LeMonde, nataliste

LeMonde est nataliste et  ne s’en cache pas. Dans un éditorial du 12.04.2008, il analysait la fin des subventions pour la carte famille nombreuse comme « un mauvais signal », le symbole d’une politique familiale généreuse qui disparaissait. Dans un titre ce jour, « La pression démographique menace les forêts du Congo », LeMonde du 28.05.2008 souligne maintenant la problématique malthusienne. La population congolaise devrait presque doubler en vingt ans, passant de 65 millions d’habitants aujourd’hui à 125 millions. Dans un pays déjà mis à genou par des années de guerre (infanticide différé ?), la forêt reste la seule richesse qu’on puisse faire disparaître : bois de chauffage pour les citadins, déforestation pour l’agriculture des ruraux, forestiers plus ou moins certifiés. Une des populations les plus pauvres du monde dépend de la forêt pour assurer sa survie au détriment des arbres.

L’Union européenne cherche donc désespérément les moyens de protéger ces zones tropicales qui forment le deuxième poumon vert de la planète après l’Amazonie. Alors on envisage une aide financière internationale, mais on ne sait pas encore à qui la distribuer dans un pays corrompu jusqu’à la moelle, où l’argent disparaît au fur et à mesure qu’il est versé. Le ministre de l’environnement congolais prévient d’ailleurs qu’il serait irresponsable de l’ignorer, lui qui est garant du respect de la biodiversité : les forêts congolaises abritent quelques gorilles et bonobos, sans compter des centaines d’espèces d’oiseaux et des milliers de plantes.

             La protection des forêts humides aurait un coût évalué à 3 milliards de dollars rien que pour la RDC. Mais jamais l’article du Monde n’a envisagé une possible diminution de la pression démographique au Congo. LeMonde est donc nataliste, qui ne dit mot consent. L’argent ne pourra jamais protéger la Biosphère contre une population humaine en constante progression…

Partagez ...

1 réflexion sur “LeMonde, nataliste”

  1. Bon article qui a le mérite de parler de problèmes posés par la croissance démographique, sujet très peu abordée dans les médias ou alors comme étant un non-problème et ceux qui s’inquiètent à juste titre étant traités de néo-Malthusiens (insulte suprême…).
    Pourtant, face à tous les problèmes écologiques qui nous menacent (crise alimentaire, de l’énergie, réchauffement climatique pour ne citer que ceux là), la limitation de ce boom démographique est un des paramètres fondamentaux sur lesquels on peut agir et qui sinon risque de réduire à néant tous les autres efforts qu’il faut par ailleurs effectuer en priorité.
    Nous étions 1,5 milliards au début du XX° siècle, nous en sommes à 6,7 aujourd’hui (avec plus de 200.000 naissances par jour…) et les prévisions sont à 9,5 pour 2050.
    Même en réduisant et en égalisant les rations alimentaires, énergétiques et donc le niveau de vie de chacun, nous n’y arriverons pas, je veux dire par là que la planète et les autres espèces ne supporteront pas les contraintes que nous leur imposerons.
    Ne serait-il donc pas judicieux d’appliquer un principe de précaution et de militer pour un moratoire de la croissance démographique.
    Pour ceux que cela intéresse voici les coordonnées d’un blog en cours d’élaboration:
    http://especephemere.neufblog.com/especephemere/2008/06/introduction-1.html

Les commentaires sont fermés.