La voiture individuelle, plus rare et plus chère

Bientôt le dévoiturage, très bientôt. L’éditorialiste MONDE Philippe Escande se pose la question !

Philippe Escande : « Le marché de l’automobile en Europe est revenu aux ventes qu’il enregistrait il y a plus de vingt-cinq ans. Voici une expérience de décroissance menée in vivo, et qui devrait contribuer à réduire la part de la voiture, et donc sa pollution… Bien sûr, la crise des semi-conducteurs aura une fin. Mais cette histoire, très conjoncturelle, ressemble à un galop d’essai de ce qui attend l’industrie, avec le basculement violent vers l’électrique. Celui-ci coûte énormément d’argent en investissement, les prix moyens vont exploser, la voiture deviendra un bien plus rare et plus cher, l’industrie réduira de taille et emploiera nettement moins de monde. La transition énergétique ne sera pas gratuite. »

à lire, Fin du moteur thermique, dévoiturage obligé

Quelques commentaires sur lemonde.fr, la liberté de circuler appartiendra au passé :

He jean Passe : Il y avait 2 fois moins de voitures (et de consommation) en 1970 et les Français ne vivaient pas moins bien. On va y revenir. Rouleront en voiture les riches ou les débrouillards (qui feront du co-voiturage) les autres iront à pied, en train ou à vélo et la planète s’en portera mieux.

Jamaiscontent : Si on bascule dans le tout électrique pour les voitures d’ici 10-15 ans, comment produit-on l’électricité nécessaire. Pour le moment, pas de solution satisfaisante. Le nucléaire ? Qui voudra deux fois plus de réacteurs qu’aujourd’hui, si tant est qu’EDF ait la capacité de les construire ? Le gaz naturel ? Pour être à la merci de Poutine, bof. Les éoliennes ? Dès qu’on veut en planter une, les assocs, noyautées par le RN, hurlent plus fort qu’un milliardaire à qui les impôts prennent une cacahuète. Le solaire ? Il en faudra, des panneaux… L’hydrogène propre pourra-t-il être fabriqué à temps ? Et sans parler des matières premières nécessaires (terres rares etc.) Et à l’échelle de l’Europe ? Du monde ? Pour le moment, le développement de l’électrique consiste à déplacer la pollution, pas à l’éliminer.

Lls : De toute manière, le remplacement des voitures thermiques en ville par des voitures électriques est un non-sens écologique. Mettre au rebus des dizaines de véhicules thermiques pour les remplacer par le même nombre de véhicules électriques ne parait pas être une bonne solution en termes de gestion des déchets et de production de masse de batteries. Il faut arrêter avec la voiture individuelle en ville.

CORTO MALTESE : Le problème sera rapidement obsolète . Les communications se faisant de plus en plus sur internet , et encore plus sur son successeur , il deviendra inutile de se déplacer , de voyager, de se rencontrer etc… Les voitures subirons le sort des chevaux et autres cabs des siècles derniers . quelques unes servirons de loisir à quelques nostalgiques , et qu’elles soient thermiques , électriques , » hydrogéniques » ou autre chose n’aura plus aucune importance !!!

ARARAT : Vous oubliez l’essentiel: la liberté d’aller et venir, l’envie d’aller où bon nous semble, les relations virtuelles je les exècre, je ne fais jamais mes courses sur un écran, j’apprécie d’aller acheter du vin chez un producteur, de se balader, les relations humaines ne seront pas aussi simples que vous le pressentez..Etre statique quelle horreur avec ou sans le net et autres..

CED34 : Cher ARARAT votre liberté « d’aller et venir » pour tout et n’importe quoi … n’est-elle pas également la liberté de polluer la planète pour votre (petit) plaisir ? Sachant que la voiture individuelle est une des sources majeures de pollution… A mon humble avis vous vous trompez. Avec le renchérissement de l’énergie – fini le temps où le pétrole presque gratuit coulait à flot – les trajets forcément coûteux en énergie, vont se faire plus rares et surtout plus rationnels.

Jerry Fules : Que cela vous plaise ou non, la liberté de déplacement est un acquis du XXe siècle sur lequel il sera très difficile de revenir, que la raison soit écologique ou pas.

Rhombo : Que cela vous plaise ou non, la liberté de déplacement a toujours été un luxe. Le xxème siécle et le début du xxième feront figure d’exception.

DécroissantsDeLamourEtDuTofu :Le véhicule motorisé individuel ou familial n’aurait tout simplement jamais dû exister. C’est une aberration totale, un gouffre énergétique shadockien, qui détruit notre qualité de vie (bruit, pollution, stress, accidents, déplacements domicile-travail s’allongeant à cause de cet outil stupide) et notre vie tout court (accidents mortels, réchauffement climatique). A éliminer, tout comme le nucléaire, le logement béton et un bon 75% de notre production actuelle (viande industrielle, TV, jeux vidéos, Bourse, presse réac, sportive et futile, malbouffe, etc.)

