EELV oublie complètement ses fondamentaux écolos

Notre association biosphere reçoit les communiqués de presse d’EELV, mais ils nous semblent décalés, inappropriés, pour tout dire inutiles !

– Celui du 23 novembre 2017, Violences contre les femmes : le 25 novembre, soyons toutes et tous à la hauteur des enjeux

« violation grave des droits humains, formidable mobilisation mondiale qui partie de l’affaire Harry Weinstein a, telle un ras de marée, mobilisé toutes les opinions publiques dans le monde, les politiques publiques sont bien loin d’être suffisantes pour éradiquer les violences contre les femmes, parole des victimes dénigrée… Pour une véritable action publique, Europe Écologie – Les Verts demande un plan d’action d’urgence contre les violences faites aux femmes, qui mettra la réponse à la hauteur de l’enjeu, prévention, accompagnement et écoute des victimes, fin de l’impunité… Europe Écologie – les Verts sera présent aux rassemblements qui interviendront le samedi 25 novembre dans toute la France et appelle toutes et tous à y participer. » Nous n’avons trouvé aucune trace du moindre signe de la plus petite préoccupation écologique dans ce communiqué.

– Celui du 27 novembre 2017, Esclavage en Libye : La France et l’Europe doivent mettre fin aux renvois de migrants en Libye

«  des êtres humains vendus aux enchères et réduits en esclavage, des images profondément choquantes qui ont fait le tour de la planète, enfer des centres de détention gérés par des trafiquants, 19.900 personnes se trouvant dans ces centres de détention début novembre, contre 7000 mi-septembre, La France et l’Europe portent une lourde responsabilité dans la situation chaotique libyenne. Europe Ecologie Les Verts demande à la France et l’Union Européenne d’assumer leurs responsabilités… encore faut-il  prévenir ce trafic en ayant une politique humaniste d’accueil des réfugiés dignes d’un pays des droits de l’homme et surtout cesser de renvoyer des réfugié-e-s chez eux quand ils et elles finissent par retomber dans les mains des trafiquants. » Nous n’avons trouvé aucune trace du moindre signe de la plus petite préoccupation écologique dans ce communiqué.

Partagez ...

23 réflexions sur “EELV oublie complètement ses fondamentaux écolos”

  1. Bonjour @Michel C.

    Puisque votre définition du mot « citoyen » est celle de Ryner, alors considérez que ma phrase « Je dis que collectivement l’ensemble des citoyens font l’erreur de respecter et d’appliquer les lois qui protège les portefeuilles des grands patrons milliardaires » doive être traduite par « Je dis que collectivement l’ensemble des gens font l’erreur de respecter et d’appliquer les lois qui protège les portefeuilles des grands patrons milliardaire ».

    Ce qui m’importe, c’est de bien préciser qu’il est faux que j’aie prétendu que seuls les Dassault et compagnie fussent fautifs.

  2. Bonjour Invite2018
    Cet article commence à dater… déjà 4 jours… toutefois je vous réponds quand-même, d’autant plus que ça devrait vous intéresser. Évitons de nous répéter, je vous ai compris.
    Chez moi le terme « bon citoyen » , tout comme « éco-citoyen », sont des pléonasmes.
    Donc effectivement au départ il y a méprise sur la définition du terme « citoyen ».
    Je vous livre là deux extraits de la définition qu’en a fait le philosophe anarchiste Jacques Élie Henri Ambroise Ner, dit Han Ryner. Puisque nous devons faire court, vous trouverez l’intégralité de la définition dans l’Encyclopédie anarchiste de Sébastien Faure.
    ( Par exemple sur : http://hanryner.over-blog.fr/article-11495495.html )

    – « Citoyen, n.m. Terme d’antiquité. Ce mot n’a jamais eu de féminin. Il n’a d’usage moderne que pour les ironistes conscients, politiciens ou non, et pour les imbéciles. Quelques bavards de réunion publique poussent la plaisanterie jusqu’à appeler leurs auditrices : citoyennes. La plaisanterie n’est pas beaucoup moins forte d’appeler citoyen n’importe quel homme d’aujourd’hui. (etc)
    – Mais, peut-être, à nous entendre nommer citoyens, le rire d’Aristote serait différent. Il se souviendrait de Diogène, allumerait sa lanterne, la promènerait devant nos visages et proclamerait qu’elle n’a éclairé que des faces d’esclaves ».

  3. @Michel C, il semble y avoir méprise sur la définition du terme « citoyen ». Tout individu est citoyen, que son comportement soit vertueux, neutre ou vicieux.

    Le terme « bon citoyen » n’est pas un pléonasme.

