Hommage à ta résistance, Anna Politkovskaïa

Le témoignage ci-dessous ne vient pas d’une écologiste. Mais il est intemporel, il montre que notre servitude vient d’abord de nous-mêmes et qu’il nous faut résister. Combien de militants pour un monde meilleur sont morts au combat ou emprisonnés, pensez à eux, agissez comme eux, soyez journaliste radical, lanceur d’alerte, casseur de pub, désobéissant, écoutant votre propre raison et pas celle des puissants... La Russie, c’est nous aussi.

Anna Politkovskaïa en 2004 : « Les valets souriront servilement, tous des petits gradés du KGB ayant reçu leurs postes importants sous Poutine, ils se mettront au garde à vous… Mais je constate que les responsables de tout ce qui se passe, c’est nous. Nous d’abord. Pas Poutine. Notre attitude vis-à-vis de Poutine, qui se moque cyniquement de la Russie, notre attitude, qui se limite à des « bavardages de cuisine », a permis à Poutine de transformer sans entrave la Russie. L’apathie dont fait preuve la société est incommensurable. Et elle est une indulgence pour Poutine pour les années à venir. Nous avons réagi à ses actions et à ses discours non seulement avec mollesse, mais avec peur. Et cette peur qui est la nôtre, nous l’avons montrée aux tchékistes, enracinés dans le pouvoir. Et cela n’a fait que renforcer leur désir de nous traiter comme du bétail.Pour le tchékiste soviétique, notre peur, c’est du miel. Il n’y a pas de meilleur cadeau pour lui que de voir trembler les foules, qu’il doit soumettre à sa volonté. (…)

Poutine a plus d’une fois montré en public qu’il ne comprend pas en principe ce qu’est une discussion. Surtout une discussion politique. Selon Poutine, un subordonné ne doit pas discuter avec son supérieur. Un subordonné qui se le permet est un ennemi. C’est pourquoi dès qu’on n’est pas d’accord avec lui, Poutine exige catégoriquement d’« arrêter l’hystérie ». C’est ce qui explique son refus des débats préélectoraux, il n’en est pas capable, il ne sait pas mener un dialogue. Il est exclusivement un « monologueur ». Selon le modèle militaire, tant qu’on est un inférieur on est obligé de se taire, mais une fois devenu un supérieur, on peut se contenter de monologuer et tous les « subordonnés » sont obligés de faire semblant d’être d’accord.

Pourquoi ai-je pris Poutine en grippe ? Pour tout cela. Pour sa nature criminelle. Pour son cynisme. Son racisme. Pour la guerre éternelle. Pour le mensonge. Je ne l’aime pas parce qu’il n’aime pas les êtres humains. Il ne nous supporte pas. Il nous méprise. Il nous considère comme un simple moyen pour lui, et rien de plus. Le moyen d’atteindre ses objectifs personnels de pouvoir. C’est pourquoi il peut faire de nous tout ce qu’il veut, jouer à sa guise. Nous exterminer selon son caprice. Nous ne sommes rien. Et lui, bien qu’étant accidentellement monté si haut, il est maintenant notre tsar et notre dieu ; nous devons l’adorer et le craindre.

En Russie, il y a déjà eu des dirigeants avec une vision du monde semblable. Ce qui a conduit à des situations tragiques. A des bains de sang. »

NB : Anna Politkovskaïa, journaliste, a été assassinée le 7 octobre 2006 dans le hall de son immeuble à Moscou pour ses combats pour la vérité sur le « génocide » tchétchène et la liberté de la presse.

Lire, Transgressons une légalité écocidaire !

Partagez ...

8 réflexions sur “Hommage à ta résistance, Anna Politkovskaïa”

  1. C’est l’un des innombrables supports pédagogiques utilisés dans les écoles russes pour expliquer aux enfants l’« opération militaire spéciale » conduite par Moscou en Ukraine. Une vidéo de près de quarante minutes au titre sans équivoque, « Les défenseurs de la paix », et dont le parti pris est clairement affiché : « Pourquoi la mission de libération de l’Ukraine est une nécessité ». La présentatrice, visage angélique et rubans bleus dans les cheveux, ne dépasse guère les 12 ans.
    Résultat : à l’approche des célébrations du 9-Mai, on a vu des enfants de 4 ou 5 ans défiler dans des tanks et des avions en carton, marqués de la lettre « Z ». Expérimentée dans plusieurs régions, la cérémonie matinale de lever du drapeau et de chant de l’hymne national devrait être généralisée dans le pays à la rentrée de septembre.

    1. A partir de 2014, on a vu des enseignements théoriquement consacrés à la Shoah être utilisés pour diaboliser les Ukrainiens. La pratique d’habiller les enfants en uniforme avec des armes factices s’est répandue, alors qu’elle n’existait pas en URSS. Tout était prêt pour février 2022…  Partout les dynamiques sont les mêmes, avec un soin particulier accordé à l’étouffement des mouvements de contestation. Des enseignants ont été traînés en justice après avoir été dénoncés par des écoliers ou par des parents d’élèves.
      Les éditeurs de manuels scolaires ont reçu l’ordre de revoir en profondeur toutes les références à l’Ukraine et de les réduire au minimum. La consigne est d’autant plus simple à passer que la quasi-totalité du marché des manuels scolaires (secteur stratégique, mais aussi juteux) est tenue par un ami d’enfance de Vladimir Poutine.

      1. Le chef de la délégation négociant avec Kiev a exposé clairement sa vision de l’histoire :
        « La première question à laquelle doit répondre honnêtement la science historique est de savoir si tel événement particulier ou telle action particulière servent l’intérêt du pays et du peuple. Cette pensée des intérêts nationaux de la Russie constitue la norme absolue de la vérité et la fiabilité du travail historique. »

      2. Esprit critique

        Cela ressemble étrangement aux méthodes décrites par George Orwell dans 1984. Le Ministère de la Vérité (Miniver) s’appliquant notamment à récrire l’Histoire.

  2. Il est connu que pour diriger un pays – continent comme la Russie , il faut être tendre, délicat , bisounoursien : les tchétchènes sont connus pour leur bienveillance et leur générosité : ils ont récolté en retour ce qu’ ils méritaient 😁

  3. Son évocation me fait pleurer de rire .
    Cette femme préfèrera la démocrature des corrompus et hypernuisibles occidentaux (michel , von der leyen , verhofstadt, Biden / Obama , Troudeau…) : il est tellement mieux de faire le caniche des USA qui portent la démocrassouille partout dans le monde avec la délicatesse et le désinteressement qu’ on leur connaît .
    Ce serait donc Anna mondialovskaia ?
    En ce qui me concerne , je soutiens Poutine par haine des démocrottes US’ , de l’ OTAN , porteur de guerres depuis sa malencontreuse création , de l’ UE et de son personnel politique rampant .

    1. Marcel, nous ne dirons pas que vous avez tort car cela ne ferait que renforcer votre point de vue très personnel…

    2. Soutenir Poutine c’est facile. Particulièrement en Russie, où c’est même conseillé. En Ukraine par contre, c’est pas dit. En France vous pouvez encore soutenir n’importe qui et n’importe quoi, au pire vous risquez juste d’être poursuivi pour incitation à la haine, ou quelque chose comme ça. Mais quand même pas de vous faire dézinguer par une quelconque barbouze de Sa Majesté. Alors au lieu de prétexter n’importe quoi, dites plutôt que vous avez horreur de ceux qui refusent de ramper. Et qui en ont une grosse paire. En plus il s’agissait ici d’une femme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.