Démographie africaine et faune sauvage

Le Prince William accuse la démographie africaine d’être à l’origine de la disparition de la faune sauvage. Ces propos ont suscité une vague d’indignation.

Lire, Surpopulation humaine, éléphants sur la fin

Afrikamag : S’exprimant aux Tusk Convention Awards du 22 novembre 2021 à Londres, le prince William a déclaré : « La pression croissante sur la faune et les espaces sauvages d’Afrique en raison de la population humaine présente un énorme défi pour les écologistes, comme c’est le cas dans le monde entier. …il est impératif que le monde naturel soit protégé non seulement pour sa contribution à nos économies, nos emplois et nos moyens de subsistance, mais aussi pour la santé, le bien-être et l’avenir de l’humanité »»Les remarques du prince font écho aux commentaires qu’il a faits en 2017, lorsqu’il a déclaré que la « croissance rapide de la population humaine » de l’Afrique mettait sa faune et ses habitats sous une « pression énorme. »

Lire, Surpopulation africaine par une virilité mal employée

Si certains ont salué les commentaires du prince, qui mettaient en lumière le péril auquel est confronté le monde naturel face à la croissance démographique mondiale, d’autres ont critiqué ses propos. Certains ont affirmé que William n’avait « aucune autorité morale pour dire quoi que ce soit sur l’Afrique ou sur les Africains et leurs vies ». Mais il faut avant tout que l’homme se persuade qu’il n’a pas le droit moral de mener une espèce animale ou végétale à son extinction, sous prétexte qu’elle ne sert à rien. « Nous n’avons pas le droit d’exterminer ce que nous n’avons pas créé. Un humble végétal, un insecte minuscule, contiennent plus de splendeurs et de mystères que la plus merveilleuse de nos constructions. Le Parthénon ne sert à rien, Notre-Dame de Paris est complément inutile, en tout cas mal placé. L’homme pourrait refaire dix fois le Parthénon, mais il ne pourra jamais reconstituer les innombrables animaux des savanes africaines, issues d’une évolution qui a déroulé ses méandres sinueux au cours de millions d’années, avant que l’homme ne commence à poindre dans un obscur phylum de Primates minuscules. » (in Avant que nature meure de Jean Dorst, 1965)

Lire, Population africaine, nous sommes au bord de l’apoplexie

L’Afrique, qui compte aujourd’hui 1,3 milliard d’habitants en totalisera près de 4,5 milliards à l’horizon 2100 ; un jeune Terrien sur trois âgé de 15 à 29 ans vivra en Afrique en 2050. Le Nigeria, par exemple, sera passé de quelque 191 millions d’habitants à plus de 410 millions en 2030. Emmanuel Macron a même déclaré. « Quand des pays ont encore sept à huit enfants par femme, vous pouvez décider d’y dépenser des milliards d’euros, vous ne stabiliserez rien ».

L’explosion démographique, cause de l’expansion de l’agriculture au détriment des habitats de la faune sauvage et du développements des infrastructures et des villes, constitue une grande menace pour de nombreuses espèces menacées.

.

Partagez ...

3 réflexions sur “Démographie africaine et faune sauvage”

  1. Parti d'en rire

    Pour moi, juste l’occasion de relire d’anciens commentaires et de voir combien on avance. Vers où peu importe, misère misère. Ceci dit, vu son train de vie et ses trois moutards, le Prince Machin Truc de Cambridge ferait mieux de se taire. Mais bon, en attendant Sa Majesté pourra toujours dire que deux petits roitelets et une petite reinette ça pèse pas lourd à côté d’un éléphant.

    1. On ne peut pas juger ainsi le prince William, il est par nature dans une position tout à fait différente du commun des mortels et sa consommation très supérieure à la moyenne ne change rien à la valeur de ses propos.
      Ce qu’il dit sur l’opposition entre la vie sauvage et l’explosion démographique est-il vrai ? Oui, ça l’est.
      L’effondrement de la biodiversité et en particulier de la grande faune est quasi exclusivement liée à notre occupation de tous les territoires au détriment des autres animaux (pour les insectes il y a aussi l’utilisation des pesticides mais elle aussi est largement liée à la nécessité de nourrir toujours plus de monde).

      1. Oui je vous l’accorde, le Prince Machin Truc de Cambridge n’a pas choisi de naître avec une cuillère en or dans le bec, ça aurait pu très bien nous arriver à vous comme à moi, misère misère. Oui je vous l’accorde, là aussi on peut dire qu’il ne faut pas tuer le messager et patati et patata. Mais que voulez-vous, il semble bien qu’on ne puisse pas faire autrement. Tenez, Rabhi par exemple, eh ben on va lui reprocher (entre autres) d’avoir je ne sais combien de gosses. En attendant, accordez-moi au moins le droit de dire que certains messagers valent mieux que d’autres. Et que des messagers, nous en avons à revendre ! Et que le Prince Machin Truc de Cambridge n’est qu’un TARTUFFE !

Les commentaires sont fermés.