En route vers le paradis de l’écologie assumée en 2016

En 2016 commence la Grande Métamorphose. L’or noir a sextuplé, passant de 50 dollars le baril à 300 dollars en fin d’année. En effet le roi d’Arabie saoudite a cessé de fournir son pétrole à bas prix, ayant décidé mi-janvier d’en garder le plus possible pour les générations futures*. La facture pétrolière française explose, les inégalités exacerbées par la pénurie d’énergie sont dénoncées. Un revenu maximal admissible, bonus et revenus du capital compris, est fixé à trois fois le salaire minimum par un vote unanime de la gauche, de la gauche de la gauche et d’Europe Ecologie-Les Verts. L’Etat décide dans la foulée d’abandonner la plupart de ses prérogatives au bénéfice des entités territoriales ; même les députés se sont rendus compte que la résilience au choc pétrolier ne pouvait s’effectuer que par l’autonomie alimentaire et énergétique locale. François Hollande fait un discours du 14 juillet révolutionnaire, à 180 degrés : Délocalisation, Démondialisation, Désurbanisation, Décroissance heureuse. Bien sûr notre cher Président, devenu le plus ardent des écolos, décide en cours d’année de sortir définitivement du nucléaire, le plus rapidement possible. D’ailleurs sa ministre de l’écologie Ségolène Royal ne jurait plus que par les écotaxes et la baisse de la consommation électrique.

En 2015, le nombre de chômeurs a bien sûr explosé, mais les solidarités de proximité jaillissent comme évidences, de toute part. Les couples décident de faire moins d’enfants, ils ne veulent plus procréer de futurs chômeurs. Les habitants des villes se demandent enfin ce qu’ils vont manger, les grandes surfaces se vident. Les jardins partagés, les potagers, se multiplient au milieu des HLM et sur les balcons. Le compost d’appartement est obligatoire. Quelques autoroutes commencent à être démantelées pour redevenir de vertes prairies. Il y a de moins en moins d’employés et de cadres ; les artisans, les petits commerçants, les paysans se multiplient dans tous les domaines. On casse un peu partout les grosses machines et les mécanismes électroniques qui ont entraîné le chômage de masse. Le luddisme est de retour… le ludique aussi, la joie de vivre plus sobrement, plus simplement. Chacun a compris qu’aller moins vite, moins loin et moins souvent pouvait procurer le bonheur. Les voitures rouillent, les rotules se dérouillent : marcher dans la forêt devient le nec plus ultra de l’ecstasy. Certains arrivent même à parler aux oiseaux et aux rochers, comme François d’Assise ou Aldo Leopold. La France est devenue le pays que le monde entier veut imiter…

Que l’année 2016 devienne  le chemin d’un paradis sur Terre. Nous te souhaitons une année future où l’œuf sera pondu dans le poulailler familial, le lait produit dans une économie domestique, le miel récolté dans le respect de la nature.

* L’Arabie Saoudite, premier producteur mondial de pétrole, aurait mis un terme à la prospection sur son sol afin d’épargner ses richesses et les transmettre aux générations futures, selon une déclaration du roi Abdallah datée du 1er juillet 2010.

Partagez ...