Le vote utile en 2022, toujours perdant

Nous pensons qu’il est anti-démocratique de donner publiquement son choix personnel avant une élection. C’est une tentative de pression sur l’électeur quand on peut bénéficier d’une certaine notoriété, mais c’est le plus souvent une volonté clanique, votons plus à droite, votons plus à gauche, c’est-à-dire votons pour LUI, ou votons pour ELLE. Cela contribue à la personnalisation d’une présidentielle et à l’oubli des programmes.Tous les sondages devraient d’ailleurs être interdits, ils privilégient des têtes d’affiche et pas les idées.

L’idée de « vote utile » est même devenu en avril 2022 un argument de campagne. Il faudrait amener un candidat au second tour, ou bloquer la route à un autre, aider un petit candidat a dépasser 5 % pour qu’il puisse rembourser ses frais de campagne, participer d’une dynamique pour les législatives… Ce n’est plus le pouvoir au peuple par l’intermédiaire de l’élection, ce sont des tripatouillages électoraux à l’échelle du simple votant. Les raisonnements individuels selon Guillemette Faure sont même compliqués à l’extrême : « Si Mélenchon se rapproche de Le Pen, je vote Mélenchon pour pas que Marine Le Pen soit au second tour alors que je déteste ce mec. » ; « Je voterai pour lui au premier tour mais pas au second. » ; « Je soutiens Zemmour, mais il y a un risque que Mélenchon soit au second tour, alors je vais voter Le Pen. » ; « Je fais le pari d’un meilleur score qu’on ne le dit pour Pécresse » ; « Mon vote de conviction, je le garde pour les législatives. » Avant le vote utile, c’était pour pousser ses idées, maintenant, c’est pour bloquer celles des autres. En clair beaucoup trop d’électeurs trouvent inutiles les votes utiles des autres.

En vérité le vote utile consistait le 10 mai à voter pour le plus écolo des présidentiables, sachant qu’au pays des aveugles les borgnes sont rois. Reconnaissons qu’aucun des présidentiables n’avait une envergure de Président(e), c’est-à-dire un discours prenant de la hauteur, donnant des perspectives pour le long terme, montrant une conception universaliste de la place de la France dans le monde, etc. Tous les candidats au contraire ont parlé de pouvoir d’achat et de prix de l’essence. La démocratie représentative devrait laisser la place à une démocratie écologique, idée que nous défendons sur ce blog biosphere depuis longtemps.

10 juillet 2010, démocratie et écologie

15 octobre 2010, pour une démocratie écologique

5 mars 2014, Pour une démocratie écologique (Pierre Rosanvallon)

6 mars 2014, Démocratie écologique, tout le pouvoir aux mandarins ?

1er juin 2015, Une démocratie réelle ne peut qu’être écologique (synthèse de Michel Sourrouille)

11 août 2016, Acteur absent, élément-clé d’une démocratie écologique

6 janvier 2019, Climat 2019, la démocratie à l’épreuve de l’écologie

9 janvier 2019, Quelle démocratie pour une société écologisée ?

24 mai 2019, Quelle démocratie en période d’urgence écologique ?

15 novembre 2019, Sans écologisme, la démocratie part en vrille

4 mai 2021,Quelle démocratie dans une société écologisée

10 avril 2022, Lendemains d’une présidentielle pas écolo

Conclusion : Une démocratie écologique ne marque pas la fin de l’humanisme, mais le début d’un humanisme élargi aux acteurs absents. Il s’agit de dépasser notre anthropocentrisme de dominants pour faire preuve d’humilité et reconnaître que nous ne sommes que simple élément de la biosphère. Certains parlent d’écocentrisme, d’autres de respect de la Terre-mère. Il nous fait aimer la planète comme nous-mêmes. Pour ouvrir sur ce que vous pouvez personnellement faire, je voudrais dire que nous devons prendre conscience que chacun de nos gestes est profondément politique. Par exemple quand je bois du café, je soutiens un certain rapport entre le Nord et le Sud, à savoir la mondialisation et le libre échange contre la sécurité alimentaire des territoires. Je vote pour la culture d’exportation contre la culture vivrière et j’admets une certaine exploitation de la main d’œuvre dans les pays pauvres. Tout cela pour une boisson dont nous n’avons pas réellement besoin, si ce n’est par convenance sociale et goût du paraître… La démocratie passe aussi par notre vote de tous les jours en tant que consommateur.

