Foot au Qatar, le sport EST politique

En ce mois de novembre où nous consacrons tous nos articles à la question démographique, on ne peut s’empêcher de botter en touche ce jour et redire que tout est politique, à commencer par le sport-spectacle. La première Coupe du monde de football jamais organisée dans le monde arabe, qui débute demain 20 novembre 2022, suscite plusieurs polémiques, autant sur les conditions de vie des travailleurs locaux, l’impact sur l’environnement des stades climatisés et la place des femmes.

Pourtant le président français, Emmanuel Macron, a estimé le 17 novembre qu’il ne fallait pas « politiser le sport ». Pourtant Macron a fait savoir qu’il se rendrait au Qatar si les Bleus arrivaient en finale ou en demi-finales !!! Il faut « montrer du respect » au pays organisateur, s’est justifié le capitaine des Bleus, Hugo Lloris. Mr Lloris, quand cle Qatar respectera les femmes, les travailleurs étrangers… et le climat… nous le respecterons.

Le point de vue des réfractaires au sport-spectacle

Serge Bénard : Honteux pour un politique qui sait pertinemment que tout est politique. Machiavel l’affirmait : « Tout n’est pas politique, mais la politique s’intéresse à tout. »

Michel SOURROUILLE : En 2012, pour la première fois sous la Ve République, les candidats du second tour de l’élection présidentielle, Sarko-Hollande, ont parlé sport à l’antenne de Radio France. Les deux candidats se retrouvent sur l’engagement de la France à accueillir les Jeux Olympiques. Le sport est devenu un vaste spectacle que nos dirigeants présents et futurs cultivent à dessein : divertir pour dominer ! Le sport d’élite comme le sport de masse sont les moyens utilisés par la société de croissance pour cultiver la démesure et l’enrégimentement des populations. Toujours plus de stades, toujours plus de spectateurs, toujours moins d’attention aux problèmes fondamentaux. Le président Sarkozy a un jour déclaré sans rire que « le sport est une réponse à la crise ». Nous n’avons pas des présidents qui forment leurs concitoyens aux dures réalités qu’ils devront affronter demain, nous avons des clones à la remorque d’une société du spectacle et de l’infantilisation.

Jacques Brejoux : Pourquoi aller assister au matches si la France se qualifie si ce n’est pour récupérer un peu de popularité et bénéficier des retombées médiatiques ? Ah mais il ne faut pas confondre : ça ce n’est pas de la politique, c’est juste du populisme.

Paclair : La grande fraternité autour du sport est une farce, surtout quand le nationalisme s’y glisse. Quelle idée d’opposer des pays dans le foot ? Comme si il n’y avait assez de sujets de confrontations.

Tartifume : « Il ne faut pas politiser le sport »….un comble de cynisme ! S’il ne faut pas politiser le sport, pourquoi a t’on interdit la Russie de compétitions sportives ? Ça, ça n’est pas mêler sport et politique ??!!!??

J_Cash : M. Macron nous affirme : « Ces questions-là, il faut se les poser quand on attribue l’événement ». Or tous les problèmes évoqués aujourd’hui l’ont été lors de l’attribution. il suffit de relire l’article : « Attribution du Mondial au Qatar : Nicolas Sarkozy, Michel Platini et le rachat du PSG au cœur de l’enquête de la justice française ». Cet évènement est à boycotter. Ce ne sont pas les raisons qui manquent.

Magraou : Ni politiser, ni commercialiser… c’était l’idée de départ des JO. On voit où on en est maintenant !

Malow : Depuis au moins l’Empire Romain le sport est politique. Que ce soit avec le fameux « Du pain et des jeux » ou avec, déjà, les Jeux Olympiques.

