Julien Denormandie, ministre anti-écolo

Julien Denormandie, ministre de l’agriculture, signe une lettre, avec dix autres ministres croissancistes, appelant la Commission à reporter la publication d’un texte qui doit permettre de mieux protéger la biodiversité : « Cette stratégie se réduit à des considérations environnementales en ne tenant pas compte des aspects socio-économiques…  Nous nous opposons fermement à toute proposition législative sur la planification et la surveillance des forêts… Un tel instrument créerait un fardeau administratif sans précédent… »

Commentaires sur lemonde.fr :

JMBZH : Lamentable, ce ministre, toujours accroché à l’ancien monde et défenseur de l’agriculture et sylviculture selon les vieilles méthodes qui ne connaissent que la production à tout crin, peu importe la biodiversité. À virer!

Barnaour : Le ministre de l’agriculture est d’une grande cohérences avec sa vision mercantile de la nature et de son absence totale d’intérêt pour les conséquences. sur l’environnement liées à une sur-exploitation des milieux naturels. Comme son patron, c’est l’homme des lobbys pour lesquels il a travaillé dur dès son entrée en fonction. Nul doute que cet homme politique laissera une trace d’infamie sur son ministère lorsqu’il le quittera pour rejoindre un poste à responsabilités grassement payé pour services rendus dans une des firmes dont il n’a cessé de défendre les intérêts.

Antonis Tilou : C’est l’illustration parfaite du ”En même temps” macronien. La ministre de l’environnement prétend protéger la forêt que le ministre de l’agriculture préfère dévaster. À ce jeu là, ce sont toujours les plus brutaux qui gagnent.

Friscou : On pourrait penser que le terme « agriculture » impliquerait un respect de la nature, il n’en est rien il devrait s’appeler ministre de « l’industrie agricole », ce serait plus clair et en rapport avec les prises de positions des différents ministres ayant occupés le poste. Souvent sous la pression de la FNSEA et des industriels de la chimie.

a.ferrier : J’en arrive à me demande si tous les tenants fanatiques du productivisme effréné ne seraient pas, au fond, plus bêtes que cupides. Quand ils auront tout désintégré (les sols, l’air, les végétaux naturels) pour gagner un dernier petit sou, que vont-ils faire ? Voient-ils/elles seulement plus loin que le bout de leur compte en banque ? Alors, le reste de l’humanité peut bien s’entasser entre des parkings en béton, des usines polluantes et des forêts uniquement constituées de l’espèce la plus rentable de peupliers pour les meubles suédois…

Mar56 : Ajoutons la PAC qui continue de distribuer les subventions aux gros exploitants, sous couvert de greenwashing… Les lobbys sont trop puissants, tout est perverti. Moi qui gardait un espoir d’évolution positive, d’espoir en l’homme tout simplement, je déchante…

Michel SOURROUILLE : Les ministres changent et ils restent les mêmes. Voici ce que disait en 2017 Nicolas Hulot, ministre de l’écologie, lors de la préparation des États généraux de l’alimentation (EGA) : « J’ai très mal vécu ce moment, la façon dont Stéphane Travert ministre de l’agriculture a pris les commandes de ce chantier m’a profondément énervé. J’ai une telle dissension avec Travert que je n’arrive plus à communiquer avec lui. Les propos de ce ministre, renvoyant dos à dos tous les modèles (intensifs, bio…) ne peuvent en fait servir d’orientation… Les producteur(rice)s bio de la Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique (FNAB) dénoncent fin juillet 2017 un renoncement politique historique. Par décision du ministre de l’Agriculture, aucun budget pour les aides à l’agriculture biologique ne sera engagé dans les 3 prochaines années. Aucune nouvelle conversion biologique ne sera donc possible.

Rappelons l’éditorial du MONDE du 2 juin 2018 : «  L’interdiction de diffuser des publicités pour l’alimentation transformée, facteur d’obésité chez les enfants ? Rejetée. L’interdiction des élevages hors sol de poules pondeuses en cage, autre promesse de campagne d’Emmanuel Macron ? Rejetée. L’interdiction des pratiques brutales dans la production animale, la castration à vif, le broyage de poussins vivants ? Rejetée. La vidéosurveillance obligatoire dans les abattoirs, qui permettrait de protéger autant les personnels, soumis à des cadences intenables, que les animaux ? Renvoyée à des expérimentations. Même l’interdiction des épandages de pesticides à proximité des lieux de vie a été écartée. » Le titre de cet éditorial est sans ambiguïtés : «  Loi alimentation : une défaite environnementale. » Notons que c’est Stéphane Travert, le ministre de l’agriculture, qui gagnait les arbitrages alors que Nicolas Hulot était ministre de l’écologie.

Pour en savoir plus, lire « Nicolas Hulot, la brûlure du pouvoir »

Partagez ...

2 réflexions sur “Julien Denormandie, ministre anti-écolo”

  1. On peut toujours brailler contre notre ministre, et ses dix homologues européens, le ou les qualifier d’anti-écolos et/ou de lamentable(s) etc. ça c’est facile. En plus ça défoule.
    Et pendant ce temps, comme tout écolo modèle qui se respecte, on fera la pub pour les maisons en bois, les jouets en bois, le chauffage au bois etc. Faut pas croire qu’il n’y a pas que Manu qui a du mal à être cohérent.
    La Fondation Maisons du Monde, en partenariat avec la Fondation Nicolas Hulot. Le couple s’est donné comme objectif « la protection des forêts et la valorisation du matériau bois. » Oui oui, les deux et en même temps ! Dans un monde raisonnable je veux bien, mais dans un système qui impose le toujours plus pour durer je reste sceptique. En attendant le bois reste un matériau, et les forêts restent des réservoirs de bois. Suffit juste de bien EXPLOITER tout ça.

    1. Communiqué ce jour même de EELV : « EELV soutient la filière bois face au projet ERSCIA, une aberration économique et écologique en Bourgogne […] Ce projet industriel institue une concurrence sans merci pour l’accès à la ressource avec les principales scieries existantes […] Loin du gigantisme et de la centralisation du projet ERSCIA, EELV défend une filière qui exige avant tout une gestion durable. »
      Satanée concurrence va ! Avec ERSCIA les scieries existantes ne vont plus couper assez de bois. C’est con quand on y pense, non ? Mais non ça ne l’est pas, parce que seuls les petits sont durables.
      Pour moi, si on veut sauver les forêts (et le climat etc.) Nicolas doit revenir bosser chez Macron. Mais cette fois comme ministre de l’agriculture. Du moins s’il en a l’envergure… Parce qu’il faut reconnaître que ministre de l’agriculture c’est quand même autre chose que ministre de l’écologie.

Les commentaires sont fermés.