lunette théoriques

Richard Gregg, un américain disciple de Gandhi, est à l’origine en 1936 de l’expression « simplicité volontaire » avec son livre The value of Voluntary Simplicité.  Au Québec, c’est Serge Mongeau qui a écrit pour la première fois sur le sujet en 1985 : La simplicité volontaire, ou comment harmoniser nos relations entre humains et avec notre environnement. Pour le RQSV, la simplicité volontaire, c’est :

 – une façon de vivre qui cherche à être moins dépendante de l’argent et de la vitesse, moins gourmande des ressources de la planète ;

– la découverte qu’on peut vivre mieux avec moins ;

– un processus individualisé pour alléger sa vie de tout ce qui l’encombre ;

– un recours plus grand à des moyens collectifs et communautaires pour répondre à ses besoins et donc un effort pour le développement d’une plus grande solidarité ;

– le choix de privilégier l’être plutôt que l’avoir, le « assez » plutôt que le « plus », les relations humaines plutôt que les biens matériels, le temps libéré plutôt que le compte en banque, le partage plutôt que l’accaparement, la communauté plutôt que l’individualisme, la participation citoyenne active plutôt que la consommation marchande passive ;

– la volonté d’une plus grande équité entre les individus et les peuples dans le respect de la nature et de ses capacités pour les générations à venir ;

            Il est donc certain que c’est un mouvement qui va définitivement à contre-courant du système dominant. C’est un choix de vie individuel qui garde une portée collective. Mais ce n’est pas les 350 membres du RQSV (réseau québécois pour la simplicité volontaire) qui vont changer le monde… La Biosphère a besoin de l’engagement de tous les humains. Plus on est riche, plus il faudra (volontairement ?) abandonner partie de sa richesse ! Car « Il est plus aisé pour un chameau de passer par le chas d’une aiguille, que pour un homme riche d’entrer au royaume de Dieu. »(Mathieu 19:23-24)

Pour plus d’information : www.simplicitevolontaire.org

Partagez ...