GuillaumeS : Depuis au moins les JO de Berlin en 1936, les grandes manifestations sportives sont fortement politique. Chaque président ou dictateur veut ses JO ou sa coupe du monde de foot. Et ce n’est pas par esprit sportif. C’est bien une volonté politique, celle de briller auprès de son peuple. Macron ment parce que la France a des gros intérêts avec le Qatar. Est-on prêt à ne plus acheter de gaz et/ou pétrole à ce type de dictature ? A augmenter encore plus le prix de l’énergie, voire à s’en passer ? Non. Donc on baisse notre froc. Tous, nous le faisons. Par ailleurs, pourquoi les joueurs de foot sont milliardaires ? Parce que les français les payent en regardant les matchs et la PUB pour des SUV qui consomment beaucoup d’énergie. Énergie qui vient de ce type de pays. Macron n’est pas le seul responsable. On est tous ses complices par nos choix.

Pour en savoir plus grâce à notre blog biosphere

Sarkozy et Hollande soutiennent le sport, amateurisme du politique

Sportifs en chambre, Sarko, Jadot, Macron

L’écologie n’a pas besoin d’un ministère des sports

Partagez ...

5 réflexions sur “Foot au Qatar, le sport EST politique”

  1. La Fédération internationale de football (FIFA) l’assure : la Coupe du monde au Qatar sera « neutre en carbone ». La recette, la compensation carbone. Trois projets existent, deux parcs éoliens en Turquie et en Serbie, ainsi qu’une centrale hydroélectrique en Turquie. Cela représente 350 000 crédits-carbone, il faudrait 3,6 millions de crédits nécessaires. Et ces 3 projets d’énergies renouvelables devraient être exclus du système de compensation des émissions de CO2, ils auraient trouvé un financement indépendamment des crédits-carbone achetés par les autorités qataries.

    1. Ben oui on le sait, la «neutralité carbone» n’est qu’une blague. Pour dire, même mon «pote» Janco le laisse entendre. (La « neutralité » carbone, drôle de bonne idée ou belle escroquerie ? jancovici.com)
      Le pire, c’est qu’on nous enfume encore avec ça. Et pour tout et n’importe quoi !
      Comme avec ces jeux d’hiver attribués à l’Arabie Saoudite, avec cette mégalopole futuriste d’un montant de plusieurs centaines de milliards de dollars, des pistes de ski ouvertes toute l’année, un lac artificiel d’eau douce, des chalets et des hôtels de luxe etc. etc.
      Et tout ça 100% durable bien sûr ! Misère misère !

    2. Faut dire que la «neutralité», et/ou la «compensation» (c’est pareil), c’est très pratique.
      C’est comme les deux Je-vous-salue-Marie et les trois Pater pour se laver de ses péchés, comme les quatre ronds que les bons gros bourgeois filent aux mendiants à la sortie de la messe pour se blanchir la con science. C’est comme la lessive qui lave plus blanc que blanc. La seule différence, c’est que là on lave vert. Vous mettez de la merde dans la machine et il en sort du vert. C’est formidable !
      Je le redis, tout ça aussi, c’est très grave !
      Heureusement, si on peut dire… il semblerait que la démesure et le grand n’importe quoi, fassent grincer de plus en plus de dents. Et certains voient là un tournant.
      Une chance ? Et pourquoi pas ? ( à suivre )

      1. De plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer les dérives du sport-spectacle, le Qatar semble être la goutte qui fait déborder le vase. On verra donc la suite.
        En attendant, aujourd’hui certains disent qu’il était trop tard… pour le boycotter.
        – « Ces questions-là, il faut se les poser quand on attribue l’événement »…
        qu’il a dit Macron ! Façon de se dédouaner, et en même temps de communier.
        Vive la France !
        Pour ces jeux d’hiver par contre, là il n’est pas trop tard pour déclarer haut et fort qu’il est HORS DE QUESTION d’y participer. Chiche Manu ?

  2. -« … Donc on baisse notre froc. Tous, nous le faisons. […) Macron n’est pas le seul responsable. On est tous ses complices par nos choix. » (GuillaumeS)

    Non pas tous ! Sur ce coup je ne me sens NULLEMENT responsable ni complice. Et si je baisse mon froc, c’est juste pour ch… sur le Sport-Spectacle et ces put… de cultes du Pognon et de la Compétition ! En tous cas ça fait quand même du bien. Enfin un article sur lequel je suis d’accord. Je pense même que c’est pour moi l’Évènement de l’ânée. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.