Ministre de l’écologie et ignare en écologie

Christophe Béchu, jusqu’alors ministre délégué aux collectivités territoriales, est devenu le 4 juillet ministre de la transition écologique. Son parcours le prouve, il n’y connaît rien en écologie. C’est un pur apparatchik de la politique, élu local en 1995 à l’âge de 21 ans, président d’un conseil général, sénateur ainsi que maire d’Angers, membre de l’UMP puis des Républicains, secrétaire général du parti de centre droit Horizons en octobre 2021. Ses études confirment son inaptitude. Diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, DEA de droit public, DESS de droit des interventions sanitaires. Tout comme sa prédécesseure, Béchu n’a jamais travaillé ni de près ni de loin sur le dossier environnemental. À l’évocation de son nom, Sandrine Rousseau s’exclame : « Une chose est déjà certaine : jamais croisé Christophe Bechu sur la moindre lutte écologiste ». Libération en rajoute : « Bleu pas vert. Remaniement : sans expérience dans le domaine, Christophe Béchu est nommé ministre de la Transition écologique. »

Il aura comme adjointe Caroline Cayeux (Cohésion des territoires), un autre produit de la politique classée à droite et certainement pas une activiste de l’écologie. Née en 1948, chargée de mission au cabinet du gaulliste Yvon Bourges de 1969 à 1973, prend sa carte au RPR après la victoire de la gauche en 1981, maire Les Républicains puis divers droite de Beauvais, présidente de la Fédération des villes de France depuis 2014. Autant dire que cette enseignante en droit et en anglais est allergique à l’écologie, de toute façon elle n’a jamais eu le temps de se préoccuper du climat qu’il va faire.

Olivier Klein, l’autre adjoint (au Logement), est comme par hasard une personnalité politique française. Né en 1967. il devient maire en 1995, un des deux vice-présidents du Conseil national des villes en 2015, président de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine en 2017. Professeur certifié de sciences physiques, il est expert à propos des quartiers défavorisés mais on ne lui connaît aucune pensée environnementaliste, aucune action d’écologiste.

L’écologie ne sera pas à la fête

au cours de ce second quinquennat de Macron.

Partagez ...

5 réflexions sur “Ministre de l’écologie et ignare en écologie”

  1. Esprit critique

    Demande-t-on à un ministre de l’agriculture de savoir labourer, ou de faire la différence entre une vache et un taureau ? Qu’un ministre de l’écologie n’y connaisse rien en écologie, après tout ça ne devrait même pas nous surprendre. De toutes façons, le seul à qui on a ne pouvait pas faire ces reproches, on a vu le résultat. Et en plus, Christophe Béchu n’est que le ministre de la Transition, nuance !
    Outre un minimum de compétences dans le domaine qu’ils leur est attribué, ce que l’on devrait exiger de ces gens-là c’est une totale transparence sur leurs conflits d’intérêts. Dans ce monde là, les copains de mes copains sont mes copains. Celui-ci est le copain d’Édouard Philippe, qui lui est copain avec Areva, etc. etc.

  2. Pour Delphine Batho, « Christophe Béchu est entré au gouvernement, car il était secrétaire général d’Horizons … On ne peut pas dire que les enjeux de l’urgence écologique ont inspiré en quoi que ce soit cette nomination … Il a voté contre l’interdiction des néonicotinoïdes quand il était sénateur et c’est un ultraconservateur »
    Pourra-t-il compter sur le secrétaire général à la planification écologique, Antoine Pellion, placé sous l’autorité directe d’Elisabeth Borne ? Ce nouveau secrétariat général, à vocation interministérielle, a pour mission d’assurer la politique écologique à l’échelle de tout le gouvernement.

    1. Antoine Pellion, ingénieur des Mines de 38 ans, a réalisé en 2005 son premier stage chez Total au Congo. Avec le nucléaire Areva, il a participé à la coordination technique de l’EPR d’Olkiluoto, en Finlande. Conseiller technique énergie en 2014 au cabinet de Ségolène Royal, alors ministre de l’Écologie. il s’est rapproché d’Emmanuel Macron après une année passée chez Enedis, le gestionnaire du réseau de distribution de l’électricité. Au lendemain de l’élection de 2017, Antoine Pellion est devenu conseiller environnement du président Macron.

      Tout s’éclaire au vu de ce parcours nucléo-centré, il sera chargé de planifier certes, mais surtout de planifier la construction des nouveaux EPR souhaité par le président de la République.

      1. Parti d'en rire

        Bien sûr que leur job va consister à planifier la construction des nouveaux EPR, souhaités par le président de la République, sans oublier tous les nucléocrates, écolos ou pas. Seulement il y a un hic et non des moindres. Si ces nouveaux EPR sont aussi brillants que celui de Flamanville… alors on n’est pas prêts d’en voir la fin. Et ce n’est pas demain qu’on pourra, toutes et tous, rouler, pédaler, trottiner etc. à l’électrique. Mais ça ce n’est pas grave, en attendant tout ce joli monde pourra continuer à engranger. De toutes façons c’est le con tribuable qui raque. Le mieux serait que Manu demande à ceux qui savent faire de l’aider.
        Les Chinois par exemple… Eux ils sont au Top, c’est ce qu’on raconte…
        Et pourquoi pas un sinistre de la Transition chinois ?

      2. – « EDF pense avoir trouvé pour son réacteur EPR à Flamanville les solutions aux trois problèmes qui ont contraint un EPR chinois à un long arrêt […] Les solutions ont été présentées à l’autorité de sûreté (ASN) et sont en cours d’instruction (…). L’instruction se poursuivra sur toute l’année 2022 » ( lefigaro.fr 01/07/2022 )

        Vous voyez bien … qu’à chaque problème il y a une solution.
        Et que plus ça rate et plus on a de chances de réussir.
        Faut positiver, on va y arriver !

Les commentaires sont fermés.