Macron, Musk, Poutine, le culte du chef

Lors de l’assemblée générale du constructeur automobile le 20 juin, les actionnaires de Tesla ont approuvé, pour la deuxième fois, un bonus de près de 45 milliards d’euros pour Elon Musk. Mais le goût de la démesure n’est pas le propre de la finance.

Elon Musk ne vend pas des voitures. Les voitures n’ont absolument aucune importance. Son vrai business, c’est la vente d’actions. Il vend des actions. En utilisant son image. Il a racheté une entreprise (Tesla) avant de construire un véritable culte de la personnalité autour de sa personne. Cela n’a qu’un temps !

Le conseil d’administration de Tesla, composé d’amis d’Elon Musk, de membres de sa famille et d’affidés, laisse libre cours à l’hubris du « big boss », alors que l’aveuglement du chef a souvent été la cause de l’effondrement des empires.

Emmanuel Macron ne fait pas directement de business. La politique n’est pour lui qu’un moyen. Son vrai objectif, c’est le soutien à la finance. En utilisant son image. Il a été banquier d’affaires chez Rothschild avant de construire politiquement un véritable culte de la personnalité autour de sa personne. Il vend de l’illusion. Cela n’a qu’un temps !

Le conseil politique occulte de Renaissance, composé d’amis d’Emmanuel Macron, de conseillers dans l’ombre et d’affidés, laisse libre cours à l’hubris du « big boss », alors que l’aveuglement du chef a souvent été la cause de l’effondrement des empires.

Vladimir Poutine dirige la Russie. Les Ukrainiens n’ont absolument aucune importance. Son vrai business, c’est le Service fédéral de sécurité (ex-KGB). Il vend du vent. En utilisant son image. Il est devenu président de la fédération de Russie avant de construire un véritable culte de la personnalité autour de sa personne. Cela n’a qu’un temps !

Le parlement russe, composé d’amis de Vladimir Poutine, de membres des services de sécurité et d’affidés, laisse libre cours à l’hubris du « big boss », alors que l’aveuglement du chef a souvent été la cause de l’effondrement des empires.

En savoir plus grâce à notre blog biosphere

Elon Musk, un tout fou très nataliste

extraits : Elon Musk invite régulièrement à faire le plus d’enfants possible pour sauver la civilisation. L’homme de 52 ans a même montré l’exemple avec onze (pour le moment).Qui pour dire à Musk que le monde et ses enfants ne lui appartiennent pas et que c’est impossible de vivre durablement sur Mars ? Qui pour dire à Musk que trop d’enfants, c’est nuire aux générations futures ?

Fin de vie, Emmanuel Macron en décide seul

extraits : Un comité d’éthique s’est déjà prononcé sur la fin de vie, une assemblée citoyenne a déjà eu lieu dont Macron ne tient aucun compte, des ministres ont été mobilisés plusieurs mois et Macron hésitait hésitait tout en invitant des religieux à sa table à plusieurs reprises. Notre « jeune » président de la République ne vit pas au XXIe siècle, mais aux temps de la messe tous les dimanche….

Planète de fous dont Poutine est l’archétype

extraits : Angela Merkel en 2014, après une longue conversation avec Vladimir Poutine : « Il a perdu contact avec la réalité. » « Il est taré », disait l’opposant Boris Nemtsov quelques mois avant d’être assassiné en février 2015. De la psychanalyse, il s’en écrit beaucoup. « L’armure de l’autocrate éclairé s’est fendue. Le monde a découvert un monstre, fou dans ses désirs et impitoyable dans ses décisions », écrit l’écrivain russe Vladimir Sorokine. L’univers mental du président russe est celui de la violence….

3 réflexions sur “Macron, Musk, Poutine, le culte du chef”

  1. Esprit critique

    – « On ne peut rendre compte d’une façon rationnelle de l’existence du pouvoir charismatique. Il remonte à une époque très ancienne […] À l’époque contemporaine, on se met à parler de « l’homme providentiel », qui apparaît au milieu des crises et en lequel on reconnaît le chef envoyé par la « Providence » et capable de faire face aux dangers ou aux défaites. […] Le pouvoir repose alors sur la personnalité du chef, mais davantage encore sur l’adhésion que le peuple donne, sans qu’il lui soit nécessaire de la formuler explicitement, à cette personnalité. […] c’est un phénomène de croyance à caractère religieux et d’identification à caractère mystique. […] »
    ( Jacques ELLUL – universalis.fr/encyclopedie/pouvoir-charismatique/

    Lire aussi :
    – Les démocraties au défi du culte de l’homme fort (nouvelobs.com 6 mai 2017 )
    – Les démocratures contre la démocratie ( Nicolas Baverez 2019 cairn.info )

    1. Le culte du chef a été étudié depuis longtemps, il a été également dénoncé, rejeté etc.
      De nombreux articles et ouvrages traitent de ce sujet, et notamment du retour du culte du chef, comme s’il avait un jour disparu.
      Le culte du chef est un des symptômes d’une société malade, fatiguée, moribonde.
      Une société déboussolée, en manque de repères et de spiritualité, voire de religieux, qui a besoin de CROIRE en un Sauveur. Un Guide Suprême, un chef un vrai, un pur un dur, un homme fort, qui comme par magie remettra de l’ordre.
      Tout en ordre ! Ne serait-ce qu’un semblant … et juste un temps seulement.
      Ces pauvres croyants n’en demandant finalement guère plus. Misère misère.

  2. Très bien dit, bravo Biosphère. Macron, Musk, Poutine … et combien d’autres.
    Et c’est là qu’ON peut raconter n’importe quoi.
    En attendant… le culte du chef (ou culte de l’homme fort) est le le propre des régimes totalitaires (Hitler, Mussolini, Staline, Mao, Xi Jinping, Duterte et Jean Passe).
    Ce culte est non seulement entretenu par la propagande de ces régimes, mais aussi par la passion (admiration etc.) que bon nombre de pauvres déboussolés vouent à de tels personnages. Notamment sur les réseaux dits sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *