Écologistes aux législatives, un surnombre fatal

Au total, 7882 candidats participeront aux élections des 11 et 18 juin pour 577 circonscriptions, soit 13,7 candidatures en moyenne. C’est beaucoup trop, c’est la valse des ego. Les écolos au sens large arrivent en tête du nombre de candidatures (911), suivi par l’extrême gauche (664). Car il y a les écolos d’EELV qui ont investi des candidats dans 459 circonscriptions. Mais il y a aussi les candidats du MEI (Mouvement écologiste indépendant) d’Antoine Waechter ou de l’Alliance écologiste indépendante de Jean-Marc Governatori. Sans compter un certain nombre de dissidents de chaque fraction des Verts. Il faut en outre ajouter que d’autres militants se reconnaissent dans la facette écolo présentée par des programmes présidentiels, en particulier celui de Benoit Hamon ou de Jean-Luc Mélenchon. A noter que seuls 461 candidats se présentent sous l’étiquette La République en marche (LRM) ; ce mouvement a en effet eu l’intelligence de laisser 76 circonscriptions à leurs alliés du Modem. Par contre le Front national (571) et la France insoumise (556) font bloc autour de leurs leaders respectifs.

L’écologie connaît l’exubérance de la jeunesse, ce qui est une bonne chose. Mais elle ne se reconnaît aucun leader ce qui fait l’affaiblissement d’Europe Ecologie Les Verts… ou au contraire se rattache fortement à des personnalités (Waechter ou Governatori ou Mélenchon) plus qu’à un projet. De toute façon l’écologie se disperse entre idéologies diverses et parfois contradictoires. Il manque un « manifeste de l’écologie politique » qui puisse fédérer l’ensemble des branches actives de l’écologie. Sur ce blog, nous avons proposé en 2014 un vade-mecum de l’écologiste. Les écologistes peuvent aussi se reconnaître dans la plate-forme de l’écologie profonde d’Arne Naess qui date de 1973 ou dans le manifeste pour une société écologique de 2010. Le XXIe siècle sera le siècle de l’écologie ou en restera au bruit et à la fureur d’une humanité imbécile…

Partagez ...

3 réflexions sur “Écologistes aux législatives, un surnombre fatal”

  1. Tout mon soutien à Séverine Fontan.
    Comme elle, je suis candidat de la même confédération, mais au nom du Mouvement Ecologiste Indépendant. Ma colistière est Anne-Marie Teysseire qui est secrétaire de l’association écologiste, Démographie Responsable.
    Les idées que nous défendons sont très proches de celles souvent évoquées sur Biosphère.
    Espérons que cette écologie-là, plus profonde que celle généralement représentée dans les médias, trouvera quelque écho à l’occasion de ces élections

  2. Séverine Fontan

    Je suis candidate de la Confédération pour l’Homme, l’Animal et la Planète, constituée du MEI de Waechter, du Mouvement Hommes Animaux Nature (MHAN) et du Trèfle.
    Le président du MHAN, Jacques Leboucher, a proposé au PACTE (parti antispéciste citoyen), Une Voix pour le Vivant (G. Charollois) et au Parti Animaliste de rejoindre la confédération.

    Tous trois ont décliné, ce qui est bien regrettable. Chacun voulant faire son chemin dans son coin…

  3. Il est significatif que Cécile Duflot qui se dit écolo se retrouve en concurrence avec trois autres candidats qui se disent écolos sur la 6e circonscription parisienne, Michel Fize, Yves Frémion et Régis Rollès ! Notons qu’il y a au total 25 candidats en lice, c’est du n’importe quoi…

Les commentaires sont fermés.