondre personnellement et politiquement à la question centrale de la philosophie : à quel moment la vie n’est-elle plus digne d’être vécue ?

Mais n’attends pas ton Alzheimer qui t’empêcherait de rédiger ton testament de fin de vie : « Sain de corps et d’esprit, je déclare ce jour que je n’accepte pas les soins palliatifs qui ne serviraient qu’à me maintenir en vie et non à me réinsérer dans la société. Je déclare accepter par avance une euthanasie passive si la conscience morte de mon cerveau m’empêche de percevoir mon état de légume humain. J’exige le droit  à l’euthanasie active si j’estime en toute conscience que ma vie ne vaut plus la peine d’être prolongée. »

Yes, we can !

Barack Obama a été élu le 4 novembre, faut attendre les actes. Mais je décrypte aussi ce résultat au travers de la collecte de fonds de la campagne électorale qui a atteint un niveau record (LeMonde du 5.11.2008) : 639 millions de dollars pour Barack contre 360 pour John McCain. Plus grave, les dépenses en publicité de Barack ont atteint 190 millions de dollars contre seulement 75 millions pour John. Les Américains considèrent que soutenir financièrement un candidat est une des formes de la démocratie, je pense au contraire que l’argent fausse le recours à la pensée citoyenne.

Nous n’avons pas normalement besoin de financer des pub pour une personne extérieure à nous-même, le cheminement du choix doit se faire en son for intérieur. La citoyenneté est la qualité d’humains qui pensent qu’ils sont d’abord régis par eux-mêmes alors que la politique-spectacle extériorise le pouvoir. Je trouve très bizarre aux USA une campagne électorale interminable où chacun plante dans son jardin un panneau pour donner son intention de vote sans que cela n’amène la moindre avancée de la pensée politique. Je trouve très choquant cet acharnement à convaincre l’autre au nom de la religion ou de présupposés. Je trouve abominable ces meetings où on se rassemble pour faire foule et réciter des slogans.  Je trouve que la démocratie est à son plus bas niveau quand toute une société veut être menée par un pouvoir charismatique qui repose sur une personnalité qu’on trouve extraordinaire.

 L’élection américaine me fait penser au processus de vote des motions dans le parti socialiste français. On prépare normalement un Congrès d’orientation avec des motions qui présentent des idées. On se retrouve dans un vote militant qui essaye de déterminer quel est le leader qui sera le plus représentatif du Parti. L’idéologie qui mobilise les masses est l’absence d’idéologie. Il suffit de véhiculer quelques symboles le plus simple possible simple, accessible à l’individu, si modeste que soit son bagage culturel. La simplicité est une composante nécessaire de la propagation d’une bonne image du leader. Barack Obama fait répéter en boucle « Yes, we can », Ségolène Royal « Fra-ter-ni-té ». Nous n’en sommes pas encore au « Heil Hitler », mais le processus est le même. Avec un tel type de démocratie-spectacle, je ne crois pas que les humains pourront répondre à la question écologique qui demande à la fois réflexion personnelle et action individuelle.

Dieu ou Biosphère ?

Dans ses déclarations en France (LeMonde du 15.09.2008), le pape Benoît 16  prend les bâtons pour se faire battre !

 1) Il admet qu’il n’y a pas en soi de parole de dieu, mais seulement un discours humain : « La parole de dieu nous parvient seulement à travers la parole humaine, à travers des paroles humaines » ; « Vue sous un aspect historique, la Bible est un recueil de textes littéraires dont la rédaction s’étend sur plus d’un millénaire et dont les différents livres ne sont pas repérables comme constituant un corpus unifié ». Si Benoît 16 en restait à cet énoncé, il n’y aurait déjà plus de place pour un quelconque dieu biblique. 

 2) Benoît reconnaît que son discours n’est pas partagé par tous : « Le monde greco-romain ne connaissait aucun dieu créateur. La divinité suprême ne pouvait pas se salir les mains par la création de la matière ». Mais le pape s’empresse d’ajouter : « Le dieu de la bible est bien différent : Lui, le dieu vivant et vrai, est également le Créateur ». Notre vénérable pape se contente donc d’une affirmation gratuite, un discours ne vaut pas vérité. Benoît voit un dieu créateur alors qu’il devrait prendre conscience, avec l’évolution de la culture scientifique de l’Europe, que la création de l’univers n’a rien à voir avec l’existence même de l’homme, qui n’est que simple péripétie dans l’évolution du cosmos. En fait le pape est prisonnier du discours de sa caste, l’Eglise catholique.

