CLIMAT, pourquoi pas une grève de la faim ?

Le 28 octobre 2020, l’eurodéputé Pierre Larrouturou avait annoncé qu’il entamait une grève de la faim à Bruxelles dans les locaux du Parlement européen. Sa revendication : obtenir un renforcement du budget de l’Union en faveur du climat, de la santé et de l’emploi. Au terme de trois semaines de jeûne, il avait annoncé samedi 14 novembre en fin de journée mettre un terme à cette initiative. Mais d’autres citoyens reconduisent sa démarche. Près de 70 personnes, en France et en Europe, sont engagées dans une grève de la faim collective avec, pour échéance, le prochain Sommet Européen des 10 et 11 décembre. Certains approchent de leur quatrième semaine de grève de la faim.

« Nous réclamons des dirigeants européens un vrai plan de relance « climat-santé-emploi » pour affronter les crises qui viennent . Des centaines de milliards d’euros sont disponibles, il suffit juste d’avoir le courage politique d’aller les chercher : nous exigeons une taxation immédiate et conséquente de l’ensemble de la spéculation financière. Une taxe de 0,1% permettrait de récupérer plus de 50 milliards d’euros chaque année: qu’est-ce qu’on attend ? La spéculation n’a aucune utilité économique, elle ne produit rien et ne fait que déstabiliser les marchés. Nul ne devrait la défendre. Nous, anonymes, refusons d’accepter que nos dirigeants protègent le parasitisme financier organisé au lieu de préparer nos sociétés à surmonter les chocs à venir. »

 Nous comptons sur les médias pour informer le public de notre engagement ; nous voulons que tous ceux qui pourraient nous rejoindre pour faire pression sur les dirigeants européens le puissent.
A votre service pour plus d’infos à grevedelafaimclimat@free.fr

Partagez ...

5 réflexions sur “CLIMAT, pourquoi pas une grève de la faim ?”

  1. Oui surtout que les volontaires fassent une grève de la faim de durée illimitée ! C’est très efficace, ça fait baisser la démographie et donc c’est bon pour le climat !

    1. Du grandgueulisme pour journalopes en manque de pissage de copie !
      Ils ne feront rien , ce sont des rigolos qui se font de la pub gratuite !
      Cela dit on peut rêver, on serait débarrassé de EELV et d’ une partie des socialopes, ce qui est bon à prendre

    2. De mieux en mieux, maintenant la grève de la faim pour sauver le climat.
      Quand c’est pour la bonne cause je suis toujours Volontaire. Dès aujourd’hui je m’engage dans la grève de la faim de 9h à midi et de 13h à 19h.

  2. Une grève de la faim… avec la pancarte «nous exigeons une taxation immédiate et conséquente de l’ensemble de la spéculation financière» … mais ça ne va pas, non ?
    Puisque aujourd’hui et plus que jamais on nous parle comme à des gosses, «fais pas ci, fais pas ça, met ton masque, tiens-toi droit, écoute ton maître, marche dans le clous, travaille, consomme et tais-toi», puisqu’on on nous prend vraiment pour des cons… pourquoi pas plutôt une grève de la consommation ?
    Un mois de décembre sans conso, juste le minimum, le strict nécessaire, quelques patates et quelques nouilles, l’essentiel quoi… non ce n’est pas possible ? Serions-nous si cons que ça ?

    1. Comme dirait un Coluche, « voilà une idée quelle est bonne… ».
      En fait le système serait peu pénalisé. J’avais émis l’idée de faire sauter les plombs du système, mettre le réseau électrique à genoux en allumant un jour par semaine à une heure précise et pour 1/4 d’heure tout ce qui marche à l’électricité, et en recommençant toutes les semaines.
      Ce pic de consommation s’il ne fait pas sauter les plombs mesurera le niveau de contestation contre l’inaction des gouvernements. Il permettra à tous d’exprimer son mécontentement où qu’il soit en France (ou en Europe)… et obligera à faire payer cette finance qui manipule un bon million de milliards quand l’économie réelle n’use que de quelques milliers…

Les commentaires sont fermés.