Covid-19, la magie de l’argent inopérante

C’était le 5 avril 2018, Emmanuel Macron répondait à une aide-soignante qui réclamait plus de moyens pour l’hôpital : « Il n’y a pas d’argent magique. » Le 25 mars 2020, le même Macron promettait « un plan massif d’investissements et de revalorisation des carrières ». Avec le Covid-19 viendrait donc le temps de la magie, où les liquidités pourront apparaître là où l’on jurait qu’elles ne pouvaient plus se trouver. Mais comment mobiliser l’argent nécessaire à la rupture écologique vers une économie en phase avec les limites de la planète ? Une monnaie « libre » ou « hélicoptère » pourrait-elle être créée sans la contrepartie de la dette ? Le risque économique est celui de l’inflation. Le risque écologique, c’est que le système thermo-industriel recommence à fonctionner comme avant, dilapidant les ressources naturelles, réchauffant le climat et anéantissant ce qui reste de la biodiversité.

Toute monnaie est un répertoire de futures possibilités donné à des individus qui peuvent n’avoir aucune conscience écologique, l’utilisant uniquement pour leurs égoïsme personnel sans jamais penser à l’intérêt collectif ni même à leur prochain. La monnaie n’est normalement qu’un voile, qu’un instrument pour faciliter les échanges. Elle est devenue un monstre, nourrissant la spéculation boursière et finançant aussi bien l’explosion des déplacements au long cours, les grands travaux inutiles ou les futilités de la mode. Normalement il n’y a pas création de monnaie ex-nihilo, pas de « magie économique » ; la création monétaire résulte d’une dette, avec une contrepartie future en biens ou en services. Mais la dette publique et privée a explosé depuis longtemps, on finance l’emprunt avec un nouvel emprunt, c’est un système de Ponzi. La volonté actuelle des États de fournir des liquidités à volonté pour sortir de la crise provoquée par le confinement et l’arrêt d’une grande partie de l’activité marchande est donc un non-sens. Ce sont des traites sur l’avenir dont on peut déjà dire qu’elles ne seront jamais honorées. En Inde par exemple un plan doté de 1 700 milliards de roupies (20,6 milliards d’euros) vise à garantir l’approvisionnement en nourriture des 800 millions de personnes les plus pauvres du sous-continent. Chacune d’entre elles va avoir droit, à compter du 1er avril et tant que durera le confinement imposé par la pandémie due au coronavirus à « 5 kg de riz ou de blé et à 1 kg de lentilles de leur choix par mois ». Le prix du riz, du blé et des lentilles va exploser, le marché noir prospérer et l’aide de l’État devra cesser un jour faute de moyens. L’argent a besoin d’une contre-partie matérielle sinon il ne vaut plus rien.

Ouvrir les vannes du financement public de l’économie c’est à coup sûr davantage de ravages environnementaux. Jusqu’à maintenant, l’argent créé et déversé sur l’économie est plutôt utilisé pour créer davantage de pollutions multiples. Qu’est-ce qui permet de croire que demain ce sera le contraire ? Les gens veulent le dernier jouet technologique, une voiture plus grosse, des vacances plus loin. La création monétaire va surtout permettre aux industries du gaz de schiste et du sable bitumineux de continuer leurs activités destructrices, il faut bien continuer à rouler en voiture individuelle puisque s’exclament les Gilets jaunes « c’est in-dis-pen-sable ». Dès que le problème sanitaire sera passé, les retraités vont continuer à bousiller la planète avec leurs voyages à gogo. Il faut être extrêmement naïf pour croire que des politiques monétaires laxistes peuvent être favorables à la protection de la nature. Elles feront exactement le contraire. La mauvaise foi des humains en ce qui concerne la déplétion pétrolière, le réchauffement climatique et la chute de la biodiversité ne vont pas disparaître comme par magie. Notre seul avenir durable, c’est un retour à la seule satisfaction des besoins de base, ce qui veut dire sobriété partagée et système de rationnement. Mais qui va penser à la carte carbone en ces temps d’affolement sanitaire ?

Le point de vue de Stéphane Foucart : « C’est peut-être un virus qui fera la révolution monétaire que nous n’avons pas faite »

https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/03/28/c-est-peut-etre-un-virus-qui-fera-la-revolution-monetaire-que-nous-n-avons-pas-faite_6034750_3232.html

Partagez ...