 3) Par contre, Benoît 16 a un objectif estimable : « Au milieu de la confusion de ces temps, les moines s’appliquaient à trouver ce qui a de la valeur et demeure toujours ; derrière le provisoire, ils cherchaient le définitif ». Mais le pape ne voit que la recherche de Dieu comme fondement de la culture de l’Europe. Il ne comprend pas que l’homme a tout intérêt à se débarrasser des dieux pour mieux se considérer comme élément parmi d’autres de la Biosphère. Si Benoît commence à être préoccupé par l’état de notre planète, il en tire l’idée que « Dieu nous a confié le monde qu’il a créé. Il faudra apprendre à le respecter et à le protéger davantage ». Nous n’avons pas besoin de l’image de dieu pour déterminer ce qu’il faut faire pour sauver la planète. C’est l’Aspo qui nous montre l’arrivée imminente du choc pétrolier, c’est le GIEC qui analyse le réchauffement climatique.

 conclusion : nous ne pouvons pas savoir si dieu existe, de toute façon Dieu n’est pour rien dans la création de la Biosphère. Le pape fait comme les autres, il prend la mesure des dégâts infligés à la Biosphère. Nous n’avons donc pas besoin de la parole papale pour comprendre que l’homme s’est pris pour un dieu et par sa toute puissance a détérioré le milieu qui le fait vivre. Le XXIe siècle ne sera pas religieux, il réussira ou il échouera dans la réalisation par l’homo sapiens d’un agenda 21 efficace. Notre unité sera socio-écologique ou ne sera pas.

le pape chauffé au photovoltaïque

Le Vatican veut capter l’énergie solaire, « un don inextinguible qui vient d’en haut » (LeMonde du 4.09.2008). Avec ça, la face de la Biosphère va en être changée ! D’autant plus que le responsable du développement des énergies renouvelables rattaché au Vatican fait preuve d’un optimisme forcené : « L’énergie solaire pourrait satisfaire tous les besoins énergétiques de la Terre. » Il a oublié que la voracité de l’homo sapiens est inextinguible, surtout quand il vit dans une civilisation thermo-industrielle.

 Sincèrement, est-ce que vous avez besoin de voir des cellules photovoltaïques sur la coupole de la Basilique Saint-Pierre de Rome pour vous engager dans la lutte écologique ? Sincèrement, est-ce que vous avez besoin de croire en Dieu pour penser que la sincérité vaut mieux que le mensonge, que la générosité vaut mieux que l’égoïsme, que l’amour pour la Biosphère vaut mieux que la destruction de la planète ?

bouddhisme ou écologie profonde ?

Selon LeMonde du 11.08.2208, le Bouddha serait dans le bocage normand ! En fait le dalaï-lama va inaugurer « le jardin du bouddha Vajradhara » devant des fidèles prosternés. Prosternés ? Déjà la méfiance s’installe. Jamais un humain devant lequel il faudrait se prosterner ne mérite attention dans une société démocratique, si pieux soit-il. D’ailleurs l’article rajoute que l’initiation au bouddhisme s’exprime souvent dans un rapport exalté de dépendance entre le pratiquant et son maître. Enfer et damnation ! Jamais la soumission et les moulins à prières ne conduiront à la sagesse collective.

