Haro politicien sur le menu sans viande

La mairie écologiste de Lyon propose des menus sans viande dans les cantines scolaires à partir du 22 février. « Idéologie scandaleuse », a tweeté Gérald Darmanin, « insulte inacceptable aux agriculteurs et aux bouchers français … Politique élitiste, de nombreux enfants n’ont souvent que la cantine pour manger de la viande ».Plusieurs membres du gouvernement ont récupéré la polémique locale pour en faire un sujet national. Après Gérald Darmanin, Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, et Olivier Dussopt, ministre des comptes publics, ont relayé la thèse doctrinaire imputée à la mairie de Lyon.

Le point de vue des écologistes. Lutter contre le réchauffement climatique passe nécessairement par une réduction de la consommation de viande, important vecteur d’émissions de gaz à effet de serre. La convention citoyenne pour le climat, installée par Macron, proposait même de passer à un choix végétarien quotidien dans la restauration collective publique à partir de 2022, y compris dans la restauration à menu unique (proposition SN1.1.6). De toute façon la moitié des élèves de primaire ne choisissait pas la viande, par goût, par habitude familiale ou par précepte religieux. De toute façon l’ancien maire de Lyon, Gérard Collomb, avait pris exactement la même mesure, lors de la sortie du premier confinement, seul moyen pour assurer la distribution de 29 000 repas quotidiens dans les écoles primaires de la ville. Les négociations en cours à Lyon prévoient deux types de menus, dont une alternative végétarienne, laissant toujours le choix aux familles. En toute chose, il faut savoir raison garder, ainsi des commentaires sur le monde.fr :

Axico : Un ministre de l’intérieur qui se mêle de diététique…pour moi ça discrédite un peu plus les politiques…

γλ : Ou comment une solution pragmatique est recyclée par la boboécologie politique en un principe doctrinaire non assumé.

Jemapivi : Bravo aux lyonnais. Un premier pas vers une alimentation plus saine et plus respectueuse de l’environnement et des animaux. Tenez bon face aux oppositions rétrogrades inévitables.

Patrice Bzh : Pourquoi tout ce raffut puisqu’il en est ainsi partout en France depuis 2 ans ? « Depuis le 1er novembre 2019, toutes les cantines scolaires publiques et privées françaises, de la maternelle au lycée, doivent proposer au moins un menu végétarien (sans viande ni poisson) par semaine. Il s’agit d’une mesure menée à titre expérimentale pendant deux ans. » C’est la loi Egalim mise en place par ce même gouvernement !!!

Eli 2 : Par ailleurs l’argument des classes sociales est puant de mépris. Personne n’ignore que les classes modestes mangent plus de viande (de qualité désastreuse) et pas assez de légumes frais. Enfin, il suffit d’avoir lu 3 pages d’un livre de diététique pour savoir qu’un plat de lentilles ou de pois chiches apporte protéines et fer. Bref c’est vraiment prendre les gens pour des imbéciles absolus que de monter en épingle la décision de supprimer la viande une fois par semaine alors que les rapports du GIEC préconisent une nette diminution de la consommation de viande. Comment transformer un micro-sujet de bon sens en une polémique nationale. La politique, dans ce qu’elle a de pire. Ces boomers me fatiguent.

Pour en savoir plus, La recette du régime alimentaire obligatoire

Partagez ...

9 réflexions sur “Haro politicien sur le menu sans viande”

  1. Aux légumes frais, mêmes les classes populaires y ont accès, c’est juste qu’elles ne veulent pas se donner la peine de cuisiner. Exemples :
    –> Pour 1 € on peut acheter un gros choux blanc et 2€ on obtient 2 kilos de carottes, puis on peut faire du coleslaw, bref 3,5 à 4 kilos de coleslaw fait maison, alors que la barquette de 200 g de coleslaw combien coûte-t-elle au kilo ?
    –> Pour 1 € on a un céleri-rave qui pèse 1,5 à 2 kg, bref on peut faire du céleri rémoulade à ce prix, combien en barquette ?
    Puis en parallèle; les classes populaires parviennent à se faire un plateau-repas pour 10 € minimum chez Mac Do ?
    L’UmPs a beau déverser de plus en plus de monnaie sur les classes populaires, elles ne cuisinent pas plus de légumes frais qu’auparavant ! Avec l’argent en plus, elles s’achètent des consoles de jeu, des plateaux repas chez Mac Do et puis c’est tout

    1. T’as raison mon pote, les légumes de saison c’est bon et c’est pas cher. Je te conseille le chou blanc à la viande hachée, un délice. Dans une sauteuse avec un peu d’huile faire revenir 3 oignons en dés et 500 g de viande hachée. Faire saisir la viande pendant 5 minutes, ajouter le chou coupé en lanières, faire cuire en tournant régulièrement pendant 5 à 10 minutes. Rajouter 3 oeufs battus, 250 g de crème fraîche et 1 verre de lait, saler poivrer, enfourner thermostat 7 et laisser cuire 40 min.
      Et une tajine de viande et de céleri rave, tu connais ? Je te dis pas, c’est ateu. (à te taper le cul par terre). Et puis un bon boeuf-carottes… nom de dieu que c’est bon ! C’est à damner un curé. Que dis-je, un vegan. 🙂

