CLIMAT, le piège de l’interaction spéculaire

Le parcours démocratique d’une loi climat aurait pu s’arrêter aux 149 mesures issues de la réflexion studieuse (sur plusieurs mois) de la CCC ( Convention Citoyenne pour le Climat). Adoptée sans filtre par le législatif, nous aurions évité l’enlisement. Mais la complexité de nos procédures fait qu’avant même les votes par les député et les sénateurs, il faut passer par une « commission spéciale » chargée de préparer le texte pour les débats à l’Assemblée nationale qui comporte 71 membres et doit examiner 69 articles ainsi que 5000 amendements. Autant dire qu’il n’y a plus de consensus possible, les points de vue ne peuvent qu’être irréconciliables.

D’un côté ceux qui trouvent le texte gouvernemental trop peu ambitieux au regard de l’urgence climatique. En face ceux qui estiment qu’il va trop loin et risque de mettre en danger des secteurs économiques entiers. Les Républicains (LR) demandaient par exemple la suppression de tous les articles encadrant la publicité, et la version opposée souhaitait la reprise mot à mot des propositions de la CCC, annihilant tout travail parlementaire. Du point de vue de la démocratie représentative, il faut rechercher le juste milieu entre personnes arc-boutés sur leurs préjugés, du point de vue des écologistes, on ne peut défendre la liberté de massacrer la planète ! Il n’y a pas de différence, si ce n’est dans les mots, entre organiser la décroissance du secteur aérien et mettre en œuvre sa décarbonation. Mais la nécessaire rupture écologique fait peur aux tenants du business as usual, les habitudes mentales empêche la clairvoyance. D’autant plus que les députés ont des réflexes de chapelle, il faut penser comme le groupe pense, qu’on soit d’ailleurs à droite, au centre ou macroniste. C’est ce qu’on appelle l’interaction spéculaire, comme dans un miroir, je fais par mimétisme selon ce que je pense de ce que les autres attendent de moi.

En résumé, il faut savoir dire non au politiquement correct, apprendre à résister aux diktats socio-économiques, décider selon ce qui est conforme au bien commun, assumer la lourde tâche de sauvegarder les intérêts des générations futures et préserver la biodiversité. La démocratie n’existe que si les décideurs agissent au nom des acteurs absents et non selon l’illusoire défense du moment présent. Une position d’équilibriste à la Macron ne règle ni les enjeux sociaux, ni les enjeux climatiques.

Pour en savoir plus sur la loi « Climat et résilience »

11 mars 2021, CLIMAT, folle zizanie parmi les ministres

extraits :Le porte-parole de La République en marche (LRM), Jean-Baptiste Moreau, a reproché publiquement à Barbara Pompili de manquer de « loyauté ». Un sentiment largement partagé dans les rangs macronistes : « Le problème, c’est que Barbara donne l’impression de vouloir toujours faire passer ses convictions avant la solidarité gouvernementale »…

10 mars 2021, CLIMAT, une loi de résilience en zig et zag

extraits : Examen du projet de loi « climat et résilience », 5 000 amendements ! La lessive et l’essorage vont se faire en même temps au Parlement. Les débats risquent très vite de s’enflammer, des députés LRM ont même déposé des amendements complètement antagonistes. Et nous attendons avec impatience les réactions des transporteurs routiers si l’avantage fiscal sur la taxation du gazole est supprimé. Certains estiment que « Tout l’enjeu, c’est l’acceptabilité sociale des mesures ». Ce sera alors comme pour le Grenelle de l’environnement, une loi au rabais et un climat en folie…

Partagez ...

14 réflexions sur “CLIMAT, le piège de l’interaction spéculaire”

  1. – « En résumé, il faut savoir dire non au politiquement correct […]  »
    Oui, mais dans quelle limite ? Marcher sagement dans les clous pour dire NON, ça c’est politiquement correct. Pisser sur la statue du Marchal de France, alors ça NON ça ne l’est pas. Faire son «devoir de citoyen » (a voté, hi-han !) ça aussi c’est politiquement correct. Crier «élections pièges à cons » ça je ne crois pas. Je ne sais pas. Je ne sais pas non plus si l’interaction spéculaire est un piège ou pas, mais je pense que la CCC pourrait être un piège pour Macron. Et pour nous tous et en même temps.

    1. Macron souhaite donc être réélu. S’il marque des points avec le Covid (même pas dit)… je doute qu’il en marque avec cette CCC. Ni même du côté des Anti-écolos primaires-binaires. Depuis longtemps déjà plus grand monde ne croit aux promesses des politiques, tout le monde se souvient du référendum sur la Constitution Européenne. Cette nouvelle trahison risque fort d’en rajouter à l’abstentionnisme et/ou au «prafisme » (voir Brice Teinturier). Ce ras-le-bol profite bien sûr à La Marine vert de gris, et pour couronner le tout le fameux «pacte républicain » a du plomb dans l’aile.
      Dans un an, il est possible que je me retrouve aux côtés de Biosphère… pour dire qu’il faut parfois savoir dire OUI au politiquement correct. On ne sait jamais ! Misère misère.