 

Je me rappelle  encore cette phrase du dalaï-lama en 2006 : « Si une opération du cerveau permettait de produire les mêmes effets que plusieurs heures de méditation quotidienne, je me ferais opérer ». C’est comme si on célébrait les vertus des psychotropes et qu’on minimisait la possibilité de sauvegarder sa santé mentale par ses propres forces, l’interrelation humaine et le dialogue avec la Nature. Ce que je préfère, c’est le message fondamental du bouddhisme qui repose sur le principe d’interdépendance universelle. Mais ce concept reste flou. Alors ma référence reste la conception des tribus indiennes qui ont en commun l’expression Père-Ciel et Mère-Terre : leur vision de l’univers est en liaison étroite avec les écosystèmes, elle est à la fois spiritualiste et réaliste, elle est écologiste. Dans ces sociétés, l’idée d’une hiérarchie parmi les êtres n’existe pas et il faut respecter fraternellement animaux, végétaux et minéraux puisque la notion de parenté ne se rapporte pas uniquement aux membres d’une famille ou d’un clan, elle inclut tous les êtres de l’environnement, animés ou inanimés. Pour les Indiens cueillir une plante était de la même gravité que tuer un animal. Pour eux, la survie dans le cycle de la vie et de la mort est parfois liée à l’acte de prendre la vie à d’autres êtres, mais toute appropriation est signe d’un endettement : les chasseurs et les pêcheurs pratiquaient des offrandes envers leurs gibiers et les agriculteurs envers le sol.

 Notre sacré réside dans la Nature, pas dans des temples, qu’ils soient bouddhistes ou de n’importe quelles autres tendances spirituelles.

lunettes théoriques

Lunettes théoriques : pour mieux juger des religions

Toute religion a une double signification, elle relie et elle rassemble ; elle permet une pratique institutionnalisée qui apporte une cohérence au monde et le maintien de cet ordre. Si les déismes permettent de construire l’imaginaire social, les religions, particulièrement celles du dieu unique, ont surtout célébré l’emprise des humains à la fois sur les humains et sur la Nature. Aujourd’hui les religions divisent l’humanité plus qu’elles ne la réunissent parce que c’est toujours des humains qui agissent au nom d’un dieu qui leur est personnel pour imposer aux autres leur propre conception de l’existence. Mais c’est parce que le pouvoir du sacré peut aussi rentrer en symbiose avec la Nature que les humains pourraient à nouveau vivre ensemble dans un environnement apaisé. La relation verticale avec un dieu qui permet d’interpréter de façons contradictoires la détresse humaine peut être avantageusement remplacée par une relation horizontale de l’individu envers autrui comme avec la Biosphère. Vos dieux, c’est d’abord le lever du soleil qui apporte l’énergie de la vie aux plantes, l’eau qui ruisselle et étanche la soif de toutes les espèces, l’équilibre des écosystèmes. A pratiquer l’art de la contemplation de la Nature, il ne vous restera pas grand chose pour le culte des dieux à l’image des hommes.

 Ni la bible, ni le coran,

Lisez dans le livre de la Nature

Pour l’amour de toutes les formes de vie.

que retenir des JMJ ?

Que vont retenir les jeunes cathos des Journées mondiales de la jeunesse ? L’évocation de la pédophilie chez les  curés, la condamnation sans réserves de l’avortement ou quelques digressions sur l’état de la planète ? Car Benoît 16 s’inspire de l’air du temps en matière écolo : « Des cicatrices marquent la surface de la Terre, l’érosion, la déforestation, le gaspillage des minéraux du monde et des ressources des océans pour alimenter une consommation insatiable » (LeMonde du 19.07.2008)

 

Il est vrai que toutes les religions devraient être au front de l’écologie. Toutes proclament que notre planète est l’œuvre du créateur, mais aucune ne s’offusquait jusqu’à présent de la voir polluée et détruite. Il y a là une sacrée contradiction. Il pourrait y avoir une magnifique plate-forme entre les religions qui pourraient s’entendre autour de ce dénominateur commun : protéger la terre, l’eau, la planète, la vie ; honorer « l’œuvre divine ». D’ailleurs Benoît 16 ajoutait : « L’expérience a monté que tourner notre dos au dessein du Créateur provoque un désordre qui a des répercussions inévitables sur le reste de la Création ».

