Libre-échange et écologie

Pascal Lamy est un ancien commissaire européen chargé du commerce international (1999-2004). C’est surtout depuis 2005 le directeur général de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC). Dans le contexte de la mondialisation libérale, ses propos (le Nouvel Observateur du 14 décembre 2006, « la Terre en danger ») nous font rêver :

« L’histoire nous a donné une leçon, quand il y a perception du danger, les hommes s’organisent pour y faire face. De ce point de vue, le mouvement écologique a apporté sa contribution à la perception de ces dangers.  Cette conscience est plus forte qu’hier et elle progresse. L’Europe est à l’origine de la plupart des législations environnementale que les pays appliquent aujourd’hui. Dans ses principes, l’OMC prévoit que le développement des échanges doit contribuer au développement durable. Vous avez le droit, au nom de la protection de l’environnement, d’instituer certains obstacles aux échanges. C’est parfaitement légal dans le système de l’OMC. Même si, comme partout en politique, il y a des arbitrages à faire entre les différentes urgences, entre la liberté et la sécurité, entre la pauvreté et le développement, entre l’environnement et la croissance (…) Il y a deux manières de changer l’ordre international : la guerre ou la négociation. La priorité, c’est la négociation, pas la guerre ! Mais les pays émergents ne peuvent aboutir à un accord que si les uns et les autres font des compromis. C’est compliqué et difficile. Mais nécessaire si on veut que cette planète préserve elle-même son intégrité, notamment environnementale. »

 Des hommes au plus haut niveau pensent à l’intérêt de la Biosphère, que ce soit Pascal Lamy ou Al Gore. Mais leur impuissance à mettre leurs pensées en acte montre la difficulté d’enrayer une anthropisation forcenée de la planète.

Partagez ...