LE MONDE se prononce pour le gaz de schiste !

L’éditorial du MONDE engage le journal quand il n’est pas signé. C’est le cas le 28 juillet, « N ‘enterrons pas le débat sur le gaz de schiste ». A la question que le quotidien se pose à lui-même, «  Faut-il vraiment, a priori, renoncer à cette ressource », la réponse est déjà contenu dans la question. Bien sûr on note que « plusieurs études scientifiques tirent la sonnette d’alarme, la fracturation hydraulique serait dangereuse pour la nature et pour l’homme ». Mais, puisque que le forage bat déjà son plein aux USA, LE MONDE croit au miracle technologique : «Les Etats-Unis finiront bien par trouver des techniques propres… Le débat c’est celui des risques de l’innovation, celui d’une certaine confiance dans le progrés technologique… Comment savoir, inventer si l’exploration même est interdite !… Ce dossier ne peut être fermé. »

Bien sûr LM rappelle que la fracturation hydraulique est prohibée en France, mais LM sait bien que la pression économique est plus forte que le principe de précaution : Il faudra « se libérer de la dépendance du gaz russe ». L’ article en page 2 est même dithyrambique : « Bienvenue à Fort Worth, la capitale du gaz de schiste. » La ligne directrice du journaliste est claire : « Le Texas, pas plus que les autres régions productrices, ne laissera pas mourir la poule aux oeufs d’or. » Mais la biosphère ne pond pas tous les jours un nouveau gisement de gaz ou de pétrole ! Cela, Jean-Michel Bezat feint de ne pas le savoir.

En définitive LM, fidèle serviteur du système en place, veut précéder le mouvement politique. LM a bien senti que le gouvernement Ayrault est prêt à passer un jour ou l’autre aux gaz de schiste. Obama a montré la voix, l’abondance énergétique assure l’élection même si dans 100 ans il n’y aura plus du tout de gaz sous terre, conventionnel ou non. Les politiques et les médias fonctionnent à court terme, ils se foutent complètement des générations futures, du réchauffement climatique, de la déplétion inéluctable de l’énergie fossile. Car en ouvrant le ventre de la Terre, il est vrai qu’ils ont tué la poule aux oeufs d’or…

Des centaines d’organisations locales travaillent aux USA pour protéger leurs communautés contre la fracturation. l’État du Vermont a interdit la fracturation. Les projets visant à autoriser la fracturation dans le bassin du Delaware ont été stoppés. On organise pour le 22 Septembre un Frackdown, journée Internationale pour stopper la fracturation hydraulique. Qu’attend le « journal de référence » pour en parler !

Partagez ...

2 réflexions sur “LE MONDE se prononce pour le gaz de schiste !”

  1. Michel Sourrouille

    A l’initiative de groupes et organisations des Etats-Unis, et soutenu par de très nombreuses organisations (Attac France, Les Amis de la Terre, France Libertés, Aitec notamment pour la France) (voir ici), le 22 septembre sera une journée d’action mondiale contre les gaz et huiles de schiste, contre la fracturation hydraulique, technique nécessaire pour extraire ce pétrole et ce gaz de schiste.

    Un site Internet pour cette mobilisation internationale est désormais en ligne : http://www.globalfrackdown.org/
    (en anglais pour l’instant – traduction totale ou partielle viendra par la suite)
    Il existe également un Evènement Facebbok : https://www.facebook.com/events/137678913040126/

  2. Il relève de l’inconscience de soutenir les gaz de schiste. LE MONDE qui, la veille, faisait un éditorial optimiste, rend compte le lendemain de la collusion* entre les scientifiques et l’appareil industriel. Sur 16 membres du conseil scientifique de l’Energy Institute de l’université texane, 13 ont des liens forts avec le secteur des hydrocarbures. Le rapport « dédouannant » les hydrocarbures non conventionnels (« aucune preuve de contamination des eaux souterraines par la fracturation hydraulique ») était coordonné par un géologue qui a touché 1,5 millions de dollars sur cinq ans d’une société de forage dont il est membre du conseil de direction et actionnaire. Bien sûr il a omis de déclarer le conflit d’intérêt. Le rapport, présenté à la presse comme indépendant de l’industrie de l’énergie et « revu par les pairs » ne l’était pas…
    Nous ne pouvons plus avoir confiance, ni dans les scientifiques, ni dans les politiques industrielles !
    * LE MONDE du 27 juillet 2012, Scandale derrière une étude américain sur les gaz de schiste

Les commentaires sont fermés.