 

Mais en matière d’écologie, rares sont les textes bibliques sur lesquels s’appuyer, et ils ont tous un relent d’anthropocentrisme forcené. Nous trouvons d’ailleurs une parfaite illustration de cette faiblesse doctrinale de l’Eglise dans un récapitulatif des textes de Jean Paul II (édité par Parole et Silence, Les gémissements de la création) : « Voici que je vous donne toute herbe produisant semence et tout arbre dont le fruit produit semence : ce sera votre nourriture » (Genèse 1,29). » Le pape en tirait la conclusion que la terre appartient à l’homme parce que Dieu l’a confiée à l’homme, et par son travail l’homme la soumet et la fait fructifier. Cette valorisation de l’espèce homo sapiens s’accompagne d’une déformation systématique des textes.  De même Pour Jean Paul II, l’expression « Remplissez la terre et soumettez-là, dominez sur toutes les créatures » (Genèse 1,28) voudrait dire que la volonté de notre créateur est que l’homme agisse envers la nature comme un gardien intelligent et noble, et non comme un exploiteur sans scrupule (Voilà ce qu’il faut entendre lorsqu’il est question de « soumettre »). Pour lui, c’est une sérieuse responsabilité d’exercer notre souveraineté sur la création, de manière qu’elle soit vraiment au service de la famille humaine. Toujours l’anthropocentrisme !

 

Si le pape faisait un clin d’œil au concept de développement durable (« Il faut que l’exploitation de la nature se fasse conformément au critère qui tient compte non seulement des besoins immédiats des populations mais aussi de ceux des générations futures »), rien ne préparait en définitive Jean Paul II à s’intéresser à l’écologie profonde puisqu’il a une vision qui peut se résumer à cette phrase : « Faits à l’image et à la ressemblance de Dieu, Adam et Eve doivent soumettre la terre (Genèse 1,28) ».

 Son successeur est dans la même lignée, la santé de la Biopshère ne peut compter sur une religion obsolète interprétée par des porte-parole à moitié séniles.

pour la non-croyance généralisée

Le roi Abdallâh d’Arabie Saoudite serait un fervent promoteur du dialogue inter-religieux entre juifs, chrétiens et musulmans (LeMonde du 17.07.2008). Il s’agit plutôt pour ce dictateur qui règne sur un pays au nom de dieu et de la soumission des femmes de « contrer les défis de l’étroitesse de vue pour que le monde comprennes les préceptes de l’islam sans animosité ». Pourquoi, au lieu de présider une prétendue conférence internationale, ce roi Abdallâh ne fait-il pas ce qu’il a le pouvoir de faire, ouvrir des lieux de culte aux autres religions dans son propre pays ? Pourquoi, au lieu de prétendre «  promouvoir la justice et la paix » ne laisse-t-il pas son pétrole sous la terre au lieu de l’offrir aux dominants d’un monde occidentalisé qui n’a aucun respect pour l’équilibre climatique de la Biosphère ?

 Soyons réalistes, la véritable croyance durable est celle des non-croyants qui comptent les points entre un islam toujours aussi rigide, surtout en Arabie Saoudite, et un catholicisme de plus en plus réactionnaire avec le pape actuel…

L’Eglise n’a rien à dire

En Italie, l’Eglise catholique conteste la décision judiciaire de débrancher Eluana. Cette jeune femme a été plongée dans le coma en janvier 1992, aujourd’hui la cour d’appel de Milan autorise l’interruption de l’hydratation et de l’alimentation forcées, seul moyen de survivre pour cette jeune fille au cerveau endommagé. Le président de l’Académie pontificale estime qu’un tribunal ne doit pas s’arroger le droit de décider si une vie doit continuer ou non (LeMonde du 11.07.2008).

 

La technique a maintenu artificiellement en vie Eluana pendant des années. L’Eglise est-elle pour l’acharnement thérapeutique ? Selon la médecine, l’état végétatif permanent d’Eluana est irréversible. L’Eglise est-elle contre la médecine ? La justice  a jugé qu’il n’y avait plus rien à faire. L’Eglise est-elle contre la justice des hommes ?

 

L’Eglise accepte des procédés artificiels au nom d’une morale « naturelle », elle refuse la mort cérébrale alors que d’après elle le salut est de toute façon dans les cieux, elle refuse l’expression de la  justice, un des piliers essentiels de l’Etat de droit et de la démocratie. L’Eglise n’a rien à dire, qu’elle ferme sa gueule.

 NB : selon l’article du Monde, le pape Jean Paul 2 est mort après qu’on ait arrêté une alimentation forcée. Ceux qui veulent nous diriger disent n’importe quoi et pratiquent l’inverse. Comment croire encore à un quelconque dieu avec des porte-parole aussi minables ?

toto-religion

Le monde de la finance est quelque chose d’extraordinaire. Le groupe indien Tata emprunte 3 milliards de dollars pour acheter à Ford les marques de luxe Land Rover et Jaguar au prix de 2,3 milliards (LeMonde du 27.03.2008). Mais trêve de plaisanterie à goût de subprime, quelle stratégie peut mener Tata Motors qui a assemblé sa première voiture depuis 8 ans seulement et qui spécule maintenant sur des bagnoles hors de prix tout en construisant déjà la Nano, la voiture la moins chère du marché ?

D’abord Tata démontre ainsi qu’il se fout complètement de l’état de la planète et du réchauffement climatique, il s’agit de vendre toujours plus d’automobiles, surtout dans les pays émergents. Ensuite cette affaire démontre que le mauvais exemple des pays occidentaux, englués dans le tout-automobile, ne peut servir à personne. Ce n’est pas la sagesse après laquelle on court, c’est après la connerie ambiante : il faut faire comme tout le monde, on entre en religion.

 Concluons sur ce  texte très ancien (de 1973 !) :

« Depuis le septennat de M.Pompidou, le culte de l’automobile est devenu en France la religion d’Etat, la seule d’ailleurs à laquelle croient la plupart des dirigeants. Tous les ans, le pèlerinage national ne se rend pas à Lourdes, mais aux vingt-quatre heures du Mans. Telle une grande messe pontificale, le Salon de l’auto déroule sa liturgie fastueuse au courus de laquelle l’automobile nouvelle, bénite par les plus hautes autorités officielles, est comme une relique révélée à la ferveur populaire. En cas d’impiété, répression policière : matraquage de manifestations sacrilèges en faveur de la bicyclette ou des piétons. Et la nouvelle religion a déjà son clergé, puissant et sectaire : les ingénieurs des Ponts et Chaussées.

            Cependant, cette adoration obligatoire dissimule mal la réalité : l’automobile est devenue le cancer de notre civilisation. Elle la ronge par sa prolifération effarante, anarchique et  dominatrice. Elle détruit l’homme et dégrade l’espace. Elle mutile, intoxique et tue. Elle casse les villes et dilapide la nature. Elle gaspille une énergie sans cesse plus rare et plus coûteuse. Présentée à tort comme le symbole de la prospérité, elle appauvrit l’homme dramatiquement, dans son environnement social et physique. Elle brise son cadre de vie collectif pour l’enfermer dans une petite carapace d’acier qui l’isole et  exalte son agressivité en la cuirassant. Elle le ruine dans les biens immatériels essentiels : la santé, la sécurité, les joies de la nature, la beauté des paysages, le sentiment de la communauté. Nous allons vers l’« auto-destruction » rapide de notre civilisation si nous ne changeons par fondamentalement notre attitude à l’égard de l’automobile, si nous ne cessons pas de la vénérer comme une idole et ne la soumettons pas aux impératifs de la défense de l’environnement. »

 Philippe Saint-Marc (in mensuel Le Sauvage n° 6, septembre-octobre 1973)

créationnisme débile

Pour la santé de la Biosphère, l’hypertrophie du cerveau humain se révèle plus un handicap qu’un avantage. Il faut de la transcendance, il faut croire en quelque chose, le sens du sacré est important, mais c’est notre terre qui est sacré, c’est notre planète que nous devons célébrer, pas le culte de tous ces hommes qui se croient à l’image de Dieu.

Si Dieu s’invite aux élections présidentielles américaines, si la science et la religion cessent d’être des domaines séparés, il n’est pas étonnant que la guerre sainte de Bush ait fait un tabac et que la montée de l’irrationalisme fasse oublier la Biosphère. Un sondage, publié en janvier 2008, indiquait que 29 % des Américains pensent que la vie a été créée sous sa forme actuelle. Il n’y aurait donc pas d’évolution, nous serions seulement en présence du dessein de Dieu, créateur tout puissant de tout ce qui existe. Il n’est pas étonnant que Mike Huckabee, ce pasteur républicain et baptiste arrivé en tête dans la course à l’investiture pour la présidentielle au caucus de l’Iowa puisse affirmer sereinement qu’il ne croyait pas à la théorie de l’évolution.

