Jean-Paul Belmondo ne méritait pas d’hommage national

Jean-Paul Belmondo est mort. Pauvre civilisation malade qui chérit comme une idole un acteur parmi tant d’autres saltimbanques. Des dizaines de milliers de fan(atique)s pour voir passer un corbillard. Bientôt des pèlerinages pour aller voir une tombe parmi tant d’autres sépultures. Jean-Paul Belmondo n’est pour un écologiste que le symbole de la société du spectacle, de la futilité et de l’oubli des réalités. Normalement une icône doit se comporter comme un saint et œuvrer au bien commun. Jean-Paul Belmondo n’en avait ni les pratiques, ni les discours. Il ne méritait pas une folie médiatique, encore moins le speech d’un président de la République… Un hommage populaire qui n’est pas mérité, un éditorial du MONDE basé sur la popularité et non sur la valeur d’une personne, un hommage national qui est une injure à tant d’hommes et de femmes qui ont œuvré pour faire progresser la société et qui ont été oubliés des médias. Jean-Paul Belmondo, « Un trésor national », avait loué le chef de l’État en début de semaine. Mieux vaut en rire qu’en pleurer !

Nous sommes une société artificielle où l’information chasse la précédente, donc plus aucun événement n’a d’importance. De temps en temps on s’immobilise médiatiquement sur des événements anodins comme les manifestions récurrentes des gilets jaunes et des anti-vaccinations… quand il n’y a pas un attentat terroriste ou un procès retentissant. Un jour on nous parle de la fonte des glaciers, c’est abominable, le lendemain de la mort de Johnny Hallyday, c’est atterrant, le surlendemain de l’extinction de la biodiversité, c’est catastrophique, aujourd’hui 9 septembre 2021 c’est un hommage national à Jean-Paul Bermondo ! Autant dire que le pic pétrolier est derrière nous et pas devant, on a déjà oublié que les ressources fossiles ne sont pas renouvelables puisque l’essence est abordable, on veut ignorer que la société thermo-industrielle va droit vers son effondrement. Misère, misère, trop de faits divers tue l’information, tue l’intelligence collective, tue notre capacité à envisager l’avenir. Les commentateurs sur lemonde.fr sont presque de notre avis :

Shiva : Bebel le Guignolo, un joueur de claquettes, aux Invalides, bientôt au Panthéon. Tout est bon pour Macron pour se mettre dans le vent de la popularité.

Bambi : Qu’il soit un acteur populaire certes, mais au delà que restera-t-il comme grands films ? Assez peu. Entrer au Panthéon ? Au nom de quels services rendus à la patrie ? Quels actes de courage ? Quelle générosité concrète ? Quels investissements au service d’une cause ? Des Obsèques nationales !!! c’est indécent et déplacé au regard des soldats morts sur les terrains d’opération, des combats de Gisèle Halimi… l’éditorial du Monde sombre dans une démagogie sans nom. Un peu de courage et de dignité, Belmondo a eu une vie de star et il s’est enrichi en donnant du plaisir à certains. Ça ne mérite pas tout ce cinéma.

Rgc : Un président de la république n’a-il pas mieux à faire que de s’occuper de l’enterrement d’un artiste de variété ?

JL31 : Ouf, on a échappé à la panthéonisation …

Noussachons : Du pain et des jeux… la chute de l’empire romain !

Isaphan : Après Jean-philippe Smet (Johnny) et Jean d’Ormesson, Jean-Paul Belmondo. Faut-il que le pays manque cruellement de héros ?

Michel SOURROUILLE : Emmanuel Macron se comporte comme un populiste qui caresse la foule dans le sens du poil pour conserver son pouvoir. Qu’il accorde de l’importance à Jean-Paul Belmondo relève de l’émotionnel, pas de la raison d’État. Ce n’est pas digne d’un président de la république en charge de la place de la France dans le monde, mais aussi (et surtout) garant de la stabilité internationale comme de la préservation de la planète. Ouvrant le congrès de l’Union internationale pour la conservation de la nature le 3 septembre 2021, le chef de l’État avait fait le service minimum, se contentant encore une fois de vagues promesses… sur la protection des mers françaises !

Nous avons eu sur ce blog biosphere les mêmes réactions lors des célébrations de la mort de Johnny :

10 décembre 2017, Johnny Halliday, symbole de la société du spectacle

6 décembre 2017, Johnny Hallyday est mort, cela nous fait ni chaud ni froid

12 décembre 2009, Johnny Hallyday est mort

Partagez ...

8 réflexions sur “Jean-Paul Belmondo ne méritait pas d’hommage national”

  1. Quant à l’éditorial du MONDE, Biosphère dit qu’il est «basé sur la popularité et non sur la valeur d’une personne.»
    En effet cet éditorial est titré «Belmondo, une popularité hors du commun».
    Comme pour pas mal de choses, il y a popularité ET popularité. LE MONDE juge celle ci hors-du commun. LE MONDE fait l’éloge d’un personnage facile d’accès, au «caractère résolument optimiste», qui «rassure», qui «réconcilie les publics» etc. et qu’au final tout le monde, ou presque, juge sympathique. N’est-ce pas déjà ça qui fait la valeur d’une personne ?

