CLIMAT : rationnement, alternative d’avenir

Pour atteindre la sobriété énergétique, le rationnement est une alternative d’avenir à la taxe carbone. C’est l’idée que nous relayons sur ce blog depuis 2009.

à lire notre article le plus ancien, carte carbone

Christophe Gay, Claire-Marine Javary et Sylvie Landriève reprennent dans LE MONDE cette solution qui va s’imposer un jour ou l’autre : « Ni les innovations technologiques (voitures électriques, etc.), ni les incitations à utiliser des modes de déplacement « propre » ne parviennent à faire baisser les émissions de CO2 du secteur des transports en France. Le rationnement donne à chaque Français le droit d’émettre la même quantité de CO2, quels que soient ses moyens financiers. Une agence nationale serait en charge de l’allocation des quotas carbone, et chacun disposerait d’une carte personnelle à utiliser lors de ses achats de carburant et de billets d’avion. Chaque Français se verrait attribuer la même quantité de CO2, convertie en litres de carburant. Cette alternative radicale, mais plus juste que la taxe carbone, ouvre aussitôt de nouvelles questions : faudrait-il étendre le rationnement à d’autres domaines de consommation comme le logement ? L’échelle nationale est-elle suffisante ? »

Pour en savoir plus grâce à notre blog biosphere :

7 mai 2021, Planification publique et carte carbone

2 août 2020, Carte carbone, bientôt généralisée à tous (synthèse)

Commentaires sur lemonde.fr :

le sceptique : Arrêtez de rêver à l’égalité par la verdure, les nobles et prélats de l’Ancien Régime étaient totalement bas carbone, ils savaient néanmoins vivre mieux que les gueux.

Michel SOURROUILLE : émissions de gaz à effet de serre. Une action par les prix (la taxe carbone) agit certes sur les comportements, mais elle reste très inégalitaire, qui peut payer en remet une couche. L’autre solution, action sur les quantités, est donc nécessaire. Les moyens d’un rationnement de l’énergie, méthode égalitariste, ont déjà été à l’étude en Angleterre. Un système de carte carbone par personne avait été proposé fin juin 2005 par le ministre de l’environnement E. Morley. Les points carbone de la carte seraient débités chaque fois que son détenteur achèterait des combustibles fossiles, que ce soit pour se chauffer, pour cuisiner, pour se déplacer, pour acheter des engrais…. Il est en effet malheureusement évident qu’une limitation volontaire de ses besoins du type « sobriété énergétique » est illusoire collectivement, il faudra sans nul doute une dose de coercition.

MH : Toute restriction provoque l’apparition d’un marché noir et de trafics juteux. Sans parler de la fraude qui s’en donnera à cœur joie. Gageons que là encore ceux qui seront en capacité d’acheter des quotas carbone supplémentaires tireront leur épingle du jeu. Ajoutons que dans un pays aussi divisé et peu civique que la France (et osons le dire aussi corrompu), ce système va dérailler très rapidement.

Partagez ...

10 réflexions sur “CLIMAT : rationnement, alternative d’avenir”

  1. Didier BARTHES

    Attention à la société du contrôle total, elle a toujours mené…. au totalitarisme,

    1. Je dirais même que le contrôle total est ce qui fait le totalitarisme.
      Le totalitarisme c’est le contrôle de la totalité de l’appareil de l’Etat par un parti unique (brun, rouge ou vert peu importe). C’est la diffusion de la pensée unique grâce aux moyens de communication (propagande). C’est le maintien de la «vérité» par le brouillage des esprits (novlangue, diversions, divertissements etc.) C’est la répression de toute opposition grâce à la police et l’armée. Et c’est le contrôle total de la vie privée des individus, grâce maintenant aux caméras de surveillance («vidéo-protection»), reconnaissance faciale, traçage, cartes à puce, puçage, etc.

  2. Rationnement, individuel, «égalitaire…» ==> Carte Carbone
    Carte Carbone ==> Marché du Carbone
    Marché (boursier) ==> Spéculation, domination des plus gros
    Carte (numérique) ==> Big Brother

    1. « Les expériences de marchés du carbone en Europe […] sont des échecs.
      […] De plus, s’agissant des individus, on voit mal comment ce mécanisme freinerait fortement les émissions des très riches. […] Par ailleurs, une bonne partie des hauts revenus ne s’oriente pas vers la consommation mais vers des placements financiers, par exemple dans les multinationales… des industries fossiles. La carte carbone n’y pourra rien.
      Ensuite, la vive opposition à une taxe carbone qui était socialement injuste se reproduira avec ces marchés dépolitisés. Enfin, un marché boursier est toujours soumis à des mouvements spéculatifs ainsi qu’à des phénomènes de domination par les plus gros acteurs. […] Si l’on ajoute le fait qu’instaurer un tel mécanisme par pays n’a pas beaucoup de sens s’agissant du climat, on ne peut qu’être très perplexe sur ces projets. »