Max Lombard : Enfin les pauvres n’auront plus accès à la voiture, on pourra rouler plus facilement.

Esa : Bienvenue dans le monde d’après !

Partagez ...

13 réflexions sur “La voiture individuelle, plus rare et plus chère”

  1. et bien dansez maintenant

    « Rouleront en voiture les riches ou les débrouillards (qui feront du co-voiturage) les autres iront à pied, en train ou à vélo »
    Rectification: les voyageurs par train seront aussi les hauts revenus! Vu les prix déjà pratiqués à la SNCF, le train sera de + en + une dépense de luxe, où ce sera tendance, très chic et select de pouvoir s’offrir un billet de train…

    1. Les prix pratiqués à la SNCF ???? Mais c’est du grand n’importe quoi !!! Comme pour l’Avion d’ailleurs. Selon que vous soyez jeune ou vieux, seul, en famille ou en groupe, selon le jour, l’heure, la position de Saturne et j’en passe, pour un même trajet vous payez billet de train du simple au décuple. J’exagère peut-être un peu mais c’est à peu près ça, du grand n’importe quoi. Ceci dit je ne crois pas, que le train deviendra lui aussi un produit de luxe. Regardez la popularité de ces trains en Afrique et en Asie. Alors peut-être en effet que seuls les riches auront accès aux 1ères classes. Espérons alors que les gueux pourront voyager gratos, sur le toit. 🙂

  2. Didier BARTHES

    C’est quand même bien pratique la voiture. On part quand on veut, on peut transporter plusieurs personnes et plein de choses, on va exactement où on veut, si on a oublié quelque chose on peut revenir, on est pas tributaire de tout un tas d’horaires et de contraintes. Tout le monde semble la détester, mais elle a plein d’avantage, le problème c’est qu’elle n’est pas adaptée à un monde aussi peuplé.
    Si nous étions beaucoup moins nombreux, il y aurait moins de pollution, pas de problème de bouchons ni de garage.
    Car quelle est l’alternative à part le télétravail pour certains emplois ? Les transports en commun n’ont pas la souplesse nécessaire et seraient hors de prix dans des zones peu peuplées, c’est donc l’entassement qui nous est proposé.
    Tous en habitat collectif, haro sur le petit jardin, entassez-vous entassez-vous ! Tel est l’avenir que l’on nous promet, parfois au nom de l’écologie.
    Eh bien ce monde là me fait horreur et je n’en veux pas.

    1. Eh oui, encore le (sur)nombre, qui est la cause des embouteillages, entre autres. Salauds de pauvres va ! Je suis d’accord avec Max Lombard, et vous aussi je suppose, «Enfin les pauvres n’auront plus accès à la voiture, on pourra rouler plus facilement.» Rassurez-vous mon cher Didier la Bagnole va devenir un produit de luxe et tant pis pour ceux qui n’auront pas les moyens de se l’offrir. Espérons qu’ils aient encore les moyen de s’offrir un ordi. Eh oui un ordi, pour télétravailler. Et pour régler toutes les tracasseries administratives, se faire soigner etc. Et aussi pour déconner bien sûr 🙂 Et tout ça à distance, c’est y pas beau tout ça ? Quant aux vrais rapports humains, les discussions, les engueulades, les apéros, les parties de pétanque, de cartes, de rigolade etc. PFFFF c’est démodé tout ça, faut vivre avec son temps, hi-han ! En attendant, c’est pas parce qu’on en aura fini des embouteillages que la planète tournera plus rond.

  3. En attendant, pourquoi ne pourrait-Elle pas redevenir plus petite et plus simple, la Bagnole ?
    Plus légère et moins rapide donc moins gourmande, plus facile à réparer, pour pas trop cher etc. Pourquoi faut-il lui changer chaque année la gueule des phares ou de la calandre, à cette même Bagnole ? Au lieu de construire des monstres bourrés d’électronique, de gadgets et de semi-conducteurs, pourquoi ne construirait-ON pas plutôt des 2CV et des 4L ? Et/ou des Trabant. Et en rognant sur leurs profits, pourquoi les cons-tructeurs ne pourraient-ils pas et en même temps nous la vendre à un prix, disons, raisonnable, «la petite voiture du peuple» ?
    Bon je sais, je demande peut-être un peu trop. C’est vrai que c’est compliqué de faire simple, surtout quand on a intérêt à faire compliqué.