14 réflexions sur “Covid-19, la magie de l’argent inopérante”

  1. Stéphane Lauer : « Quoiqu’il en coûte » va se traduire par une pluie de milliers de milliards d’euros, censée ranimer une activité économique tombée en syncope. Chacun peut se demander d’où viennent ces tombereaux d’argent, alors qu’il y a quelques semaines encore nos dirigeants n’avaient que deux expressions à la bouche : réduction des déficits et coupes dans les dépenses publiques. Le problème c’est qu’on ne sait pas si la reprise après la crise sanitaire sera suffisante pour éponger toutes les « coronadettes » contractées.
    Les liquidités qui vont inonder la planète, ajoutées à un effondrement de la production, vont faire chuter mécaniquement la valeur et le pouvoir d’achat de la monnaie. Celle-ci n’étant plus adossée à une création de richesse tangible, mais imprimée au gré des besoins de renflouement des particuliers, des entreprises et des Etats, déjà surendettés, nous nous dirigeons vers l’hyperinflation, pas seulement le pire des scénarios, sans doute le plus probable… *
    Biosphere : d’un point de vue écologique, nous choisissons plutôt la cure d’austérité, la sobriété partagée, une découverte durable de nos besoins essentiels, et l’humilité retrouvée devant Dame Nature !
    * https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/03/30/coronadettes-qui-va-payer_6034873_3232.html

    1. La production monétaire industrielle telle qu’on l’a connaît maintenant est normale d’une certaine manière, d’un certain point de vue…

      Les états dirigés par des fonctionnaires n’aiment jamais rembourser, alors pour détruire la dette ou détruire les dettes, ils fabriquent de la monnaie de manière illimitée (Draghi l’a bien dit dans ces termes) car ça permet de détruire les dettes en remboursant les créanciers en monnaie de singe.

    2. Stéphane Lauer (seulement journaliste) n’a rien inventé. L’idée d’inonder la planète de liquidités (pognon) n’est pas de lui, elle n’est pas nouvelle, elle a depuis un moment déjà fait l’objet d’analyses et de critiques.
      Il s’agit là d’un pari, on verra bien. Stéphane Lauer n’est pas non plus marié à Madame Irma, il n’est pas plus capable que moi de calculer ce probabilités dont il parle (« … le pire des scénarios, sans doute le plus probable… »)
      Stéphane Lauer fait partie de ces journaleux qui n’ont d’autre souci que de meubler les pages de leur torchon, ou leur temps d’antenne, dans le seul but de satisfaire la demande de leur clientèle.

  2. Salut les économistes.
    – «il faut bien continuer à rouler en voiture individuelle puisque s’exclament les Gilets jaunes « c’est in-dis-pen-sable ». Dès que le problème sanitaire sera passé, les retraités vont continuer à bousiller la planète avec leurs voyages à gogo.»
    Et allez, encore un tir sur les Gilets jaunes (et en même temps sur les retraités), ça ne mange pas de pain. Comme si les revendications des Gilets jaunes ne portaient que sur ça. Misère !

    – «Ouvrir les vannes du financement public de l’économie c’est à coup sûr davantage de ravages environnementaux. Jusqu’à maintenant, l’argent créé et déversé sur l’économie est plutôt utilisé pour créer davantage de pollutions multiples. Qu’est-ce qui permet de croire que demain ce sera le contraire ?»
    Eh oui, «jusqu’à maintenant» . Et qu’est-ce qui permet aujourd’hui de croire et d’affirmer que demain ne sera pas justement différent ? Alors certes, on peut toujours dire que c’est peu probable. Maintenant je laisse le soin à nos experts (avec ou sans «») de calculer ces probabilités.
    Quant au Pognon, pour financer tout ça, les dégâts, le redémarrage de la Machine etc. on nous parle de l’hélicoptère, de «l’argent magique» qu’on fait sortir d’un chapeau. Mais qui donc aujourd’hui propose l’idée de le prendre là où il est, comme il a été déjà fait dans le passé ? En commençant par placer le taux supérieur de l’impôt à 90 %, voire plus. Alors certes, ce coup-ci l’Etat va demander aux entreprises dont il est actionnaire de ne pas verser de dividende cette année. C’est gentil… mais les entreprises dont il n’est pas actionnaire ? Je regrette, mais actionnaire ou pas, dans ce genre de situation il n’est pas question de demander, il faut imposer. Alors on va dire qu’il ne faut pas brusquer nos pauvres malheureux riches sinon ils vont partir ailleurs et blablabla. Ben, si ce n’est que ça, le risque, alors je propose que yaca les confiner.

    Ceci dit je tiens quand même à rassurer les écolos modèles, les vrais les purs les durs. Où qu’on prenne le Pognon, du chapeau ou des poches de ceux qui l’ont, le Problème reste entier. Parce que Le Problème, ce n’est pas du tout le Pognon, la preuve.
    Alors en attendant, tapons sur les riches, et en même temps sur les pauvres (qui se multiplient comme des lapins), et sur les Gilets Jaunes, et sur les retraités, sur les vieux (qui en ont bien profité) , sur ceux-ci et sur ceux-là. C’est comme ça qu’on avance. Misère !

    1. A part que tes Macron et Melenchon veulent prendre l’argent dans la poche des allemands ! Soit disant égoïstes ! Quelle plaisanterie !

      Les allemands va fait plus de 20 ans qui vivent l’austérité, les allemands ont réduit leurs dépenses publiques ! Pourquoi les allemands qui ont la retraite à 67 ans devraient payer celles des français à 60 ans ? (sans compter les pré-retraites à 40/50/55 ans) !

      Donc, non les allemands ne sont pas égoïstes, ce sont les français les égoïstes et qui ne veulent pas contribuer à l’effort collectif en Europe, avec les italiens grecs portugais et espagnols !

      J’entends les italiens dirent que le coronavirus n’est pas de la faute des italiens donc les allemands doivent accepter de mutualiser les dettes ! A peine gonflés ceux là ! Pour rappel ce n’est pas la faute aux allemands non plus le coronavirus hein !

      Tout ce beau monde veut instrumentaliser les catastrophes sous couvert de morale pour piller les comptes des pays nordiques !

      Je dis halte au sketch ! Faisons nos réformes et nos efforts au même titre que les pays nordiques, ensuite Macron pourra peut-être la ramener !

      Au 20 ème, pour France /Allemagne on a connu la Grande Vadrouille avec Louis de Funes et Bourvil

      Mais aujourd(hui pour le 21 ème siècle, pour France /Allemagne; on aura connu la Grande Dérouille avec Macron et Sarkozy !

      1. De quoi tu parles là ? Du prochain match France / Allemagne ?
        Tu devrais savoir pourtant, que je n’en ai rien à foot. 🙂

  3. de la part d’un de nos correspondants Gilles Lacan
    Si j’ai bien compris, cet article prend le contre-pied de Foucart. C’est courageux car cela t’inscrit à contre-courant des dogmes écologistes en matière d’économie, qui reposent à peu près tous sur la création monétaire et la croissance :
    – soit on entreprend des investissements « massifs » (des centaines de milliards d’euros au niveau européen) pour créer les infrastructures matérielles d’une société écologique : isolation thermique des bâtiments, trains, mobilités collectives, éoliennes…bref, on se lance dans la croissance verte (pardon, la « relance ») pour mieux protéger l’environnement, alors que tout le monde a fini par comprendre que, pour protéger la nature, il faut décroître en nombre, en extraction, en prédation, en production, en aires d’occupation et d’exploitation des surfaces terrestres.
    – soit on distribue de l’argent, financé par le déficit, pour donner un revenu à tout le monde sans contrepartie de travail ; on ne voit pas bien en quoi c’est écologiste mais, idéologiquement, c’est de gauche, de la gauche urbanisée des pays riches qui trouve normal de vivre d’allocations sans rien faire ; le système est pérenne, grâce à la consommation alimentée par la monnaie « hélicoptère » (si ce n’est pas le revenu universel, ce sont les « prêts non remboursables », ça c’est cool !), on relance l’activité et l’emploi, générateurs de rentrées fiscales, qui finiront elles-mêmes par combler le déficit initial, etc, etc.
    Comme le dit l’article, toute l’économie du mondiale est maintenant fondée sur la dette, qui permet encore pour quelque temps de faire fonctionner un gigantesque système de Ponzi. Les contreparties de la monnaie sont de plus en plus virtuelles, en tout cas anticipées. Tout le monde (USA, Chine, Europe) se tient par la barbichette, les dépenses d’armement (sauf en Europe) progressent beaucoup plus vite que le reste de la production et la Chine se remet au travail avec entrain et l’ambition légitime de placer 1,4 milliard de personnes sous reconnaissance faciale. Tout va bien.