      ( Jean GADREY. Le 9 septembre 2020 sur Politis : Sur la « carte carbone » individuelle )

  3. Esprit critique

    Ceux qui réfléchissent dur (ou mou) sur la Solution pour faire baisser les émissions de CO2 du secteur des transports en France, nous disent : « En 2019, les transports émettaient en France 30% des gaz à effet de serre, sans compter les liaisons internationales. » (forumviesmobiles)
    Le rapport CITEPA 2019 nous dit que pour la France les Transports représentent «29% des émissions de CO2, dont 28% pour le transport routier (composé à 53% de voitures individuelles)». L’AIE nous dit que dans le monde (2016), les trois quarts des émissions liées au Transport sont dues aux camions, bus et voitures. (74% des émissions pour la Route, 12% pour l’Avion 12% et 11% pour le Bateau). Réfléchissons 5 minutes…
    Si comme le dit CITEPA le transport routier en France est composé de 53% de voitures individuelles, alors les camions et les bus représentent 47%. Et la Bagnole (individuelle) est alors responsable d’environ 15% des émissions liées aux Transports.

    1. Esprit critique

      Bien sûr 15 % ce n’est pas rien. En attendant ça reste moins que ce qu’émettent d’autres secteurs. Mais il faut comprendre que 15% ça percute moins que 30 %.
      Et bien moins que 66%, comme on écrit dans cette propagande de la Pravda du système : «Les voitures particulières sont responsables de près des deux tiers des émissions de CO2 du secteur des transports.» (édito Le Monde 02 août 2021 «La voiture électrique, défi industriel et sociétal»)
      En attendant haro donc sur la voiture individuelle !

      1. Et c’est vrai qu’il y en a trop. Salauds de pauvres va ! Et peu importe la faute à qui, s’ils sont devenus esclaves et dépendants de cette satanée Bagnole, haro sur la Bagnole des gueux ! Les camions, les avions, les bateaux et les autres secteurs émetteurs de CO2 et autres GES, on verra ça plus tard. On pourra alors faire la même analyse sur l’agriculture (19% des émissions en France, dont 9% lié à l’élevage bovin), sur les bâtiments (20%, dont 12.5% pour le résidentiel, le reste sur le tertiaire), sans oublier l’industrie (18%).
        Quant à l’intérêt et l’utilité de tout ce bazar, qu’on produit et fabrique, qu’on trimballe, qu’on nous vante et nous vend… on verra ça encore plus tard.
        Parce qu’en attendant la Priorité tient en 3 mots : Business as usual !

  4. Après l’avoir «démocratisée», en avoir fait un symbole de «réussite» et de «liberté», après en avoir fait un véritable objet de culte, après avoir organisé notre société et nos vies autour de la Bagnole, à tel point que pour bon nombre elle est devenue littéralement indispensable… voilà donc qu’ON nous dit que ceux qui l’utilisent sont des salauds. Et que pour «sauver» le Climat et la Planète il va falloir ACCEPTER de payer le carburant plus cher, de se le voir rationné, et que la Bagnole sera désormais exclusivement réservée au riches.
    Et parmi les zécolos, il y en a qui ne comprennent pas que certains mettent un gilet jaune pour dire qu’ils ne sont pas d’accord. Et qu’ils en ont même ras le bol. Et non seulement ils ne comprennent pas, déjà à quel point ce discours est inique et indécent, mais en plus ils se rangent du côté de ce ON pour réfléchir à trouver La Solution.

    1. Parti d'en rire

      La Solution ??? Faute de pouvoir faire passer la Taxe carbone essayons alors encore une fois de leur faire ACCEPTER la Carte Carbone. Pour avoir des «volontaires» il n’y a rien de mieux qu’une bonne propagande. Encore faut-il qu’elle parvienne à con vaincre.
      Celle-ci devrait faire l’affaire : «Toute simple, facile d’emploi, il vous suffit de la ranger avec votre carte Bleue. En dessous de la carte Verte, à côté de la carte Orange et de la carte SNCF. Et au dessus de votre tas de cartes fidélités. Chez Carte Carbone ON a pensé à tout, ON vous un superbe portefeuille.»
      Plus sérieusement, quoique, vaut encore mieux plancher sur les chèques et les tickets carburant. Qui viendront s’ajouter aux chèques vacances, chèques restaurants, chèques cadeaux et j’en passe.

      1. Tiens ça me fait penser à une chose, je sais ce que je vais offrir à mon petit-fils pour son anniversaire. Un bidon d’essence. Je suis sûr qu’il sera ravi. Et sa Mob aussi.
        En attendant, croyez bien que pendant que nous discutons de ces solutions à la con, que nous nous divisons et nous bouffons le nez, le «joli» monde d’en haut rigole.
        Et je suis sûr que lorsqu’ils sont entre eux, c’est en coeur qu’ils chantent cette formidable chanson de Matthieu Côte (que je vous invite à écouter ou réécouter), «Qu’est ce qu’ils sont cons».

Les commentaires sont fermés.