      1. Ben quand Europe Écologie trahit, comme Daniel Cohn Bendit qui ricanait bien avec Sarkozy au parlement européen (voir vidéo), il n’y a pas lieu de se plaindre ! Mais il y en a d’autres comme Dominique Voynet qui promouvait la voiture électrique sous Jospin et qui a saboté le nucléaire, le très gauche caviar Nicolas Hulot avec sa collection de voitures moto bateau, qui nous bassine à fais ce que je te dis pas ce que je fais.

        1. Alors oui, il n’y a que Marine pour mettre un coup de pied dans la fourmilière ! Puis Europe et Écologie c’est un mensonge ça ne peut pas fonctionner car on se heurte au droit européen en plus de l’unanimité pour faire appliquer quoi que ce soit.

          L’Europe marchande a bien verrouillé l’Union Européenne avec cette histoire d’unanimité. En plus il y a la troïka, le parlement européen ne sert à rien à part légiférer le calibre des concombres. Bref l’Europe marchande a fait en sorte qu’on ne puisse faire passer aucune loi qui ne puisse entraver ses intérêts. Vu que l’Europe est irréformable, puisqu’il faut l’unanimité pour la réformer, la boucle est bouclée. Bref, il aurait fallu qu’on puisse faire passer des lois ou directives par une majorité relative mais ce n’est pas le cas et ça ne sera jamais le cas, alors il ne reste que de sortir de l’UE comme seule solution

          1. Fourmi rouge

            Tu veux rire oukoi ? Parmi tous les candidats en 2017, ne serait-ce que dans les 11 nominés, combien prétendaient vouloir «mettre un coup de pied dans la fourmilière » ? Même chez LREM en 2017 tu en as qui claironnaient «C’est un grand coup de pied dans la fourmilière ! » En 2019 c’est Nathalie Loiseau (LREM) qui voulait «donner un coup de pied dans la fourmilière », de l’ENA. Tout le monde dit vouloir «mettre un coup de pied dans la fourmilière », les politicards, les électeurs (hi-hans !), les fatigués etc. ça ne veut rien dire «mettre un coup de pied dans la fourmilière », c’est du blabla, du pipeau. Maintenant j’admets que sur ce registre TA Marine vert de gris est probablement la meilleure. Si elle vraiment Anti-Système… alors moi je suis la reine d’Angleterre.

          2. Ton UmPs on l’a essayé avec toutes les combinaisons, y compris les cohabitations

            Mitterand (Ps) + Balladur (droite)
            Chirac (droite) + Gauche plurielle (les verts + communistes)

            De l’extrême gauche à l’Ump/Lr c’est le même parti maquillé en plusieurs partis qui font semblant de se disputer à la télé pour entretenir l’illusion de partis opposés, bref ce n’est qu’une opposition factice. Et tous ont poursuivi exactement la même politique. Seul le FN est à contrecourant, et vous bloquez toute alternance sous la bannière du Front Ripoublicain. D’ailleurs aux élections, on le voit, des communistes qui se désistent au profit de l’Ump/Lr, des Ump/Lr qui se désistent au profit de communistes, etc etc idem avec le Ps et les verts, donc des désistements pour s’opposer à l’alternance Fn.

            D’ailleurs, même à l’Ump/Lr on y trouve des Péqueresse qui ont parti à des jeunesses communistes en Russie sur son CV mais il y en a d’autres…

          3. – « Ton UmPs on l’a essayé avec toutes les combinaisons, y compris les cohabitations »
            Autrement dit : « Parce qu’on n’a pas tout essayé… il est urgent d’essayer la douce Marine.»
            Et le NPA, et LO, on a essayé peut-être ? Et les amish… c’était quand ? Et ne dis pas qu’eux aussi sont encartés UmPs ! Mais bon, puisque tu aimes les plaisirs solitaires je te propose d’essayer un petit jeu à la con, et tu nous en diras des nouvelles. Tu prends un marteau et tu te tapes sur les doigts, applique toi à faire durer le plaisir. Et tu verras combien ça fait du bien quand ça s’arrête. Misère misère !

            PS : T’es en retard d’une guerre mon pote, ton FN n’existe plus depuis 3 ans. Hélas faut maintenant se farcir le RN et sa Marine nationale. La tienne donc.

  2. Didier BARTHES

    Les petits avions publicitaires sur les plages ça ne devait pas compter pour beaucoup pourtant, c’est dommage c’était sympa. On est dans le symbole là.