  2. J’aimais bien Jean-Paul Belmondo, je trouve que c’était un acteur qui jouait bien et qui incarnait à la perfection le style de personnage qu’il incarnait.
    On passait un moment agréable à regarder ses films et à sourire de ses extravagances, le rappeler me semble le meilleur hommage. Ne le jugeons pas au regard des sujets plus sérieux, ce n’était pas son rôle.
    Par contre, cet hommage est l’affaire des spectateurs, pas du gouvernement. La récupération qu’en fait le gouvernement est vraiment lamentable et indigne, ils essayent de capter pour eux-mêmes la sympathie dont bénéficiait l’acteur.
    Ne parlons pas de la récupération d’une certaine leader des verts qui, outre une erreur sur le prénom (qui montre qu’elle connaissait peu le sujet), a eu une phrase particulièrement odieuse sur sa dernière cascade. Comment peut-on descendre aussi bas ?

    1. Je suis d’accord avec vous. Belmondo méritait-il ou pas un hommage national ?
      On peut bien sûr en discuter, sans s’étriper, surtout sur ce genre de sujet. Je disais à Marcel que nous n’en étions pas encore arrivés à décrété le deuil national, là j’aurais trouvé ça un peu fort. L’hommage national, les obsèques nationales et le deuil national sont décidés officiellement par le gouvernement. Sur Wikipedia (Deuil national) on trouve une liste d’exemples de deuils nationaux. On peut ainsi voir l’évènement ou le personnage jugé important, selon les époques, les pays etc. L’hommage national, en France, est une décision du président de la République. Le 8 décembre 2017 (sous Macron) Jean d’Ormesson a eu droit à un hommage national. Le lendemain (un samedi), Johnny Hallyday a eu droit à un hommage populaire, et non un hommage national. Finalement pour moi, populaire ou national ne change pas grand chose. Et pour Bébel aussi je suppose.

    2. – « Merci Jean-Pierre Belmondo d’avoir porté haut le cinéma français. Une dernière cascade, en espérant qu’elle n’ait pas été trop difficile » (Sandrine Rousseau sur Twitter)

      Ça c’est vrai ça, c’est lamentable et indigne, je dirais même minable. Quoique, va savoir.
      Si ça se trouve elle le fait exprès. Juste pour faire rire, pour sauver le climat de la sinistrose. Du coup les réseaux se déchaînent :
      –  » Répétez après moi : Jean-Pierre Foucault, Jean-Paul Belmondo  »
      –  » Sandrine Rousseau rend ce soir un vibrant hommage à Jean-Michel Depardieu  »
      –  » Et que pense t-elle de Jean-Paul Pernaut ? « 

  3. JP Belmondo ne méritait pas un tel déshonneur que celui de servir de propagande électorale à l’ infect Macrondelle !
    Quelle belle période pour les journalopes et pisse copies des merdias bien pensants (quasi 100% des journaux papier ou télévisés) , je t’ en fous du terrrrrrrible covide quotidien , des inondations dans le sud du pays, de la mort de Bebel : engeance de charognards (pardon aux vrais charognards dont l’ utilité est indéniable) journalopiques prêts à vendre père et mère pour réaliser un scoop (sic)

    1. Mais non Marcel, faut re-la-ti-vi-ser ! Et ne pas dire n’importe quoi.
      On ne peut quand même pas dire que Bébel est entré là en campagne pour Macron. Aux invalides oui, mais pas en campagne pour Manu. Et puis Manu ou un autre, ou une autre, ça aurait été pareil. Et puis ce n’est pas nouveau, et puis ce n’est pas fini.
      En attendant, en France on n’en est pas encore à déclarer 3 jours de deuil national, comme l’an dernier en Argentine en hommage au Dieu de la Baballe Ronde.
      Bon d’accord ”chez nous” on ne vaut guère mieux, on est allé jusqu’à comparer Johnny à Mozart, et c’est vrai que ça aussi ça en dit long sur notre état, misère misère !
      Mais bon, faut bien se changer les idées de temps en temps, non ? Donc, je dis que ceux qui n’aiment pas Bébel, ni Johnny, ni Mozard, ni le foot … peuvent toujours regarder les films avec Brigitte. Ah BB, quel Canon !!! 🙂

  4. Parti d'en rire

    Les journaleux qui courent après le buzz, une information qui chasse l’autre etc. on le sait ça aussi. De là à dire que plus aucun événement n’a d’importance et/ou que tout se vaut, je ne suis pas d’accord. Certes il y a une clientèle qui achète Gala, comme il y en a d’autres pour Auto-Moto, Le Figaro, le Monde, La Décroissance, etc. On en a même qui ne lisent rien du tout, parce qu’ils préfèrent les images. Nous n’avons pas tous les mêmes goûts et centres d’intérêts, ce qui attristera l’un fera rigoler l’autre et vice versa et finalement c’est très bien comme ça. Encore heureux que nous ne soyons pas tous de clones, tous préoccupés, horrifiés, atterrés, catastrophés etc. par un même et seul sujet, aussi important soit-il. A choisir je préfère encore le Muppet Show, un monde de rigolos. Bref, le monde est assez triste comme ça, pas besoin d’en rajouter.
    Ce soir, en hommage à Bebel, toutes et tous, je vous invite à regarder le Guignolo. 🙂

  5. Mais oui, on le sait, des âneries et du divertissement, le monde et Le Monde tournent ainsi, the Show must go on ! En attendant, s’il ne méritait pas d’hommage national, Bébel ne méritait pas non plus autant de mépris. Après Johnny et Bébel qu’est ce qu’on dira lorsque viendra le tour de notre BB nationale ? On dira qu’elle était une grande Dame, au grand coeur, qu’elle a sauvé tout plein tout plein de bébés phoques, d’ânes et de chiens et patati et patata. Misère misère !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *