le jour où Gandhi a pleuré

Le Mahatma Gandhi était en visite à Allahabad avec M.Nehru, qui devint plus tard le chef du premier gouvernement indépendant de l’Inde. Il n’y avait pas d’eau courante à l’époque. Au réveil, Nehru se chargea d’apporter à Gandhi la cruche d’eau dont il avait besoin pour ses ablutions matinales. Tandis que Nehru vidait la  cruche, ils se lancèrent dans une grande discussion sur la situation politique du pays. Tout en parlant, Gandhi se lavait les mains et le visage, mais il était si absorbé dans leur conversation que l’eau vint à manquer avant qu’il n’ait terminé sa toilette. « Ne bouge pas, dit Nehru. Je vais chercher une autre cruche. »

                Gandhi se figea, stupéfait. « Quoi, s’exclama-t-il. J’ai déjà vidé une cruche entière et je n’ai pas fini de me laver ? Quel gâchis ! D’habitude, une seule cruche me suffit ! » Nehru le regardait sans comprendre : pourquoi Gandhi faisait-il  une telle histoire pour un peu d’eau ? Il s’apprêtait à l’interroger quand il vit des larmes perler à ses paupières.

« Pourquoi pleures-tu ? s’écria-t-il.

– Je m’en veux d’avoir été si distrait. Quelle honte d’avoir utilisé tant d’eau !

– Tu sais bien que l’eau abonde ici, à Allahabad. La ville est traversée par le Gange et la Yamunâ. Ce n’est pas comme chez toi, dans le Gujarat, où tout est sec et désert !

– C’est vrai. C’est une grande chance pour cette ville d’être baignée par ces deux grands fleuves. Mais cela ne change rien à la quantité que je m’autorise à utiliser chaque matin ! »

                Cet extrait du livre de Satih Kumar, Je suis donc tu es, montre que le gaspillage est une forme de violence qui a mené à la surexploitation des ressources naturelles et à l’échec de monde moderne. Mais Nehru n’a pas compris la leçon… l’Inde a voulu imiter le modèle occidental.

Partagez ...

2 réflexions sur “le jour où Gandhi a pleuré”

  1. Ghandi en fait s’est lavé l’esprit avec l’eau de ses larmes.C’est une belle histoire.

  2. Ghandi en fait s’est lavé l’esprit avec l’eau de ses larmes.C’est une belle histoire.

Les commentaires sont fermés.