    1. Pub de demain

      – « Ce soir 21 H toro-piscine au Grau du Roi »
      Ah le bon vieux temps ! La plage, les corps bronzés, tout plein de jolis seins nus… et l’avion qui tirait sa pub. C’est vrai que c’était sympa, ça nous changeait un peu des planches à voiles et des marchands de glaces. Mais que voulez-vous c’est pas écolo ! Par contre le Solar Impulse, ça c’est écolo. Avant d’être un avion solaire, Solar Impulse est un avion publicitaire. Sa médiatisation n’est que de la propagande pour les énergies «propres », le but est de nous faire rêver, parce que nous le valons bien.
      La solution serait alors de faire tirer la pub pour le toro-piscine non pas par un Solar Impulse, ni par un avion électrique, mais par un avion à pédales. Mais bon.

  3. – Filtrées : Par Manu.
    – Modifiées : Par Pierre Paul ou Jacques.
    – Assouplies : Avec Soupline.
    – Démontées ! En tous cas pas par Deleuze et Derrida. Ni par José.
    – Dévitalisées ! Comme leurs méninges.
    – « Sur les douze propositions que la Convention citoyenne sur le climat (CCC) avait formulées pour réguler la pub […] seules deux ont été reprises en l’état par le gouvernement – l’interdiction des avions publicitaires et de la distribution forcée d’échantillons gratuits. Les autres ont toutes été soit modifiées et assouplies, soit tout bonnement rayées de la carte. » (telerama.fr 11/03/2021 : Loi “climat et résilience” : sur la pub, ça l’affiche mal)

    1. Bientôt la fin de la Pub dans nos boites aux lettres ? Ce serait déjà une bonne chose. Chez moi le problème est réglé depuis longtemps : «Ni pub ni propagande ! »
      Du côté des professionnels bien sur ça pleurniche. Les pauvres. On nous parle de suppressions d’emplois. C’est de bonne guerre. Les pauvres bougres qui distribuent cette merde seront encore plus pauvres. Mais pas qu’eux, les graphistes aussi, et puis les marchands d’encres, et de papier. Les pauvres. Ben oui tout est lié, mon dieu quelle misère ! Je vous le dis tout ça va finir en révolution.

  4. La complexité de nos procédures fait que les mesures issues de cette CCC ne peuvent être que filtrées, Démontées etc. Rajoutons une bonne dose de mauvaise volonté, d’hypocrisie etc. et nous avons le résultat que nous avons. Le «sans filtre» macronien n’était qu’une promesse pour les gogos, une de plus. Quand bien même, si d’un coup de baguette magique Jupiter avait pu l’imposer nous en serions au même point. Peut-être pire. Bien qu’elles soient loin d’être suffisantes, si elles étaient appliquées à la lettre ces 149 mesures représenteraient déjà une révolution. Or qui souhaite une révolution ? Pour dire à quel point ces 150 éco-citoyens sont révolutionnaires, n’oublions pas que nous avions 150 mesures et que celle qui prévoyait les 28H hebdomadaires sans perte de salaire a été abandonnée par la CCC elle même. Jugée «hors sujet» et «incompréhensible».
    Interaction spéculaire ou pas nous devons comprendre que nous sommes dans une impasse.

  5. Les Conventions Citoyennes pour le climat sont inutiles, si l’UmPs a laissé ces Conventions s’organiser, c’est juste pour faire croire que le pouvoir écoute et est attentif aux attentes écologistes des citoyens. Vous connaissez le dicton « La dictature c’est ferme ta gueule, la démocratie c’est cause toujours » et vu que l’UmPs se revendique de la démocratie alors les citoyens peuvent toujours causer dans leurs conventions… Pendant que les citoyens discutent écologie, ils n’agissent pas pour devenir une nuisance au pouvoir en place, à l’idéologie en place et aux intérêts du Cac 40… Les citoyens restent bien sages assis dans un fauteuil dans leurs conventions. C’est prendre le pouvoir ou rien !

    1. D’autant plus, qu’imaginons que 100% des députés et sénateurs soient favorables à l’écologie et votent aux mesures préconisées par les Conventions, ça ne serait même pas suffisant ! En effet, il faudrait voter des lois écologiques qui soient compatibles au Droit Européen ! Bref, si l’Union Européen dit non aux mesures préconisées par les Conventions Citoyennes, alors tout coule à l’eau ! Pour appliquer les dites mesures, il faudrait en plus de cela sortir de l’Union Européenne. Ou alors convaincre tous les autres pays européens de prendre les mêmes décisions, hormis qu’il faut l’unanimité des accords, et il suffit qu’un minuscule pays européen de la taille du Luxembourg dise non et tout coule à l’eau. Bref, le système est verrouillé pour défendre les intérêts marchands…

Les commentaires sont fermés.