Partagez ...

16 réflexions sur “Le vote utile en 2022, toujours perdant”

  1. et bien dansez maintenant

    Imaginons une élection sans aucun sondage.
    Nous voterions en notre intime conviction, qu’en serait-il?
    Quelles tactiques?
    Les résultats aux 2 tours seraient des surprises totales…
    En attendant, depuis 25 ans, votant à toutes les élections, j’ai toujours « perdu », jamais représenté, est-ce normal?
    Tout comme chez les sportifs, les premiers raflent tout, aucun partage ni des gains et du pouvoir décisionnel. C’est quoi cette démocratie???

    1. La démocratie repose sur le choix éclairé des électeurs de base et leur conception d’un avenir vivable et durable. Cela présuppose une formation préalable dès le plus jeune âge, l’initiation à la politique est au moins aussi fondamentale que savoir faire des mathématiques. Cela exige aussi de la part des candidats à une élection une démarche d’explication de son programme et ensuite un effort de synergie si on est élu. Par exemple l’élu(e) à une présidentielle se retrouve en charge du bien commun et pas des intérêts de son parti d’origine.

      Comme tout ce qui précède n’est pas mis en œuvre, l’écologie se retrouve perdante depuis près de 50 ans (1974, René Dumont). En marche vers 2027 !

    2. – « C’est quoi cette démocratie??? »
      Ben, c’est la «démocratie» tout connement, avec de gros guillemets.
      Vous pouvez appeler ça autrement : Démocratie moderne, le moderne ça sonne bien, Canada-Dry si ça vous dit, ça en a la couleur mais ça n’en est pas, ou alors étrange dictature, lire Viviane Forrester. Ou encore oligarchie, ploutocratie, médiacratie, médiOcratie, sondocratie, facebookratie, twittocratie, etc. et même ochlocratie, la pire forme de gouvernement selon Polybe. La merde, quoi.

  2. – « Reconnaissons qu’aucun des présidentiables n’avait une envergure de Président(e) [etc.]
    Tous les candidats au contraire ont parlé de pouvoir d’achat et de prix de l’essence. La démocratie représentative devrait laisser la place à une démocratie écologique, idée que nous défendons sur ce blog biosphere depuis longtemps.» (Biosphère)

    Je trouve ça quand même un peu fort. Comme si le pouvoir d’achat et le prix de l’essence, surtout en ce moment, n’avaient rien à voir avec la politique et rien à faire dans cette campagne. Comme si le seul fait d’en parler, enlevait à tout candidat l’envergure (ou l’étoffe) d’un Président. (voir 1er avril : “Yannick Jadot est-il présidentiable ?“ )
    Non, déjà ça ce n’est pas sérieux !
    Quant à cette «démocratie écologique», là aussi il eut été dommage de ne pas l’inventer.

    1. Lire : Quelle « démocratie écologique » ?
      (Victor Petit, Bertrand Guillaume – Raisons politiques 2016/4 (N° 64) – Sur cairn.info )
      Extrait (dans la conclusion) :
      – « la lutte contre la crise écologique n’est pas tant à rechercher dans l’ultime Sommet de la dernière chance, mais du côté des luttes démocratiques ici et maintenant, comme celle que Lawrence Lessig, le co-fondateur des licences Creative Commons, a tenté à travers son « hacking démocratique » visant à détourner le système électoral contre lui-même. C’est là ce qui peut sembler paradoxal : ce n’est pas forcément en votant au nom de l’écologie que nous pouvons faire avancer l’écologie, mais bien plutôt en votant au nom de la démocratie elle-même. »

  3. Nicolas Sarkozy et Lionel Jospin annoncent qu’ils voteront Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle… Le Medef apporte son soutien à Emmanuel Macron… Des électeurs voteront pour Marine Le Pen au second avec l’espoir de faire tomber Emmanuel Macron, le président sortant, le 24 avril. « Vous voulez Le Pen. Eh bien on va vous la donner ! Comme ça, en 2027, ce sera Mélenchon ! »… Le choix de Khatir Ouasti se portera sur Marine Le Pen. par calcul politique : « Si elle est élue, au moins on verra qu’elle ne défend pas les travailleurs, les ouvriers, qu’elle veut la retraite à 65 ans, qu’elle défend les riches. Comme ça, dans cinq ans, c’est Mélenchon qui gagne, et les choses pourront vraiment changer. ».
    (Extraits d’annonces du MONDE !)

