Le soldat « augmenté » sans limites !

Le comité d’éthique du ministère de la défense plaide pour l’ouverture de travaux sur les méthodes « invasives » d’amélioration des performances physiques des militaires. Vive le « soldat augmenté ». En clair, l’injection ou l’absorption de substances et des opérations chirurgicales: substances conçues pour améliorer « la résistance face au phénomène d’isolement », » intégration de puces sous la peau pour être géolocalisé en cas de capture », opération des oreilles pour entendre des fréquences très élevées ou très basses, opération pour améliorer l’acuité visuelle ou encore implants « permettant de prendre le contrôle d’un système d’armes ». Les seules méthodes « invasives » employées aujourd’hui au sein des armées françaises sont le recours à un certain nombre de produits facilitant la récupération après l’effort ou diminuant le stress.

De longue date, l’être humain comme un imbécile cherche à accroître ses capacités à guerroyer. On croyait que la bombe nucléaire et les drones avaient atteint le summum de son inventivité, on découvre qu’il faut rendre le soldat encore plus terrifiant. La question des limites et celle des seuils à ne pas dépasser est essentielle, mais le comité « d’éthique » évacue le problème sans état d’âme car il faudrait « éviter tout risque de décrochage capacitaire (par rapport aux autres pays) de nos armées. » Ses considérations restrictives du type «  ne pas provoquer une perte d’humanité » ou « contraire au principe de respect de la dignité humaine » est un leurre. Une fois engagé dans l’engrenage de la robotisation du soldat, les frontières de l’humanisme ne peuvent que reculer. Parler du « consentement éclairé » des militaires est à mourir de rire, un troufion est fait pour tuer ou être tué, alors quelques implants de plus ou de moins, rien à foutre. Dans un discours d’octobre 2017, le président Valdimir Poutine a ostensiblement annoncé l’avènement prochain d’un soldat « génétiquement modifié ». En Chine,  l’éthique du groupe et de l’efficacité prime toujours sur celle de l’homme. Voici quelques réactions salutaires sur lemonde.fr :

JoelP : La question est : puisque les autres le feront, il faut bien qu’on s’y mette aussi. Robocop est en marche. C’est fou comme l’être humain est capable des pires horreurs pour écraser son voisin. Et il serait fait à l’image de Dieu ? Me tarde d’aller lui dire deux mots à celui-là.

René : Le comité d’éthique du ministère de la défense utilise le concept de « libre arbitre » comme s’il s’agissait de quelque chose de scientifique. Or ce n’est pas le cas. Nous devons ce concept à un théologien – Saint Augustin – qui l’a fabriqué pour exonérer Dieu d’une responsabilité face au mal. La conscience c’est l’art de se faire un film, c’est du domaine de la subjectivité

Izy : Le transhumanisme est en marche.

Georges-Henri : Le soldat augmenté de 14 c’était juste la gnôle (pas terrible, mais il est vrai que le soldat était comme une allumette, il ne servait qu’une fois). Des milliers de soldats augmentés du Vietnam clochardisent encore dans Los Angeles et San Francisco … Maintenant on parle d’éthique, tartufferie non ?

Vivelacolo : Deux trois réflexions comme ça, en passant. L’association avec le service de santé ! Ce service a mis des années à reconnaître nous avoir fait prendre de la pyridostigmine dans le Golfe? Un cacheton toutes les 8 heures: 8h00, 16h00 et chouette… 00h00! Réveil pour prendre le médoc…

Interweb : Chez nous ça fait un moment que les forces spéciales et armée de l’air se chargent au Modafinil (testé en masse en 1991) et les russes au Mesokarb, ça permet de fonctionner 3 jours le temps d’un déplacement trans-continental par exemple ou sur une LRRP. Toute technologie qui permet d’augmenter le tempo opérationnel (Optempo) est déjà utilisée.

Partagez ...

9 réflexions sur “Le soldat « augmenté » sans limites !”

  1. Aux USA la DARPA (Defense Advanced Research Project Agency) est en train de finaliser le «super-soldat». Un bidasse génétiquement modifié capable d’exploits surhumains. Comparé à lui Rambo est un rigolo.
    La position centrale de ce comité d’éthique de la défense est la suivante : « Afin d’éviter tout risque de décrochage capacitaire de nos armées (…) la recherche dans le domaine des augmentations doit être ouverte. »
    Ce qui veut dire que si la Russie et les USA ont des soldats génétiquement modifiés, la France doit avoir la même chose. Afin de ne pas être ridicule, comment veux tu comment veux tu. Pour ça les militaires n’auront jamais d’états d’âmes et ils auront toujours des «volontaires». Ainsi l’éthique sera sauve, l’honneur aussi, ils pourront continuer à fanfaronner le 14 juillet sur les Champs Elysées. « Au soleil, sous la pluie, à midi ou à minuit, il y a tout ce que vous voulez aux Champs-Elysées. »

  2. Mettre des puces à l’ensemble de la population, est ce vraiment crédible ? Ou simple campagne médiatique de terreur ? Parce que bon, comment cela se passerait il pour passer un IRM à l’hôpital avec des personnes pucées, en sachant qu’il ne faut aucune substance métallique, aussi petite soit elle, dans le corps pour passer un IRM ? Je ne pense pas que l’on puisse obliger tous les individus à porter une puce ?