    1. En effet c’est comme ça qu’il faut le voir. Comme ça ou à peu près, peu importe.
      En attendant, s’il y a bien une chose dont nous pouvons être certains, c’est que tout sera fait pour sauver le Système. Comme par le passé. Que les inquiets se rassurent, même si au début elle a quelques petits problème d’allumage ici ou là, la Machine va repartir. Et fumer de plus belle, toujours plus. Jusqu’à la prochaine, bien évidemment.
      Et en attendant la prochaine, qui cette fois pourrait bien être la der des der, la Chine sera devenue un modèle de gestion. Gestion des crises, gestion de tout. Grâce notamment à la reconnaissance faciale, comme le fait justement remarquer ce Gilles Lacan. Autrement dit, c’est son régime autoritaire basé sur le flicage qui sera devenu le Modèle. Il y a deux jours nous apprenions que «plus d’un million de Franciliens ont quitté la région parisienne en une semaine. 17 % des habitants de la métropole du Grand Paris ont quitté la région entre le 13 et le 20 mars.» Merci Orange !
      Nous sommes prêts, je dirais même vacciné, et nous y allons plein pot. En route donc vers ce meilleur des mondes décrit par Orwell dans 1984. Interdictions de ceci et de cela, autorisations pour circuler, tickets de rationnements, traçages à la culotte, drones de surveillance et tout le toutim. Et tout ça cette fois dans le cadre de la guerre pour sauver la planète. Au nom de l’écologie, quoi !
      Allez, donnons raison à nos détracteurs de la première heure ! En route donc vers la dictature des Khmers verts. Misère misère !

  4. Comparaison France-Allemagne

    Taux de chômage : France 8 %, Allemagne 3, 20%
    Finances publiques PIB : France déficit 3, 2 %, Allemagne excédent 3 %
    Dette publique PIB : France 100%, Allemagne 60%.
    Balance commerciale en millions euros : France – 5 887, Allemagne +13 877
    PIB par habitant euros : France 36 000, Allemagne 41 350
    Dépenses publiques PIB France 57%, Allemagne 44%
    Nombre de taxes et impôts : France 400, Allemagne 55
    Lutte contre Covid 19
    Nombre de lits à assistance respiratoire : France 7 000, Allemagne 25 000
    Nombre de tests par semaine : France 60 000, Allemagne 500 000
    Nombre de décès : France 2 000, Allemagne 400
    L’Allemagne est le plus gros contributeur au budget de l’UE, le second la France mais c’est la France qui en est le second bénéficiaire derrière la Pologne
    En % du PIB les plus gros contributeurs sont : Allemagne, Danemark, Suède, Pays-Bas, Autriche, Finlande.
    Ces pays ont TOUS réformé leur système social et nous n’avons rien fait depuis 40 ans.
    La France tient la 1ère place mondiale pour le taux de charges sociales et fiscales mais notre système de santé est déliquescent. Ou passe l’argent ? Il est légitime de se poser la question

  5. L’Allemagne et les autres pays nordiques refusent les coronabonds, eurobonds recyclés, et c’est tant mieux ! Car les UmPs voulaient faire des crédits sur le dos de la solvabilité allemande, tout ça pour faire un plan de relance de la consommation et surtout acheter la paix sociale dans les banlieues…. Bref Macron et les autres pays cigales voulaient du fric à crédit sur le dos des européens, pour servir la parasitocratie et leurs clients électoraux ! Mais ils n’auront rien, pas le choix que de la sobriété et de rétablir un VRAI programme Ordre Loi Travail et Discipline !

    Je rigole déjà ! Les chances pour la France vont vouloir braquer les UmPs car ce sont les seuls qui ont du pognon (qu’ils ont pillé aux contribuables)… Les UmPs n’auront plus le choix que de se greffer une paire de boules dans le pantalon ! (du moins s’ils ne veulent pas disparaître)

    1. A propos de fachos, connais tu le site Algeriepatriotique.com ?
      ……………………………….
      la modération du blog @ Bga80 : votre texte a été tronqué, il ne faisait pas un commentaire sur l’article, mais se contentait d’une controverse uniquement inter-personnelle… Respectez le contenu et la convivialité que nous voulons donner à ce blog biosphere, merci.

    2. Parce que ta gogoche ‘(Ps, Lrem, Lr, vert rouge modem) seraient selon toi les meilleurs économistes du monde ?
      Avec bientôt 2500 milliards d’euros de dettes officielles
      +4000 milliards d’euros de dettes hors bilan qui se cachent encore dans la machine
      Et tes soi disant meilleurs économistes qui vont pleurer dans les pantalons de Merkel pour mendier des sous ! Tu me fais bien rire !

Les commentaires sont fermés.