Lymphomes et leucémies chez les agriculteurs

Je n’aimerais pas être agriculteur productiviste, je voudrais être paysan bio. Les dernières études le démontrent. « Le suivi de 180 000 éleveurs et cultivateurs dénombre une proportion accrue de lymphomes, leucémies ou cancers de la prostate, notamment chez ceux exposés aux pesticides », nous indique Stéphane Foucart. Ces résultats renforcent les éléments de preuve de l’impact sanitaire des pesticides sur leurs utilisateurs, les liens entre pesticides et hémopathies malignes étant déjà solidement établis. Pourtant il y a aussi sous-représentation de plusieurs cancers chez les agriculteurs : poumon, larynx, œsophage, foie, vessie, etc., dont une grande part sont liés au tabac ou à la sédentarité. Je n’aimerais pas être citadins. Les commentateurs sur lemonde.fr expriment leurs opinions, tumultueuses comme il se doit :

Sextus Empiricus : Les premières victimes de l’agriculture productiviste seraient les agriculteurs eux-mêmes ? J’espère qu’un jour on sera capable de mettre à plat le rapport coûts et de bénéfices du productivisme et de prendre enfin les décisions qui s’imposent. Je crains que cela prenne encore du temps étant donné l’attachement fétichiste de nos Etats et gouvernements à des indicateurs économiques totalement désuets et court-termistes.
lecteur assidu : Les Parisiennes / parisiens et les agricultrices / agriculteurs ont la plus grande espérance de vie en France. C’est le seul indicateur qui ait une valeur.
Archisauvage @ assidu : Continuons à empoisonner nos agriculteurs et les citadins: aucun souci, tant que l’indicateur les concernant reste en dessous de la moyenne. Ça c’est du raisonnement !
Tiède : notez que les agriculteurs ont une alimentation différente, ils sont moins sédentaires et fument moins que le reste de la population. De même, ils ne sont pas exposés au même type de pollution atmosphérique que celle des grandes concentrations urbaines.
Anti-Pollueurs : Mais attendez, ce sont ces mêmes produits : pesticides, phytos et poisons en tout genre… que la FNSEA veut asperger au plus près des habitations ! Mais comment est-ce possible ?
Bobo parisien @ antipollueurs : C’est quoi cet agribashing ??? Mais bon sang de bonsoir, que fait Demeter ???
Agnès : L’article est écrit comme si c’était les agriculteurs qui subissent les pesticides que quelqu’un d’autre leur impose alors que c’est le plus souvent leur choix de les utiliser
gaston : Ben oui, c’est l’arroseur qui est arrosé avec les pesticides ; si sa détruit les oiseaux … cela ne peut pas être bon pour les destructeurs qui les utilisent..
Danoask : Agnès achèterait-elle des pommes de terre avec quelques trous de doryphores ??? Des laitues un peu bouffées par les limaces ? etc.???
La Biscotte : Et pendant ce que ces fainéants de citadins sûrement trop gras commentent du fond de leurs canapés, les agriculteurs travaillent pour les engraisser.
Dance Fly : Les résultats sont pourtant clairs et y’a pas de quoi polémique r: quand on est agriculteur on a un risque accru pour 6 cancers, et pour 4 d’entre eux ce risque est lié à l’utilisation d’intrants.

Partagez ...

2 réflexions sur “Lymphomes et leucémies chez les agriculteurs”

  1. – «La qualité de l’air s’améliore mais cause toujours 400 000 décès prématurés en Europe chaque année » (actu-environnement.com 24 nov 2020)

    – «Mortalité en France (Wikipedia) […]
    En 2019, il y a eu 612 000 décès en France (Outre mer inclus) […]
    1. Cancer 147500 décès ; 2. Maladies cardio-vasculaires 140000
    3. Drogues 94000 ; 5. Obésité 55000 ; 8. Diabète 32156
    11. Maladies infectieuses 25600 ; 15. suicides 12900
    23. Accidents de la route 4800 ; 39. Accident du travail 1330
    45. Homicides 743 […] « 

  2. Là aussi, j’imagine que certains «sceptiques » pourraient pousser l’indécence jusqu’à demander «qui est le préposé aux statistiques » du cancer.
    Les cancers, et tout le reste. Le taux de suicides chez les agriculteurs est également un indicateur révélateur, notamment chez les agriculteurs les plus pauvres. Le mal-être ne concerne évidemment pas que les agriculteurs, on peut également le mesurer de diverses façons en ville. Mais là encore, j’imagine que certains «spécialistes » en l’agribashing mettront ça sur le compte des pesticides.

Les commentaires sont fermés.