    Effectivement, les classes moyennes occidentales et les autres prolétaires ont une attitude relavant de la connerie, attitude qui revient à faire passer avant tout les portefeuilles des grands patrons milliardaires, autrement dit, les sacro-saints profits de ces mêmes patrons. L’ensemble des gens ont l’idiotie de gonfler le pouvoir d’achat déjà énorme des Dassault et compagnie avant les préoccupations écologiques, avant la lutte contre la précarité, et avant toute autre chose nécessaire.

    Mais ils sont quand même des citoyens.

    Vous écrivez : « Pourquoi refuser de voir ce que nous sommes (entre autres)… nous la plupart des habitants des pays riches, nous qui constituons les dites classes moyennes ? Des petits-bourgeois ! ».

    Si par « petit-bourgeois » vous entendez « personne qui bêtement défend le système qui au détriment du bien-être et de la biosphère engraissent les portefeuilles des milliardaires, alors je vous signale que je ne nie absolument pas que les habitants des pays dits du Nord soient des petits-bourgeois.

    D’ailleurs, je répète pour la énième fois qu’à plusieurs reprises j’ai écrit noir sur blanc que les grands capitalistes n’étaient pas les seuls fautifs, que collectivement les non-capitalistes commettaient l’erreur d’engraisser les portefeuilles du grand patronat.

  4. @Invite2018
    Des citoyens je n’en vois pas beaucoup. Ce que je vois surtout, ce sont des cons-ommateurs qui ne se soucient justement que de leur portefeuille, autrement dit de leur sacro-saint Pouvoir d’Achat.
    Pourquoi refuser de voir ce que nous sommes (entre autres)… nous la plupart des habitants des pays riches, nous qui constituons les dites classes moyennes ? Des petits-bourgeois !
    Comment pourrait-on être écolo (ou même coco)… et en même temps (comme dit l’autre) rester petit-bourgeois ?

  5. @Michel C, j’ai écrit noir sur blanc que les capitalistes n’étaient pas les seules responsables, que les non-capitalistes commettaient collectivement la faute consistant à engraisser les portefeuilles des capitalistes.

    Je dis que collectivement l’ensemble des citoyens font l’erreur de respecter et d’appliquer les lois qui protège les portefeuilles des grands patrons milliardaires.

    Donc pourquoi prétendre sur Dassault et compagnie je sois focalisé(e)? Cela n’a aucun sens!

  6. Encore d’accord avec ce qu’on écrit Encarté EELV et Biosphère.
    Invite2018 vous êtes trop focalisé sur les Dassault et Compagnie, comme marcel l’est sur autre chose. D’abord regardons-nous !

  7. Qu’il soit difficile de discerner qui est capitaliste et qui ne l’est pas est, bien que partant de choses vraies, assez erroné. En effet, il est parfaitement facile définir que Serge Dassault soit capitaliste et que le smicard soit non-capitaliste.

    Quant à celles et ceux qui sont dans la zone d’ombre (par exemple les gens qui sont à la fois plus riches que les classes moyennes mais qui ne sont pas milliardaires), il serait pertinent, dans le doute, de leur laisser leurs biens. Après tout, il y a dans les portefeuilles des personnes dont l’appartenance à la classe capitaliste ne fait aucun doute, largement de quoi concilier les différents enjeux (lutte contre la pauvreté, féminisme, écologie…).

    Je suis parfaitement conscient(e) du fait que l’ensemble d’entre-nous soient complices. En aucun cas je ne dis que les capitalistes sont les seuls fautifs.

    En effet, les prolétaires commettent collectivement la très grave erreur consistant à faire aux grand patronat d’exorbitants cadeaux financiers et à appliquer les immondes lois qui protègent le capitalisme.

    Les non-capitalistes ont commis l’erreur d’engraisser les portefeuilles des capitalistes. Les non-capitalistes doivent donc réparer leur faute et doivent donc exproprier les capitalistes.

    Autrement dit, aucune objection ne remet en cause mes analyses, analyses que je ne regrette pas d’avoir faites et que je continuerai à faire sans rien remplacer. Mais merci quand même pour le conseil.

  8. @Encarté EELV, je dis, non pas que si le capitalisme est supprimé nous serons forcément débarrassés du sexisme, du nucléaire, des guerres, des famines de l’immigration massive et de la pollution, mais que tant que le capitalisme ne sera pas supprimé, nous serons certains de n’être débarrassés ni du sexisme ni du nucléaire ni des guerres ni des famines ni de l’immigration massive ni de la pollution. Nuance!

    La révolution communiste que je préconise est absolument nécessaire. Je n’ai pas dit que cette dernière était forcément suffisante.