    1. Comme pour tout et n’importe quoi, tu peux croire ce que tu veux, ce qui t’arrange le mieux. Si tu as envie de croire que ce n’est pas crédible, tu trouveras toujours de quoi te conforter dans cette idée. Et c’est pareil dans l’autre sens. En attendant tu sembles ignorer qu’un bon nombre d’être humains sont déjà pucés. Comme mon chien. Pour le chien c’est obligatoire, pas encore pour nous. Mais ça pourrait vite le devenir, d’autant plus si le nombre d’andouilles continue à augmenter.

    2. L’idée de pucer la totalité de la population fait son chemin, d’abord ce seront les criminels, les gens dangereux. Et ON trouvera ça normal, et même bien. Tellement qu’ON est con, ON trouvera super de ne plus avoir besoin de pognon sur soi, plus de risque de se faire piquer, plus besoin de carte pour payer ou pour entrer dans la boîte de nuit etc. Le top sera de pouvoir être vite retrouvé (géolocalisé) dans le cas où ON aurait un problème.
      Et un jour tout le monde sera pucé. Et pour ton IRM, je ne pense pas que la puce pose plus de problème qu’une prothèse métallique ou une couronne dentaire, mais bon je ne suis pas toubib. De toute façon tout ça est secondaire, c’est comme pour les effets secondaires des vaccins, il suffit de te répéter du soir au matin qu’il n’y a aucun problème de ce côté là.

      1. Pour les IRM tu ne dois avoir aucune particule métallique ! J’en ai passé un, je sais de quoi je parle ! On t’interroge même pour savoir si tu as fait de la peinture récemment, car il ne doit pas y avoir de particule métallique sur soi ! Sinon il faut d’abord passer un processus de décontamination métallique avant de passer l’IRM. Quant à ceux qui ont des prothèses métalliques ils n’ont pas le droit de passer un IRM tout simplement. Sinon l’appareil étant une sorte d’aimant, tous les métaux sont captés (pas que le fer mais tous) et tu te fais arracher car le métal veut rejoindre la parois de l’appareil.

      2. En outre, un IRM ce n’est pas comme une radio, quand tu passes un IRM tu restes enfermé dans la machine pendant 1 heure par zoné étudiée, et l’intégrité de ton corps est enfermé dans la machine. Moi j’avais 2 zones à étudier je suis resté 2 heures sur 2 séances d’1heure. D’autant plus que tu ne dois absolument pas bougé, même pas d’1 millimètre, quelle que soit la partie du corps. Enfin comme je le rappelle, aucune particule de métal, même d’un coup de pinceau pour la peinture ou d’un éclat par des travaux (perceuse marteaux, etc). Alors la puce sous-cutanée, c’est interdit de passer un IRM, sinon tu dérouilles sévère !

  3. Aujourd’hui lorsqu’un militaire tombe au «champ d’honneur» il devient de suite un héros. La Tragédie fait la une des merdias et la France entière est en deuil. Aujourd’hui le discours critique sur l’armée a disparu, la Grande Muette jouit d’une bonne image qu’elle doit conserver et développer. Elle est évidemment entrée depuis longtemps dans l’ère de la Com’. Comme toute entreprise il lui faut être toujours plus attractive, branchée, à la pointe de la technologie etc. Ses pubs montrent des belles personnes, hommes ou femmes, au service des autres, d’une grande cause, autrement dit des gens bien. Pour les simples d’esprit, les binaires, Robocop est un «gentil». Comme l’est aussi le Cap’tain Watson, par exemple. Et bien sûr ces héros de pacotille font rêver de pauvres malheureux en manque de sensations fortes.

    1. Quant à l’éthique, elle est comme l’écologie, elle a bon dos. Autrement dit elle aussi est devenue une Marie-couche-toi-là. L’éthique se consomme désormais de tous le côtés et à toutes le sauces, chartes éthiques par-ci, comités d’éthique par-là etc. On en met partout, ça fait bien, c’est à la mode etc. Et peu importe si ce n’est que de la m…

  4. Albert Einstein

    Je méprise profondément celui qui peut, avec plaisir, marcher, en rang et formation, derrière une musique : ce ne peut être que par erreur qu’il a reçu un cerveau ; une moelle épinière lui suffirait amplement.

Les commentaires sont fermés.