    1. ON a donc décidé qu’Elle serait plus rare et plus chère. Et toujours plus grosse, plus clinquante etc. Un produit de luxe réservé à l’Élite. Alors yapluka travailler l’Opinion pour qu’elle baisse le pantalon et dise adieu à la Bagnole du Pôple.
      Mais qui donc a intérêt qu’il en soit ainsi ? Mais c’est quoi la Bagnole mis à part un engin pour se déplacer sans forcer ? Mais qui sont ceux qui ont créé ce culte, celui de la Vitesse et de la sacro-sainte Bagnole ? Qui sont ceux qui ont intérêt à le faire perdurer, à nous rendre toujours plus fainéants, plus fiers, plus cons ? Qui sont ceux qui ont intérêt à nous diviser, qui entretiennent ces divisions et cet état d’esprit minable, avec la Pub, la Propagande et ces «débats» à la con etc. etc. ?
      Ne répondez pas tous et en même temps. Et arrêtons avec cette fable de l’Offre et la Demande et de la Poule et de l’Oeuf.

      1. Bref, qui va y gagner dans cette affaire ? Le Climat peut-être … ?
        Et donc nos enfants et patati et patata ! Allons allons, laissez-moi rigoler.

        – « Pertes & profits. […] les prix moyens vont exploser, la voiture deviendra un bien plus rare et plus cher, l’industrie réduira de taille et emploiera nettement moins de monde. La transition énergétique ne sera pas gratuite […] Face à cet effondrement des ventes, qui devrait mettre à genoux les constructeurs, c’est pour l’instant l’inverse qui se produit. Ils n’ont jamais autant gagné d’argent ! » (Philippe Escande)

        La Transition (pièges à cons) ne sera pas gratuite ça c’est certain. Devinez qui va payer.
        Et qui va continuer à s’en mettre plein les poches. En attendant.

    2. « Au lieu de construire des monstres bourrés d’électronique, de gadgets et de semi-conducteurs, pourquoi ne construirait-ON pas plutôt des 2CV et des 4L ? Et/ou des Trabant.  »
      Entièrement d’ accord , mais non , il leur faut absolument nous fourguer toutes leurs électroniconneries et rendre la maintenance des voitures complexe .
      Que feraient ces pauvres ingénieurs et informaticiens privés de la création d’ un tas de gadgets coûteux et inutiles ?

      1. Ces pauvres ingénieurs et informaticiens privés de la création d’ un tas de gadgets coûteux et inutiles, je les verrais bien reconvertis (ou con-verdis) en réparateurs.
        Il n’y a pas si longtemps on changeait les balais sur un alternateur, on refaisait le bobinage, on «refaisait» un moteur etc. Et ça repartait pour 20 ans. Maintenant on jette, oh pardon, on recycle ! On balance l’alternateur, le moteur, et demain la Bagnole. Et pareil pour tout, l’électro-ménager, l’informatique n’en parlons pas, les fringues etc. etc. Business as usual ! Quant à ces pauvres vendeurs, marchands de tout et n’importe quoi, publicitaires et autres nuisibles, privés de tous ces gadgets et autres conneries aussi coûteuses qu’inutiles, je les verrais bien dans le nettoyage de l’environnement. Un beau métier, au grand air. Payés par l’État évidemment.

      2. Eh oui par l’État ! Parce qu’il ne manquerait plus que le Marché s’empare en plus de ça. Ce serait quand même un comble que ce «joli» monde qui transforme tout et n’importe quoi en Pognon, qui s’est emparé de pratiquement tous les pans de nos vies (de la maternité au cimetière, maintenant l’humusation), ces pourris donc qui pourrissent tout, notamment nos esprits, il ne manquerait plus qu’ils fassent du nettoyage de l’environnement un juteux business.

      3. et bien dansez maintenant

        Mon cher Michel C c’est déjà le présent avec Veolia Environnement…
        Ce le sera aussi pour Total et Compagnies qui après ce que l’on sait de leurs « juteux business » et de leurs externalités négatives seront les Multinationales de Demain dans les futures Énergies et leurs futures externalités négatives.
        Toutes ces Majors ne disparaîtront pas, elles se recycleront, au gré du vent économique et les anciens pollueurs seront nos futures sauveurs!

      4. Eh bien dansez maintenant parce que je suis Totalement d’accord avec vous. 🙂
        – « Je voudrais rappeler une thèse qui est bien ancienne, mais qui est toujours oubliée et qu’il faut rénover sans cesse, c’est que l’organisation industrielle, comme la « post-industrielle », comme la société technicienne ou informatisée, ne sont pas des systèmes destinés à produire ni des biens de consommation ni du bien-être, ni une amélioration de la vie des gens, mais uniquement à produire du profit. Exclusivement. Tout le reste est prétexte, moyen et justification.»
        (Jacques Ellul. Le bluff technologique)

    3. Didier BARTHES

      Oui ça c’est sûr ce serait la meilleure direction à prendre, revenir à des voitures plus simples, sans gadget, plus petites plus légères, beaucoup moins puissantes, Nos voitures sont des monstres à tous points de vue, il faut revenir à plus simple. Faire des voitures de 100 kW de puissance est une aberration. On a pas besoin de ça.

Les commentaires sont fermés.