    J’espère que quand vous écrivez « les capitalistes nous vendent la corde avec laquelle nous les pendrons », ce n’est pas à prendre au premier degré. J’espère que vous n’appeler pas à tuer les personnes capitalistes et que vous n’insinuez pas que je prône de tuer ces dernières.

    Mon propos se positionne, à juste titre, contre un certains système, et absolument pas contre de quelconques personnes physiques.

    1. Le post d’ Invite2018 est le numéro 7300, un compte rond ! Merci à lui de nourrir fréquemment notre blog… Juste un conseil pour la suite :
      Le capitalisme est diffus, difficile à discerner qui n’est pas capitaliste/actionnaire et qui ne profite pas du capitalisme marchand. Il faut être conscient que la situation est complexe et que la société thermo-industrielle nous a tous rendus plus ou moins complices de ses débordements et de ses richesses.

  9. @ Invite 2018
    si nous vous comprenons bien, capitalisme => nucléaire ET antiféminisme ET migrations africaines
    Supprimons le capitalisme et le royaume des cieux sera sur Terre, sans industrie nucléaire, ni sexisme, ni vagues migratoires, ni réchauffement climatique, ni descente énergétique, ni guerres, ni famines, ni pollutions, etc.
    Dans ce contexte, faire la révolution est très simple… puisque les capitalistes nous vendent la corde avec laquelle nous les pendrons !

  10. @Encarté EELV, débattre de l’industrie actuelle du nucléaire n’est aucunement hors-sujet.

    En effet, cette même industrie est une conséquence du capitalisme, lequel est une cause de l’antiféminisme et du fait qu’énormément d’Africains et d’Orientaux soient contraints de migrer en masse vers l’Europe.

    Donc évoquer le nucléaire ne revient ni à oublier le thème de l’immigration ni à oublier celui du féminisme.

  11. Malheureusement sur cette liste d’échanges (comme sur bien d’autres), on oublie complètement l’article d’origine (qui portait sur le féminisme et l’immigration) pour maintenant débattre du nucléaire ! Un tel comportement empêche d’aller jusqu’au bout d’un raisonnement sur une thématique particulière.
    Pour en revenir à EELV, je souligne que l’enfermement de leurs commissions sur leur propre discipline se retrouve dans la commission « immigration », spécialisée dans une seule des thématiques démographiques, et réservée aux courant migratoires venant de l’étranger. Pourtant il serait aussi intéressant d’aborder d’autres thématiques comme les rapports entre immigration et émigration, les migrations internes à un pays comme l’exode rural et l’urbanisation, la mobilité professionnelle géographique, le tourisme international qui se fiche des frontières, etc. L’écologie ne consiste pas à faire du sentimentalisme, les associations d’aide aux migrants sont là pour cela. Il s’agit d’analyser globalement une situation pour en tirer des politiques valables sur le long terme

  12. Moi qui suis féministe radical(e), je suis contre le fait que devant le patriarcat islamique on s’agenouille, et je combat le relativisme culturel qui banalise les viols qui en Allemagne ont été commis.

    D’ailleurs, vous trouverez en cliquant sur le lien ci-après, un article dans lequel je dénonce le fait qu’avec l’islam politique, une partie de la gauche radicale soit complaisante : communismeblog.wordpress.com/2017/02/02/1078

    Il faut impérativement lutter contre les préjugés sexistes, il faut que la catégorisation sexuelle cesse.

    Je n’ai absolument pas nié qu’économiquement le nucléaire fût très performant. J’ai juste dit qu’il n’était pas absolument nécessaire.

    Le nucléaire est irremplaçable dans le cadre du fait que nous nous considérions que la très forte baisse des profits soit rédhibitoires, mais n’est pas irremplaçable dans l’absolu. Quant à l’affaire des métaux rares, il faudra limiter l’extraction de ces mêmes métaux, et donc accepter de s’en remettre à des choses moins rentables, et donc accepter que la réductions des profits soient encore plus importante qu’initialement prévu.

    En aucun cas il n’est excusable de continuer à long terme l’usage nucléaire.

  13. @invite 2018 :
    je suis contre le féminisme gaucho , celui des Femen , de Fourest et autres follasses qui encouragent la théorie du gender, qui capitulent devant l( islam , qui ne disent rien lorsque des femmes sont violées en Allemagne car la racille clandestine (de Haas , Autain , Diallo,…) : il faut bien entendu leur laisser le droit à la contraception , stérilisation ou avortement et bien les traiter dans notre société , cela va de soi !

    L’ énergie nucléaire a l’ avantage de produire facilement des milliers de GWH sur une surface réduite sans intermittence alors que le solaire et l’ éolien nécessitent
    de l’ espace et sont très intermittents , de plus il leur faut des métaux rares (niobium , neodyme, …) : je ne suis pourtant pas un grand supporter du nucléaire

  14. L’énergie nucléaire n’est pas indispensable. Si on cesse de refuser que fortement les coût de production augmentent, on pourra se contenter des éoliennes et des panneaux solaires.

    La nécessaire lutte contre l’explosion démographique a besoin du féminisme, féminisme sans lequel les gens n’auront pas la liberté d’avorter et d’accéder à la contraception. Donc être féministe radical ne revient nullement à être hystérique.

  15. Encourager la venue et le lapinisme des clandestins et des immigrés , critiquer l’ énergie nucléaire alors que celle-ci est indispensable pour produire de l’ électricité
    pour une masse grandissante d’ individus , défendre des féministes hystériques ,
    pr^cher le vivre ensemblisme et la multiculturalité , nier la surpopulation et faire croire que la planète peut nourrir même sobrement une telle masse d’ individus , relève plus de la volonté des dirigeants de EELV de participer à la destruction de notre civilisation .
    Au fait , de quelle spécialisation ou connaissances scientifiques ces pastèques peuvent elles exciper ?

    Trotskistes , collabos du mon,dialisme !

  16. Je partage totalement le point de vue de Encarté EELV. Je rajouterais que cette spécialisation n’est pas spécifique qu’à EELV mais à l’ensemble des écologistes.
    Il est certainement plus facile de se spécialiser sur tel ou tel sujet (ou problème) que de développer une vision globale du Problème. Et en effet, c’est dommage !

  17. Le problème d’EELV réside dans la spécialisation des membres des commissions. La spécialisation est un fléau qui enferme dans un point de vue et empêche d’avoir une vision transversale, ouverture d’esprit que devrait porter l’écologie politique. Les uns s’enferment dans la commission féminisme d’EELV et s’excitent contre la violence faite aux femmes, les autres dans la récente commission à la condition animale et ne voient que la violence de l’élevage industriel. Le fait que la tendance à la violence des humains est une donnée structurelle de notre espèce à combattre n’est pas perçu comme une donnée commune. Dommage !

  18. Je ne vois pas trop l’intérêt de cette critique de EELV sur des sujets qui font (presque) consensus. EELV peut sans doute être critiqué sur d’autres sujets où il faut des positions claires… Et « le monde » est-il toujours bien clair sur ces sujets ?

  19. La lutte contre les violences sexistes et sexuelles, l’écologisme, la dénonciation des horreurs que subissent les animaux d’élevage, la lutte contre l’immigration massive forcée, la lutte contre l’islam politique et le combat contre l’esclavage, n’ont pas à être mis en concurrence!
    Il ne faut faire aucun tri dans les différentes choses immorales et nocives qui habitent la société : ces mêmes choses immorales doivent toutes être éradiquées.
    Nulle complaisance avec le moindre fléaux que ci-dessus je cite n’est acceptable, pas même si cette même complaisance provient d’EELV, pas même si elle vient de la gauche radicale! La défense du féminisme, du communisme, de la laïcité et de l’écologisme doit ne pas être à géométrie variable!

  20. Ben oui, ils sont plus préoccupés par leurs chers migrants vu que ces gens constituent leur masse électorale !
    Lors des viols dans diverses villes par le fait de clandestins afromuzz , jamais on n’ entendit EELV , farceurs trotskistes , pas plus que les féministes autoproclamées (Carolest Fourine, les Femen , Hautain et les autres follasses) .

  21. @ Michel C
    Votre point de vue est intéressant, et vous aviez ainsi jugé notre Biosphere-Info sur le féminisme : « Et l’écologie dans tout ça ? Eh bien, il me faut lire jusqu’au point 5/5 … pour trouver une tentative de réponse. « Le féminisme est un préalable nécessaire mais pas suffisant à une meilleure considération des relations entre tous les êtres vivants ». OK, je veux bien.
    Nous n’attendons pas d’un parti EELV qui se dit écologiste des considérations générales que tous les autres partis peuvent faire. Nous attendons qu’il montre que dénoncer la violence contre les femmes, c’est aussi dénoncer les violences contre l’élevage animal, que la compassion et l’empathie ne sont pas à usage exclusif inter-humain.

  22. Ben quoi … le souci de l’esclavage comme celui de la violence faite aux femmes, serait-il plus décalé que celui de l’élevage animal et de la violence infligée aux insectes ?

Les commentaires sont fermés.