Les ingénieurs doivent démissionner (suite)

Discours de Clément Choisne lors de la remise de son diplôme (Centrale Nantes) le 30 novembre 2018 : « Comme bon nombre de mes camarades, alors que la situation climatique et les inégalités ne cessent de s’aggraver, que le GIEC [Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat] pleure et que les êtres se meurent : je suis perdu, incapable de me reconnaître dans la promesse d’une vie de cadre supérieur, en rouage essentiel d’un système capitaliste de surconsommation. » La vidéo, qui a fait plus de 270 000 vues sur YouTube, est l’un des nombreux échos du désarroi éprouvé par les jeunes diplômés face à un monde économique qu’ils jugent en décalage avec l’urgence climatique. Deux mois plus tôt, en septembre 2018, un groupe d’étudiants issus de grandes écoles prestigieuses, Polytechnique, Ensta, HEC, ENS – lançaient un manifeste en ligne pour appeler les futurs diplômés à soutenir un changement radical de trajectoire. « Au fur et à mesure que nous nous approchons de notre premier emploi, nous nous apercevons que le système dont nous faisons partie nous oriente vers des postes souvent incompatibles avec le fruit de nos réflexions et nous enferme dans des contradictions quotidiennes ».*

Quelques commentaires sur lemonde.fr :

Electron : Lors de ma longue carrière d’ingénieur au service de grandes entreprises j’ai ressenti la même gêne. Mais si l’on arrête tout je me demande ce que le monde va devenir. mais je crains que la fin programmé du pétrole nous y mène peut être encore plus, dans les décors. Et s’il existe une prise de conscience de certaines personnes, la majorité (cf Gilets Jaunes) ne veut pas en entendre parler.

Claude Hutin : Si la peste verte gagne totalement ces esprits le pire est à craindre pour notre économie. Industrie ravagée, exportations atrophiées, récession. Veut-on un pays de composteurs ahuris, de décroissants rétrogrades, de colapsologues béats ? Ne laissons pas l’avenir de nos enfants, leur santé, leur éducation, leur sécurité, s’assombrir à cause de l’écologisme qui ravage déjà notre pays.

Simon @ Claude : rassurez-moi et dites-moi que vous n’avez pas d’enfant !

Germaine Kouzain @Hutin : achetez vous une ile déserte sans écolo, ET sans internet SVP.

GUILLAUME SERRE : Je trouve ces réactions d’étudiants plutôt saines. Ce sont eux qui vont changer le monde, pas les gadgets avec label « développement durable ». On est beaucoup trop nombreux sur la planète pour que les solutions alternatives au pétrole soient suffisantes et efficaces. On n’échappera pas à une réduction drastique de nos consommations, déplacements. On ne veut pas voir qu’on va vers un recul très important de notre confort mais on y va et très vite. L’Histoire n’est pas synonyme de progrès.

ALAIN PANNETIER : De nombreuses universités américaines, chinoises et européennes proposent des cours de développement durable ou de chimie verte. On sortira de cette crise par le haut, avec plus de scientifiques, plus de techniques et surtout plus d’éthique.

LEE PAMPEAST : « Si tous les plus convaincus et les plus écolos fuient les entreprises comme Total, il ne restera plus que ceux intéressés par l’argent et donc qui ne feront rien pour le réchauffement climatique ». C’est une très grande illusion que de croire qu’on peut « faire quelque chose » depuis l’intérieur de cette compagnie. Le management par objectifs et les différents outils de gestion du personnel y règlent très efficacement la question des têtes qui pourraient dépasser.

GUILLAUME SERRE : J’ai bien peur que vous n’ayez raison. Les changements de l’intérieur ne peuvent se faire qu’à la marge et encore… Difficile pour un ingénieur de privilégier une solution plus « propre » écologiquement si elle coûte plus cher. Je crois plus efficace le refus de rentrer dans ces entreprises : elles seront alors peut-être obligées de revoir leurs stratégies si elles ne trouvent pas les cadres dont elles ont besoin. Comme il y a un vrai problème de recrutement de cadres, cela semble jouable.

thierry piot : La prise de conscience des ces petits maîtres est salutaire. Dommage qu’il faille l’écroulement du monde pour réaliser la nocivité des études dans lesquelles, eux, leurs familles et leurs pairs, ont choisi de s’inscrire. A coups de cours sur les meilleurs moyens de gérer, de produire, de rentabiliser, d’organiser, de commercer, financer, ces Hautes Études abîment l’humanité. Ne reste plus qu’à changer l’orientation politique des cours : réparer, partager, construire, protéger, aider…

* LE MONDE du 17 avril 2019, Le malaise des jeunes ingénieurs face au climat)

Partagez ...

3 réflexions sur “Les ingénieurs doivent démissionner (suite)”

  1. Les scientistes sont à l’agonie, ils ne savent plus quoi faire pour sauver leurs marchés, leurs marchés implosent de toute part et de toutes les manières….dans les 4 coins du globe… Tous leurs techno-gadgets s’avèrent à terme être un fiasco… La conquête spatiale pour obtenir plus de ressources c’est un fiasco, l’exploitation des ressources naturelles à vitesse grand V un fiasco, leurs techno-gadgets un fiasco…. Vous assistez à la lente agonie des scientistes qui ne savent plus quoi faire pour sauver leurs intérêts… L’Ordre de la raison sera vaincu, ces diabolistes seront vaincus…. ils n’ont pas accès à la source de creo, à la création… le diable donne l’illusion de créer alors qu’il ne fait que suivre les principes alchimiques pour transformer…. Seul Dieu est source de creo et de création. Par les principes alchimiques, les diabolistes vont se retrouver à cours de ressources naturelles en voie de tarissement et vont disparaître avec toutes leurs techno-sciences et techno-gadgets….

  2. A Claude Hutin, les problèmes de notre société sont comme un gratte-ciel; si l’on tient absolument à en sortir par le haut on est sûr de se faire très mal.

  3. Une pensée pour Albert Jacquard qui avait fait ses études à l’École Polytechnique. Il en parlait souvent, sans la moindre fierté, bien au contraire. (« A deux reprises, j’ai donc défilé avec ma promo sur les Champs-Elysée. Je me souviens d’avoir éprouvé une certaine gêne, car j’avais lu la remarque d’Einstein : Pour marcher au pas, le cerveau est superflu, la moelle épinière suffit. »)

    Albert Jacquard condamnait l’état d’esprit de ces « grandes » écoles où on enseigne avant tout la compétition. (« Tout commence à l’école. La génération qui vient doit réfléchir à ce qu’elle va faire. Malheureusement, le système d’éducation actuel est pernicieux. Les notes, les classements, encouragent cette compétition absurde. L’école devrait se consacrer à promouvoir l’art de la rencontre. La rencontre avec les auteurs, avec les concepts, avec les cultures… « )

Les commentaires sont fermés.