    1. Le multi-millionnaire Mélenchon est le plus riche des candidats. Mélenchon a pantouflé 40 ans au Ps, Mélenchon n’est qu’un supplétif UmPs au profit du Medef. Rappel de ce qu’est l’UmPs, 36 partis de gauche à la découpe qui font semblant de se disputer au premier tour, mais se rejoignent au second tour à coup de mamours pour obtenir les gamelles roses de la gauche caviar ! Aillez, on voit l’UmPs dans toute sa splendeur, Sarkozy qui se jette dans les bras de Macron, puis Macron qui jette dans les bras de Mélenchon pour lui faire des grands mamours ! D’ailleurs dans son discours juste après le premier tour Macron a remercié tous les candidats (supplétifs ou partis jumeaux) sauf Le Pen. C’est dire Macron a remercié même Zemmour et Mélenchon.

      1. Au lieu de bouffer connement du méluche, du mélenchonniste, du gaucho et j’en passe, de balancer des âneries qui feraient rougir ta Marine, dis-nous plutôt ce que t’inspire la stratégie (calcul politique) de ce Khatir Ouasti.
        Après tout c’est peut-être pas si con que ça, je t’explique. Et je suis sûr que l’idée devrait te plaire : Si les Français ont besoin de bouffer de la merde, pour comprendre que ce n’est pas bon (mais alors pas bon du tout du tout !) alors autant leur en donner. En espérant qu’une fois servis, ils comprennent vite. En tous cas moins de 5 ans.
        Pour toi je sais que 5 ans ça sera un peu juste. Misère misère.

    2. Esprit critique

      Qui est ce Khatir Ouasti ? Et puis combien il y en a des comme lui, des mélenchonistes qui voteront Marine, par calcul politique ? Faudrait peut-être déjà voir ce qu’en disent les sondages, non ? De toute façon le 24 au soir nos «spécialistes» méRdiatiques nous diront ce qui en est. Nous pouvons compter sur eux pour nous raconter à n’en plus finir ce qu’ont voté Monsieur Dupont de Neuilly et Madame Duchmol de Triffouillis, qui à quelle heure et pourquoi etc.
      En attendant, que certains mélenchonistes (ou poutistes, roussellistes, prafistes, je-m’en-foutistes etc. ) votent Le Pen pour ne plus voir la tronche à Macron, ça c’est facile à comprendre. Mais ça, ça n’a rien à voir avec une stratégie, ou un quelconque calcul politique. Là ce sont juste les tripes qui parlent, pas la tête.
      Des cons il y en a partout, dans toutes les familles, plus dans certaines que dans d’autres certes, mais je ne vois pas pourquoi les mélenchonistes feraient exception.

      1. Ceci dit, si…. je pouvais être certain, et vraiment con vaincu, que Le Pen était ce qu’il y a de mieux qui puisse nous arriver… alors évidemment je n’hésiterais pas. Seulement le problème c’est que je ne peux rien prévoir. Sur ce coup ma boule ne me dit rien qui vaille. Comment être certain qu’une fois qu’il se sera bien brûlé la gueule, ce jeune con cessera définitivement de jouer avec le feu ? Ou encore l’Effet Papillon… Qui peut me démontrer qu’en tuant le papillon on évitera le Tsunami à l’autre bout de la planète ? Donc c’est juste un pari, qui plus est un pari risqué. Et comme rien ne m’oblige à faire ce pari, à la con, à prendre ce risque, pour moi le choix est facile. D’autant plus que pour ne plus voir la tronche à Manu, me suffit de balancer ma télé par la f’nêtre. (« un militaire, avec un peu d’bol, s’la mange en pleine tête »).

