Greta Thunberg se met à la mode, bravo

Il n’y a pas que la problématique de la surpopulation qui peut faire causer. « Si vous achetez de la mode rapide, de la fast fashion, vous encouragez cette industrie à développer et à poursuivre son projet néfaste ». Greta Thunberg n’accuse plus seulement les politiques qui ne font rien face au réchauffement climatique, elle pourfend maintenant des entreprises. En Une du premier numéro de « Vogue Scandinavia », notre icône Greta étrille toutes ces marques qui promettent des vêtements « durables », « éthiques », équitables » alors qu’elles ne font que produire en masse. Libé(ration) en parle sur le ton méprisant : « Un tel plaidoyer dans les pages d’un magazine rutilant, nourri par la pub de l’industrie de la mode, n’est-ce pas paradoxal, voire contradictoire ? »

Libé et la gauche bien pensante n’ont rien compris. Si Greta infiltre le système, c’est pour mieux le déshabiller de l’intérieur ! (Le Canard enchaîné du 18 août 2023)

Pour en savoir sur Greta Thunberg  :

5 juin 2021, avec Greta Thunberg, le bien affronte le mal

24 juillet 2019, Greta Thunberg, le climat face aux députés

25 juin 2019, face à la haine, Greta Thunberg s’explique

20 mai 2019, Greta Thunberg, l’icône dont nous avons besoin

14 décembre 2019, COP25, heureusement qu’il y a Greta

Partagez ...

6 réflexions sur “Greta Thunberg se met à la mode, bravo”

  1. Esprit critique

    Tout le mode se souvient de cette lessive qui lavait plus blanc que blanc. Aujourd’hui elle est dépassée depuis longtemps, mais ça n’est pas grave puisque de nos jours le défi consiste à laver plus vert que vert. Pour être à la mode sans détruire la planète nous avions déjà tout un tas de marques «éthiques» et «éco-reponsables». Seulement ce genre de greenwashing commence à s’essouffler, alors il faut innover, toujours plus. Depuis peu on observe une nouvelle tendance, les fringues d’occasion. Je peux dire que ça fait déjà longtemps que je suis à la mode. Jusque là c’était chez Emmaüs ou sur les marchés que les pauvres et les bobos allaient se fringuer. Et aujourd’hui les grandes marques s’y mettent. Bien sûr le vert est de rigueur.

    1. – « Les marques apprennent à vendre aujourd’hui ce qu’elles ignoraient hier. Les espaces de secondes mains sont la nouvelle tendance […] Le marché de l’occasion est porteur, ainsi dans la mode, on estime à 32 milliards de dollars pour le marché des vêtements d’occasion en 2020 au niveau mondial, contre 24 milliards en 2018. Les analystes prévoient ainsi un chiffre d’affaires global de 51 milliards de $ en 2023 selon thredUP. »
      ( Les retailers s’emparent du marché de l’occasion. Sur volcandesign.com )

      Faut-il voir dans ce genre de nouvelle pratique (d’innovation) une petite lueur d’espoir, ou pas ? Selon moi, côté Système c’est toujours Business as usual ! Et côté con-sot-mateur c’est toujours la même ambition, celle des feuilles mortes, être dans le vent.

  2. – « Greta Thunberg est souvent là où on l’attend le moins : cette fois, elle fait la couverture du Vogue Scandinave pour une simple et bonne raison. Elle y dénonce la fast-fashion et l’industrie de la mode.
    […] Si Vogue a choisi Greta Thunberg en couverture, ce n’est pas un hasard. Le magazine a été lancé avec un objectif de développement durable et se devait d’être neutre en carbone dès le premier numéro. Vogue a donc précisé sur son compte Instagram que toutes les mesures nécessaires avaient été prises pour que les matériaux utilisés aient le plus faible impact possible sur notre planète. » (Source : Greta Thunberg : quand l’icône climatique devient une icône mode. Sur Le SO SOIR LE LIFESTYLE SELON LE SOIR )

    Oh que non ce n’est pas un hasard ! Et la pauvrette de se prêter à cette mascarade.
    Vive l’icône de l’«anti-fashion» et du Développement Durable en vogue. Misère misère.

  3. Esprit critique

    «Notre icône Greta» (misère misère !) commencera à être crédible le jour où on arrêtera de lui dérouler le tapis rouge. Qu’elle commence alors par se déclarer clairement anticapitaliste. Jusque là elle reste la marionnette du Capitalisme Vert.
    – «Ce que font des jeunes comme Greta Thunberg m’enthousiasme beaucoup» (Bill Gates)

    1. Votre critique ne sera crédible qu’à partir du moment où vous écouterez les différents messages de Greta, celui condamnant les politiques pour leur inertie en matière de climat, et celui dans ce post de condamnation de la mode vestimentaire. C’est là une attaque frontale contre un système qui joue sur les mécanismes d’imitation/ostentation véhiculés par la publicité, les grandes marques et donc le système capitaliste.
      Se dire simplement « anticapitaliste », c’est se griser de paroles, cela ne va pas plus loin…Et il est clair que le prolétariat soutient par son travail dans les usines textiles le système capitaliste qui lui apporte (parfois) un bonheur factice et en même temps les conditions du réchauffement climatique.

      1. Parti d'en rire

        Qui depuis le temps, n’a jamais entendu les jérémiades (messages) de Greta ? Pleureuse professionnelle, en voilà un métier d’avenir. Mais qui ne les connait pas, ses chansons ? Reste à voir qui sont les compositeurs, paroles et musique. Mais finalement peu importe, tout ça fait partie du Spectacle. Ne m’en veuillez pas si je n’applaudis pas.

        – « Se dire simplement « anticapitaliste », c’est se griser de paroles, cela ne va pas plus loin…»
        D’ailleurs pour s’en con vaincre il suffit de voir l’audience du NPA, et c’est sûr que Christine Poupin est bien moins merdiatique que Greta.
        – Se dire simplement « antinataliste », c’est se griser de paroles, cela ne va pas plus loin… (ping-pong)

Les commentaires sont fermés.