      1. Bah je vais réconcilier les viandard et les végans, je n’ai aucun tabou alimentaire, je mange toutes les viandes (hormis les animaux domestiques et les humains, je n’ai pas encore essayé le livre de recettes d’Annibal Lecter ^^) tous les légumes sans exceptions, tous les fruits sans exceptions, toutes les épices sans exceptions et tous les condiments sans exception, ainsi que toutes les céréales et graines, tous les poissons (bien que j’ai une préférence pour les poissons de mers) tous les crustacés; tous les fruits de mer (même le corail sur les bébêtes), y compris les huîtres (sauf les numérotés double zéro) ainsi que les escargots…. Même si l’UmPs veut me priver de tout ça et m’affamer, alors je pourrai reconsidérer le livre de recettes d’Annibal Lecter pour goûter aux bourgeois UmPs ^^

  2. Béatrice de Montille

    – «Sur le fond, le menu unique sans viande se justifierait selon l’équipe écologiste par le nouveau protocole sanitaire, qui exige de “pouvoir servir plus rapidement les élèves et fluidifier les repas”. Il s’agit d’une imposture. Les prestataires de restauration collective vous le confirmeront. Dans tout le pays, il n’y aurait qu’à Lyon, capitale historique de la gastronomie, qu’on n’arriverait pas à faire cuire de la viande dans des délais contraints. Je vais le dire très clairement, si cette décision était guidée par les seules contraintes sanitaires, pourquoi Lyon est-elle la seule ville de France à la prendre ? »

    ( http://www.lyoncapitale.fr le 22 février 2021 : Menu sans viande dans les cantines à Lyon : au conseil municipal, la droite dénonce une imposture )

    1. Saucisses lentilles

      ( lyoncapitale.fr le 22 février 2021 : Menu sans viande dans les cantines à Lyon : au conseil municipal, la droite dénonce une imposture )
      Je trouve la remarque (et la question) de Béatrice de Montille très bien envoyée.
      Certes il n’y a pas de quoi en faire tout un plat de cette affaire, encore moins une affaire d’Etat, mais il faut reconnaître que sur ce coup ces écolos Lyonnais sont vraiment très mauvais. Parce qu’on sait qu’à ce petit jeu tout est bon, il ne faut pas s’étonner qu’en face on saisisse la balle au vol. Résultat, 1 point à droite. Bien fait pour les Verts.

      Réponse au pourquoi de Béatrice de Montille : Parce que l’équipe Lyonnaise est la plus mauvaise de France, eh pardi ! 🙂

  3. – «La mairie écologiste de Lyon propose des menus sans viande dans les cantines scolaires […] »

    S’il ne s’agit que de PROPOSER, des menus végés dans les cantines scolaires, voire tous les jours, je ne vois pas où serait le problème. Au contraire tout le monde devrait y trouver son compte. Déjà ceux qui ne mangent pas de viande, ou tel type de viande, et ceux qui n’aiment pas le plat du jour. Les tripes, les rognons par exemples. De plus ça donne l’occasion à tous de découvrir autre chose que le steak-frites, la blanquette de veau ou de poulet, ou encore le couscous, que personnellement j’adore. Bref, des goûts et des couleurs on ne discute pas ! Et pourtant on ne fait que ça, misère misère !
    Maintenant s’il s’agit de profiter d’un contexte particulier, pour IMPOSER le régime végé à des gamins, là c’est autre chose. Et là ça ne va plus du tout. Et du coup il faut que Macron s’en mêle. Comme s’il n’avait que ça à faire. Misère misère !

  4. Encore un exemple de grand n’importe quoi, qui comme d’habitude ne fait rien avancer du tout, mais qui en plus échauffe les pauvres têtes, qui n’ont pas besoin de ça.
    On trouve là encore les deux camps qui se bouffent le nez, ici pour une affaire de bouffe dans les cantines. POUR ou CONTRE, Grégory Doucet, choisis ton camp camarade !

  5. CORBLIN YVeline

    En effet, faire du « clientélisme «  d’une façon aussi ridicule me fait très peur sur la façon dont un ministre de notre merveilleuse république réagit sur une question de bon sens: les bouchers se sentent ils attaqués parce que les cantines ne vont plus distribuer une viande qui vient « d’ailleurs » qui fait partie des aliments ultra transformés par l’industrie et qui ne profite surtout pas aux agriculteurs !!!!! IL débarque d’où notre ministre? À y il des enfants qui mangent dans une cantine ?

    1. Certes il y a du clientélisme, mais que voulez-vous, tout le monde regarde midi à sa porte. Faut donc pas s’étonner que les bouchers et les éleveurs montrent les dents, ils défendent leur steak. De leur côté les végés défendent le leur. Oui oui, c’est peut être du grand n’importe quoi mais le steak sans viande ça existe.

      – «Les négociations en cours à Lyon prévoient deux types de menus, dont une alternative végétarienne, laissant toujours le choix aux familles. »
      Souhaitons donc que ces négos aboutissent. Que les deux camps trouvent un con s’en suce, qu’ils se mettent d’accord pour que tout le monde ait le choix. Je ne vois vraiment pas pourquoi ce sujet devrait être une affaire d’Etat. N’importe quoi !
      Ceci dit, les végés trouveraient-ils quelque chose à redire au fait qu’on ait encore le choix ?

Les commentaires sont fermés.