Pourtant, pour n’importe quel scientifique digne de ce nom, l’étude de l’évolution est un des domaines de recherche des plus actifs, des plus robustes et des plus utiles. De source sûre, on peut en déduire que l’homme n’est qu’une espèce parmi d’autres, apparue bien après l’extinction des dinosaures. Homo sapiens n’a sans doute pas plus de 200 000 ans, la Biosphère près de 3,5 milliards d’années. Les humains n’ont donc aucun privilège à revendiquer, si ce n’est le droit du plus fort à dégrader notre planète. Malheur à nous.

pensée amérindienne

Il s’en faut de beaucoup que les peuples amérindiens aient été éblouis par les techniques de leurs envahisseurs : « Ma flèche ne tuerait-elle pas ? Qu’ai-je besoin de vos pistolets ? », déclarait un chef pawnee lors d’une des premières rencontres de son peuple avec les Européens. Quant à cette science et à l’enseignement qui sert à la transmettre, ils eurent tôt fait de s’en défier aussi. Dès le XVIIIe siècle, l’Assemblée des six nations indiennes refusait d’envoyer leurs enfants dans les écoles des envahisseurs : « Plusieurs de nos jeunes gens ont été jadis élevés dans vos collèges. Ils furent instruits de toutes vos sciences mais, quand ils nous revinrent, ils n’étaient absolument bons à rien. » D’autres particularités, plus inquiétantes encore, semblaient caractériser les nouveaux venus. Leur avidité insatiable a d’abord étonné les peuples qui ignoraient l’usage de la monnaie. En outre leur propension au mensonge, leurs tromperies et leurs trahisons répétées témoignaient de leur extraordinaire indignité. De même leur cruauté gratuite, les Blancs tuent parfois « simplement pour le plaisir de tuer ». Les peuples amérindiens furent tout aussi étonnés d’observer l’acharnement au travail de leurs envahisseurs, leur fébrilité industrieuse d’insectes. Telles apparurent dont les dispositions de ce peuple étrange : Une ingéniosité technique tout à fait remarquable, mais pour le moins inutile, et souvent nuisible ; une folie bien particulière associant délire d’enrichissement et d’accumulation, cruauté sadique et propension habituelle au mensonge ; enfin une organisation sociale extravagante fondée sur le travail, scandaleusement inégalitaire, et si foncièrement ennemie de la liberté que chacun y était serviteur d’un maître, lui-même esclave. (La folle histoire du monde de Michel BOUNAN).

Tous ces anciens peuples ont été vaincus et, dans leur grande majorité, exterminés. Les armes et les techniques modernes ont eu raison de ces civilisations. Le monde est devenu une immense colonie européenne, la simplicité volontaire a été rayée de la surface du globe, la Biosphère commence à souffrir intensément.

un pape « vert »

L’actualité n’a pas d’importance en soi, l’important c’est ce qu’on fait de l’actualité, si on la juge ou non digne d’intérêt. Le pape a-t-il un intérêt ?  Selon un titre du journal Lemonde du 27.12.2007, le pape Benoît 16 dénonce l’exploitation de la planète dans son message de Noël. Le sous-titre en rajoute, « paix et écologie dans le message de Noël du pape ». En fait, juste une petite phrase du pape (http://www.radiovaticana.org/fr1/Articolo.asp?c=176038) peut appuyer cette assertion : « Dans le monde, le nombre des migrants, des réfugiés, des déplacés, va toujours croissant, à cause aussi des catastrophes naturelles, qui sont souvent la conséquence de préoccupants désastres écologiques. » Pas de quoi changer la face du monde et dénoncer les innombrables dommages environnementaux. Benoît 16 est dans la droite ligne du pape précédent dont le recueil de textes environnementalistes, « Les gémissements de la création », montre que la parole écologique du pape est toujours réduite à sa plus simple expression. Il est vrai que la religion catholique, comme d’ailleurs bien d’autres religions, ne voit dans la planète qu’un domaine que les humains peuvent dominer et exploiter. Ce n’est pas ainsi que nous pourrons sauver la planète, comme l’exprime des tas de livres écolos qui se passent complètement des discours de la papauté. Benoît 16 n’est donc pas un pape « vert », contrairement à ce que laisse supposer l’article du Monde.