      2. Fermer les frontières étant ce qu’il y a de plus écologique mais aussi de plus humain ! Déjà pourquoi le gouvernement devenu toutou du Médef veut l’ouverture des frontières si ce n’est pour intensifier le commerce de manière déloyale ? Mettre tous les salariés en compétition pour qu’ils acceptent des salaires à coup de pieds au cul, si tu appelles ça humain ? Tout ce qu’on achète quasiment, notamment pour nos appareils électroménagers et voitures, est produit en Chine, mais la réduction des coûts est lié à quoi selon toi ? Désolé mais fermer les frontières étant ce qu’il y a de mieux pour lutter contre le chômage chez nous et ne plus avoir à acheter des produits par des salariés qui n’ont même pas de droits sociaux et sont sur-exploités.

  4. En vérité Zemmour s’est présenté pour faire concurrence à Le Pen, afin que le score de Marine baisse pour que Mélenchon passe au second tour, Zemmour s’est présenté pour aider Mélenchon à passer au second tour. Mais les français ne se sont pas laissés dupés, ils ont préféré l’original à la copie ! Zemmour a juste nuancé sur la question de l’Union européenne pour ne pas que ça se voit trop à ce que le programme soit copié, c’est tout ! Alors oui, les votes utiles pièges à cons, seuls 7 % se sont faits avoir…

    1. Quant aux jumeaux UmPs, Lr n’a fait que 4,8% et le Ps 1,8%, normal le plus gros du Ps a rejoint Lrem et le plus gros du Lr aussi ! L’UmPs a re fusionné les jumeaux en 1 seul sous l’étiquette Lrem, car ils savaient que s’ils se présentaient chacun de leur côté Ps contre Lr pour faire semblant d’être différent mais exactement même programme Maastrichiens, alors Mélenchon aurait doublé le Ps et le Pen doublé le Lr, et on aurait obtenu un duel Le Pen Mélenchon. Ne reste plus qu’à terrasser le Lrem pour enfin avoir le droit d’avoir une alternative politique, l’alternance tant attendue par la population…

    2. Parti d'en rire

      En vérité Zemmour est un double zéro, il a même le permis de tuer. Zemmour est un agent au service de Sa Majesté, la plus riche de toutes les majestés, de tous les candidats, mais pas des candidates, trop fort le Méluche !
      Mais pas autant que notre Bougre de Grand Andouille à la puissance 80 !

  5. Parti d'en rire

    Le «vote utile» rend le vote ludique. Et il eut été vraiment dommage de ne pas l’inventer.
    Rendez-vous compte, faire son Devoir de Citoyen (hi-han !) tout en s’amusant, se distraisant, treize et demi maximum après je prends ma retraite, mais que demande le Pôple ?
    En France, le «vote utile» (aux USA on dit «tactical voting») s’est démocratisé après 2002. C’est là le genre de connerie qui ne pouvait que séduire celles et ceux qui croient au pouvoir des urnes. Et qui, et en même temps, se croient très intelligent(e)s. Comme les militaires, les joueurs d’échecs, les turfistes et Jean Passe. Le «vote utile» c’est l’occasion de se prendre pour un grand stratège, de se faire croire qu’on maîtrise l’aléatoire. Bref l’occasion de faire péter sa science, notamment celle des tarots et de la boule de cristal.

    1. – « En vérité le vote utile consistait le 10 mai à voter pour le plus écolo des présidentiables, sachant qu’au pays des aveugles les borgnes sont rois. Reconnaissons qu’aucun des présidentiables n’avait une envergure de Président(e), c’est-à-dire un discours prenant de la hauteur, donnant des perspectives pour le long terme, montrant une conception universaliste de la place de la France dans le monde, etc. [etc.] »

      Ce n’est là que le point de vue Biosphère. Qui de toute façon n’est pas le porte parole des écologistes, TOUS les écologistes.
      Le «vote utile» me fait aussi penser à ce misérable jeu télévisé, le Maillon faible. Comme toujours le but étant de gagner, un max de blé, la stratégie consiste là à éliminer celui qui est le plus susceptible de gagner, autrement dit le meilleur.

Les commentaires sont fermés.