Le MONDE n’est pas écolo, il est obscène

LE MONDE « Planète » nous informe que tout va mal : le plomb empoisonne le tiers-monde et la forêt tropicale pourrait libérer plus de carbone*. LE MONDE « L’œil du Monde » nous informe que jamais les riches n’ont été aussi riches**. Triste paradoxe que LE MONDE se garde bien de dénoncer. Alors, comment voulez-vous que les riches se responsabilisent et que la planète aille mieux ?

Pourtant l’article sur les vacances de milliardaires est saignant. Alors que « les têtes couronnées ont adopté une certaine frugalité », les happy few se déchaînent : « extravagances, fautes de goût, gaspillage, plusieurs résidences avec plein de chambres et autant de salles de bain, avidité, à ne pas contrarier… En résumé, l’enjeu pour les très riches se résume à faire toujours plus : plus spacieux, plus confortable, plus climatisé, plus insolent sur des yachts qui peuvent atteindre plus de 160 mètres avec sous-marin inclus. LE MONDE devient obscène avec photos du palace flottant de Roman Abramovitch, description imagée des 10 yachts les plus longs, photo sur le jetlev-flyer qui vous donne l’impression de voler. Oui, le quotidien qui a une époque refusait les images car elles ne signifiaient rien se met à imiter Paris-Match et le choc des photos.

Oui, LE MONDE devient obscène quand il célèbre l’univers des très riches qui se veulent sans limite alors que la bonne santé de notre Planète demanderait au contraire de retrouver le sens des limites. J’aurais aimé retrouver cette conclusion sous la plume des journalistes de « L’œil du Monde », Claire Gatinois et Marie-Béatrice Baudet… Mais au MONDE, on se contente de constater, on se refuse à juger. Il  est vrai que Claire Gatinois appartient au service Economie du MONDE et que les économistes n’ont pas encore compris qu’il y a une relation étroite entre effet de richesse et gaspillage des ressources de notre biosphère. Claire Gatinois est donc presque pardonnable. Par contre Marie-Béatrice Baudet est depuis la mi-janvier 2009, responsable du service Planète. Nous attendions d’elle autre chose que des photos de yachts !

* LE MONDE du 16 août 2011, page 6

** LE MONDE du 16 août 2011, page 8-9

Partagez ...

1 réflexion sur “Le MONDE n’est pas écolo, il est obscène”

  1. Ceci est mon mille cinq centième (1500) article. Je remercie lemonde.fr d’héberger mon blog depuis sept ans, même si parfois je suis un peu critique envers mon quotidien préféré. Rappelons nos déterminants :

    Quel doit être le commentaire pertinent d’une information ? Quelle est l’idéologie qui sous-tend l’article d’un journaliste ? Quelle place relative donne-t-on à tel évènement ou à telle démarche ? Si je suis personnellement satisfait de l’éventail des connaissances que me fournissent Le Monde, je ne suis pas toujours en accord avec la manière dont les journalistes font leur boulot de tri et de hiérarchisation.

    Ce blog veut rompre avec le simple constat ou le bavardage, c’est la tentative désespérée de porter un autre regard sur l’évènement, un regard un peu moins libéral, un peu moins anthropocentrique, un regard que je voudrais plus ouvert, plus glocal, plus écolo.

Les commentaires sont fermés.

Le MONDE n’est pas écolo, il est obscène

LE MONDE « Planète » nous informe que tout va mal : le plomb empoisonne le tiers-monde et la forêt tropicale pourrait libérer plus de carbone*. LE MONDE « L’œil du Monde » nous informe que jamais les riches n’ont été aussi riches**. Triste paradoxe que LE MONDE se garde bien de dénoncer. Alors, comment voulez-vous que les riches se responsabilisent et que la planète aille mieux ?

Pourtant l’article sur les vacances de milliardaires est saignant. Alors que « les têtes couronnées ont adopté une certaine frugalité », les happy few se déchaînent : « extravagances, fautes de goût, gaspillage, plusieurs résidences avec plein de chambres et autant de salles de bain, avidité, à ne pas contrarier… En résumé, l’enjeu pour les très riches se résume à faire toujours plus : plus spacieux, plus confortable, plus climatisé, plus insolent sur des yachts qui peuvent atteindre plus de 160 mètres avec sous-marin inclus. LE MONDE devient obscène avec photos du palace flottant de Roman Abramovitch, description imagée des 10 yachts les plus longs, photo sur le jetlev-flyer qui vous donne l’impression de voler. Oui, le quotidien qui a une époque refusait les images car elles ne signifiaient rien se met à imiter Paris-Match et le choc des photos.

Oui, LE MONDE devient obscène quand il célèbre l’univers des très riches qui se veulent sans limite alors que la bonne santé de notre Planète demanderait au contraire de retrouver le sens des limites. J’aurais aimé retrouver cette conclusion sous la plume des journalistes de « L’œil du Monde », Claire Gatinois et Marie-Béatrice Baudet… Mais au MONDE, on se contente de constater, on se refuse à juger. Il  est vrai que Claire Gatinois appartient au service Economie du MONDE et que les économistes n’ont pas encore compris qu’il y a une relation étroite entre effet de richesse et gaspillage des ressources de notre biosphère. Claire Gatinois est donc presque pardonnable. Par contre Marie-Béatrice Baudet est depuis la mi-janvier 2009, responsable du service Planète. Nous attendions d’elle autre chose que des photos de yachts !

* LE MONDE du 16 août 2011, page 6

** LE MONDE du 16 août 2011, page 8-9

Partagez ...

1 réflexion sur “Le MONDE n’est pas écolo, il est obscène”

  1. Ceci est mon mille cinq centième (1500) article. Je remercie lemonde.fr d’héberger mon blog depuis sept ans, même si parfois je suis un peu critique envers mon quotidien préféré. Rappelons nos déterminants :

    Quel doit être le commentaire pertinent d’une information ? Quelle est l’idéologie qui sous-tend l’article d’un journaliste ? Quelle place relative donne-t-on à tel évènement ou à telle démarche ? Si je suis personnellement satisfait de l’éventail des connaissances que me fournissent Le Monde, je ne suis pas toujours en accord avec la manière dont les journalistes font leur boulot de tri et de hiérarchisation.

    Ce blog veut rompre avec le simple constat ou le bavardage, c’est la tentative désespérée de porter un autre regard sur l’évènement, un regard un peu moins libéral, un peu moins anthropocentrique, un regard que je voudrais plus ouvert, plus glocal, plus écolo.

Les commentaires sont fermés.