 

Benoît 16 est plutôt un pape sur le déclin, encore imprégné d’une théologie d’un autre âge, pape dont rien ne laisse supposer une capacité d’ouverture aux problèmes contemporains, à commencer par ceux de la Biosphère. D’ailleurs pour lui, nul besoin d’électricité et de fuel : « Laissons la lumière de ce jour (de Noël) se répandre partout : qu’elle entre dans nos cœurs, qu’elle éclaire et réchauffe nos maisons. »

NB : Tous les articles pour la Biosphère sont archivés et classés sur Internet,

http://biosphere.ouvaton.org/page.php?doc=2007/affichactu2

http://biosphere.ouvaton.org/page.php?fichier=2008/affichactu3

 

animisme ou débilité ?

Contrairement aux religions du livre où un clergé demande aux fidèles de réaffirmer constamment leur foi, la croyance n’est pas un dogme dans l’animisme, c’est une expérience vécue. Pour les animistes, les entités naturelles non humaines (animaux, plantes ou objets) possèdent une âme et des intentions semblables à  celles de l’homme. On ne se pose pas la question de savoir si l’on croit ou non dans les esprits de la nature, c’est une expérience que l’on fait et que l’on interprète chacun à sa manière. Chez les Achuars par exemple, les individus entretiennent des rapports très étroits, de personne à personne, avec des animaux ou des plantes avec lesquels ils conversent en rêve et auxquels ils adressent des incantations. Tout cela les touche au fond de leur propre esprit. L’animisme suppose la multiplicité des manières d’habiter le monde, mais attribue à tous les êtres le même genre d’intentionnalité, ce qui permet d’établir de véritables dialogues avec des êtres de la nature.  Il n’y a plus de différence entre l’entité humaine et l’entité non humaine, il y a un rapport d’égalité. 

           Dans le monde actuel, il y a anthropisation forcenée, c’est-à-dire transformation exacerbée par l’action de l’homme des écosystèmes terrestres et aquatiques, et plus généralement des conditions environnementales. C’est une des facettes de l’anthropocentrisme, cette attitude folle qui consiste à faire des humains le centre de l’univers et, de ce fait, des propriétaires de la biosphère : la classe globale se comporte à sa guise sans se soucier de l’environnement (usus, fructus et abusus) alors qu’elle partage la planète avec toutes les autres espèces vivantes. Cette attitude n’est pas durable. L’anthropocentrisme doit être remplacé par un biocentrisme (ou écologie profonde), une attitude écologique qui limitera l’anthropisation. Un retour à l’animisme serait-il nécessaire ?

basculement idéologique

Chroniqueur bousculé, bascule en vue.

J’aime quand un journaliste commence à réfléchir. Ainsi Eric Le Boucher, plus enclin habituellement à chanter les louanges de la croissance économique et du progrès technique plutôt qu’à s’interroger sur l’avenir de la planète nous livre enfin une chronique sidérante (Drôle de moment de bascule, Lemonde 16-17 décembre 2007).

 En effet, il avoue en dernière phrase que « Les économistes sont paumés ». Il constate que trois économistes auront au moins quatre avis, contradictoires si possible. Il reconnaît surtout que « La planète se reconfigure en profondeur sans que personne ne sache ce qui se dessine vraiment. » Eric nous explique que cette grande bascule porte sur le libéralisme, mais il se contente encore de voir vaciller trois piliers de l’économie dominante, la mondialisation, l’Etat en recul et le développement de la finance.

Eric ne voit pas encore que cette idéologie qui nous dit que l’intérêt personnel devrait entraîner le  bonheur collectif n’est qu’une religion de la poudre aux yeux. La croissance libérale a occulté les coûts externes, propagé les inégalités et transformé la planète en poubelle. Cette croissance n’est pas durable, ni d’ailleurs aucune croissance dans un monde fini…